Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE Les années Sarkozy (2007-2012)

Des réformes économiques... au rythme de la crise

Le programme économique du président est clairement libéral, voulant valoriser le mérite et le travail du salarié, récompenser ses efforts par du pouvoir d'achat (« travailler plus pour gagner plus »), relancer la compétitivité de l'économie, faire maigrir l'État et réduire les dépenses publiques : la Révision générale des politiques publiques doit permettre de rendre un meilleur service à l'usager tout en dépensant moins, l'objectif principal étant le non-renouvellement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Dès son arrivée à la tête de l'État, Nicolas Sarkozy prend des mesures fortes allant dans ce sens, notamment avec la loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (dite loi T.E.P.A.) d'août 2007 qui défiscalise les heures supplémentaires, créant du pouvoir d'achat et diminuant les charges des entreprises. Elle instaure un crédit d'impôt pour les ménages qui accèdent à la propriété (mesure favorable aux classes moyennes), supprime les droits de succession dans environ 90 p. 100 des cas, tandis que l'impôt de solidarité sur la fortune (I.S.F.) et le bouclier fiscal sont assouplis, ce qui profite aux contribuables les plus riches. Cet ensemble de mesures, surnommé « paquet fiscal », coûteuses pour le budget de l'État, contribue à l'augmentation de la dette et sera en partie revu en fin de quinquennat. L'I.S.F. est alors allégé, mais le bouclier fiscal est supprimé et les droits de mutation du patrimoine augmentent de nouveau.

Les réformes économiques du gouvernement sont affectées par la crise économique mondiale. La dette publique de la France passe de 64 à 86 p. 100 du P.I.B. – alors qu'elle ne devrait pas dépasser 60 p. 100 selon les critères du pacte de stabilité européen –, le déficit budgétaire double au cours du quinquennat, la croissance est négative en 2009 et très faible depuis lors, le chômage progresse (de 7,5 p. 100 au premier trimestre de 2008 à 10,2 p. 100 au deuxième trimestre de 2012), le déficit commercial de la France, croissant depuis 2003, explose ces dernières années, atteignant 70 milliards d'euros en 2011. Des mesures de relance de l'économie (26 milliards d'euros sur 2 ans) sont mises en place à partir de 2009 pour améliorer la trésorerie des entreprises, engager des grands travaux supplémentaires et mieux accompagner ceux qui souffrent de la crise, favoriser le renouvellement du parc automobile (« prime à la casse ») et l'accès à la propriété du logement. Pour relancer la croissance à plus long terme, le président initie en 2010 un grand emprunt « Investissements d'avenir », doté de 35 milliards d'euros, affectés à l'enseignement supérieur et à la recherche, aux pôles de compétitivité des entreprises, aux P.M.E. innovantes, au développement durable et à l'économie numérique. Ces mesures contribuent évidemment à alourdir la dette de la France et à l'éloigner de l'objectif de respect des critères européens.

À partir de 2011, la priorité devient la réduction des déficits publics, pour rassurer les marchés financiers. Un plan d'augmentation des recettes fiscales de 12 milliards d'euros, affectant surtout les ménages favorisés, est lancé en août, complété en novembre par 7 milliards d'euros supplémentaires pour faire face au ralentissement prévu de la croissance. Nicolas Sarkozy plaide pour l'inscription dans la Constitution d'une « règle d'or budgétaire » afin d'imposer aux parlementaires le vote de budgets réellement équilibrés. La réforme n'aboutira pas, faute d'une majorité des trois cinquièmes pour une adoption par le Congrès.

Le 29 janvier 2012, Nicolas Sarkozy annonce la mise en œuvre d'une T.V.A.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite de science politique à Sciences Po Grenoble, chercheur au laboratoire Pacte (UMR 5194, CNRS/ université Grenoble Alpes/Sciences Po Grenoble)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Nicolas Sarkozy, 16 mai 2007 - crédits : Patrick Aventurier/ Gamma-Rapho/ Getty Images

Nicolas Sarkozy, 16 mai 2007

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement - crédits : Eric Feferberg/ AFP

Nicolas Sarkozy clôture le Grenelle Environnement

Autres références

  • ASSEMBLÉE NATIONALE (France - Ve République)

    • Écrit par Arnaud LE PILLOUER
    • 5 795 mots
    • 2 médias

    L’Assemblée nationale est l’une des deux chambres composant le Parlement français, sous la Ve République, l’autre étant le Sénat.

    Cette dénomination provient du tout début de la Révolution française, lorsque les députés du tiers état, rejetant la division de la société en ordres,...

  • CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

    • Écrit par Arnaud LE PILLOUER
    • 3 433 mots
    • 4 médias

    Contrairement à une opinion dominante, le texte constitutionnel de 1958 a en partie seulement été inspiré par les idées du général de Gaulle. Certes, rappelé au pouvoir à la suite des événements du 13 mai 1958 et apparaissant aux yeux de tous comme l'unique recours, il a été en mesure d'imposer...

  • PROMULGATION DE LA CONSTITUTION DE LA Ve RÉPUBLIQUE (France)

    • Écrit par Wanda MASTOR
    • 208 mots
    • 1 média

    Adoptée par référendum le 28 septembre et promulguée le 4 octobre 1958, la Constitution de la Ve République a pu être présentée au départ comme consacrant un régime parlementaire. Les critères permettant habituellement d'identifier un tel régime sont bien réunis : exécutif bicéphale,...

  • ALGÉRIE

    • Écrit par Charles-Robert AGERON, Universalis, Sid-Ahmed SOUIAH, Benjamin STORA, Pierre VERMEREN
    • 41 835 mots
    • 22 médias
    ...est investi par l'Assemblée nationale. De Gaulle se rend à Alger dès le 4 juin et lance le fameux : « Je vous ai compris. » La IVe République se meurt. Le 28 septembre 1958, en Algérie, Européens et musulmans (dont les femmes), réunis en un collège unique, votent massivement en faveur de la Constitution...
  • BÉRÉGOVOY PIERRE (1925-1993)

    • Écrit par Christian SAUVAGE
    • 1 071 mots
    • 1 média

    Homme politique français. Pierre Bérégovoy est né le 23 décembre 1925 à Déville-lès-Rouen (Seine-Maritime). Son père, un « Russe blanc », capitaine du tsar et menchevik, tient un café-épicerie. À cinq ans, l'enfant est confié à sa grand-mère, qui l'éduquera. Bon élève, il obtient le brevet élémentaire...

  • BICAMÉRISME ou BICAMÉRALISME

    • Écrit par Raymond FERRETTI
    • 5 328 mots
    • 2 médias
    Notons que c'est d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui, puisque le Sénat de laVe République est élu par un collège électoral constitué au niveau départemental et composé de représentants de l'ensemble des collectivités territoriales : les communes bien sûr, mais aussi les départements et les régions...
  • BORNE ÉLISABETH (1961- )

    • Écrit par Universalis, Blaise MAGNIN
    • 1 314 mots
    • 1 média

    Haute fonctionnaire et femme politique française, Élisabeth Borne a été Première ministre du président Emmanuel Macron de mai 2022 à janvier 2024. Après Édith Cresson, elle est la deuxième femme à diriger un gouvernement français.

  • Afficher les 87 références

Voir aussi