BAMBERG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mentionnée dès le xe siècle, la ville de Bamberg (aujourd'hui en Bavière) ne fit cependant sa véritable apparition dans l'histoire qu'au début du xie siècle, sur l'initiative de l'empereur ottonien Henri II, qui entreprit d'en faire une nouvelle capitale. Il y créa un évéché en 1007 et, au cours du xie siècle, plusieurs abbayes et églises paroissiales y furent construites : en 1015, le monastère bénédictin de Michaelsberg est fondé par Henri II lui-même, puis, en 1020, la collégiale Saint-Étienne est consacrée. Saint-Gangulf fut sans doute fondée vers 1063 et, enfin Saint-Jacques en 1072. De tous ces monuments, et après les remaniements faits aux différentes époques, il ne subsiste que peu de chose.

Allemagne : carte administrative

Carte : Allemagne : carte administrative

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La cathédrale de Bamberg, bâtie au début du xiiie siècle et consacrée en 1237, conserve les dimensions de l'édifice ottonien fondé par Henri II entre 1004 et 1012. Il s'agit d'une vaste basilique à deux chœurs et dotée d'un transept occidental (comparer à l'abbaye de Fulda). Chaque abside est encadrée de deux hautes tours. Une crypte-halle de trois vaisseaux s'étend sous l'abside orientale. Celle-ci, la plus ancienne, est voûtée en cul-de-four, tandis que la nef est couverte de lourdes voûtes d'ogives sexpartites. Enfin, l'abside occidentale, voûtée de croisées d'ogives sur plan barlong et d'un profil très aigu, est éclairée d'une double rangée de fenêtres en simples lancettes. Les tours qui encadrent cette abside rappellent, par leur modénature, celles de la cathédrale de Laon. À l'intérieur, d'importants fragments du jubé oriental sont conservés : du côté sud, des groupes d'apôtres devisant deux par deux, au nord, des prophètes. Certains d'entre eux, représentés de dos ou de profil, se retournent avec impétuosité vers leur interlocuteur. Le traitement des vêtements est également empreint d'un dynamisme extrême et les visages ont souvent une intense expression dramatique. Rien de tel dans les sculptures de la campagne suivante. Certaines statues exécutées alors sont de véritables copies d'œuvres rémoises, telles les figures adossées aux piliers du bas-côté nord (le groupe de la Visitation en particulier). Cependant, le Cavalier en ronde bosse qui est également placé devant un support est sans équivalent dans l'art français. D'autres figures, comme L'Église et La Synagogue du portail du Jugement dernier situé du côté nord, se rattachent davantage à l'art de Strasbourg. Au même portail, les statues d'ébrasement représentent les apôtres dressés sur les épaules des prophètes. Ce thème, très en faveur dans la pensée du début du xiiie siècle, a rarement été traduit avec une telle prolixité. Un petit portail en plein cintre situé au sud du chœur oriental a été orné après coup de statues d'ébrasement : à gauche, les fondateurs de la cathédrale (Henri II et Cunégonde) et saint Étienne ; à droite, Adam et Eve nus et saint Pierre. Toutes ces sculptures étaient sans doute terminées pour la cérémonie de 1237. Elles sont maintenant déposées au musée de la cathédrale. Du Moyen Âge encore, signalons le beau chœur gothique de l'Obere Pfarrkirche, qui date de la fin du xive siècle.

L'autre grande période de Bamberg se situe autour de 1700. De très beaux monuments baroques en témoignent, qu'il s'agisse d'architecture religieuse avec Saint-Martin (construit entre 1685 et 1693 par Georg Dientzenhofer) ou, surtout, d'architecture civile : ainsi, la Nouvelle Résidence, bâtie sur la place de la cathédrale par Leonhard Dientzenhofer pour le prince-évêque Lothar-Franz de Schönborn, l'hôtel de ville, dû à J. J. M. Küchel (1744-1756), ou encore la maison du chapitre de la cathédrale faite par Balthasar Neumann entre 1729 et 1733. La ville, qui a été épargnée par les destructions de la Seconde Guerre mondiale, conserve en outre des quartiers anciens où se trouvent de beaux hôtels édifiés souvent au xviiie siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître assistant en histoire de l'art médiéval, université de Paris-IV- Sorbonne

Classification

Autres références

«  BAMBERG  » est également traité dans :

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 852 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La sculpture »  : […] La nouvelle esthétique s'impose en sculpture comme elle s'était imposée en architecture, sur les mêmes chantiers : à Bourges, au jubé et au portail central ; à Auxerre, à la façade occidentale ; à Amiens, au portail de la Vierge dorée ; à Reims, de façon diffuse. Les artistes novateurs travaillent côte à côte avec les artistes plus traditionnels, ce qui produit sur le même chantier des distorsion […] Lire la suite

HOHENSTAUFEN ART DES

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 3 625 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Architecture et art monumental »  : […] Toutes les disciplines artistiques sont représentées dans le panorama de l'art staufien. Toutefois, l'architecture semble exceller particulièrement. Au temps de Frédéric Barberousse (1152-1190), l'art roman arrive à son épanouissement suprême, au point de verser parfois dans une redondance telle que certains historiens d'art se sont crus autorisés à parler d'un « baroque roman ». Le chevet tricon […] Lire la suite

ROMAN ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 20 520 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le caractère visionnaire de la première peinture romane »  : […] Une autre technique bénéficia également de la supériorité que lui assuraient des siècles ininterrompus de pratique durant tout le haut Moyen Âge. Il s'agit de la peinture murale, qui affronte le second millénaire avec de hautes ambitions iconographiques. La première place, au point de vue chronologique, revient peut-être aux peintures découvertes dans le baptistère de Novare, une cité épiscopale […] Lire la suite

Pour citer l’article

Éliane VERGNOLLE, « BAMBERG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bamberg/