BYZANCELes arts

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les témoignages artistiques occupent une place de premier plan dans l'héritage laissé par Byzance. Pourtant, la documentation conservée est très lacunaire et elle n'est pas représentative de l'ensemble de la création artistique. Les monuments de Constantinople ont beaucoup souffert des destructions, plus que ceux des provinces et de la périphérie du monde byzantin. En outre, l'architecture profane reste très mal connue, alors que les édifices religieux sont conservés en grand nombre. Enfin, les œuvres d'arts somptuaires (ivoires, émaux, orfèvrerie, manuscrits, etc., souvent transportés en Occident à l'époque des croisades) offrent un champ d'investigation beaucoup plus vaste que les réalisations monumentales. Le matériel conservé ne représente donc qu'une faible partie de la production artistique de Byzance. L'étude de celle-ci souffre, en outre, du petit nombre d'œuvres datées avec certitude et localisées avec précision. Si le rôle de Constantinople fut, sans nul doute, primordial dans l'élaboration de l'art byzantin et dans sa diffusion, il faut se garder d'attribuer à la capitale toutes les œuvres de bonne qualité. Là, comme ailleurs, plusieurs niveaux de production artistique coexistèrent, en fonction du milieu social des commanditaires.

C'est au ive siècle, avec la Paix de l'Église et le transfert de la capitale de l'Empire romain sur les rives du Bosphore, que commence l'histoire de l'art byzantin, art qui doit certaines de ses caractéristiques les plus essentielles aux structures politiques et religieuses de cet empire autocratique et chrétien. Tout au long de l'histoire de Byzance, art impérial et art religieux resteront étroitement liés, conséquence de la conception théologique du pouvoir : l'empereur tient son autorité de Dieu, qu'il représente sur terre, et la majesté terrestre n'est que le reflet de la majesté céleste. Ainsi l'art chrétien, qui n'était au iiie siècle qu'une branche modeste de l'art du Bas-Empire romain, acquiert-il, au ive siècle, un caractère public, officiel : il bénéficie alors de l'appui et de la richesse des empereurs et des classes dominantes de la société. L'époque protobyzantine (iveviie s.), transition entre l'Antiquité et le Moyen Âge, réalise la synthèse du christianisme et de la tradition gréco-romaine ; c'est au vie siècle que se dégagent, dans tous les domaines, les caractères spécifiques de l'art byzantin et que se perfectionnent les différentes techniques. Pendant les « siècles obscurs » (viie-première moitié du ixe s.), qui suivent l'effondrement de l'empire de Justinien, l'activité artistique s'est incontestablement ralentie, encore que ce déclin n'ait pas été aussi général qu'on le pensait jusqu'à ces dernières années. Le rétablissement du culte des images, en 843, et une situation politique restaurée favorisent un nouvel essor de l'activité monumentale et artistique sous les empereurs macédoniens (867-1056) : la « renaissance macédonienne ». Cet essor atteint son apogée au xie siècle et dans la première moitié du xiie, phase peut-être la plus accomplie, la plus raffinée de l'art de Byzance, tandis que, dans la seconde partie du xiie siècle, des innovations capitales se produisent, qui portent en germe les transformations ultérieures. Après la coupure de la domination latine (1204-1261), pendant laquelle l'évolution se poursuit hors des frontières de l'Empire, une ultime Renaissance, culturelle et artistique, s'épanouit sous les Paléologues (1261-1453) et l'art de Byzance rayonne alors sur un très vaste territoire.

L'architecture

Urbanisme et architecture civile

La cité paléochrétienne était l'héritière, sans altération majeure, de l'urbanisme antique. Mais à partir du début du viie siècle, dans les Balkans, en Grèce, en Asie Mineure, une rupture se produit, en liaison avec les graves périls qui menacent l'Empire (invasions perses, slaves et arabes).

De nombreuses villes sont abandonnées, les autres voient leur périmètre considérablement rétréci (Éphèse, Sardes, Milet, Pergame). Des villes sont créées sur des points facilement défendables (Monemvasie), parfois pour une brève période (Arif en Lycie ?). Seuls se maintiennent de très grands centres urbains comme Thessalonique, Smyrne et Constantinople.

À partir de la seconde moitié du ixe siècle, un certain renouveau de l'habitat se manifeste avec l'apparition de bourgs fortifiés. Le mouvement s'amplifie entre les xe et xiie siècles. Les « villes » se développent alors, débordant parfois de leurs murailles. Artisanat et commerce sont florissants si l'on en croit les sources (Nicolas Choniate, Anne Comnène, Benjamin de Tudèle, Idrisi) et certaines découvertes archéologiques (ateliers de verriers et de potiers à Corinthe par exemple). Au xiiie siècle, marqué par l'occupation latine de Constantinople, certaines régions d'Asie Mineure semblent relativement prospères (empires de Nicée et de Trébizonde). Aux xive-xve siècles, la ville de Mistra, construite sous la protection de la forteresse de Villehardouin, offre un dernier exemple de ville byzantine avec son kastro, sa ville moyenne et ses faubourgs.

Habitats d'époque byzantine

Dessin : Habitats d'époque byzantine

 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans ces gros bourgs qui se développent de manière anarchique, par quartiers, autour d'églises près desquelles les morts sont désormais admis, s'installe un habitat où la pauvreté du matériau le dispute à l'irrégularité des plans. Des maisons ont été mises au jour à Thèbes et à Athènes ; certaines présentent encore une cour médiane autour de laquelle s'articulent des pièces indifférenciées. Une maison campagnarde, faite d'une pièce oblongue accolée à deux pièces de dimensions variées, a été découverte à Armatova en Élide. Mais elle ne permet guère de se faire une idée de l'habitat rural. À Corinthe, une maison du xe siècle, accolée à la fontaine Pirène, offre un luxueux triklinos (salle à manger) séparé en deux parties par une arcade triple. À Pergame, les maisons s'articulent le plus souvent autour d'une cour, mentionnée dans les actes athonites. Tous ces bâtiments sont pourvus de nombreuses jarres de stockage (grains, huile). Les maisons sont le plus souvent pauvrement bâties, en bois et en boue plus souvent qu'en pierre et en brique, cloisonnées en planches (descriptions données dans un acte inédit du monastère d'Iviron en 1104). Certes, la capitale et les grands centres offraient, d'après les sources, des bâtiments prestigieux (constructions des empereurs iconoclastes au Grand Palais ; aménagement du Palais des Blachernes ; palais de fantaisie décrit dans l'épopée de Digenis Akritas). Le palais de Tekfur Saray à Constantinople, ceux de Brya [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Habitats d'époque byzantine

Habitats d'époque byzantine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)

Intérieur de Sainte-Sophie de Constantinople (Istanbul)
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Fenari Isa Camii

Fenari Isa Camii
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Église de la Dormition à Skripou, Grèce

Église de la Dormition à Skripou, Grèce
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BYZANCE & EMPIRE BYZANTIN  » est également traité dans :

BYZANCE - L'Empire byzantin

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 13 297 mots
  •  • 17 médias

La séparation de l'Empire romain de Théodose Ier, en 395, entre ses deux fils, marque le début de l'Empire byzantin. La pars occidentalis subira les poussées barbares, jusqu'à son effondrement en 476, tandis que, en Orient, les différentes dynasties qui se succèdent, des Théodosiens aux Paléologues, tentent de maintenir l'héritage antique et chrétien héri […] Lire la suite

BYZANCE - La littérature

  • Écrit par 
  • José GROSDIDIER DE MATONS
  • , Universalis
  •  • 6 104 mots

L'histoire littéraire, qui privilégie volontiers les notions de sommet et de décadence, est souvent amenée à laisser de côté des pans entiers de la culture, ou à les dévaluer. Pareil sort n'a pas épargné la littérature byzantine, trop souvent jugée à l'aune du monde grec classique. Pourtant l'ensemble d'œuvres qui la constitue et qui s'étend sur un millénaire mérite d'être considéré de plus près. […] Lire la suite

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l'Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of […] Lire la suite

BYZANCE MÉDIÉVALE 700-1204 (A. Cutler et J.-M. Spieser)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 1 248 mots

La collaboration de deux grands spécialistes de Byzance a permis la mise au point d'un livre intelligent et vivant, qui renouvelle les vues routinières sur Byzance (coll. L'Univers des formes, Gallimard, Paris, 1996).Une brève introduction souligne quelques constantes de l'âme byzantine. La plus importante est que pour les Byzantins l'avenir était, en quelque […] Lire la suite

ALBANIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie AUTISSIER, 
  • Odile DANIEL, 
  • Christian GUT
  •  • 22 085 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les origines et le Moyen Âge »  : […] L'occupation du sol intervient au Paléolithique moyen ; mais les Albanais actuels descendent probablement des Illyriens, peuplade indo-européenne venue dans la région vers la fin de l'âge du bronze. Leur civilisation se développa rapidement, dès le vii e  siècle avant J.-C., au contact des Grecs qui établirent, notamment à Épidammon (Durrës) et à Apollonie (près de Fier) des colonies dont subsiste […] Lire la suite

ALP ARSLAN (1030 env.-1072) sultan seldjoukide (1063-1072)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 327 mots

Après avoir montré ses qualités militaires dans des campagnes victorieuses en Afghanistan et en Iran, Alp Arslan succède vers 1060 à son père Tchaghri Beg au Khorassan, puis en 1063 à son oncle Toghroul Beg en Iran et en Irak. Ayant réussi à éliminer ses oncles et cousins, reconnu comme sultan par le calife abbasside al-Qā'im, il est avant tout l'artisan de la progression turque vers l'ouest, s'at […] Lire la suite

ANASTASE LE BIBLIOTHÉCAIRE (810 env.-env. 880)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 458 mots

Linguiste distingué et cardinal de Rome né autour de 810, probablement à Rome (Italie), mort vers 880, Anastase le bibliothécaire est un conseiller politique influent des papes du ix e  siècle. Apparenté à un évêque italien et reconnu pour sa parfaite connaissance du grec, Anastase est nommé cardinal-prêtre de la paroisse Saint-Marcel, à Rome, en 848. Déposé en 853 en raison de son activité polit […] Lire la suite

ANNE COMNÈNE (1083-1148)

  • Écrit par 
  • Pascal CULERRIER
  •  • 564 mots

Fille aînée de l'empereur Alexis I er (qui régna de 1081 à 1118), Anne Comnène, née en 1083, épousa le césar Nicéphore Bryennios et brigua en vain la couronne impériale. L'échec de ses ambitions politiques lui valut une retraite forcée qu'elle mit à profit pour reprendre un projet laissé inabouti par la mort de son époux. À la demande de sa belle-mère, ce dernier avait commencé à écrire l'histoir […] Lire la suite

ANTIOCHE PRINCIPAUTÉ D'

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 421 mots

L'une des principautés de l'Orient latin né de la Première Croisade, organisée par Bohémond I er de Tarente autour de la place d'Antioche, l'une des plus importantes villes musulmanes, prise par les Francs le 2 juin 1098, après un siège de près de huit mois. La principauté, et en particulier le port de Lattaquié, fut l'objet d'une âpre compétition entre Bohémond et les Byzantins. En l'absence de […] Lire la suite

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « La lutte des empires »  : […] Alors que la scène politique d'une vaste région du globe était dominée par la lutte entre les Romains et les Perses Sassanides, l'Arabie, en marge de ces deux grandes puissances, en subissait le contrecoup. Cela se marquait notamment, sur le plan idéologique, par la pénétration du christianisme monophysite ou diphysite modéré lié à Byzance, du christianisme nestorien et du judaïsme protégés par la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine JOLIVET-LÉVY, Jean-Pierre SODINI, « BYZANCE - Les arts », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/