AUGSBOURG CATHÉDRALE D'

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La fondation de l'évêché d'Augsbourg remonte au haut Moyen Âge. L'édifice actuel comporte des parties ottoniennes, appartenant à la construction de 994-1006, et des parties romanes, datant de 1068. C'était alors une basilique à piliers, à deux absides, munie d'un transept très étendu au-devant du chœur occidental, bâti sur une crypte ; on peut rattacher ce type d'église à l'art carolingien, notamment au parti de l'abbatiale de Fulda. L'église subit d'importantes modifications à l'époque gothique, par le voûtement de la nef, et la construction, entre 1356 et 1413, d'un vaste chœur à déambulatoire et à chapelles rayonnantes, dont les prototypes sont français. L'église s'enrichit d'œuvres d'art du Moyen Âge et de la Renaissance. Les portes en bronze (entrée sud), à sujets bibliques et allégoriques, d'une inspiration très antiquisante venue, peut-être, d'Italie, datent du milieu du xie siècle (1040-1065 ?). Dans les fenêtres méridionales de la haute nef sont conservés cinq vitraux romans, sans doute la plus ancienne série (datable de 1110-1130), qu'on peut encore voir : ces vitraux ont fait l'objet, en 1973, d'une restauration conduite avec la plus grande rigueur scientifique. À l'époque romane revient aussi le trône épiscopal porté par des figures de lions. De la fin du Moyen Âge et de la Renaissance, qui fut pour Augsbourg, ville impériale enrichie par son commerce (siège de la maison Fugger) et ses industries d'art, une période de grande prospérité, la cathédrale conserve quatre retables à tableaux peints par Hans Holbein l'Ancien.

—  Louis GRODECKI

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  AUGSBOURG CATHÉDRALE D'  » est également traité dans :

VITRAIL

  • Écrit par 
  • Catherine BRISAC, 
  • Louis GRODECKI
  •  • 5 925 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] On est assuré, par des textes de Prudence, de Tertullien, de Paul le Silenciaire, de la présence des vitraux colorés dans des basiliques paléochrétiennes et à Sainte-Sophie de Constantinople. C'étaient, selon les témoins archéologiques découverts à Rome et à Saint-Démétrius de Salonique, des vitraux utilisant des montures en stuc ou en marbre. De cette technique, on a conservé des exemples plus r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vitrail/#i_45812

Pour citer l’article

Louis GRODECKI, « AUGSBOURG CATHÉDRALE D' », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cathedrale-d-augsbourg/