CAUSALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sciences sociales

L'histoire des rapports entre les sciences sociales et la notion de cause est dominée par deux faits. Le premier est une conséquence du lien qui, notamment à leurs débuts, a uni les sciences sociales à la philosophie. Celle-ci comporte en effet une tradition de pensée vivace, associée à des noms tels que ceux de Hume et de Wittgenstein, selon laquelle l'idée de cause serait un concept obscur et inutilisable. En écho, de nombreux sociologues contestent la pertinence de l'idée de cause. Certains affirment comme Auguste Comte que la recherche des causes doit être remplacée par la recherche des lois. D'autres, arguant de la spécificité des sciences sociales, rejettent les explications de type causal du côté des sciences de la nature et proposent de leur substituer l'explication par les fonctions ou la méthode compréhensive, attachée notamment au nom de Max Weber, qui, chez Weber lui-même, doit se combiner à l'analyse causale.

Mais le développement des recherches sociales empiriques a réintroduit la notion de cause. Malgré les contestations théoriques, l'idée est généralement admise aujourd'hui que le sociologue ne peut guère se dispenser du langage causal. Cependant, il lui manquait de disposer d'une instrumentation adéquate. Durkheim est le premier à avoir compris qu'elle suppose l'utilisation de ce qu'on appelle aujourd'hui la méthode des modèles. Cette méthode est appliquée, quoique de manière fruste, dans Le Suicide. Mais ce n'est que fort tardivement que les sociologues ont forgé des instruments d'analyse causale rigoureux, comparables à ceux qu'utilise l'économétrie.

Ces méthodes permettent de lever le discrédit du langage causal en sociologie, car elles en font un langage à la fois indispensable et commode.

Le rôle de l'explication causale dans les sciences sociales

De nombreux sociologues ont contesté ou contestent encore que l'idée de cause telle qu'elle est utilisée dans les sciences de la nature puisse être retenue par les sciences sociales. Les arguments sont variés et diffèrent d'Auguste Comte à Max Weber et de Max Weber à McIver. On peut cependant les réunir.

Tout d'abord, n'est-ce pas à tort et par simplification qu'on parle de cause en sociologie alors qu'on ne peut jamais observer que des liaisons statistiques  ? Ne faut-il pas abandonner cette notion au profit de termes atténués, et parler seulement, par exemple, de dépendance ou de relation  ?

D'autre part, la notion de cause, si elle a un sens, et s'il est effectivement possible de décider de la vérité ou de la fausseté de propositions causales, suppose qu'on admette le postulat du déterminisme. Force est donc de considérer la réalité sociale comme une nature, c'est-à-dire comme un ensemble d'objets et d'événements qui s'imposent à l'observateur de l'extérieur sans qu'il ait un accès immédiat à leurs interrelations. Cela est-il légitime ? Ne doit-on pas préférer à l'explication par les causes une explication par les fonctions, puisque toute société forme un tout et que les relations entre les parties dépendent de ce tout ? En outre, les événements qui surviennent dans un système social sont, au moins partiellement, le fait d'acteurs capables de décisions, d'anticipations, de stratégies. Les caractères spécifiques de l'objet social n'excluent-ils pas l'explication par les causes pour appeler une explication par les raisons  ?

Plus généralement, peut-on légitimement décrire les phénomènes sociaux comme s'ils étaient des phénomènes naturels ?

L'explication par les fonctions ou les raisons n'est pas la seule à avoir été mise en concurrence avec l'explication par les causes. On a aussi opposé, bien à tort, causalité et compréhension. La première notion serait caractéristique des sciences où l'observateur est extérieur à son objet ; la seconde, des sciences où une suite d'événements doit être considérée comme un ensemble, non de faits, mais de signes dont on ne peut déchiffrer la signification que de l'intérieur et par projection.

Relations causales et relations statistiques

Eu égard à la première question, remarquons qu'une relation statistique, si elle ne peut s'accompagner d'une interprétation causale, est dépourvue de sens : elle peut donner lieu à une proposition constatant l'existence de cet [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Suicide et facteurs cosmiques

Suicide et facteurs cosmiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Âge, état-civil, suicide

Âge, état-civil, suicide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Matrice

Matrice
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Académie des sciences morales et politiques, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : doctorat de philosophie et de communication, chargée d'enseignement de logique, pragmatique, philosophie de l'art, université de Paris-III et Institut catholique de Paris
  • : professeur à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  CAUSALITÉ  » est également traité dans :

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 834 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Limites de l'idéal déductif »  : […] La notion de causalité appliquée au syllogisme reste cependant ambiguë. Elle pourrait signifier, puisque le moyen terme est un concept, ou, comme dit Aristote, exprime une essence ( Mét. , M, 4, 1078 b 4), que le syllogisme manifeste le déploiement immanent d'une essence, qui médiatise dans l'unité synthétique de la conclusion deux moments d'abord disjoints : ainsi serait-ce l'humanité qui fait S […] Lire la suite

ARISTOTÉLISME

  • Écrit par 
  • Hervé BARREAU
  •  • 2 240 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La métaphysique »  : […] Les éditeurs d'Aristote ont rassemblé dans une collection dite « les livres qui viennent après les livres physiques » les ouvrages d'Aristote qui traitent de sujets divers, qui sont tous objets de controverses. Ces livres constituent ce qu'on appelle depuis lors La Métaphysique d'Aristote. On ne saura jamais si et comment Aristote aurait introduit un ordre parmi ces livres, qui ne sont pas d'une […] Lire la suite

ASÉITÉ

  • Écrit par 
  • Marie-Odile MÉTRAL-STIKER
  •  • 830 mots

Appartenant strictement à la langue philosophique, le terme « aséité », qui évoque inévitablement la causa sui de Spinoza, désigne la propriété de ce qui a sa propre raison d'être en soi-même et n'est pas relatif à un autre pour ce qui est de son existence. Sur ce sens général, Aristote, Descartes et Spinoza sont d'accord. Mais les conceptions de l'aséité sont relativement éloignées dès lors qu'o […] Lire la suite

AUTO-ORGANISATION

  • Écrit par 
  • Henri ATLAN
  •  • 6 239 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rôle de l'interprétation »  : […] Mais nous devons faire maintenant une autre distinction, car pour décrire ces propriétés émergentes, à la fois structurales et fonctionnelles, on ne peut pas éviter de tenir compte de l'existence et du point de vue de l'observateur (non pas avec le sens d'une subjectivité, mais, de façon habituelle en physique, avec le sens de conditions objectives d'observation et de mesure). Considérer un résea […] Lire la suite

DESCRIPTION ET EXPLICATION

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 338 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'explication causale »  : […] Elle n'est pas absolument disjointe de l'explication spatiale, puisque le changement de place d'une qualité ou d'un principe plus ou moins immatériel est la première représentation qu'on a donnée de la causalité transitive. Réciproquement, la notion d'espace implique celle de localisation des objets (par exemple des particules) ; faute de celle-ci, la possibilité de suivre par continuité la trajec […] Lire la suite

DÉTERMINISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 9 720 mots

C'est le xix e  siècle, dans la mesure où il a fait de la mécanique l'archétype des sciences expérimentales, sources de toute action technique efficace, qui a pratiquement identifié « science » et « déterminisme ». Lorsque, dans un contexte idéologique bien différent, celui des années 1920-1940, les premières découvertes de la physique quantique ont ébranlé la représentation du réel héritée de l'o […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La croyance chez Kant et chez Hume »  : […] Or ce concept de croyance, qui permet d'anticiper pas à pas les possibilités de l'expérience, est justement ce qui va disparaître chez Kant au profit d'une anticipation globale des possibilités de l'expérience en général. Dans l'introduction à la Critique de la raison pure (2 e  éd.), Kant écrit : « Si toute connaissance débute avec l'expérience, cela ne prouve pas qu'elle dérive toute de l'expér […] Lire la suite

ENQUÊTE SUR L'ENTENDEMENT HUMAIN, David Hume - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 806 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle conception de l'entendement »  : […] La première des douze sections de l' Enquête , intitulée « Des différentes sortes de philosophie », annonce le programme des recherches et leur finalité : entre le traité systématique qui vire trop souvent au dogmatisme abstrus et la libre conversation qui se perd en digressions, l'enquête veut concilier rigueur et liberté, philosophie savante et communicabilité. Le programme est clair : il s'agit […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épistémologie « post-cartésienne » »  : […] On ne peut ignorer que certains thèmes de la pensée de Descartes se sont trouvés placés par lui, et pendant quelque temps après lui, au centre d'une philosophie de la science. C'est d'abord l'idée d'une rationalité de l' étendue . Nous avons de l'étendue des idées claires et distinctes, qu'il est possible d'enchaîner pas à pas en conservant toujours l'évidence, et d'embrasser toutes lors d'une re […] Lire la suite

ERREUR

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 868 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Erreur, probabilité des causes, histoire »  : […] On a implicitement admis, dans ce qui précède, que, pour mettre en évidence l'éventuelle fausseté d'une hypothèse scientifique, on pouvait reproduire l'expérience et en contrôler les paramètres. Le plus souvent, les conditions dans lesquelles s'effectue la recherche de la vérité sont tout autres : un événement – un accident ou une maladie, par exemple – se sont produits et l'on se propose d'en dét […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 février 2020 Finances mondiales. Publication d'un rapport sur le détournement de l'aide au développement.

La direction de l’institution a bloqué, en novembre 2019, la publication d’une première version du rapport qui énonçait un rapport de causalité, et non de coïncidence, entre les aides et les transferts.  […] Lire la suite

18 décembre 2012 France. Condamnation d'une psychiatre pour homicide involontaire

Pour les juges, la culpabilité de la psychiatre découle de ses défaillances et du lien de causalité existant entre les conséquences de celles-ci et le crime.  […] Lire la suite

1er-29 novembre 2005 France. Poursuite des violences dans les banlieues

Le 3, le rapport de l'Inspection générale des services sur les événements d'octobre établit l'absence de relation de causalité entre l'opération de police et la mort des deux adolescents. Le parquet de Bobigny ouvre toutefois une information judiciaire contre X pour « non-assistance à personnes en danger », après le dépôt, la veille, d'une plainte en ce sens par les parties civiles. […] Lire la suite

4-8 juillet 2002 France. Non-lieu général dans le volet non ministériel de l'affaire du sang contaminé

Enfin, l'étude au cas par cas des contaminations ne permet pas, selon elle, « d'établir [de] lien de causalité entre les actions reprochées aux mis en examen et le dommage aux victimes ». La décision provoque l'indignation des familles de victimes. Le 8, le parquet général de la cour d'appel de Paris annonce sa décision de se pourvoir en cassation contre l'arrêt de la chambre de l'instruction. […] Lire la suite

22 novembre 1996 France. Condamnation d'un dirigeant de l'Église de scientologie

Le tribunal établit un « lien de causalité direct » entre le suicide d'un adepte de la secte, en mars 1988 ; et le « comportement fautif » de Jean-Jacques Mazier. Quatorze autres membres de la secte sont condamnés à des peines de prison avec sursis. Le jugement dénonce les « méthodes destinées à soutirer de l'argent en privant l'adepte de son libre arbitre » comme « autant de manœuvres frauduleuses destinées à le tromper ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raymond BOUDON, Marie GAUTIER, Bertrand SAINT-SERNIN, « CAUSALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/causalite/