Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE Les années Sarkozy (2007-2012)

Popularité en berne et mauvais résultats électoraux

Malgré des réformes rapidement mises en œuvre au début du quinquennat et une stratégie très dynamique, l'image de Nicolas Sarkozy, très bonne en août 2007 (69 p. 100 de satisfaits selon le baromètre I.F.O.P.-Le Journal du dimanche), se dégrade rapidement : il n'y a plus que 37 p. 100 de satisfaits en mars 2008, au moment des élections municipales. Le président regagne un peu de terrain à la fin de 2008, probablement en lien avec sa politique européenne et étrangère, ainsi qu'avec les initiatives rapides qu'il a prises pour faire face à la crise. Mais le répit est de courte durée, sa courbe de popularité baisse à nouveau au début de 2009, remonte à 45 p. 100 en août, puis chute à l'automne (36 p. 100 de bonnes opinions en novembre). Ce déficit d'image se poursuit pendant les deux dernières années de son mandat (autour de 30 p. 100 de satisfaits) et ne se redresse que très légèrement à la veille de l'élection de 2012 (34 p. 100 de satisfaits en décembre 2011, 36 p. 100 en avril 2012). Dans le même temps, tout au long du quinquennat, l'image de François Fillon est nettement plus positive (presque toujours plus de 50 p. 100 de satisfaits). Le volontarisme politique de Nicolas Sarkozy l'a certainement desservi : souvent en première ligne, il prend les coups à la place de son Premier ministre, inversant les rôles traditionnellement joués par les deux têtes de l'exécutif sous la Ve République. Acceptant un rôle de collaborateur au service de la stratégie présidentielle, François Fillon est maintenu à Matignon pendant tout le mandat du président, ce qui est une première depuis 1958. Nicolas Sarkozy envisage à l'automne de 2010 de le remplacer par Jean-Louis Borloo, personnalité à l'image plus centriste, mais cela supposait un recentrage politique que le président n'a pas souhaité.

Ce profond mécontentement populaire à l'égard du président explique assez largement les résultats des élections intermédiaires organisées durant le quinquennat. C'est particulièrement clair aux municipales et aux cantonales de mars 2008. La gauche gagne 37 communes de plus de 30 000 habitants (elle en dirige désormais 64 p. 100, contre 50 p. 100 en 2001). En métropole, elle préside 55 conseils généraux sur 96 (elle en présidait 48 en 2004). Le bilan est beaucoup plus honorable pour la majorité aux élections européennes de juin 2009, puisque les listes U.M.P.-Nouveau Centre obtiennent 27,9 p. 100 des suffrages (contre 16,6 p. 100 en 2004) ; ce résultat s'explique, d'une part, par la politique européenne du président, d'autre part, par le désaveu de la gauche socialiste, qui paie encore la crise de leadership consécutive au congrès de Reims de novembre 2008. Mais, avec les régionales de 2010, l'échec de la majorité dans les urnes est à nouveau patent. Les listes conduites par l'U.M.P. totalisent au premier tour 26,2 p. 100 des suffrages et 35,4 p. 100 au second, un score très faible lié à une démobilisation importante de l'électorat de droite. La gauche apparaît alors nettement majoritaire dans le pays. En métropole, la droite ne conserve que la région Alsace, les autres régions étant tenues par la gauche. Les cantonales de 2011 donnent des résultats semblables, la droite modérée tombant à son plus bas niveau à des élections départementales (31,8 p. 100) et le Front national bondissant à 15,7 p. 100. La gauche gère désormais 60 départements sur 101.

Cette évolution des collectivités territoriales a des effets sur la composition du Sénat qui, pour la première fois sous la Ve République, bascule à gauche en septembre 2011. La gauche, qui avait commencé de progresser lors des renouvellements (partiels) de 2004 et 2008, gagne encore 25 sièges en 2011, surtout en raison du renforcement[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Nicolas Sarkozy, 16 mai 2007 - crédits : Patrick Aventurier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Nicolas Sarkozy, 16 mai 2007

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement - crédits : Eric Feferberg/ AFP

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Autres références

  • ASSEMBLÉE NATIONALE (France - Ve République)

    • Écrit par Arnaud LE PILLOUER
    • 5 795 mots
    • 2 médias

    L’Assemblée nationale est l’une des deux chambres composant le Parlement français, sous la Ve République, l’autre étant le Sénat.

    Cette dénomination provient du tout début de la Révolution française, lorsque les députés du tiers état, rejetant la division de la société en ordres,...

  • CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

    • Écrit par Arnaud LE PILLOUER
    • 3 433 mots
    • 4 médias

    Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer...

  • PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

    • Écrit par Wanda MASTOR
    • 208 mots
    • 1 média

    Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un tel régime sont bien réunis : exécutif bicéphale,...

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    ...est investi par l'Assemblée nationale. De Gaulle se rend à Alger dès le 4 juin et lance le fameux : « Je vous ai compris. » La IVe République se meurt. Le 28 septembre 1958, en Algérie, Européens et musulmans (dont les femmes), réunis en un collège unique, votent massivement en faveur de la Constitution...
  • BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

    • Écrit par Christian SAUVAGE
    • 1 071 mots
    • 1 média

    Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire...

  • BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

    • Écrit par Raymond FERRETTI
    • 5 328 mots
    • 2 médias
    Notons que c'est d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui, puisque le Sénat de laVe République est élu par un collège électoral constitué au niveau départemental et composé de représentants de l'ensemble des collectivités territoriales : les communes bien sûr, mais aussi les départements et les régions...
  • BORNE ÉLISABETH (1961- )

    • Écrit par Universalis, Blaise MAGNIN
    • 1 314 mots
    • 1 média

    Haute fonctionnaire et femme politique française, Élisabeth Borne a été Première ministre du président Emmanuel Macron de mai 2022 à janvier 2024. Après Édith Cresson, elle est la deuxième femme à diriger un gouvernement français.

  • Afficher les 87 références

Voir aussi