BIJOUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Moyen Âge occidental

Un grand nombre d'objets du haut Moyen Âge nous sont parvenus grâce à la coutume d'ensevelir les morts accompagnés de leur parure. Les bijoux retrouvés dans les tombes manifestent le goût de cette époque pour l'or et pour le décor de pierres et verres colorés, souvent sertis à froid dans un réseau géométrique formé par des cloisons soudées préalablement, selon la technique de l'orfèvrerie cloisonnée. L'ensemble mis au jour à Saint-Denis en 1959 est tout à fait exemplaire : il comportait deux fibules circulaires en orfèvrerie cloisonnée, trois épingles, des garnitures de baudrier, de chaussures et de jarretières, des éléments de ceinture, ainsi qu'un anneau d'or portant une inscription et un monogramme, lus ARNEGUNDIS REGINE, ce qui conduisit à identifier la défunte avec Aregonde, l'une des femmes de Clotaire Ier (497-561).

Les bijoux conservés de l'époque carolingienne sont beaucoup moins nombreux. Les textes décrivent Charlemagne et son entourage parés, lors des cérémonies importantes, de diadèmes, colliers, pectora et agrafes d'or enrichis de pierres précieuses, mais très peu d'objets permettent de confirmer l'existence de ces ornements luxueux. Le pendentif connu sous le nom de Talisman de Charlemagne (Trésor de la cathédrale, Reims) est sans doute postérieur au règne de l'empereur et date plus probablement de la seconde moitié du ixe siècle ; il est cependant un exemple de ces bijoux portés sur la poitrine mentionnés par les textes. Quelques pendentifs de cristal de roche gravé sont également conservés ; le plus somptueux est celui dit « de Lothaire », orné de scènes de l'histoire de Suzanne faisant sans doute allusion à l'affaire du divorce de Lothaire II (795-869), qui provient de l'abbaye de Waulsort (British Museum, Londres). Autre décor typique de l'art carolingien, l'émail cloisonné sur or, recouvre la couronne du Trésor de Monza, selon des motifs proches de ceux de l'autel d'or de Milan, don de l'évêque Angilbert.

Dans la partie orientale de l'ancien empire carolingien, les souverains ottoniens (936-1024) puis saliens (1024-1125) se veulent les successeurs des empereurs carolingiens. Quelques parures précieuses exécutées à leur demande sont conservées, comme la Couronne du Saint Empire (Schatzkammer, Vienne), dont le décor associe or, pierres précieuses et émaux cloisonnés : le bandeau fut exécuté pour Otton Ier ou Otton II dans la seconde moitié du xe siècle, tandis que l'étrier (la partie supérieure) fut ajouté pour le couronnement impérial de Conrad II en 1027. L'ensemble de bijoux découverts à Mayence en 1880 (Kunstgewerbemuseum, Berlin, et Landesmuseum, Mayence) appartint très probablement à une impératrice, que l'on a proposé d'identifier avec Gisela, épouse de Conrad II, ou avec Agnès, épouse de Henri III (1017-1056). Certaines pièces, principalement un collier et un grand ornement de poitrine, témoignent d'une forte influence byzantine, tandis que d'autres, comme le fermail circulaire et la fibule émaillée ornée d'un aigle présentent d'étroits parallèles avec l'orfèvrerie de la première moitié du xie siècle.

Peu de bijoux de l'époque romane sont conservés. Ce sont surtout des anneaux, comme ceux, au décor très simple, mis au jour à Lark Hill, en Angleterre (British Museum, Londres), avec des monnaies de l'époque de Henri Ier (1069-1135) ou celui qui aurait été trouvé dans la tombe de l'évêque Maurice de Sully (1120-1196) à Notre-Dame de Paris (Louvre) dont le jonc porte un décor niellé associant monstres et rinceaux.

Si les couronnes des rois et reines de France autrefois conservées à Saint-Denis ont disparu, les bijoux du xiiie siècle nous sont cependant parvenus en plus grand nombre ; ils peuvent être répartis en différents groupes selon le type de leur ornementation. Ainsi, quelques-uns, notamment un fermail conservé au Metropolitan Museum de New York et une boucle de ceinture, au musée de Stockholm, portent un décor figuré typique du style 1200 ; d'autres, principalement une couronne (musée de Stockholm) et un groupe de fermaux (Bargello, Florence ; Landesmuseum, Mayence ; musée d'Unterlinden, Colmar) sont revêtus de filigranes. De nombreux bijoux de cette époque sont ornés de petits motifs végétaux, animaliers, et parfois de personnages, enserrés ou non dans des rinceaux ; un groupe, comportant deux couronnes dont les éléments sont aujourd'hui remontés sur une croix (Trésor de la cathédrale, Cracovie) et des fermaux (British Museum et Victoria and Albert Museum, musée de Budapest), pourrait être de fabrication vénitienne. Plusieurs types de décor sont parfois associés : sur l'Onyx de Schaffhausen, le camée antique a reçu une monture au décor de pierres précieuses et petits animaux, dont le revers est gravé d'une figure de fauconnier de style 1200, entourée d'une inscription permettant de l'identifier avec le comte Louis III de Froburg (mentionné entre 1201 et 1259).

Anneau de Louis IX, roi de France

Photographie : Anneau de Louis IX, roi de France

Anneau de Louis IX (Saint Louis), roi de France (1214-1270). Or et émail. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Au xive siècle, le goût des pierres précieuses s'épanouit dans un groupe de bijoux dont elles constituent l'ornementation unique ou principale, comme le fermail circulaire du musée de Stockholm, celui « à fleur de lis » provenant de Saint-Denis (Louvre), sans doute exécuté à Paris dans le deuxième quart du xive siècle, celui « à l'aigle » du musée de Cluny, probablement originaire de Bohême et réalisé vers le milieu du siècle, ou encore la couronne de Munich, aux grands fleurons d'inspiration florale, mentionnée dans le Trésor royal anglais en 1399. Sur les deux fermaux trouvés à Vérone en 1938 (Museo di Castelvecchio, Vérone), les bâtes qui portent les pierres précieuses sont semblables à celles placées sur la Pala d'oro lors de l'« enrichissement » de 1343-1345, ce qui confirme leur origine locale et permet de les dater vers les années 1340-1350. D'autres bijoux ornés de pierres précieuses, parfois associées à des émaux de plique, comme sur la couronne du Bargello ou les ceintures placées sur la Sainte Foy de Conques, présentent aussi ce type de bâtes, témoignant ainsi du rayonnement des bijoux vénitiens.

Fermail à fleur de lis

Photographie : Fermail à fleur de lis

Fermail à fleur de lis. Or et pierres précieuses. Bijou réalisé à Paris, deuxième quart du XIVe siècle. Provient de l'abbaye de Saint-Denis. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Certains bijoux du xive siècle sont ornés d'émail translucide de basse-taille, tels le reliquaire de la Sainte Épine, œuvre française du milieu du xive siècle, la ceinture d'Oxford, probablement exécutée en Angleterre, ou un groupe de ceintures d'origine italienne, comme celle du musée de Cleveland ou celle récemment retrouvée à San Frediano de Lucques dans le tombeau de sainte Zita.

Aux environs de 1400, l'art du bijou connaît un apogée au moment du gothique international, caractérisé notamment par le goût du luxe, du raffinement et de la préciosité. À l'or et aux pierres précieuses, désormais généralement taillées à facettes, est associée une nouvelle technique de l'émaillerie apparue vers le milieu du xive siècle : l'émail op [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages


Médias de l’article

Coffre à toilette en bois polychrome, bijoux et pots à fard

Coffre à toilette en bois polychrome, bijoux et pots à fard
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Pendentif au vautour, tombe de Toutankhamon, Égypte

Pendentif au vautour, tombe de Toutankhamon, Égypte
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Anneau de Louis IX, roi de France

Anneau de Louis IX, roi de France
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Fermail à fleur de lis

Fermail à fleur de lis
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur du Patrimoine, conservateur au département des Objets d'art du musée du Louvre
  • : conservateur en chef au musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
  • : conservateur au musée des Arts décoratifs
  • : conservateur en chef au département des Objets d'art du musée du Louvre
  • : agrégée d'histoire, docteure en égyptologie Université de Paris-IV Sorbonne, conservarice générale, directrice de la mission archéologique du Louvre à Saqqara (Égypte), directrice honoraire du département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre, conseillère scientifique du Louvre Abou Dabi

Classification

Autres références

«  BIJOUX  » est également traité dans :

ARTISANAT DU BRONZE (Gaule préromaine)

  • Écrit par 
  • Cécile BRETON
  •  • 2 449 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Fondeurs ou dinandiers ? »  : […] Comparé au fer, le bronze est un matériau qui autorise un large éventail de choix techniques. On les regroupe en deux catégories : la fonderie, qui nécessite l'utilisation d'un moule, d'une part, et le travail en déformation mécanique (le martelage, la torsion, la gravure, etc.), d'autre part. Au cours du façonnage d'un objet, les deux techniques sont généralement mises en œuvre simultanément. C'e […] Lire la suite

ASIE CENTRALE

  • Écrit par 
  • Henri-Paul FRANCFORT, 
  • Frantz GRENET
  •  • 9 678 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Au temps de l'empire kouchan (Ier s. avant notre ère-IIIe s.) »  : […] Le dernier tiers du ii e  siècle avant notre ère voit l'effondrement du royaume gréco-bactrien sous la poussée d'envahisseurs nomades surgis de la steppe, qui viennent aussi presser les frontières orientales des Parthes. En certains endroits, la vie urbaine régresse ; les monuments d'Aï Khanoum sont transformés en carrière. Les nouveaux venus entament un processus qui les conduit à se sédentariser […] Lire la suite

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 618 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'orfèvrerie »  : […] Les pièces conservées ne donnent qu'une faible idée de l'importance de l'orfèvrerie byzantine, mais les témoignages littéraires nous font connaître la richesse et la diversité des œuvres disparues : table d'autel en or massif incrustée de pierres précieuses, à Sainte-Sophie, trône placé sous un ciborium d'or au Grand Palais de Constantinople, vaisselle relatant les victoires impériales, fabriqué […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 374 mots
  •  • 43 médias

Dans le chapitre « Le décor et son inspiration »  : […] L'iconographie populaire chinoise apparaît d'emblée comme le produit d'une imagination féconde, mais se révèle presque toujours subordonnée à un ensemble de symboles, de sujets historiques et de légendes. Rares sont les motifs purement géométriques, et l'on dénombre peu de thèmes tirés de la nature ou de l'environnement qui ne dissimulent quelque symbole favorable. Cependant, malgré l'apparente c […] Lire la suite

ÉMERAUDE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 3 235 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La route des émeraudes »  : […] À partir de l'étude de plus en plus précise de la structure cristalline des émeraudes, notamment de ses « jardins », de l'attribution d'un mode de formation à chaque pierre, les spécialistes ont pu établir, peu à peu, pour les différentes gemmes une carte d'identité caractéristique de leur provenance. Ainsi, la mesure du rapport des deux principaux isotopes de l'oxygène ( 16 O et 18 O) permet d'at […] Lire la suite

ÉTHIOPIE

  • Écrit par 
  • Jean CHAVAILLON, 
  • Jean DORESSE, 
  • Éloi FICQUET, 
  • Alain GASCON, 
  • Jean LECLANT, 
  • Hervé LEGRAND, 
  • Jacqueline PIRENNE, 
  • R. SCHNEIDER
  • , Universalis
  •  • 24 467 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le royaume d'Axoum »  : […] La richesse d'invention des formes, l'aisance de l'exécution attestent ainsi la maîtrise des artisans de l'antique Éthiopie. C'est sur ce fonds culturel qu'à partir du i er  siècle ou du début du ii e  siècle de notre ère se développa la capitale, Axoum. Celle-ci dut profiter de l'essor économique qu'avait connu la mer Rouge sous l'impulsion des Ptolémées et des Romains ; c'était une étape sur les […] Lire la suite

FABERGÉ KARL (1846-1920)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 1 013 mots
  •  • 1 média

Karl (prénoms russes Karl Goustavovitch, prénoms allemands Peter Karl) Fabergé est né à Saint-Pétersbourg en 1846. Il descendait de huguenots français émigrés en Allemagne. Son père Gustave Fabergé (1814-1893), né à Parnau, fonda en 1842 dans la capitale impériale une firme de joaillerie. En 1870, à l'âge de vingt-quatre ans, Karl reprit l'affaire de son père et transforma le modeste atelier qui n […] Lire la suite

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 748 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les arts du métal »  : […] À l'Âge du bronze moyen (env. 1500 av. J.-C.), de nombreuses techniques avaient été mises au point dans le domaine de la métallurgie en Géorgie : coulage, forgeage, repoussage, découpage, estampage, polissage et brunissage. On connaissait aussi les bijoux niellés. Certains objets d' or et certains filigranes trouvés dans les sépultures trialeti rappellent les modèles sumériens, encore que leur fa […] Lire la suite

HUNS

  • Écrit par 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 3 686 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « La culture matérielle »  : […] La plupart des objets qui témoignent de la culture matérielle des nomades de l'époque hunnique proviennent du mobilier funéraire. Ils sont intimement liés à leur mode de vie. Ainsi, les éléments de harnachement, trouvés en grand nombre, confirment le rôle prépondérant du cheval chez les Huns, maintes fois souligné par les auteurs anciens. On a mis au jour des mors de chevaux avec des harnais en f […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 163 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les arts mineurs »  : […] Il n'est guère de localité indienne de quelque importance qui n'ait acquis la renommée dans l'une des innombrables branches de l' artisanat et qui ne se flatte d'abriter des familles établies dans leur spécialité depuis des générations. De fait, le travail des artisans constitue le fil jamais brisé qui relie le présent à un lointain passé, et la décadence des arts n'eut raison ni de leur goût ni d […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-29 octobre 1987 France. Intrusion des « affaires » dans la vie politique

Le garde des Sceaux avait jusqu'alors affirmé que ses relations avec la joaillerie Chaumet s'étaient limitées au dépôt, en 1982, de bijoux et de pierres précieuses. Protestant de la légalité d'« opérations commerciales » et non financières, effectuées « avec l'espoir de réaliser des plus-values sur des pierres », Albin Chalandon confirme, les jours suivants, dans la presse, les informations publiées par Le Monde, contre lequel il intente pourtant, le 28, une action en diffamation. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sophie BARATTE, Catherine METZGER, Évelyne POSSÉMÉ, Elisabeth TABURET-DELAHAYE, Christiane ZIEGLER, « BIJOUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bijoux/