Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

APARTHEID

L'abolition officielle de l'apartheid en 1991 a mis fin sur le plan juridique à un système social de relations interpersonnelles et intercommunautaires qui avait progressivement rejeté l'Afrique du Sud blanche au ban de la communauté internationale.

C'est en 1950 que le mot afrikaans apartheid entre dans le vocabulaire sud-africain. Il signifie littéralement « état de séparation ». Mais il prend rapidement le sens de système politique organisé à partir d'une discrimination raciale rigoureuse, voire d'une hiérarchisation des groupes ethniques, selon le principe affirmé en son temps par le Premier ministre H. F.  Verwoerd : « Chaque individu doit occuper dans la société la place qui lui revient. »

La doctrine de l'apartheid, qui se donne comme objectif et légitimation « le développement parallèle et séparé des races », postule au départ une séparation territoriale systématique entre les différents groupes ethniques. C'est donc beaucoup plus qu'une ségrégation de fait qui a toujours plus ou moins existé en Afrique du Sud eu égard à la complexité de l'histoire coloniale et à la diversité sociologique du pays. C'est aussi une doctrine très différente de la doctrine « séparé mais égal » (Separate but Equal) maintenue jusqu'en 1954 par la Cour suprême fédérale américaine dans le cadre du « problème noir » aux États-Unis.

Une telle doctrine n'a pu s'affirmer puis s'épanouir (avant de tomber dans l'impasse) qu'en prenant appui sur un ensemble de croyances et de comportements étroitement liés à la mentalité et à l'histoire de la communauté blanche sud-africaine, et plus précisément de la communauté afrikaner.

1945 à 1962. La décolonisation - crédits : Encyclopædia Universalis France

1945 à 1962. La décolonisation

C'est effectivement à partir du moment où cette communauté conquiert le pouvoir politique (élections législatives de 1948) par le biais du Parti national que s'instaure officiellement le système apartheid. Il est amorcé vigoureusement (loi de 1950) par le Premier ministre D. F.  Malan (1948-1954), puis développé par son successeur J. L. Strijdhom (1954-1958) qui lance le slogan du baaskap – la domination du maître blanc – et de l'afrikanerdom. Il reviendra à H. F. Verwoerd, Premier ministre de 1958 à 1966, de « rationaliser » le système et d'en tirer toutes les conséquences logiques, à commencer par le découpage territorial (homelands puis bantoustans).

Jusque vers les années 1980, le système apartheid, étendu au Sud-Ouest africain-Namibie, apparaît inébranlable. Il résiste à toutes les pressions internes et internationales : condamnations rituelles par l'O.N.U. et par les mouvements anti-apartheid, lutte armée lancée à partir de 1966 par l'African National Congress ( A.N.C.) et ses alliés, menaces de sanctions et exclusion des organisations internationales.

Les tenants du système ne réclament que du temps pour faire la preuve du succès de la formule, tandis que les sympathisants voient dans l'apartheid, malgré ses défauts, une modalité intéressante... du droit à l'autodétermination des peuples et des ethnies.

À chacun ou presque sa géopolitique de l'apartheid. C'est dire assez l'ambiguïté qui a toujours accompagné cette politique de développement parallèle et séparé des races malgré les justificatifs et les justifications avancés par ses promoteurs.

Au moment où l'abandon de cette doctrine en atteste l'échec – dont les conséquences à moyen et long terme en Afrique du Sud sont difficiles à évaluer –, il faut en rappeler l'origine, le contenu, ainsi que les crises et les combats qu'elle a provoqués pendant presque un demi-siècle.

Les fondements de l'apartheid

Les croyances traditionnelles du peuple boer, passées en héritage à la communauté afrikaner, et l'influence d'idéologies totalitaires sont les deux sources principales[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé à l'université d'Aix-Marseille-III, ancien doyen de la faculté de droit et des sciences économiques de l'université de Madagascar
  • : professeur agrégé, enseignant à Sciences Po Bordeaux, spécialiste de l'Afrique du sud, rattaché au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM)

Classification

Pour citer cet article

Charles CADOUX et Benoît DUPIN. APARTHEID [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

1945 à 1962. La décolonisation - crédits : Encyclopædia Universalis France

1945 à 1962. La décolonisation

Passeport obligatoire - crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

Passeport obligatoire

Steve Biko, 1977 - crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

Steve Biko, 1977

Autres références

  • FIN DE L'APARTHEID EN AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par
    • 219 mots
    • 1 média

    En février 1991, le président sud-africain Frederik De Klerk annonce son intention de mettre un terme au régime d'apartheid (le terme signifie « séparation » en afrikaans) qui, depuis 1948, fait de la ségrégation raciale la clé de voûte de la vie politique, sociale et économique de son pays....

  • ABRAHAMS PETER (1919-2017)

    • Écrit par
    • 390 mots

    Romancier sud-africain de langue anglaise, Peter Henry Abrahams naît le 19 mars 1919 à Vrededorp, près de Johannesburg. Fils d’un Éthiopien et d’une métisse du Cap, il quitte l'Afrique du Sud à l'âge de vingt ans et s'installe d'abord en Grande-Bretagne puis à la Jamaïque. C'est néanmoins sa jeunesse...

  • AFRIQUE AUSTRALE

    • Écrit par
    • 6 100 mots
    • 5 médias
    ...mécanisme d’exclusion socio-spatiale, n’est pas spécifique à l’Afrique australe, mais la mise en place d’une ségrégation à l’échelle régionale est propre à l’apartheid tel qu’il est conçu en en Afrique du Sud (1948-1994), en Namibie et au Zimbabwe. Ainsi, les populations non blanches sans contrat de travail...
  • AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D' ou AFRIQUE DU SUD

    • Écrit par , , , , , , et
    • 29 784 mots
    • 28 médias
    ...desquelles les droits des non-Blancs étaient restreints. C'est le National Party (NP), arrivé au pouvoir en 1948, qui systématisa cette ségrégation spatiale dans le cadre du système d'apartheid. La politique du petit apartheid imposait la ségrégation des lieux publics. Le grand apartheid définissait les zones...
  • BESTER WILLIE (1956- )

    • Écrit par et
    • 1 191 mots

    Le peintre et sculpteur Willie Bester, aîné d'une famille de sept enfants, est né en 1956 à Montagu, province du Cap, Afrique du Sud. Il avait dix ans quand le Group Areas Act du gouvernement d'apartheid obligea les siens à quitter leur ferme pour intégrer un homeland où étaient regroupés...

  • Afficher les 43 références