Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) Archéologie et enjeux de société

L'archéologie a été longtemps considérée comme un passe-temps érudit, bien éloigné des préoccupations profondes de la société, et les archéologues comme des rêveurs, inoffensifs mais hors de leur temps : qu'on pense à Bouvard et Pécuchet, ou au professeur Grossgrabenstein du « Mystère de la Grande Pyramide ». En réalité, l'archéologie a joué un rôle politique et historique essentiel, partenaire depuis deux siècles de la construction de toutes les identités nationales, un processus toujours en cours. Désormais très professionnalisée, elle est la discipline par laquelle une société choisit de préserver et de reconstruire son passé, de réfléchir sur son histoire. Cela confère aux archéologues d'importantes responsabilités

En 1990, des archéologues indiens affirmèrent avoir découvert à Ayodhya (Uttar Pradesh), sous la mosquée construite au xvie siècle par l'empereur moghol Bāber, les vestiges d'un temple hindouiste, lieu de naissance du dieu Rāma. Aussi, en décembre de la même année, une foule d'extrémistes hindouistes entreprit-elle la démolition de la mosquée, provoquant à travers toute l'Inde des émeutes interreligieuses, sinon interethniques, qui firent plus de deux mille morts.

Si, depuis deux siècles, un nombre croissant de nations ont développé des services de recherche archéologique, c'est que, au-delà d'un simple intérêt pour la connaissance du passé, l'archéologie de leur territoire était nécessaire à leur affirmation identitaire. De savant curieux aux xviie et xviiie siècles, l'archéologue est ainsi devenu un gardien, un garant, sinon un créateur de la mémoire nationale. Cela pour le meilleur, lorsqu'un tel rôle a permis ou permet encore la sauvegarde et l'étude d'un patrimoine archéologique par définition non renouvelable, ainsi que sa restitution auprès du public. Mais aussi pour le pire, comme à Ayodhya et dans bien d'autres lieux.

Le peuple et la race

Lorsque commencent à se constituer, à partir du début du xixe siècle et du mouvement romantique, les États-nations au sens moderne du terme, ceux-ci se fondent d'abord sur une communauté de territoire et de langue, et plus profondément encore sur ce qui est perçu comme une communauté de destin, sinon « de sang », et bientôt « de race ».

Cette dernière notion ne fait son apparition progressive que dans la seconde moitié du xixe siècle, et son utilisation n'est pas toujours simple, vu la variété des apparences physiques au sein de la plupart des États. Le racisme d'État aura néanmoins une carrière prospère. Si le nazisme en fut le point d'aboutissement le plus tragique, on rappellera que l'apartheid légal a été en vigueur aux États-Unis jusque dans les années 1960 – et pendant trois décennies supplémentaires en Afrique du Sud –, tandis que des formes de discrimination raciale d'intensité variable sont attestées dans la plupart des nations modernes, même les plus démocratiques. Toujours est-il que, du milieu du xixe siècle jusqu'au milieu du xxe, anthropologie physique et archéologie collaborèrent étroitement pour essayer d'asseoir une réalité nationale sur une réalité biologique.

En France, entre 1860 et 1880 environ, les savants réunis autour de Paul Broca et de la Société d'anthropologie de Paris tâchèrent, au prix d'efforts désespérés, de définir, sinon une race française, du moins deux races (grands blonds au nord, petits bruns au sud), harmonieusement mêlées et attestées dès les temps préhistoriques. L'anthropologie physique, en tant que moyen « scientifique » d'identifier des « races », ne commença à refluer qu'à partir des années 1930 dans les pays anglo-saxons, et seulement dans les années 1980 en France. En 1996 encore, la découverte aux États-Unis d'un squelette préhistorique d'apparence « europoïde[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne et à l'Institut universitaire de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Photographie aérienne et archéologie - crédits : R. Agache/ Ministère de la Culture, 1977

Photographie aérienne et archéologie

Archéologie préventive : Nîmes - crédits : M. Célié, Musée d'art et d'histoire de Nîmes/ INRAP

Archéologie préventive : Nîmes

Autres références

  • ARCHÉOLOGIE MÉDIÉVALE

    • Écrit par Luc BOURGEOIS
    • 4 883 mots
    • 5 médias

    L’archéologie médiévale rassemble un large spectre de méthodes permettant d’étudier les témoignages matériels des cultures qui se sont succédé entre le ve et le xve siècle. Elle s’intéresse aussi bien aux structures enfouies ou en élévation qu’au mobilier et aux informations issues...

  • AFRIQUE (Histoire) - Préhistoire

    • Écrit par Augustin HOLL
    • 6 326 mots
    • 3 médias

    La préhistoire de l'Afrique est littéralement la préhistoire de l'humanité. Les recherches archéologiques effectuées en Afrique sont le fait de toutes les traditions académiques, offrant ainsi une multiplicité de perspectives sur l'évolution des sociétés humaines. En outre, le continent...

  • AFRIQUE (Histoire) - De l'entrée dans l'histoire à la période contemporaine

    • Écrit par Hubert DESCHAMPS, Jean DEVISSE, Henri MÉDARD
    • 9 654 mots
    • 6 médias

    L'histoire du continent tout entier apparaît comme une entreprise récente et difficile. Pendant longtemps, seules l'égyptologie, l'islamologie et l'histoire coloniale l'ont, chacune de son point de vue, abordée ; il faut noter du reste que les très anciens systèmes d'écriture, en Égypte, à Méroé, en...

  • AFRIQUE NOIRE (Arts) - Aires et styles

    • Écrit par Claire BOULLIER, Geneviève CALAME-GRIAULE, Michèle COQUET, Universalis, François NEYT
    • 15 151 mots
    • 2 médias
    ...d'archives, la connaissance très fragmentaire de cette histoire se fonde essentiellement sur l'étude conjointe des données livrées par la tradition orale et par l'archéologie. Le sol nous a laissé cependant peu de vestiges au regard d'autres régions du monde. Les raisons en sont simples : l'archéologie est...
  • AFRIQUE ROMAINE

    • Écrit par Noureddine HARRAZI, Claude NICOLET
    • 9 564 mots
    • 10 médias

    La domination administrative et politique de Rome sur les diverses régions de l'Afrique du Nord (mis à part la Cyrénaïque et l'Égypte) s'étend sur près de six siècles : depuis la prise et la destruction de Carthage par Scipion Émilien (146 av. J.-C.) jusqu'au siège et à la...

  • Afficher les 245 références

Voir aussi