HILDESHEIM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondée au début du ixe siècle, l'église cathédrale de Hildesheim, située en Basse-Saxe, fut construite par l'évêque Altfried de 851 à 872 sur un plan basilical à transept, et munie d'un chœur à déambulatoire ; d'importants vestiges de cet édifice subsistent sous l'actuel chœur et sous le transept. Un massif occidental fut adapté entre 1022 et 1054 ; modifié au xiie siècle, il fut récemment restitué (1950-1960) ; la nef fut modifiée au cours du xie siècle, munie de chapelles au xive siècle. Très gravement endommagée au cours de la Seconde Guerre mondiale, l'église a été restaurée dans sa forme primitive du xie et du xive siècle. C'est un exemple très intéressant de « type saxon » de basilique charpentée à supports alternés dans la nef, à transept régulier et à chœur profond au-dessus d'une crypte. Des œuvres d'art d'une extrême importance ornent la cathédrale, notamment les portes en bronze et la colonne en bronze (pied d'un crucifix, aujourd'hui perdu), qui furent faites pour l'église abbatiale Saint-Michel sur ordre de l'évêque saint Bernward (933-1022). Les portes représentent l'histoire du péché originel comparée à l'histoire de la Rédemption (vie du Christ), dans un style expressif, proprement ottonien ; elles s'inspirent pourtant des modelés carolingiens (manuscrits). La colonne, conçue à l'imitation des colonnes triomphales antiques romaines, montre la vie du Christ jusqu'à la Crucifixion qui se dressait au-dessus du chapiteau (moderne aujourd'hui). Il faut mentionner aussi les fonts baptismaux romans en bronze (1213-1225), portés par quatre figures des fleuves du Paradis.

Saint-Michel, Hildesheim

Photographie : Saint-Michel, Hildesheim

Église Saint-Michel, Hildesheim (Allemagne), XIe-XIIe siècle. Plafond peint sur bois, « L'Arbre de Jessé ». 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

L'ancienne abbatiale Saint-Michel, fondée par l'évêque Bernward, qui fut sous Otton III le principal conseiller impérial (mort en 1022), est plus importante encore pour l'histoire de l'architecture médiévale. L'église, commencée en 1007, fut achevée en 1033 ; partiellement reconstruite entre 1171 et 1186, elle fut sévèrement endommagée en 1944-1945 et soigneusement restituée dans sa forme romane (1946-1960). Le parti de l'édifice est d'une profonde originalité grâce aux deux transepts précédant deux chœurs opposés, de part et d'autre d'une nef charpentée aux supports alternés. Chaque bras de transept comporte des tribunes à deux étages desservies par des tourelles extérieures. Le chœur occidental, muni d'un déambulatoire, surmonte la crypte où Bernward se fit enterrer. La parfaite harmonie des proportions du plan, tracé avec une rigueur mathématique, la clarté des divisions monumentales des volumes et des masses extérieures, dominées par deux tours carrées, font de cet édifice le chef-d'œuvre de l'architecture germanique ottonienne. La clôture du chœur (croisée du transept occidental, fin du xiie s.) portant des figures de la Vierge et des saints est la principale œuvre de sculpture saxonne de ce temps. À la même époque appartient le plafond de la nef, peint sur bois, avec un gigantesque arbre de Jessé accompagné de scènes christologiques.

D'autres édifices préromans ou romans subsistent à Hildesheim, qui fut à l'époque du règne de la dynastie saxonne (ou ottonienne) un des centres les plus actifs de l'art germanique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  HILDESHEIM  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - L'architecte

  • Écrit par 
  • Florent CHAMPY, 
  • Carol HEITZ, 
  • Roland MARTIN, 
  • Raymonde MOULIN, 
  • Daniel RABREAU
  •  • 16 577 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La formation et le statut de l'architecte au Moyen Âge »  : […] De nombreux manuscrits du Moyen Âge appellent Dieu l'Architecte de l'Univers. Quelle preuve éclatante de la valeur intrinsèque qui s'attachait alors à l'art de concevoir un édifice et de l'élever ! Toutefois, la profession d'architecte est restée longtemps anonyme, régie par des règles, certes, mais laissant dans l'ombre les individualités. Rares sont au haut Moyen Âge les architectes dont les no […] Lire la suite

OTTONIEN ART

  • Écrit par 
  • Florentine MÜTHERICH
  •  • 3 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les origines de l'art ottonien »  : […] Le développement de l'art ottonien est dû à la famille impériale ottonienne puis salique, et aux grands personnages laïcs et religieux de leur entourage, hommes et femmes. Cet art n'a cependant pas pris naissance dans les cours princières, mais auprès des sièges épiscopaux et avant tout dans les grandes abbayes. Les « écoles de palais » comme celles qui jouèrent un rôle décisif pendant la période […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La sculpture monumentale »  : […] À la fin du xi e  siècle, c'est-à-dire au moment où apparaît l'église romane pleinement constituée, la sculpture met au point ses programmes iconographiques, ses formes et ses principes de composition. Cette coïncidence chronologique n'est pas fortuite : elle exprime l'interdépendance entre l'architecture et la sculpture, qui tient aux caractères mêmes du style. Les chapiteaux continuent à retenir […] Lire la suite

Les derniers événements

24 février 2021 Allemagne. Condamnation d'un recruteur de l'organisation État islamique.

d’Hildesheim (Basse-Saxe) et sur les réseaux sociaux, et avoir recruté une vingtaine de personnes pour le compte de l’organisation État islamique. Trois de ses lieutenants sont condamnés à des peines de quatre à huit ans et demi de prison.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis GRODECKI, « HILDESHEIM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hildesheim/