CYRÉNAÏQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des provinces traditionnelles de la Libye jusqu'en 1963, date à laquelle cette dernière fut divisée en gouvernorats, la Cyrénaïque est située dans l'est du pays entre le golfe de la Grande Syrte à l'ouest, celui de Bomba à l'est et la frontière égyptienne. Ce promontoire en forme de croissant, qui s'étend sur 250 kilomètres d'est en ouest et sur 50 kilomètres approximativement du nord au sud, est formé d'un vaste bombement calcaire dissymétrique s'inclinant doucement vers le désert et relevé au nord où il se découpe en gradins : le gradin supérieur d'une altitude moyenne de 600 mètres culmine à 868 mètres dans le djebel Akhdar, le gradin intermédiaire, appelé el Arqab, comprend la plaine fertile d'el Mardj et atteint la mer au nord ; un gradin inférieur forme une plaine côtière étroite (17 kilomètres au maximum en arrière de Benghazi), appelée Sahel à l'ouest, autour de Benghazi, et Marmarique à l'est, autour de Tobrouk. Grâce à son relief, la Cyrénaïque jouit d'un climat relativement favorable (350 à 500 mm de précipitations annuelles) permettant une certaine végétation méditerranéenne (djebel Akhdar signifie la Montagne Verte) et des cultures. Cependant, ces conditions ne prévalent que sur une frange étroite en arrière de laquelle on passe rapidement au désert d'Es Serval puis à l'immense désert libyen (Calansho) hyperaride, mais possédant quelques oasis : Djalo au nord, Tazerbo au centre et surtout Koufra au sud.

Si la Tripolitaine se rattache plutôt au Maghreb, la Cyrénaïque relève davantage du Moyen-Orient. Tandis que la Tripolitaine fut surtout phénicienne, carthaginoise puis romaine, la Cyrénaïque fut grecque : les Grecs de Santorin fondèrent, vers ~ 631, Cyrène, sur le flanc nord du djebel Akhdar. Puis de nouvelles vagues de colonisation aboutirent à la fondation d'Euhespérides (Benghazi), de Ptolémaïs, d'Apollonia et de Tauchira. Ces colonies essentiellement agricoles (la Tripolitaine était plutôt commerçante) se groupèrent sous l'autorité des Ptolémées pour fonder la Pentapole. Rome négligea longtemps la Cyrénaïque qu'Auguste unit dans une même province à la Crète. Une très importante communauté juive s'y installa. Si la région ne subit pas l'invasion vandale du vie siècle, elle fut ravagée en 1046 par les terribles invasions hillaliennes qui épargnèrent la Tripolitaine. L'arabisation y fut plus profonde qu'en Tripolitaine où ont résisté des noyaux berbères, mais la vie sédentaire disparut presque complètement de la Cyrénaïque qui fut rendue au nomadisme. Les Senousis s'y installèrent en 1835, et en 1912 les Italiens débarquèrent sans véritablement conquérir l'intérieur. Mussolini annexa la Cyrénaïque après une très dure campagne de « pacification ». Pendant la Seconde Guerre mondiale, de très violents combats se déroulèrent dans la région entre les forces germano-italiennes et les forces britanniques aidées de quelques troupes françaises (Tobrouk, Bir Hakeim).

L'agriculture et l'ensemble des activités de la Cyrénaïque ont beaucoup souffert du départ des colons italiens en 1943. Mais une grande chance s'est offerte à l'économie avec la découverte et l'exploitation du pétrole dont les principaux gisements se trouvent sur son territoire. Cette activité a entraîné une sédentarisation des nomades pour lesquels des logements en dur ont été construits. Les villes principales sont Benghazi (660 000 hab. en 2006), capitale de la province jusqu'en 1963, Beida, qui avait été choisie comme nouvelle capitale de la Libye par la monarchie senousiste, et à l'est Tobrouk.

Le projet de la Grande Rivière artificielle, lancé en 1983 par le colonel Kadhafi et qui doit s’achever en 2010, consiste à pomper de l’eau dans les nappes phréatiques du Fezzan et de l’oasis de Koufra et de l’acheminer vers les régions côtières de Cyrénaïque et de Tripolitaine. Le premier aqueduc, qui aboutit à Benghazi, a été inauguré en 1991.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification

Autres références

«  CYRÉNAÏQUE  » est également traité dans :

BENGHAZI

  • Écrit par 
  • Nora LAFI
  •  • 408 mots

Benghazi est la capitale de la province libyenne de Cyrénaïque et la deuxième ville de Libye après Tripoli. L'agglomération compte environ 1 million d'habitants en 2010. Située dans le golfe de Syrte, Benghazi est fondée en 525 av. J.-C., sous le nom d'Euhespéride. Elle connaît dans l'Antiquité, notamment à l'époque des Ptolémées (323 av. J.-C.-30 av. J.-C.), sous le nom de Bérénice, une certaine […] Lire la suite

CHAMOUX FRANÇOIS (1915-2007)

  • Écrit par 
  • André LARONDE
  •  • 985 mots

François Chamoux a marqué par son œuvre le domaine de l'histoire de la Grèce classique et hellénistique. Né le 4 avril 1915 à Mirecourt (Vosges), François Chamoux était d'ascendance rhodanienne par son père et lorraine du côté maternel. Son parcours universitaire fut rapide et brillant. Lycéen à Chartres puis à Metz, il fut khâgneux au lycée Henri-IV à Paris, cacique à la rue d'Ulm (promotion de […] Lire la suite

IDRĪS Ier, MUḤAMMAD IDRĪS AL-MAHDĪ AL-SANŪSĪ (1890-1983) roi de Libye (1951-1969)

  • Écrit par 
  • Taoufik MONASTIRI
  •  • 1 417 mots
  •  • 1 média

Roi de Libye (1950-1969). Mohamed Idris as- Sanoussi est né le 13 mars 1890 à El-Jaghboub dans le nord-est du désert libyen, non loin de la frontière égyptienne. Oasis perdue entre sebkhats et dunes, El-Jaghboub était le siège de la « Zaouiya mère » de la confrérie sanoussiya. Idris est le fils aîné de Mohamed el-Mahdi as-Sanoussi et le petit-fils du prestigieux fondateur de la tariqa sanoussiya […] Lire la suite

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 454 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'expansion 1935-1940 »  : […] Après la rude « pacification » de la Cyrénaïque résistante (exécution d'Omar el Mokhtar, « le Lion du désert », en 1931), Mussolini reprend les projets sur l'Éthiopie. Le gouvernement italien avait compté sur une politique de pénétration pacifique et d'amitié pour arriver à un protectorat implicite. Il avait soutenu la demande d'adhésion de l'Éthiopie à la Société des nations, en septembre 1933, […] Lire la suite

LIBYE

  • Écrit par 
  • Nora LAFI, 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 11 701 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Trois régions organisées selon deux axes historiques »  : […] La division classique de la Libye en trois entités géographiques, la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan, doit autant aux effets de la distance, des nuances climatiques et de l'altitude qu'à leur histoire, surtout celle des échanges sahariens. Au fur et à mesure que l'on s'éloigne du littoral, le climat méditerranéen sec se dégrade vers l'aride, voire l'hyperaride dans l'intérieur. De ce fai […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'Orient »  : […] On trouvait une disposition analogue à celle de l'Occident, en grandes masses, en Orient, où se distinguent la péninsule balkanique, l'Anatolie, la Syrie et l'Égypte. Mais ici le poids du passé était encore plus important, et plus d'une région avait derrière elle une longue histoire aussi bien dans le domaine de la culture que dans celui de l'économie. À cet égard, la péninsule balkanique occupai […] Lire la suite

TRIPOLITAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 479 mots

Des conditions naturelles relativement favorables font de la Tripolitaine, province occidentale de la Libye, la région la plus peuplée de ce pays. Une plaine côtière (grande et petite Djeffara à l'ouest, Dafnia à l'est) avec des sols assez fertiles reçoit environ 250 millimètres de précipitations annuelles : des oasis ( saniya ) la jalonnent (Zouara, Tripoli, Homs, Zliten et Misourata). La plaine […] Lire la suite

Les derniers événements

5 février - 16 mars 2021 Libye. Désignation d'un nouvel exécutif.

Le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne et homme fort de la Cyrénaïque, opposé au gouvernement d’« union nationale » de Fayez al-Sarraj, a apporté son soutien au ticket Dbeibah-Menfi. Le 10 mars, le Parlement réuni à Syrte accorde sa confiance au gouvernement d’Abdel Hamid Dbeibah. Le 16 mars, le rapport commandité par l’ONU, à la demande de délégués du FDPL qui réclamaient plus de « transparence » dans le processus de désignation de l’exécutif, confirme les pratiques de corruption auxquelles celui-ci a donné lieu. […] Lire la suite

18-26 mai 2020 Libye. Nouveau revers militaire pour le maréchal Khalifa Haftar.

Le 26, le commandement de l’armée américaine pour l’Afrique informe du déploiement d’avions de chasse russes sur la base d’al-Jouffra, à la frontière entre Tripolitaine et Cyrénaïque. […] Lire la suite

4-29 avril 2019 Libye. Offensive sur Tripoli des troupes du maréchal Khalifa Haftar.

Le 4, le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de la Cyrénaïque, dans l’est du pays, et chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée, lance un appel à marcher sur Tripoli, que contrôle le gouvernement d’« union nationale » (GAN) de Fayez al-Sarraj reconnu par la communauté internationale. En février, l’ANL a conquis des positions dans le Fezzan, dans le sud du pays. […] Lire la suite

29 mai 2018 France – Libye. Sommet sur la Libye à Paris.

Le chef du gouvernement Fayez al-Sarraj, le général Khalifa Haftar, homme fort de la Cyrénaïque, le président de la Chambre des représentants repliée à Tobrouk Aguila Salah Issa et Khaled al-Mishri, président du Conseil d’État, une institution consultative basée à Tripoli, s’accordent sur le contenu d’une feuille de route, sans la signer. Ils s’engagent notamment à mettre en place une « base constitutionnelle » et les « lois électorales nécessaires » à la tenue d’élections générales prévue en décembre, à respecter le résultat de ces élections et à « mettre un terme au dédoublement des institutions et structures gouvernementales », notamment la Banque centrale et les forces de sécurité. […] Lire la suite

1er-13 août 2017 Italie – Libye. Suspension des opérations de sauvetage de migrants au large des côtes libyennes.

Cette initiative a été approuvée par le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj ; elle est dénoncée par le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne et homme fort du camp de la Cyrénaïque. Le 10, le gouvernement de Tripoli annonce la création d’une zone de recherche et de sauvetage au large des côtes libyennes, dans laquelle les ONG ne pourront pas pénétrer sans son accord. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « CYRÉNAÏQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/cyrenaique/