RACE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisé pour signifier la différence entre les groupes humains (et plus généralement la différence des types au sein d'une espèce animale quelconque), le mot « race » s'attache à des caractères apparents, le plus souvent immédiatement visibles. Les plus frappantes de ces différences sont chez l'homme la couleur de la peau, la forme générale du visage avec ses traits distinctifs, le type de chevelure. Ces variations sensibles, sitôt reconnues, sont interprétées par le système de valeurs propre à chaque culture. Ce comportement, repérable chez les enfants, marque la découverte d'une différence qu'ils demanderont à l'adulte d'expliquer ; ici commence le discours sur les « variétés dans l'espèce humaine ».

Aux différences physiques visibles s'ajoutent celles du vêtement, de la parure, de la langue et des mœurs. Il est loisible aussitôt de les mêler toutes en un amalgame significatif d'une distance entre les « gens du soi » et les autres. Plus radicalement en nous opposant, nous les « hommes », aux autres, les « non-hommes ». Ce rapport à l'identité, que tous les peuples élaborent et définissent par l'interprétation systématique de la différence, place chaque discours culturel et historique particulier dans l'obligation de rendre compte non seulement de la distinction de l'homme et de l'animal, et des hommes entre eux, mais aussi de la relation au surnaturel ; ce faisant, il est chaque fois possible de penser un ordre du monde et de la société sans cesse confronté au réel, mais toujours appuyé sur des idéologies. Cette mise en présence dans le monde place les hommes en face des autres hommes dans une structure d'échange qui constitue autant d'histoires pour dire la vie et la mort des sociétés humaines.

La question de la race s'inscrit plus particulièrement, au niveau tant biologique qu'anthropologique, dans le devenir historique propre à l'Occident cherchant à dominer tous les peuples de la terre. Dans la langue française, le mot « race », dès le xvie siècle, signifie la différenciation des espèces, mais également celle des classes sociales ou des grandes familles ; la race est considérée comme étant composée des descendants d'une même lignée et d'un même ancêtre : ainsi chaque dynastie royale constituait-elle en elle-même une race. On opposait couramment au xviie siècle la noblesse de race transmise de génération en génération et la noblesse acquise de fraîche date. La race fait donc référence explicite à la lignée généalogique enfermée dans un contexte social, où elle tient une place déterminée par rapport à toutes les autres ; certains mariages pouvaient faire « dégénérer la race », à tel point que la race se trouvait même ne plus pouvoir être estimée en termes de rang social ; de là vient que l'on opposait la race aux races serviles, méchantes, infidèles et parjures. Aussi les avatars du concept de race dans les sciences sont-ils d'un grand enseignement, non seulement pour connaître l'histoire de la méthode scientifique, mais pour comprendre les relations entre le discours scientifique, le discours idéologique et la réalité de l'histoire.

Argument scientifique pour légitimer d'abord inégalités et domination sociales, puis de nombreuses lois eugénistes adoptées au début du xxe siècle, enfin exterminations et génocides, le concept de race s'est brusquement déprécié aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Sous les auspices de l'U.N.E.S.C.O, une Déclaration d'experts sur les questions de race, adoptée le 14 décembre 1949, dénonçait son utilisation « erronée » et préconisait l'adoption de l'expression de « groupes ethniques ». Spécialement engagée dans la lutte contre le racisme et les préjugés raciaux, cette instance internationale va multiplier sur ce thème déclarations, conférences et campagnes à vocation scientifique et éducative.

Ces efforts internationaux et pluridisciplinaires pour tomber d'accord sur la définition d'un concept exposé aux manipulations ont rencontré peu de succès. La France a retenu quant à elle une autre approche, sans doute plus symbolique, qui s'est traduite par la loi du 16 mai 2013 supprimant le mot « race »de sa législation.

Les critères biologiques

Ce qui a d'abord préoccupé les hommes de science au regard de l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  RACE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 447 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Types humains et « races » : des représentations controversées »  : […] L'unicité de l'espèce humaine n'empêche pas celle-ci de se subdiviser en groupes identifiables par des caractéristiques physiques héréditaires. Celles-ci ont été utilisées pour définir des races. L'Afrique au sud du Sahara est ainsi le continent des Noirs, par opposition à l'Afrique septentrionale peuplée de Blancs. Le terme de race pose aujourd'hui problème. De nombreux scientifiques le récusent […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les trois sources modernes du rejet »  : […] Dominant la société d'Ancien Régime dans son ensemble, l'antijudaïsme hérité du christianisme se politise en se réduisant peu à peu à la droite monarchiste antilibérale et à sa clientèle paysanne, opposées au capitalisme industriel et financier. L'Église romaine reste quant à elle inflexible dans son hostilité religieuse, comme l'illustre tristement, en 1858, l'affaire Mortara : baptisé secrètemen […] Lire la suite

APARTHEID

  • Écrit par 
  • Charles CADOUX, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 9 034 mots
  •  • 9 médias

L'abolition officielle de l'apartheid en 1991 a mis fin sur le plan juridique à un système social de relations interpersonnelles et intercommunautaires qui avait progressivement rejeté l'Afrique du Sud blanche au ban de la communauté internationale. C'est en 1950 que le mot afrikaans apartheid entre dans le vocabulaire sud-africain. Il signifie littéralement « état de séparation ». Mais il prend […] Lire la suite

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya ) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du III e  millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent sur le plateau iranien pour pénétrer dans le Pendjab entre les ~ xviii e et ~ xv e siècles. Une imposture de […] Lire la suite

BIOLOGISME

  • Écrit par 
  • Sébastien LEMERLE, 
  • Carole REYNAUD-PALIGOT
  •  • 2 767 mots

Dans le chapitre « Quelques repères historiques »  : […] Les xviii e et xix e  siècles se caractérisent par un essor de la pensée scientifique, certaines sciences telles que la médecine et les sciences naturelles connaissent un grand dynamisme. À une époque où les explications rationnelles sont préférées aux préceptes religieux, ces sciences incarnent la modernité et acquièrent une incontestable autorité. Certaines notions « scientifiques » circulent, […] Lire la suite

BIOPOLITIQUE (anthropologie)

  • Écrit par 
  • Frédéric KECK
  •  • 2 032 mots

Dans le chapitre « Antonio Negri et Giorgio Agamben : deux conceptions du biopolitique »  : […] Le concept de biopolitique oscille ainsi entre une conception contraignante de l’individu et une vision plus ouverte de la population. Cette opposition apparaît à travers la reprise du concept dans les années 1990 par deux philosophes italiens, Antonio Negri et Giorgio Agamben, qui en font un outil de diagnostic de la modernité. Negri situe le passage du pouvoir souverain au biopouvoir non à la f […] Lire la suite

CASTES

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 5 986 mots

Dans le chapitre « Origine des classes »  : […] Écartant la donnée mythique du Rgveda sur l'origine des varṇa à partir du corps de l'Homme cosmique, les auteurs modernes ont spéculé sur le sens de « couleur » du mot varṇa et sur les allusions des textes védiques aux Arya ou « nobles », opposés à des êtres nommés Dāsa ou Dasyu . Il en est résulté une théorie d'après laquelle les classes correspondraient à des races humaines distinguées par […] Lire la suite

CHICAGO ÉCOLE DE, sociologie

  • Écrit par 
  • Christian TOPALOV
  •  • 3 208 mots

Dans le chapitre « Les grandes enquêtes sur Chicago »  : […] L'union de la théorie écologique et de l'observation empirique de la grande ville put s'opérer à Chicago grâce à l'impulsion donnée aux sciences sociales par les fonds de la fondation Rockefeller à partir de 1923. Les administrateurs de celle-ci et les dirigeants de l'université partageaient la conviction que l'enseignement de ces disciplines restait trop individuel et livresque. Pour en faire de […] Lire la suite

COLONISATION (débats actuels)

  • Écrit par 
  • Myriam COTTIAS
  •  • 3 252 mots
  •  • 3 médias

En 1992, l'historien spécialiste de la colonisation Daniel Rivet affirmait que « le passé colonial s'est suffisamment éloigné pour que nous établissions enfin avec lui un rapport débarrassé du complexe d'arrogance ou du réflexe de culpabilité ». Il encourageait ainsi les historiens à interroger la distance temporelle entre le « moment colonial » et la période contemporaine, et à assurer une « tra […] Lire la suite

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Biologiser l'ordre social »  : […] Dans les décennies qui suivent la parution de On the Origin of Species by Means of Natural Selection (1859), le cousin de Darwin, Francis Galton, soutient qu'il faut tirer les conséquences politiques du principe de la sélection naturelle. Selon lui, les maladies mentales, le dérèglement moral, la pauvreté, le niveau d'éducation ou encore la criminalité constituent autant de phénomènes qui trouven […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 janvier 2022 France. Condamnation d'Éric Zemmour pour « provocation à la haine et à la violence ».

Il a déclaré vouloir abolir, en cas de victoire électorale, les dispositions de la loi Pleven de juillet 1972, incorporées à la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse, qui répriment la provocation « à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée ». […] Lire la suite

3 mars 2021 France. Dissolution du groupuscule d'extrême droite Génération identitaire.

Le Conseil des ministres adopte le décret de dissolution du groupuscule d’extrême droite Génération identitaire, l’accusant de promouvoir « une idéologie incitant à la haine, à la violence ou à la discrimination des individus en raison de leur origine, de leur race et de leur religion », et notamment d’entretenir « un amalgame insidieux » entre les musulmans, les immigrés et « les assassins ou les terroristes ». […] Lire la suite

13 mai 2020 France. Adoption de la loi contre les contenus haineux sur Internet.

Celle-ci impose le retrait dans l’heure des contenus terroristes et pédopornographiques signalés sur tous les sites Internet, et dans les vingt-quatre heures des contenus comportant « manifestement une incitation à la haine ou une injure discriminatoire à raison de la race, de la religion, du sexe, de l’orientation sexuelle ou du handicap » signalés sur les réseaux sociaux, plateformes collaboratives et moteurs de recherche. […] Lire la suite

24 août 2017 Canada. Possibilité de faire figurer la mention de sexe neutre sur les documents d'identité.

En juin, le Parlement a adopté un projet de loi qui ajoute « l’identité de genre et l’expression de genre » aux motifs de discrimination interdits par la Charte des droits canadienne, aux côtés de la race, du sexe, de la religion, de l’âge ou de l’orientation sexuelle. […] Lire la suite

26-30 septembre 2015 France. Polémique autour des propos de Nadine Morano.

) définit la France comme « un pays de race blanche ». Ces propos, qu’elle réitère le 30 sur une chaîne de radio, suscitent une vive polémique. Le 30, le président des Républicains Nicolas Sarkozy demande le retrait de Nadine Morano de la tête de liste de L.R. en Meurthe-et-Moselle en vue des élections régionales. Faute d’avoir accepté de formuler des excuses, Nadine Morano sera officiellement déchue de son investiture le 7 octobre. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel de COPPET, « RACE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/race/