AUTO-ORGANISATION

Dans les artefacts, par définition construits par l'homme en vue de fins et suivant des plans déjà définis, la signification des structures et des fonctions est définie par rapport à ces fins. C'est dire que, comme ces fins elles-mêmes, extérieures à la machine qu'elles orientent, la signification est posée à l'avance, produite par le concepteur ou le constructeur de la machine. Les questions de signification ne se posent donc pas explicitement dans l'analyse de la structure et du fonctionnement des machines artificielles. C'est pourquoi la signification de l'information n'est en général pas prise en compte explicitement dans l'analyse des systèmes artificiels, ni dans les mesures classiques de complexité algorithmique, ni dans les mesures de diversité ou de complexité structurale par la fonction H de Shannon.

Dans les systèmes naturels, bien au contraire, la notion même d'auto-organisation implique une origine interne, non seulement pour les structures mais pour les significations fonctionnelles des comportements produites par ces structures. C'est ce qu'avait vu Kant dans la Critique du jugement, quand il définissait les organismes vivants par leur « capacité de finalités internes ». Dans le contexte vitaliste de son siècle, il attribuait cette capacité à une intelligence supérieure orientant les phénomènes de la vie, de façon téléologique, c'est-à-dire à l'aide de causes finales, à la façon d'une intelligence humaine. Au contraire, les théories modernes de l'auto-organisation s'attachent à montrer comment des structures et des fonctions complexes peuvent être produites mécaniquement, de façon causale, à partir de contraintes physico-chimiques locales et dans certaines conditions d'observation et de mesure.

Il en résulte que la question de la nature et de la production des significations dans les machines auto-organisées que constituent les organismes – ou leurs simulations informatiques plus ou moins grossières et approchées – ne peut pas être éludée. C'est même elle qui peut nous servir à éta [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur émérite de biophysique aux universités de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie et de Jérusalem, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris, directeur du Centre de recherches en biologie humaine, hôpital Hadassah, Jérusalem (Israël)

Classification


Autres références

«  AUTO-ORGANISATION  » est également traité dans :

CERVEAU HUMAIN

  • Écrit par 
  • André BOURGUIGNON, 
  • Jean-Claude DUPONT, 
  • Cyrille KOUPERNIK, 
  • Pierre-Marie LLEDO, 
  • Bernard MAZOYER, 
  • Jean-Didier VINCENT
  •  • 17 094 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Notion d'auto-organisation »  : […] Le concept d'auto-organisation revêt une importance doctrinale considérable. Élaboré tout d'abord dans le domaine de la cybernétique, et à l'occasion de recherches formelles, il permet de concevoir qu'il puisse exister au sein de tout système biologique une « marge de liberté » et de « créativité ». Cette marge est, d'une part, variable d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerveau-humain/#i_90099

PRIGOGINE ILYA (1917-2003)

  • Écrit par 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 2 108 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Structures dissipatives »  : […] . Un premier exemple particulièrement édifiant par sa simplicité est celui de l'auto-organisation cellulaire de H. Bénard, lors de l'apparition de la convection libre dans une couche horizontale de fluide chauffé par le dessous. L'apparition des cellules de convection se produit à partir d'un seuil critique, c'est-à-dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ilya-prigogine/#i_90099

SOCIÉTÉS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Bernard THIERRY
  •  • 5 395 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Auto-organisation et histoire évolutive »  : […] peut produire des structures complexes par des règles de comportement élémentaires, c'est ce que l'on nomme l'auto-organisation. Le simple fait que l'action d'un individu induise la même action chez un congénère explique une part significative de la construction des nids chez les insectes sociaux. Chez les termites, le dépôt par un individu d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societes-animales/#i_90099

SUPRAMOLÉCULAIRE (CHIMIE)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie LEHN
  •  • 9 096 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Auto-organisation moléculaire »  : […] L'autoassemblage et la fixation multiple avec coopérativité positive sont des processus d'organisation moléculaire spontanée qui permettent aussi d'envisager des composants moléculaires d'amplification […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/supramoleculaire-chimie/#i_90099

SYSTÈME, épistémologie

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 4 154 mots

Dans le chapitre « La théorie proprement dite »  : […] des relations définissantes), rupture totale s'il y a destruction de ces liaisons. L'autre type d'évolution est ce qu'on appelle l'auto-organisation : c'est un renforcement des relations définissantes (transformation des relations existantes, éventuellement apport de nouvelles relations) qui dote le système de propriétés nouvelles. Ainsi, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-epistemologie/#i_90099

THERMODYNAMIQUE - Processus irréversibles non linéaires

  • Écrit par 
  • Agnès BABLOYANTZ, 
  • Paul GLANSDORFF, 
  • Albert GOLDBETER, 
  • Grégoire NICOLIS, 
  • Ilya PRIGOGINE
  •  • 9 751 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Autres développements »  : […] L'analyse des processus d'auto-organisation temporelle a mis en lumière la possibilité d'oscillations non périodiques dans les systèmes physico-chimiques et biologiques. Ce type de comportement, bien que produit par des équations déterministes, possède un caractère aléatoire et, pour cette raison, est dénommé « chaos ». L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermodynamique-processus-irreversibles-non-lineaires/#i_90099

VIE

  • Écrit par 
  • Georges CANGUILHEM
  •  • 10 962 mots

Dans le chapitre « La vie comme information »  : […] contemporaine des aphorismes omne vivum ex vivo, omnis cellula e cellula. Comment se représenter alors l'auto-organisation initiale, s'il est vrai que la transmission d'information suppose une source d'information ? Un philosophe, Raymond Ruyer, pose la question : « Le hasard ne peut rendre raison de l'anti-hasard. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie/#i_90099

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri ATLAN, « AUTO-ORGANISATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auto-organisation/