Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CYRÉNAÏQUE

L'une des provinces traditionnelles de la Libye jusqu'en 1963, date à laquelle cette dernière fut divisée en gouvernorats, la Cyrénaïque est située dans l'est du pays entre le golfe de la Grande Syrte à l'ouest, celui de Bomba à l'est et la frontière égyptienne. Ce promontoire en forme de croissant, qui s'étend sur 250 kilomètres d'est en ouest et sur 50 kilomètres approximativement du nord au sud, est formé d'un vaste bombement calcaire dissymétrique s'inclinant doucement vers le désert et relevé au nord où il se découpe en gradins : le gradin supérieur d'une altitude moyenne de 600 mètres culmine à 868 mètres dans le djebel Akhdar, le gradin intermédiaire, appelé el Arqab, comprend la plaine fertile d'el Mardj et atteint la mer au nord ; un gradin inférieur forme une plaine côtière étroite (17 kilomètres au maximum en arrière de Benghazi), appelée Sahel à l'ouest, autour de Benghazi, et Marmarique à l'est, autour de Tobrouk. Grâce à son relief, la Cyrénaïque jouit d'un climat relativement favorable (350 à 500 mm de précipitations annuelles) permettant une certaine végétation méditerranéenne (djebel Akhdar signifie la Montagne Verte) et des cultures. Cependant, ces conditions ne prévalent que sur une frange étroite en arrière de laquelle on passe rapidement au désert d'Es Serval puis à l'immense désert libyen (Calansho) hyperaride, mais possédant quelques oasis : Djalo au nord, Tazerbo au centre et surtout Koufra au sud.

Si la Tripolitaine se rattache plutôt au Maghreb, la Cyrénaïque relève davantage du Moyen-Orient. Tandis que la Tripolitaine fut surtout phénicienne, carthaginoise puis romaine, la Cyrénaïque fut grecque : les Grecs de Santorin fondèrent, vers ~ 631, Cyrène, sur le flanc nord du djebel Akhdar. Puis de nouvelles vagues de colonisation aboutirent à la fondation d'Euhespérides (Benghazi), de Ptolémaïs, d'Apollonia et de Tauchira. Ces colonies essentiellement agricoles (la Tripolitaine était plutôt commerçante) se groupèrent sous l'autorité des Ptolémées pour fonder la Pentapole. Rome négligea longtemps la Cyrénaïque qu'Auguste unit dans une même province à la Crète. Une très importante communauté juive s'y installa. Si la région ne subit pas l'invasion vandale du vie siècle, elle fut ravagée en 1046 par les terribles invasions hillaliennes qui épargnèrent la Tripolitaine. L'arabisation y fut plus profonde qu'en Tripolitaine où ont résisté des noyaux berbères, mais la vie sédentaire disparut presque complètement de la Cyrénaïque qui fut rendue au nomadisme. Les Senousis s'y installèrent en 1835, et en 1912 les Italiens débarquèrent sans véritablement conquérir l'intérieur. Mussolini annexa la Cyrénaïque après une très dure campagne de « pacification ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, de très violents combats se déroulèrent dans la région entre les forces germano-italiennes et les forces britanniques aidées de quelques troupes françaises (Tobrouk, Bir Hakeim).

L'agriculture et l'ensemble des activités de la Cyrénaïque ont beaucoup souffert du départ des colons italiens en 1943. Mais une grande chance s'est offerte à l'économie avec la découverte et l'exploitation du pétrole dont les principaux gisements se trouvent sur son territoire. Cette activité a entraîné une sédentarisation des nomades pour lesquels des logements en dur ont été construits. Les villes principales sont Benghazi (660 000 hab. en 2006), capitale de la province jusqu'en 1963, Beida, qui avait été choisie comme nouvelle capitale de la Libye par la monarchie senousiste, et à l'est Tobrouk.

Le projet de la Grande Rivière artificielle, lancé en 1983 par le colonel Kadhafi et qui doit s’achever en 2010, consiste à pomper de l’eau dans les nappes[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BENGHAZI

    • Écrit par Nora LAFI
    • 409 mots

    Benghazi est la capitale de la province libyenne de Cyrénaïque et la deuxième ville de Libye après Tripoli. L'agglomération compte environ 1 million d'habitants en 2010.

    Située dans le golfe de Syrte, Benghazi est fondée en 525 av. J.-C., sous le nom d'Euhespéride. Elle connaît dans...

  • CHAMOUX FRANÇOIS (1915-2007)

    • Écrit par André LARONDE
    • 985 mots

    François Chamoux a marqué par son œuvre le domaine de l'histoire de la Grèce classique et hellénistique. Né le 4 avril 1915 à Mirecourt (Vosges), François Chamoux était d'ascendance rhodanienne par son père et lorraine du côté maternel. Son parcours universitaire fut rapide et brillant. Lycéen à Chartres...

  • IDRĪS Ier, MUḤAMMAD IDRĪS AL-MAHDĪ AL-SANŪSĪ (1890-1983) roi de Libye (1951-1969)

    • Écrit par Taoufik MONASTIRI
    • 1 421 mots
    • 1 média

    Roi de Libye (1951-1969). Mohamed Idris as- Sanoussi est né le 13 mars 1890 à El-Jaghboub dans le nord-est du désert libyen, non loin de la frontière égyptienne. Oasis perdue entre sebkhats et dunes, El-Jaghboub était le siège de la « Zaouiya mère » de la confrérie sanoussiya. Idris est le fils aîné...

  • ITALIE - Histoire

    • Écrit par Michel BALARD, Paul GUICHONNET, Jean-Marie MARTIN, Jean-Louis MIÈGE, Paul PETIT
    • 27 498 mots
    • 40 médias
    Après la rude « pacification » de la Cyrénaïque résistante (exécution d'Omar el Mokhtar, « le Lion du désert », en 1931), Mussolini reprend les projets sur l'Éthiopie. Le gouvernement italien avait compté sur une politique de pénétration pacifique et d'amitié pour arriver à un protectorat implicite....
  • Afficher les 7 références

Voir aussi