CAUSALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sciences sociales

L'histoire des rapports entre les sciences sociales et la notion de cause est dominée par deux faits. Le premier est une conséquence du lien qui, notamment à leurs débuts, a uni les sciences sociales à la philosophie. Celle-ci comporte en effet une tradition de pensée vivace, associée à des noms tels que ceux de Hume et de Wittgenstein, selon laquelle l'idée de cause serait un concept obscur et inutilisable. En écho, de nombreux sociologues contestent la pertinence de l'idée de cause. Certains affirment comme Auguste Comte que la recherche des causes doit être remplacée par la recherche des lois. D'autres, arguant de la spécificité des sciences sociales, rejettent les explications de type causal du côté des sciences de la nature et proposent de leur substituer l'explication par les fonctions ou la méthode compréhensive, attachée notamment au nom de Max Weber, qui, chez Weber lui-même, doit se combiner à l'analyse causale.

Mais le développement des recherches sociales empiriques a réintroduit la notion de cause. Malgré les contestations théoriques, l'idée est généralement admise aujourd'hui que le sociologue ne peut guère se dispenser du langage causal. Cependant, il lui manquait de disposer d'une instrumentation adéquate. Durkheim est le premier à avoir compris qu'elle suppose l'utilisation de ce qu'on appelle aujourd'hui la méthode des modèles. Cette méthode est appliquée, quoique de manière fruste, dans Le Suicide. Mais ce n'est que fort tardivement que les sociologues ont forgé des instruments d'analyse causale rigoureux, comparables à ceux qu'utilise l'économétrie.

Ces méthodes permettent de lever le discrédit du langage causal en sociologie, car elles en font un langage à la fois indispensable et commode.

Le rôle de l'explication causale dans les sciences sociales

De nombreux sociologues ont contesté ou contestent encore que l'idée de cause telle qu'elle est utilisée dans les sciences de la nature puisse être retenue par les sciences sociales. Les arguments sont [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages



Médias de l’article

Suicide et facteurs cosmiques

Suicide et facteurs cosmiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Âge, état-civil, suicide

Âge, état-civil, suicide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Matrice

Matrice
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin





Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : doctorat de philosophie et de communication, chargée d'enseignement de logique, pragmatique, philosophie de l'art, université de Paris-III et Institut catholique de Paris
  • : professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  CAUSALITÉ  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Limites de l'idéal déductif »  : […] La notion de causalité appliquée au syllogisme reste cependant ambiguë. Elle pourrait signifier, puisque le moyen terme est un concept, ou, comme dit Aristote, exprime une essence ( Mét. , M, 4, 1078 b 4), que le syllogisme manifeste le déploiement immanent d'une essence, qui médiatise dans l'unité synthétique de la conclusion deux moments d'abord disjoints : ainsi serait-ce l'humanité qui fait S […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Les éditeurs d'Aristote ont rassemblé dans une collection dite « les livres qui viennent après les livres physiques » les ouvrages d'Aristote qui traitent de sujets divers, qui sont tous objets de controverses. Ces livres constituent ce qu'on appelle depuis lors La Métaphysique d'Aristote. On ne saura jamais si et comment Aristote aurait introduit un ordre parmi ces livres, qui ne sont pas d'une […] Lire la suite

ASÉITÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 830 mots

Appartenant strictement à la langue philosophique, le terme « aséité », qui évoque inévitablement la causa sui de Spinoza, désigne la propriété de ce qui a sa propre raison d'être en soi-même et n'est pas relatif à un autre pour ce qui est de son existence. Sur ce sens général, Aristote, Descartes et Spinoza sont d'accord. Mais les conceptions de l'aséité sont relativement éloignées dès lors qu'o […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de l'interprétation »  : […] Mais nous devons faire maintenant une autre distinction, car pour décrire ces propriétés émergentes, à la fois structurales et fonctionnelles, on ne peut pas éviter de tenir compte de l'existence et du point de vue de l'observateur (non pas avec le sens d'une subjectivité, mais, de façon habituelle en physique, avec le sens de conditions objectives d'observation et de mesure). Considérer un résea […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 337 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication causale »  : […] Elle n'est pas absolument disjointe de l'explication spatiale, puisque le changement de place d'une qualité ou d'un principe plus ou moins immatériel est la première représentation qu'on a donnée de la causalité transitive. Réciproquement, la notion d'espace implique celle de localisation des objets (par exemple des particules) ; faute de celle-ci, la possibilité de suivre par continuité la trajec […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

C'est le xix e  siècle, dans la mesure où il a fait de la mécanique l'archétype des sciences expérimentales, sources de toute action technique efficace, qui a pratiquement identifié « science » et « déterminisme ». Lorsque, dans un contexte idéologique bien différent, celui des années 1920-1940, les premières découvertes de la physique quantique ont ébranlé la représentation du réel héritée de l'o […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cela ne prouve pas qu'elle dérive toute de l'expér […] Lire la suite

ENQUÊTE SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, David Hume - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle conception de l'entendement »  : […] La première des douze sections de l' Enquête , intitulée « Des différentes sortes de philosophie », annonce le programme des recherches et leur finalité : entre le traité systématique qui vire trop souvent au dogmatisme abstrus et la libre conversation qui se perd en digressions, l'enquête veut concilier rigueur et liberté, philosophie savante et communicabilité. Le programme est clair : il s'agit […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épistémologie « post-cartésienne » »  : […] On ne peut ignorer que certains thèmes de la pensée de Descartes se sont trouvés placés par lui, et pendant quelque temps après lui, au centre d'une philosophie de la science. C'est d'abord l'idée d'une rationalité de l' étendue . Nous avons de l'étendue des idées claires et distinctes, qu'il est possible d'enchaîner pas à pas en conservant toujours l'évidence, et d'embrasser toutes lors d'une re […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 867 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Erreur, probabilité des causes, histoire »  : […] On a implicitement admis, dans ce qui précède, que, pour mettre en évidence l'éventuelle fausseté d'une hypothèse scientifique, on pouvait reproduire l'expérience et en contrôler les paramètres. Le plus souvent, les conditions dans lesquelles s'effectue la recherche de la vérité sont tout autres : un événement – un accident ou une maladie, par exemple – se sont produits et l'on se propose d'en dét […] Lire la suite

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 131 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi empiriste »  : […] L'empirisme a ceci de commun avec la conception « cartésienne » de l'esprit qu'il conçoit les expériences comme des épisodes mentaux conscients (des « idées »), qui nous représentent le monde d'une certaine façon. Comme le cartésianisme, il est une tentative pour fonder la connaissance. Mais, sous ses formes classiques, il s'en distingue à la fois par ses moyens et par ses résultats. D'une part, […] Lire la suite

FĀRĀBĪ AL- (872-950)

  • Écrit par 
  • Yves MARQUET
  •  • 1 263 mots

Dans le chapitre « La création et les intelligences »  : […] Pour Fārābī, dix intellects ont émané les uns des autres à partir de Dieu : les neuf « causes secondes » et l'« intellect actif ». Chacune des causes secondes a produit l'intellect à elle subordonné (la neuvième cause seconde produisant l'intellect actif, ou dixième intellect), ainsi qu'une âme qui à son tour a produit un ciel, ou « sphère céleste » (un substrat auquel elle s'est incorporée). Des […] Lire la suite

FINALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond RUYER
  •  • 6 602 mots

La finalité d'une action en est le « pourquoi », le sens, par opposition à son « comment », aux mécanismes ou fonctionnements qu'elle met en jeu. Le mot « finalité » et l'expression « cause finale » sont démodés ; on les emploie souvent entre guillemets, comme antiscientifiques. La finalité est éprouvée comme une évidence lorsque l'on entreprend de faire quelque chose, d'obtenir un résultat. Cette […] Lire la suite

GEULINCX ARNOLD (1624-1669)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 454 mots

Philosophe flamand né à Anvers, métaphysicien et moraliste, Geulincx enseigna à Louvain, d'où il fut chassé en 1658 pour ses critiques de la scolastique ; il alla à Leyde et se convertit alors du catholicisme au calvinisme. Influencé dans ses études par le cartésien Guillaume Philippi, il attaqua dans son enseignement la physique scolastique à partir des principes cartésiens ; il fut aussi attiré […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 801 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le hasard et l'explication dans les sciences »  : […] On associe généralement explication et prévision. Il semble donc à première vue étrange de relier l'explication scientifique au hasard. Et pourtant le hasard est quelquefois invoqué, non seulement comme aléa extérieur, mais comme principe d'explication. C'est en ce sens que certains biologistes expliquent les mutations par le hasard, lui imputant même l'évolution des espèces. Une explication scie […] Lire la suite

HASARD & NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Ilya PRIGOGINE, 
  • Isabelle STENGERS
  • , Universalis
  •  • 9 586 mots

Dans le chapitre «  Retour aux origines »  : […] « Je ne forge pas d'hypothèses », a répondu Newton à ceux qui lui demandaient comment une force pouvait agir à distance. Cette phrase n'annonce pas vraiment la conception d'une science purement positive, mais elle exprime plutôt le constat que le monde, au sens de Newton, ne constitue pas un système déterministe, régi par des lois. Pour lui, il est possible de mesurer les effets observables des f […] Lire la suite

HUME DAVID (1711-1776)

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 3 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La critique de la causalité »  : […] Parmi les études que Hume a laissées sur les diverses relations, la plus célèbre est sa critique de la causalité. La causalité devait, à vrai dire, le préoccuper particulièrement, comme semblant, dès le départ, mettre en échec son empirisme. Car cette relation ne se borne pas à lier deux termes présents en notre expérience : elle amène la pensée à passer d'une cause donnée à un effet encore non d […] Lire la suite

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

« La véritable philosophie doit être idéaliste », écrit Schopenhauer. D'après Bernard Bourgeois, « l'idéalisme est essentiellement la philosophie, et toute philosophie est un idéalisme » : conséquence du postulat – idéaliste – qu'il n'y a de connaissance que d'idées. Le Dictionnaire des sciences philosophiques , sous la direction d'A. Franck (2 e éd., 1875), donne à lire : « L'idéalisme occupe la […] Lire la suite

INDUCTION, philosophie

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 253 mots

Dans le chapitre « L'induction et les lois de sens commun »  : […] Dans l'observation, on aboutit empiriquement à des évidences qu'on peut mettre sous la forme de propositions particulières relatives à des faits et énonçant les propriétés caractéristiques des individus a , b , c , ..., n . Dans les cas les plus simples, le résultat des observations s'exprimera sous la forme d'une suite de propositions particulières conjointes, affirmant, par exemple, que a , b , […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 décembre 2012 • France • Condamnation d'une psychiatre pour homicide involontaire.

est accusée de ne pas avoir satisfait « l'obligation de dispenser au patient, dangereux pour lui-même et pour autrui, les soins appropriés à son état ». Pour les juges, la culpabilité de la psychiatre découle de ses défaillances et du lien de causalité existant entre les conséquences de celles-ci et le crime.  [...] Lire la suite

1er-29 novembre 2005 • France • Poursuite des violences dans les banlieues.

). Dans la nuit, des policiers sont la cible de deux tirs à balles réelles à La Courneuve (Seine-Saint-Denis). Le 3, le rapport de l'Inspection générale des services sur les événements d'octobre établit l'absence de relation de causalité entre l'opération de police et la mort des deux adolescents. Le parquet [...] Lire la suite

4-8 juillet 2002 • France • Non-lieu général dans le volet non ministériel de l'affaire du sang contaminé.

le retard dans le dépistage par les incertitudes concernant la fiabilité du test américain alors disponible. Enfin, l'étude au cas par cas des contaminations ne permet pas, selon elle, « d'établir [de] lien de causalité entre les actions reprochées aux mis en examen et le dommage aux victimes [...] Lire la suite

22 novembre 1996 • France • Condamnation d'un dirigeant de l'Église de scientologie.

, escroquerie et tentative d'escroquerie. Le tribunal établit un « lien de causalité direct » entre le suicide d'un adepte de la secte, en mars 1988 ; et le « comportement fautif » de Jean-Jacques Mazier. Quatorze autres membres de la secte sont condamnés à des peines de prison avec sursis [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN, « CAUSALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/