MOBILIER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mobilier représente tout ce qui est mobile, par opposition à ce qui est immeuble, donc l'ensemble des objets qui ornent une maison et que l'on peut emporter avec soi quand on quitte le cadre fixe d'une habitation. Le mobilier comprend deux grandes catégories de meubles, ceux qui supportent et ceux qui contiennent. Au premier type se rattache tout ce qui sert à s'asseoir (coussins, bancs, escabeaux, chaises, fauteuils, canapés et divans), à s'étendre (hamacs, lits), à poser (tables, consoles, dessertes) ; au second, essentiellement, les coffres, les commodes et les armoires. Étroitement lié à l'individu, le mobilier évolue avec les conditions de vie et répond aux besoins, aux goûts, aux habitudes de chaque époque ; c'est pourquoi une étude historique des différents styles est aussi indispensable à la connaissance du mobilier qu'une recherche des conditions favorables à sa création.

Conditions de création du mobilier

Motivations

Le mobilier est avant tout utilitaire. Il varie donc avec le mode de vie, les conditions géographiques et climatiques, le degré de civilisation. Un nomade désirera un mobilier léger, à base de textile, qu'il pourra transporter avec lui, tandis qu'un sédentaire, surtout dans un pays froid, aura besoin d'un mobilier nombreux qu'il construira facilement en l'appuyant aux murs de sa demeure, pour se protéger de l'hiver (lits clos) ou entreposer ses réserves. Le mobilier finit par se différencier très nettement d'une région à l'autre et, par la force des habitudes ancestrales, il demeure inchangé durant des siècles. Pourtant, l'évolution de la civilisation apporte une modification dans la conception du mobilier. À côté des meubles purement fonctionnels apparaissent ceux qui ne sont destinés qu'à augmenter l'harmonie des intérieurs. Ils ne se trouvent d'abord que dans les milieux les plus fortunés, puis, par imitation, se répandent plus largement dans la société, si bien que le mobilier finit par prendre valeur de symbole, certains types de meubles devenant synonymes d'une manière de vivre, et, partant, une sorte d'idéal. La création du mobilier est donc conditionnée par des motifs souvent subjectifs, difficiles à cerner puisqu'ils relèvent de notions aussi diverses que l'idée de famille, l'image de la réussite sociale, l'emprise de la mode, des habitudes de confort prises dès l'enfance. (Les Romains prenaient leurs repas étendus, les Japonais s'asseyent et dorment sur des nattes, les Africains utilisent pour le sommeil des appuis-tête en bois.)

Techniques

Dans tous les pays, la technique de fabrication des meubles est liée étroitement aux modes de construction des maisons, les mêmes méthodes étant employées d'abord par les charpentiers, puis par les menuisiers. Les Égyptiens, excellents charpentiers, appliquaient à leurs meubles l'art de joindre des panneaux de bois durs de manière invisible. En France, au Moyen Âge, les fabricants de meubles étaient appelés « charpentiers de la petite cognée » et assemblaient des madriers et des planches à joints vifs pour réaliser des coffres rudimentaires. À mesure que les exigences de qualité augmentent, le métier se spécialise et améliore rapidement les techniques. Les outils se perfectionnent et se diversifient, les assemblages se font invisibles. La matière finit par se plier complètement aux formes imaginées par l'artisan. Cette matière est elle-même extrêmement diverse, le bois étant celle qui est le plus utilisée. Les espèces varient avec les pays : bois fruitier en Europe (merisier, noyer) ou essences communes (chêne, hêtre, bouleau en Russie, sapin dans les pays nordiques) ; bois précieux, cèdre, cyprès, ébène en Orient et en Afrique. Avec le développement des échanges commerciaux, ces bois exotiques se répandent : on importe d'abord l'ébène et le cèdre ; puis, l'acajou pénètre en Europe au xviiie siècle ; le teck, enfin, bois particulièrement résistant, connaît de nos jours une vogue mondiale. Les bois ordinaires sont employés massifs, simplement cirés, polis ou vernis, parfois dorés. Ils peuvent en outre être sculptés au tour (pieds en spirales, en chapelets), ou de motifs en relief plus ou moins accentué. Les peuples dépourvus de bois utilisent des tiges comme le bambou ou le rotin. Lorsque ceux-ci font défaut, ils utilisent de la simple vannerie d'osier pour fabriquer des coffres ou même des sièges légers. Les fibres végétales peuvent également être tendues sur un cadre en boi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Table tripode

Table tripode
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Menuisiers au travail

Menuisiers au travail
Crédits : Erich Lessing/ AKG-images

photographie

Chaise cérémonielle, tombe de Toutankhamon

Chaise cérémonielle, tombe de Toutankhamon
Crédits : Robert Harding/ robertharding/ Getty Images

photographie

Trône funéraire, art étrusque

Trône funéraire, art étrusque
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur au Musée national du château de Fontainebleau, professeur à l'École du Louvre

Classification

Autres références

«  MOBILIER  » est également traité dans :

ADAM ROBERT (1728-1792) ET JAMES (1730-1794)

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 588 mots
  •  • 6 médias

Les architectes et décorateurs Robert et James Adam sont les fils d'un architecte écossais, William Adam. Ce dernier, déjà mêlé au courant du retour à l'antique qui depuis Inigo Jones triomphait en Angleterre, voulut que ses fils étudient directement les œuvres de l'Antiquité et non pas seulement, comme ses compatriotes, à travers Palladio. Au cours d'un voyage en Italie et en Dalmatie, aidés de l […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Arts) - Histoire et traditions

  • Écrit par 
  • Jean DEVISSE, 
  • Francis GEUS, 
  • Louis PERROIS, 
  • Jean POLET
  • , Universalis
  •  • 6 686 mots

Dans le chapitre « Les objets du pouvoir  »  : […] L'objet le plus représentatif du pouvoir est indéniablement le siège, véritable objet survalorisé, tout spécialement dans les mondes akan et yorouba ; mais aussi chez les Kuba qui fabriquent des sièges et des appuie-têtes cariatides. Le siège a fini par devenir, à Kumasi, le véritable symbole du peuple sur lequel même le roi ne peut s'asseoir, que l'on ne pose jamais à même la terre, dont on assur […] Lire la suite

ARAD RON (1951- )

  • Écrit par 
  • Stéphane LAURENT
  •  • 1 126 mots

Né à Tel-Aviv en 1951, Ron Arad appartient à la génération du postmodernisme qui voit le design renouer avec les arts décoratifs et s'ancrer dans l'art contemporain. Son itinéraire est celui d'un artiste dont la créativité s'est vue en quelque sorte renforcée par la technique. Après un an passé à l'école des Beaux-Arts Bezajel de Jérusalem, Ron Arad s'installe à Londres en 1973 afin d'étudier à l' […] Lire la suite

ARBUS ANDRÉ (1903-1969)

  • Écrit par 
  • Pierre-Emmanuel MARTIN-VIVIER
  •  • 972 mots

André Arbus est né à Toulouse, le 17 novembre 1903, dans une famille d'artisans pratiquant l'ébénisterie depuis plusieurs générations. Après des études secondaires, se destinant à une carrière de peintre, il entre à l'école des Beaux-Arts et travaille sur les établis familiaux où son grand-père lui fait le récit du tour de France des compagnons. L'Exposition internationale des arts décoratifs de 1 […] Lire la suite

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Objets d'art, sculpture et archéologie »  : […] L'élargissement du goût pour des objets de plus en plus nombreux et variés est favorisé, au xix e  siècle, par le déclin des préjugés classiques : les époques oubliées sont progressivement réhabilitées par les courants révolutionnaires de la peinture et par les découvertes archéologiques. Cette extension croissante de l'amateurisme a pour conséquence un véritable foisonnement de falsifications. Ch […] Lire la suite

ART COLONIAL

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL, 
  • Alexis SORNIN
  •  • 8 403 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Textiles, orfèvrerie et mobilier »  : […] La qualité remarquable des textiles indiens est une des raisons essentielles qui incitent les Compagnies européennes à faire du négoce en Inde. Les provinces du Gujarat et du Bengale y sont les principaux centres de production textile. L'Europe connaît à partir du xvii e  siècle une vogue de chintz, calicot, mousseline, velours et autres brocarts importés de l'Inde. Dans les années 1770, les châl […] Lire la suite

ART DÉCO STYLE

  • Écrit par 
  • Christian BONNEFOI
  •  • 1 057 mots
  •  • 2 médias

En ce début de l'ère industrielle, Bonnard et Toulouse-Lautrec dessinent des affiches, Gauguin signe des céramiques, les arts appliqués s'imposent sur la scène artistique. L'Art nouveau gagne peu à peu chaque secteur de la création, négligeant d'ajuster ses normes esthétiques aux exigences désormais fonctionnelles. À Vienne, Adolf Loos dénonce ce délire ornemental ( Ornament und Ver brechen , 1908 […] Lire la suite

ART NOUVEAU

  • Écrit par 
  • Françoise AUBRY
  •  • 8 797 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Belgique »  : […] Les premières traces de l'Art nouveau apparaissent en Belgique en 1891, avec la couverture du catalogue du Salon des XX, dessinée par le peintre Georges Lemmen. Les lignes souples et le lettrage révèlent un goût japonisant teinté d'influence anglaise. Lemmen collabore avec Van de Velde pour l'installation d'un fumoir dans la galerie L'Art nouveau de Bing, en 1895, l'année durant laquelle Van de […] Lire la suite

BESTIAIRES

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Daniel POIRION
  •  • 10 712 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'art gréco-romain et médiéval »  : […] Cette inspiration, qui fait du décor de la vie quotidienne l'image des rapports de proximité, d'intérêt et de sympathie entre l'homme et l'animal, se retrouve dans le mobilier zoomorphe de diverses époques : Égypte ancienne, Renaissance française, style Chippendale anglais. L'animal ou une partie du corps de l'animal, est support, gardien et compagnon des fauteuils et des lits. Il est remarquable […] Lire la suite

BIEDERMEIER STYLE

  • Écrit par 
  • Colombe SAMOYAULT-VERLET
  •  • 453 mots
  •  • 2 médias

L'époque du style Biedermeier débute en Autriche et en Allemagne vers 1814 pour s'achever en 1848. Ce n'est pas un ébéniste, comme on serait tenté de le croire, qui a donné son nom au Biedermeier, mais un personnage mythique, incarnant le bon bourgeois allemand du début du xix e siècle, comparable au Joseph Prudhomme français. Le Biedermeier désigne principalement les arts décoratifs, mais il s'a […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18 mars 2014 France – Guinée équatoriale. Mise en examen à Paris du fils du président équato-guinéen

En décembre 2008, l'organisation Transparency International France a déposé une plainte visant les conditions dans lesquelles les chefs d'État congolais Denis Sassou-Nguesso, gabonais Omar Bongo et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo ont acquis en France un important patrimoine immobilier et mobilier. Des saisies mobilières ont eu lieu en septembre 2011 et en février 2012 au domicile parisien de Teodorin Obiang, qui a également été saisi en juillet 2012. […] Lire la suite

13 juillet - 1er août 2010 France. Annonce du renforcement de la politique sécuritaire à la suite de violences urbaines

Des jeunes, qui contestent la thèse de la légitime défense avancée par les policiers, détruisent du mobilier urbain et incendient des véhicules automobiles. Des coups de feu sont échangés entre la police et les émeutiers. Les violences continuent les jours suivants. Le 18, plusieurs dizaines de gens du voyage, armés de haches et de barres de fer, attaquent la gendarmerie de Saint-Aignan (Loir-et-Cher) et dégradent le mobilier urbain de la commune, à la suite de la mort d'un des leurs, tué la veille par des gendarmes alors qu'il avait forcé un barrage routier. […] Lire la suite

17 juin 2007 France. Émeutes urbaines à Cergy

Une grande partie d'entre eux se livrent ensuite à la dégradation de commerces, de mobilier urbain et d'une gare du R.E.R., avant de s'attaquer aux forces de l'ordre, qui doivent faire usage d'armes anti-émeutes.  […] Lire la suite

20-31 mai 1994 France. Conflit entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais

Il réclamait entre autres en échange une expertise précise du mobilier de collection de l'homme d'affaires, qui ne lui a pas été fournie. L'annonce, le 10, du dépôt par le ministère du Budget d'une plainte contre Bernard Tapie pour fraude fiscale au sujet du classement en navire de commerce du Phocéa a incité la banque à agir afin de sauvegarder ses intérêts de créancier. […] Lire la suite

15 novembre 1987 Roumanie. Émeutes à Braşov

Des ouvriers d'usines automobiles, protestant contre une baisse des salaires et des pénuries alimentaires, pillent la mairie, ainsi que le siège du parti, brûlant mobilier, drapeaux rouges et portraits de Nicolae Ceauşescu, dont le népotisme, la mégalomanie et les erreurs économiques sont de plus en plus mal supportés par une population privée des denrées essentielles et de moyens de chauffage. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Colombe SAMOYAULT-VERLET, « MOBILIER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mobilier/