OTTONIEN ART

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La notion d'art ottonien ne recouvre pas seulement le règne des empereurs Otton Ier le Grand, Otton II et Otton III, dont cet art porte le nom. Elle s'étend sur une période qui va du milieu du xe siècle à la fin du xie, c'est-à-dire du renouveau de la vie spirituelle après l'effondrement de la civilisation carolingienne à la querelle des Investitures. Géographiquement, l'art ottonien désigne les œuvres créées à l'intérieur des frontières de l'Empire romain germanique, reconstitué par Otton Ier en 962, à l'exception de l'Italie ; la Lombardie, toutefois, offrait des rapports si étroits avec les régions voisines du Nord qu'une partie des œuvres qui y naquirent, en particulier dans le domaine de l'ivoirerie, doivent être attribuées à l'art ottonien au sens strict.

Les origines de l'art ottonien

Le développement de l'art ottonien est dû à la famille impériale ottonienne puis salique, et aux grands personnages laïcs et religieux de leur entourage, hommes et femmes. Cet art n'a cependant pas pris naissance dans les cours princières, mais auprès des sièges épiscopaux et avant tout dans les grandes abbayes. Les « écoles de palais » comme celles qui jouèrent un rôle décisif pendant la période carolingienne n'existaient plus. Une source unique, tardive de surcroît, désigne un certain Marcus Capellanus comme l'auteur d'un manuscrit fait pour Henri II (Ms. 4o théol. 15, Landesbibliothek, Kassel). Des personnages comme Egbert de Trèves (977-993) et Bernward d'Hildesheim (993-1022) font revivre le brillant mécénat épiscopal du ixe siècle. L'un des plus grands artistes de l'époque, le « Maître du Registrum Gregorii », dont les œuvres furent pendant des dizaines d'années le fondement et le modèle d'autres écoles, était au service d'Egbert. Quant à Bernward d'Hildesheim, il créa, avec Saint-Michel d'Hildesheim, la structure classique de l'architecture ottonienne ; des œuvres célèb [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  OTTONIEN ART  » est également traité dans :

AUGSBOURG CATHÉDRALE D'

  • Écrit par 
  • Louis GRODECKI
  •  • 283 mots

La fondation de l'évêché d'Augsbourg remonte au haut Moyen Âge. L'édifice actuel comporte des parties ottoniennes, appartenant à la construction de 994-1006, et des parties romanes, datant de 1068. C'était alors une basilique à piliers, à deux absides, munie d'un transept très étendu au-devant du chœur occidental, bâti sur une crypte ; on peut rattacher ce type d'église à l'art carolingien, notamm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cathedrale-d-augsbourg/#i_24885

BAMBERG

  • Écrit par 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 703 mots
  •  • 1 média

Mentionnée dès le x e siècle, la ville de Bamberg (aujourd'hui en Bavière) ne fit cependant sa véritable apparition dans l'histoire qu'au début du xi e siècle, sur l'initiative de l'empereur ottonien Henri II, qui entreprit d'en faire une nouvelle capitale. Il y créa un évéché en 1007 et, au cou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bamberg/#i_24885

BIJOUX

  • Écrit par 
  • Sophie BARATTE, 
  • Catherine METZGER, 
  • Évelyne POSSÉMÉ, 
  • Elisabeth TABURET-DELAHAYE, 
  • Christiane ZIEGLER
  • , Universalis
  •  • 6 086 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge occidental »  : […] Un grand nombre d'objets du haut Moyen Âge nous sont parvenus grâce à la coutume d'ensevelir les morts accompagnés de leur parure. Les bijoux retrouvés dans les tombes manifestent le goût de cette époque pour l'or et pour le décor de pierres et verres colorés, souvent sertis à froid dans un réseau géométrique formé par des cloisons soudées préalablement, selon la technique de l'orfèvrerie cloison […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bijoux/#i_24885

ÉMAUX

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 4 388 mots

Dans le chapitre « Les émaux byzantins sur or cloisonné. Leurs adaptations carolingiennes et ottoniennes (VIe-XIe siècle) »  : […] Une émaillerie raffinée, procédant du mode différent du cloisonné sur or, se développait à Constantinople et en des cités d'Asie Mineure. Là, l'émail va prendre dans l'orfèvrerie une place prépondérante qu'il ne perdra qu'à la fin du Moyen Âge ; il ornera, avec une richesse de coloris jusqu'ici inconnue, les objets du culte religieux et impérial. Les pièces antérieures à la crise iconoclaste ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emaux/#i_24885

ESCHAU CLOÎTRE D'

  • Écrit par 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 257 mots

Abbaye fondée en 770, en Alsace, par Rémi, évêque de Strasbourg. L'église du xi e siècle est conservée et appartient au type ottonien dit à transept bas. Vers 1130, un cloître lui fut ajouté sur le côté nord. Il fut détruit dès 1292. En 1955, une partie de ce cloître a été remontée au musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg pour présenter les di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cloitre-d-eschau/#i_24885

FULDA ABBAYE DE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 653 mots

La fondation de l'abbaye de Fulda remonte au viii e siècle. Le 12 mars 744, sur le conseil de son maître Boniface, Sturm s'installa avec sept compagnons dans la forêt Buchonia, en Saxe, sur un vaste terrain donné par Carloman. Bientôt Sturm se rendit à Rome. Il en rapporta les us et coutumes du Mont-Cassin. Il obtint du pape Zacharie, en 751, l'e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-de-fulda/#i_24885

HILDESHEIM

  • Écrit par 
  • Louis GRODECKI
  •  • 576 mots
  •  • 1 média

Fondée au début du ix e siècle, l'église cathédrale de Hildesheim, située en Basse-Saxe, fut construite par l'évêque Altfried de 851 à 872 sur un plan basilical à transept, et munie d'un chœur à déambulatoire ; d'importants vestiges de cet édifice subsistent sous l'actuel chœur et sous le transept. Un massif occidental fut adapté entre 1022 et 10 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hildesheim/#i_24885

MAÎTRE DU REGISTRUM GREGORII (fin Xe s.)

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN
  •  • 259 mots

La personnalité du Maître du Registrum Gregorii domine nettement celle des enlumineurs des x e et xi e  siècles. Peintre de l'archevêque Egbert de Trèves (977-993), qui sut faire de sa ville un important centre artistique, le Maître du Registrum tenta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitre-du-registrum-gregorii/#i_24885

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

Dans le chapitre « Conjoncture historique »  : […] Les premiers manuscrits furent décorés sous le signe de l'amalgame des écoles d' enluminure carolingiennes, soit par la juxtaposition, comme dans les Évangiles de Sainte-Catherine de Maeseyck, du style décoratif transmis par l'Italie et du style abstrait d'origine anglaise (northumbrien), soit par la domination dans les commandes du style tardif de Reims (période de Hincmar, successeur d'Ebbon dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_24885

ORDRES, architecture

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Claude MIGNOT, 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 13 398 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « L'époque romane »  : […] Au xi e et au xii e  siècle, l'histoire du corinthien se complique et s'accélère. Parfois encore, comme dans l'art ottonien ou dans la région d'Aquilée, sa renaissance accompagne une volonté politique de retour à l'Empire. Mais ces renaissances sont brèves et sans suite. En revanche, dans le mon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-architecture/#i_24885

OTTMARSHEIM ABBATIALE D'

  • Écrit par 
  • Éliane VERGNOLLE
  •  • 236 mots

Abbaye fondée au début du xi e  siècle pour des religieuses bénédictines par le comte Rodolphe d'Altenbourg sur son domaine alsacien. De ce monastère il ne reste que l'église Sainte-Marie, consacrée en 1049 par le pape Léon IX. Bâtie sur un plan octogonal, elle reprend, dans les grandes lignes, le parti de la chapelle palatine de Charlemagne à Aix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbatiale-d-ottmarsheim/#i_24885

PALAIS ÉCOLE DU, enluminure

  • Écrit par 
  • Danielle GABORIT-CHOPIN
  •  • 790 mots

Deux séries d'œuvres carolingiennes sont regroupées sous le nom d'école du Palais : l'école du palais de Charlemagne et celle du palais de Charles le Chauve. L'une et l'autre dépendent étroitement du mécénat des deux princes et ne survécurent pas à leur disparition. La première école palatine (l'ancien groupe Ada), qu'il faut probablement localiser à Aix-la-Chapelle, se développa à la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-du-palais-enluminure/#i_24885

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 510 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les grands domaines de la peinture murale »  : […] C'est en Italie surtout qu'on perçoit la référence constante aux prestigieux modèles byzantins. La proximité géographique et l'étroitesse des relations de tout genre expliquaient la persistance de cette longue tradition. Une ville comme Venise est plus qu'à demi byzantine et ses mosaïstes demeurent entièrement acquis, du xi e au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-roman/#i_24885

TRIBUNE, église

  • Écrit par 
  • Maryse BIDEAULT
  •  • 527 mots

Dans son acception la plus large, le terme « tribune » désigne une galerie supérieure charpentée ou voûtée, suffisamment vaste pour qu'on puisse y circuler, et qui ouvre sur l'intérieur de l'édifice par une suite de baies plus ou moins importantes. Il convient toutefois de distinguer deux types essentiels de tribune dont la fonction détermine l'emplacement. Dans l'architecture carolingienne et ott […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tribune-eglise/#i_24885

Voir aussi

Pour citer l’article

Florentine MÜTHERICH, « OTTONIEN ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-ottonien/