Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉTAPHORE

Articles

  • MÉTAPHORE

    • Écrit par Jean-Yves POUILLOUX
    • 6 370 mots

    Le terme « métaphore » appartient, à l'origine, au vocabulaire technique de la rhétorique et désigne une « figure de signification » par laquelle un mot se trouve recevoir dans une phrase un sens différent de celui qu'il possède dans l'usage courant. On remarque que, dans ce vocabulaire...

  • ALLÉGORIE, notion d'

    • Écrit par François TRÉMOLIÈRES
    • 1 454 mots
    Cette dernière lui préfère néanmoins les termes métaphore, que nous rencontrions pour commencer, et image. La linguistique et la théorie de la littérature, héritières dans une certaine mesure du romantisme, ont renouvelé l'intérêt pour ce que Tzvetan Todorov appelle « la décision d'interpréter...
  • ALLÉGORIE

    • Écrit par Frédéric ELSIG, Jean-François GROULIER, Jacqueline LICHTENSTEIN, Daniel POIRION, Daniel RUSSO, Gilles SAURON
    • 11 594 mots
    • 5 médias
    ... ne se rencontre qu'à partir de l'époque hellénistique dans le vocabulaire de la rhétorique pour désigner, du point de vue du créateur, une suite continue de métaphores par lesquelles celui-ci rend accessible un concept abstrait à l'imagination de son lecteur (Quintilien, Inst....
  • ANTONOMASE, rhétorique

    • Écrit par Nicole QUENTIN-MAURER
    • 62 mots

    Figure de style qui consiste à remplacer un nom commun par un nom propre (une Pénélope pour une épouse vertueuse ; une Mégère pour une femme violente, etc.) ou réciproquement (une Amazone ; une Harpie ; le Philosophe pour Aristote, etc.) ; c'est une synecdoque d'individu. L'antonomase comporte...

  • BLUMENBERG HANS (1920-1996)

    • Écrit par Jean GREISCH
    • 1 217 mots

    Le philosophe allemand Hans Blumenberg est né le 13 juillet 1920 à Lübeck. Victime des lois raciales de Nuremberg, il est obligé d'interrompre ses études universitaires. D'abord inscrit comme étudiant en théologie à l'université jésuite de Francfort, il retourne comme simple ouvrier dans sa ville natale....

  • CATACHRÈSE, rhétorique

    • Écrit par Véronique KLAUBER
    • 199 mots

    La langue pourvoit aux besoins nouveaux de dénomination, nés des modifications de la réalité, en réutilisant des mots déjà existants. Le nouveau mot obtenu par extension métaphorique, métonymique ou par synecdoque, se lexicalise ou non : les « fruits de mer » n'évoquent pas « les produits de la terre...

  • CONDENSATION, psychanalyse

    • Écrit par Baldine SAINT GIRONS
    • 654 mots

    Formation caractéristique de l'inconscient, la condensation résulte d'un travail de « compression », dont Freud dit qu'il est essentiellement différent d'un simple résumé. Mise en évidence dans le rêve, la condensation devient, dans l'analyse du mot d'esprit, «...

  • DÉPLACEMENT, psychanalyse

    • Écrit par Baldine SAINT GIRONS
    • 869 mots

    Si l'aptitude au déplacement caractérise tout particulièrement l'énergie au niveau de ce que Freud appelle les « processus primaires », c'est-à-dire l'activité psychique inconsciente, il importe de définir le champ où opère le concept, et notamment d'une façon diacritique par rapport à la « condensation...

  • EXPRESSION, philosophie

    • Écrit par Françoise ARMENGAUD
    • 991 mots

    Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être.

    Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la...

  • FONTANIER PIERRE (1768-1844)

    • Écrit par Robert SCTRICK
    • 270 mots

    Éditeur en 1818 du Commentaire des tropes de Du Marsais et auteur de deux ouvrages — étroitement liés dans son esprit et destinés à constituer un unique Traité général — sur les figures du discours, Manuel classique pour l'étude des tropes (1821) et Des figures autres que tropes...

  • HYPALLAGE, rhétorique

    • Écrit par Véronique KLAUBER
    • 174 mots

    L'hypallage est une figure par laquelle on déplace un syntagme en l'attribuant à un autre. C'est le déterminant qui peut être transposé le plus facilement, sans modifier le sens global de l'ensemble formé avec des substantifs auxquels il est lié, sur le plan logique aux uns, sur le plan syntaxique...

  • IMAGINAIRE ET IMAGINATION

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 12 565 mots
    • 1 média
    ...des processus de rêve développée par la psychanalyse. « Maladie du langage », on vient en effet d'évoquer la caractéristique assignée par Müller à l'altération phonétique des mots pleins. Or la même désignation est appliquée par lui au ressort de la production des mythologies, à savoir la métaphore.
  • INCONSCIENT

    • Écrit par Christian DEROUESNE, Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, François ROUSTANG
    • 8 283 mots
    • 2 médias
    ...Lacan a montré que ces mécanismes de l'inconscient trouvaient leur pleine signification si on leur donnait le nom qu'ils portent en stylistique : la métaphore et la métonymie. Si la condensation est possible, c'est qu'un mot d'une langue ne renvoie pas seulement à un ou plusieurs sens, mais à tout...
  • INTERPRÉTATION (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 579 mots
    ...êtres vivants. Dans un texte de jeunesse, Vérité et mensonge au sens extra-moral (1873), Friedrich Nietzsche résume ce travail du corps en nommant « métaphore » ce qu’on pourrait aussi bien qualifier d’« interprétation » : « Transformer une excitation nerveuse en une image ! Première métaphore ! L’image...
  • LACAN JACQUES (1901-1981)

    • Écrit par Patrick GUYOMARD
    • 6 797 mots
    ...issues de ce que Freud appelait le processus primaire, dans le champ du langage qui est le leur. La condensation et le déplacement sont assimilables à la métaphore et à la métonymie, dans les deux axes syntagmatique et paradigmatique du langage. La condensation est une métaphore. Elle définit tout refoulement...
  • LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

    • Écrit par Jean-Claude MILNER
    • 7 214 mots
    ...phénomènes regroupés sous le chef de la métonymie et que de la relation de paradigme dépendait un ensemble de phénomènes regroupés sous le chef de la métaphore. On dispose ainsi d'une théorie générale des types de relation possibles qui s'établissent entre corpuscules non physiques – théorie dont Jacques...
  • MYTHE - L'interprétation philosophique

    • Écrit par Paul RICŒUR
    • 12 836 mots
    • 1 média
    Construisons par degrés ce nouveau modèle : avant même les métaphores que nous trouvons dans notre langue et qui sont des procédés de rhétorique, il y a ce que Roman Jakobson appelle le « procès métaphorique ». La théorie du procès métaphorique prolonge une distinction déjà faite par Saussure...
  • POÉSIE

    • Écrit par Michel COLLOT, Dominique VIART
    • 9 394 mots
    • 2 médias
    ...amoureuse peut avoir « chaud extrême en endurant froidure ». On sait le rôle capital joué depuis toujours en poésie par les figures d'analogie (comparaison, métaphore, allégorie, etc.), qui rapprochent des « réalités » parfois très « éloignées » selon la formule de Reverdy. On n'a pas attendu le surréalisme...
  • PROUST MARCEL (1871-1922)

    • Écrit par Jean-Yves TADIÉ
    • 7 257 mots
    • 3 médias
    ...arbres d'Hudimesnil, les clochers de Martinville font signe comme des êtres humains, et la mer de Balbec est une grande créature immortelle : c'est la métaphore qui les humanise, et la description constitue le lieu privilégié de celle-là. Les décors, les objets, les lieux sont semblables aux héros proustiens,...
  • PSYCHANALYSE

    • Écrit par Pierre KAUFMANN
    • 17 239 mots
    • 1 média
    ...l'inconscient. Ce que Freud a désigné comme « plasticité du matériel verbal », Lacan l'interprète en tant que « perméabilité de la chaîne signifiante aux effets de métaphore et de métonymie ». Encore faut-il, pour vraiment saisir l'intérêt de sa contribution, en dégager l'originalité. Il est courant de rattacher...
  • RICŒUR PAUL (1913-2005)

    • Écrit par Jean GREISCH
    • 2 367 mots
    • 1 média
    Ricœur plaide vigoureusement pour une conception du langage qui rende justice à sa visée référentielle. L'analyse des énoncés métaphoriques montre que c'est le langage le moins directement référentiel qui dit le mieux le secret des choses. La métaphore vive rend possible un « voir-comme » qui trouve...