DÉPLACEMENT, psychanalyse

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'aptitude au déplacement caractérise tout particulièrement l'énergie au niveau de ce que Freud appelle les « processus primaires », c'est-à-dire l'activité psychique inconsciente, il importe de définir le champ où opère le concept, et notamment d'une façon diacritique par rapport à la « condensation ».

Dans les lettres à Fliess, Freud relève trois types de déplacement conduisant à des compromis (Kompromissverschiebung) : « Déplacement par voie associative : hystérie. Déplacement par similarité (conceptuelle) : névrose obsessionnelle, caractéristique du lieu et peut-être aussi de l'époque où s'est produite la défense. Déplacement d'ordre causal : paranoïa. » Le déplacement (Verschiebung) tend par suite à recouvrir ce que Freud nomme au niveau de L'Interprétation des rêves la « déformation » ou plutôt la « transposition » (Enstellung) : cette dernière consiste proprement dans une « ruse » de la représentation inconsciente lui permettant sous un déguisement quelconque de prendre position dans le champ de la conscience.

Mais le déplacement est par ailleurs décrit dans L'Interprétation des rêves comme un type original de formation inconsciente aboutissant au décentrement du contenu manifeste par rapport au contenu latent. Car « ce qui dans les pensées du rêve est visiblement le contenu essentiel n'a pas du tout besoin d'être représenté dans le rêve ». Autrement dit, il importe non seulement de prêter attention à des mots et images qui « condensent » un matériel aspirant à la représentation, mais de repérer également des effets de masquage touchant des massifs entiers de représentations particulièrement intenses.

De fait, l'on peut dégager deux étapes du processus de déplacement : la première, qui marque une rupture ; la seconde, où s'effectue une création et s'établit un nouvel accord. « Dans le travail du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DÉPLACEMENT, psychanalyse  » est également traité dans :

CONDENSATION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 653 mots

Formation caractéristique de l'inconscient, la condensation résulte d'un travail de « compression », dont Freud dit qu'il est essentiellement différent d'un simple résumé. Mise en évidence dans le rêve, la condensation devient, dans l'analyse du mot d'esprit, « la catégorie à laquelle sont subordonnées toutes les autres ». En ce sens, elle est la simple expression de la tendance à l'épargne qui do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/condensation-psychanalyse/#i_45643

INCONSCIENT

  • Écrit par 
  • Christian DEROUESNE, 
  • Hélène OPPENHEIM-GLUCKMAN, 
  • François ROUSTANG
  •  • 8 260 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mécanismes de condensation et de déplacement »  : […] Alors que la pensée consciente tend à la clarté et à la distinction des concepts qu'elle utilise, de même qu'à la hiérarchisation et à la mise en valeur relative explicite de ces concepts, l'inconscient se caractérise par les processus de condensation et de déplacement . Freud a développé et précisé à propos du rêve ces modalités du discours inconscient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inconscient/#i_45643

L'INTERPRÉTATION DES RÊVES, Sigmund Freud - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Alain VANIER
  •  • 860 mots

Dans le chapitre « Fondements d'une métapsychologie »  : […] Le livre comprend un premier chapitre qui traite de « la littérature scientifique concernant les problèmes du rêve ». Dans les quatre chapitres suivants, Freud développe sa théorie générale du rêve appuyée sur plusieurs exemples. Il expose une méthode d'interprétation, soutient l'affirmation que le rêve est un « accomplissement de désir », étudie les déformations du matériel dans le rêve, ainsi q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-interpretation-des-reves/#i_45643

LACAN JACQUES (1901-1981)

  • Écrit par 
  • Patrick GUYOMARD
  •  • 6 767 mots

Dans le chapitre « L'algorithme et le signifiant »  : […] Lacan emprunte à Ferdinand de Saussure le terme de « signifiant », en le subvertissant à peu près complètement. L'homologie des structures devait le mener à théoriser celle de l'inconscient à partir de l'algorithme saussurien ( signifiant/signifié ), dans la mesure où il était lui-même un élément de la structure du langage. Saussure inscrit le signifiant en regard du signifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-lacan/#i_45643

MÉTAPHORE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Deux extensions remarquables : Jakobson et Lacan »  : […] C'est en un sens une conception analogue que semble avoir Roman Jakobson, mais il donne au terme une extension qui d'un coup efface les frontières relativement restreintes à l'intérieur desquelles il demeurait maintenu. Tant que ces distinctions et définitions sont produites à l'intérieur de la rhétorique classique conçue comme art de persuader, leur extension demeure limitée. Si, en revanche, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphore/#i_45643

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La psychologie de l'enfant : Wallon et Piaget »  : […] Outre celui qu'il a chez Freud, le concept d'opposition joue aussi un rôle important dans l'étude des processus mentaux telle qu'elle a été développée par la psychologie contemporaine. Ainsi, pour Henri Wallon, la pensée par couples représente le mode primitif de fonctionnement intellectuel dont dispose l'enfant durant la période que cet auteur qualifie de précatégorielle (de six à neuf ans en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_45643

PROJECTION, psychanalyse

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 1 771 mots

Dans le chapitre « Le concept dans l'œuvre de Freud »  : […] Aux deux mécanismes de défense qu'il avait décrits en 1894, à savoir la conversion (transposition de l'affect désagréable sur le registre somatique, chez l'hystérique) et le déplacement (qui fait qu'une représentation intense, chez l'obsessionnel, est remplacée par une autre plus neutre, en vertu d'un lien associatif), Freud ajoute en 1896 la projection paranoïaque, par laquelle le sujet, au cour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/projection-psychanalyse/#i_45643

PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 17 217 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le statut de l'Autre »  : […] Articulons ces thèmes dans le langage plus systématique auquel Lacan a fait concourir la théorie du signifiant. Nous aurons à nous demander en quelle façon l'organisation inconsciente du message qui frappe l'écoute analytique peut nous aider à cerner le statut de l'Autre. Nous prenons donc pour texte de départ, avec les processus primaires, la condensation et le déplacement, c'est-à-dire ces deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse/#i_45643

PSYCHANALYSE & CONCEPT D'OPPOSITION

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 14 034 mots

Dans le chapitre « Le traitement des contraires dans le travail du rêve »  : […] En ce qui concerne la contradiction, Freud souligne que le contenu latent du rêve peut comporter divers sentiments apparentés de contradiction, d'ironie, de mépris, de haine. Dans les idées latentes du rêve, « presque toujours, à côté d'une association d'idées, se trouve son opposé contradictoire » ( kontradiktorisches Widerspiel ). Ce « sentiment de contradiction » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychanalyse-et-concept-d-opposition/#i_45643

TROPES, linguistique

  • Écrit par 
  • Michel BRAUDEAU
  •  • 1 310 mots

La taxinomie des ornements rhétoriques (il faut bien avoir recours à cette périphrase, puisque, dès les Anciens, on estime que le trope porte sur le mot, et la figure sur le groupe de mots) pose des problèmes tant historiques (l'histoire des classements) que théoriques (le fondement des classements). En cette matière, les deux extrêmes sont imaginables : depuis l'énumération fastidieuse de chaque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tropes-linguistique/#i_45643

Pour citer l’article

Baldine SAINT GIRONS, « DÉPLACEMENT, psychanalyse », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/deplacement-psychanalyse/