BYZANCELes arts

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les témoignages artistiques occupent une place de premier plan dans l'héritage laissé par Byzance. Pourtant, la documentation conservée est très lacunaire et elle n'est pas représentative de l'ensemble de la création artistique. Les monuments de Constantinople ont beaucoup souffert des destructions, plus que ceux des provinces et de la périphérie du monde byzantin. En outre, l'architecture profane reste très mal connue, alors que les édifices religieux sont conservés en grand nombre. Enfin, les œuvres d'arts somptuaires (ivoires, émaux, orfèvrerie, manuscrits, etc., souvent transportés en Occident à l'époque des croisades) offrent un champ d'investigation beaucoup plus vaste que les réalisations monumentales. Le matériel conservé ne représente donc qu'une faible partie de la production artistique de Byzance. L'étude de celle-ci souffre, en outre, du petit nombre d'œuvres datées avec certitude et localisées avec précision. Si le rôle de Constantinople fut, sans nul doute, primordial dans l'élaboration de l'art byzantin et dans sa diffusion, il faut se garder d'attribuer à la capitale toutes les œuvres de bonne qualité. Là, comme ailleurs, plusieurs niveaux de production artistique coexistèrent, en fonction du milieu social des commanditaires.

C'est au ive siècle, avec la Paix de l'Église et le transfert de la capitale de l'Empire romain sur les rives du Bosphore, que commence l'histoire de l'art byzantin, art qui doit certaines de ses caractéristiques les plus essentielles aux structures politiques et religieuses de cet empire autocratique et chrétien. Tout au long de l'histoire de Byzance, art impérial et art religieux resteront étroitement liés, conséquence de la conception théologique du pouvoir : l'empereur tient son autorité de Dieu, qu'il représente sur terre, et la majesté terrestre n'est que le reflet de la majesté céleste. Ainsi l'art chrétien, qui n'était au iiie siècle qu'une branche modeste de l'art du Bas-Empire romain, acquiert-il, au ive siècle, un caractère public, officiel : il bénéficie alors de l'appui et de la richesse des empereurs et des classes dominantes de la société. L'époque protobyzantine (iveviie s.), transition entre l'Antiquité et le Moyen Âge, réalise la synthèse du christianisme et de la tradition gréco-romaine ; c'est au vie siècle que se dégagent, dans tous les domaines, les caractères spécifiques de l'art byzantin et que se perfectionnent les différentes techniques. Pendant les « siècles obscurs » (viie-première moitié du ixe s.), qui suivent l'effondrement de l'empire de Justinien, l'activité artistique s'est incontestablement ralentie, encore que ce déclin n'ait pas été aussi général qu'on le pensait jusqu'à ces dernières années. Le rétablissement du culte des images, en 843, et une situation politique restaurée favorisent un nouvel essor de l'activité monumentale et artistique sous les empereurs macédoniens (867-1056) : la « renaissance macédonienne ». Cet essor atteint son apogée au xie siècle et dans la première moitié du xiie, phase peut-être la plus accomplie, la plus raffinée de l'art de Byzance, tandis que, dans la seconde partie du xiie siècle, des innovations capitales se produisent, qui portent en germe les transformations ultérieures. Après la coupure de la domination latine (1204-1261), pendant laquelle l'évolution se poursuit hors des frontières de l'Empire, une ultime Renaissance, culturelle et artistique, s'épanouit sous les Paléologues (1261-1453) et l'art de Byzance rayonne alors sur un très vaste territoire.

L'architecture

Urbanisme et architecture civile

La cité paléochrétienne était l'héritière, sans altération majeure, de l'urbanisme antique. Mais à partir du début du viie siècle, dans les Balkans, en Grèce, en Asie Mineure, une rupture se produit, en liaison avec les graves périls qui menacent l'Empire (invasions perses, slaves et arabes).

De nombreuses villes sont abandonnées, les autres voient leur périmètre considérablement rétréci (Éphèse, Sardes, Milet, Pergame). Des villes sont créées sur des points facilement défendables (Monemvasie), parfois pour une brève période (Arif en Lycie ?). Seuls se maintiennent de très grands centres urbains comme Thessalonique, Smyrne et Constantin [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Habitats d'époque byzantine

Habitats d'époque byzantine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Fenari Isa Camii

Fenari Isa Camii
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Église de la Dormition à Skripou, Grèce

Église de la Dormition à Skripou, Grèce
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BYZANCE & EMPIRE BYZANTIN  » est également traité dans :

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

La séparation de l'Empire romain de Théodose Ier, en 395, entre ses deux fils, marque le début de l'Empire byzantin. La pars occidentalis subira les poussées barbares, jusqu'à son effondrement en 476, tandis que, en Orient, les différentes dynasties qui se succèdent, des Théodosiens aux Paléologues, tentent de maintenir l'héritage antique et chrétien héri […] Lire la suite

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

L'histoire littéraire, qui privilégie volontiers les notions de sommet et de décadence, est souvent amenée à laisser de côté des pans entiers de la culture, ou à les dévaluer. Pareil sort n'a pas épargné la littérature byzantine, trop souvent jugée à l'aune du monde grec classique. Pourtant l'ensemble d'œuvres qui la constitue et qui s'étend sur un millénaire mérite d'être considéré de plus près. […] Lire la suite

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l'Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of […] Lire la suite

BYZANCE MÉDIÉVALE 700-1204 (A. Cutler et J.-M. Spieser)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 1 248 mots

La collaboration de deux grands spécialistes de Byzance a permis la mise au point d'un livre intelligent et vivant, qui renouvelle les vues routinières sur Byzance (coll. L'Univers des formes, Gallimard, Paris, 1996).Une brève introduction souligne quelques constantes de l'âme byzantine. La plus importante est que pour les Byzantins l'avenir était, en quelque […] Lire la suite

ÉCHANGES COMMERCIAUX ENTRE L'OCCIDENT ET BYZANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 324 mots

992 En échange du prêt de sa flotte pour transporter des troupes byzantines vers l'Italie, Venise reçoit, par un chrysobulle, un privilège : Basile II abaisse à 2 sous d'or les droits de passage payés par les Vénitiens à la douane d'Abydos. 1054 Schisme de Michel Cérulaire. Premier symptôme de l'incompréhension entre Rome et Byzance, cette crise n'a pas été vécue alors comme une rupture définiti […] Lire la suite

SLAVES

  • Écrit par 
  • Denise EECKAUTE, 
  • Paul GARDE, 
  • Michel KAZANSKI
  •  • 22 536 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « La pénétration de l'Empire byzantin »  : […] On peut dater du début du vi e , peut-être même de la fin du v e  siècle la pénétration des Slaves méridionaux dans l'Empire byzantin. Les Antes, d'abord installés en Valachie, passèrent dans les régions du bas Danube et de là dans la Roumélie actuelle ; le titre d'Anticus attribué à Justinien témoigne des luttes qu'il dut mener contre eux, les Slovènes de leur côté occupèrent l'Illyrie et la Dalm […] Lire la suite

MÉDITERRANÉE HISTOIRE DE LA

  • Écrit par 
  • André BOURDE, 
  • Georges DUBY, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 18 417 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Empire normand et armateurs italiens (XIe-XIIIe s.) »  : […] Le vif mouvement de croissance qui, dans les années qui ont précédé l'an mille, se mit à animer la chrétienté occidentale vint renverser peu à peu cette situation. Les guerriers « francs » se lancèrent dans des expéditions contre les musulmans, pendant lesquelles mûrit lentement l'idée de croisade. Les Sarrasins furent expulsés de leurs repaires de Campanie en 916, de celui de Provence en 972-973. […] Lire la suite

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 319 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Histoire de l'orthodoxie »  : […] On peut dater les origines chrétiennes et il en est de même pour l'apparition de la Réforme. Mais qu'en est-il pour la naissance des Églises orthodoxe et catholique, en tant que séparées et en tant que constituant les deux variantes maîtresses du christianisme institutionnel au Moyen Âge ? Une chronologie paresseuse a longtemps imposé l'année 1054, date à laquelle légats romains et patriarches byz […] Lire la suite

BULGARIE

  • Écrit par 
  • Roger BERNARD, 
  • André BLANC, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Nadia CHRISTOPHOROV, 
  • Jack FEUILLET, 
  • Vladimir KOSTOV, 
  • Edith LHOMEL, 
  • Robert PHILIPPOT
  •  • 26 979 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Slaves et Protobulgares »  : […] La Bulgarie médiévale s'est formée au terme des grandes migrations du haut Moyen Âge aux dépens de l'Empire byzantin. Elle se distingue des autres royaumes barbares par sa dualité initiale, curieuse symbiose entre deux peuples totalement différents par l'origine et la langue. Elle est née autant d'un voisinage fortuit des sept tribus slaves d'entre Danube et Balkan (une des vagues de la grande mar […] Lire la suite

GRÈCE - De la Grèce byzantine à la Grèce contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean CATSIAPIS, 
  • Dimitri KITSIKIS, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 21 426 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre «  Vers la Grèce moderne : l'hellénisme, fondement de l'Empire byzantin »  : […] Le déplacement du centre administratif en Orient à partir de Dioclétien, surtout à partir de la fondation de Constantinople érigée par Constantin en deuxième capitale (330), assurera à cette partie de l'Empire la prééminence politique. D'autre part, la régionalisation progressive amorcée par les réformes de ces deux empereurs (tétrarchie, création de diocèses groupant plusieurs provinces, de préf […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine JOLIVET-LÉVY, Jean-Pierre SODINI, « BYZANCE - Les arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/