CAUSALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophie

Dès les débuts de la philosophie en Grèce, l'idée de cause se trouve associée à l'ambition majeure de la pensée : rendre intelligible l'origine, la constitution et le devenir de ce qui est. Or l'homme ne saisit directement, par les sens et par l'intelligence, qu'une infime partie du réel. La recherche des causes va alors apparaître comme le moyen privilégié de surmonter cette limitation et d'élaborer une stratégie de connaissance et d'action telle que, tout en ne voyant directement qu'une faible partie de la réalité, l'esprit puisse avancer des hypothèses touchant la nature dans son ensemble. Un tel résultat n'est pas obtenu en inventant des mythes cosmologiques, qui représenteraient l'action de puissances surnaturelles, mais en postulant, avant de s'attacher à le confirmer par l'expérience, que la nature est régie par des lois constantes, que toutes les réalités obéissent à un ordre, que l'émergence ou la succession des phénomènes ressemble peut-être à l'action volontaire des hommes. C'est cette aventure de la causalité que l'on tente ici de retracer : son état métaphysique, son emploi effectif dans les sciences, les critiques dont elle a été l'objet, le regain de faveur qu'elle connaît.

Questions métaphysiques

La causalité constitue un principe dont les philosophes de l'Antiquité ont donné plusieurs formulations. Platon l'énonce ainsi : « Tout ce qui naît naît nécessairement par l'action d'une cause » et précise : « car il est impossible que quoi que ce soit puisse naître sans cause » (Timée, 28 a). Cette seconde proposition passe en maxime : « Ex nihilo nihil fit », que Descartes traduit : « de rien rien ne se fait » ; et dont il tire la conclusion que, si du néant rien ne peut sortir, il faut « qu'il n'y ait rien dans un effet qui n'ait été d'une semblable ou pl [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Suicide et facteurs cosmiques

Suicide et facteurs cosmiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Âge, état-civil, suicide

Âge, état-civil, suicide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Matrice

Matrice
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : doctorat de philosophie et de communication, chargée d'enseignement de logique, pragmatique, philosophie de l'art, université de Paris-III et Institut catholique de Paris
  • : professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CAUSALITÉ  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Limites de l'idéal déductif »  : […] La notion de causalité appliquée au syllogisme reste cependant ambiguë. Elle pourrait signifier, puisque le moyen terme est un concept, ou, comme dit Aristote, exprime une essence ( Mét. , M, 4, 1078 b 4), que le syllogisme manifeste le déploiement immanent d'une essence, qui médiatise dans l'unité synthétique de la conclusion deux moments d'abord disjoints : ainsi serait-ce l'humanité qui fait S […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Les éditeurs d'Aristote ont rassemblé dans une collection dite « les livres qui viennent après les livres physiques » les ouvrages d'Aristote qui traitent de sujets divers, qui sont tous objets de controverses. Ces livres constituent ce qu'on appelle depuis lors La Métaphysique d'Aristote. On ne saura jamais si et comment Aristote aurait introduit un ordre parmi ces livres, qui ne sont pas d'une […] Lire la suite

ASÉITÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 830 mots

Appartenant strictement à la langue philosophique, le terme « aséité », qui évoque inévitablement la causa sui de Spinoza, désigne la propriété de ce qui a sa propre raison d'être en soi-même et n'est pas relatif à un autre pour ce qui est de son existence. Sur ce sens général, Aristote, Descartes et Spinoza sont d'accord. Mais les conceptions de l'aséité sont relativement éloignées dès lors qu'o […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de l'interprétation »  : […] Mais nous devons faire maintenant une autre distinction, car pour décrire ces propriétés émergentes, à la fois structurales et fonctionnelles, on ne peut pas éviter de tenir compte de l'existence et du point de vue de l'observateur (non pas avec le sens d'une subjectivité, mais, de façon habituelle en physique, avec le sens de conditions objectives d'observation et de mesure). Considérer un résea […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication causale »  : […] Elle n'est pas absolument disjointe de l'explication spatiale, puisque le changement de place d'une qualité ou d'un principe plus ou moins immatériel est la première représentation qu'on a donnée de la causalité transitive. Réciproquement, la notion d'espace implique celle de localisation des objets (par exemple des particules) ; faute de celle-ci, la possibilité de suivre par continuité la trajec […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

C'est le xix e  siècle, dans la mesure où il a fait de la mécanique l'archétype des sciences expérimentales, sources de toute action technique efficace, qui a pratiquement identifié « science » et « déterminisme ». Lorsque, dans un contexte idéologique bien différent, celui des années 1920-1940, les premières découvertes de la physique quantique ont ébranlé la représentation du réel héritée de l'o […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cela ne prouve pas qu'elle dérive toute de l'expér […] Lire la suite

ENQUÊTE SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, David Hume - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle conception de l'entendement »  : […] La première des douze sections de l' Enquête , intitulée « Des différentes sortes de philosophie », annonce le programme des recherches et leur finalité : entre le traité systématique qui vire trop souvent au dogmatisme abstrus et la libre conversation qui se perd en digressions, l'enquête veut concilier rigueur et liberté, philosophie savante et communicabilité. Le programme est clair : il s'agit […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épistémologie « post-cartésienne » »  : […] On ne peut ignorer que certains thèmes de la pensée de Descartes se sont trouvés placés par lui, et pendant quelque temps après lui, au centre d'une philosophie de la science. C'est d'abord l'idée d'une rationalité de l' étendue . Nous avons de l'étendue des idées claires et distinctes, qu'il est possible d'enchaîner pas à pas en conservant toujours l'évidence, et d'embrasser toutes lors d'une re […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Erreur, probabilité des causes, histoire »  : […] On a implicitement admis, dans ce qui précède, que, pour mettre en évidence l'éventuelle fausseté d'une hypothèse scientifique, on pouvait reproduire l'expérience et en contrôler les paramètres. Le plus souvent, les conditions dans lesquelles s'effectue la recherche de la vérité sont tout autres : un événement – un accident ou une maladie, par exemple – se sont produits et l'on se propose d'en dét […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Publication d’un rapport sur le détournement de l’aide au développement. 18 février 2020

offshore connus pour leur opacité et leur gestion privée de fortune ». Le taux de détournement moyen est de 7,5 p. 100. L’étude porte sur vingt-deux pays en développement et sur la période 1990-2010. La direction de l’institution a bloqué, en novembre 2019, la publication d’une première version du rapport qui énonçait un rapport de causalité, et non de coïncidence, entre les aides et les transferts. […] Lire la suite

France. Condamnation d'une psychiatre pour homicide involontaire. 18 décembre 2012

est accusée de ne pas avoir satisfait « l'obligation de dispenser au patient, dangereux pour lui-même et pour autrui, les soins appropriés à son état ». Pour les juges, la culpabilité de la psychiatre découle de ses défaillances et du lien de causalité existant entre les conséquences de celles-ci et le crime. […] Lire la suite

France. Poursuite des violences dans les banlieues. 1er-29 novembre 2005

). Dans la nuit, des policiers sont la cible de deux tirs à balles réelles à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Le 3, le rapport de l'Inspection générale des services sur les événements d'octobre établit l'absence de relation de causalité entre l'opération de police et la mort des deux adolescents. Le parquet […] Lire la suite

France. Non-lieu général dans le volet non ministériel de l'affaire du sang contaminé. 4-8 juillet 2002

le retard dans le dépistage par les incertitudes concernant la fiabilité du test américain alors disponible. Enfin, l'étude au cas par cas des contaminations ne permet pas, selon elle, « d'établir [de] lien de causalité entre les actions reprochées aux mis en examen et le dommage aux victimes […] Lire la suite

France. Condamnation d'un dirigeant de l'Église de scientologie. 22 novembre 1996

, escroquerie et tentative d'escroquerie. Le tribunal établit un « lien de causalité direct » entre le suicide d'un adepte de la secte, en mars 1988 ; et le « comportement fautif » de Jean-Jacques Mazier. Quatorze autres membres de la secte sont condamnés à des peines de prison avec sursis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN, « CAUSALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/