EXPRESSION, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être.

Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo-platonisme, l'Un se manifeste, s'explique et s'exprime dans le multiple ; cela a une influence sur la théologie : le monde (création) et les noms divins (révélation) sont des expressions diverses de Dieu. On retrouve ici une perspective immanentiste et panthéiste. Spinoza utilise la notion d'expression précisément pour éliminer l'idée traditionnelle de création, pour résoudre certaines difficultés du cartésianisme et écarter relativement le sujet pensant. La définition leibnizienne de l'expression présente un aspect très général et formel : « Une chose en exprime une autre lorsqu'il y a un rapport constant et réglé entre ce qui peut se dire de l'une et ce qui peut se dire de l'autre. » Il y a une universalité ontologique du domaine de l'expressif, qui se restreint singulièrement au xixe siècle. La conception hégélienne coïncide largement avec celle du sens commun. Enracinée ontologiquement, l'expression remplit une fonction à l'égard de l'être : monstration, manifestation, dévoilement ; à l'égard d'un être déterminé, le vivant (par assimilation, le portrait ou le paysage) ; elle communique la vivacité du vivant, qu'elle actualise et vivifie, et se distingue par là de l'apparence, du [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  EXPRESSION, philosophie  » est également traité dans :

BRANDOM ROBERT (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

Philosophe américain, professeur à l'université de Pittsburgh, Robert Brandom est l'un des représentants les plus significatifs des voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s'est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l'esprit. Il est notamment l'auteur de deux livres : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-brandom/#i_47370

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fonction conative »  : […] Abordons la deuxième fonction du modèle de Jakobson : la fonction conative, centrée sur le destinataire du message. En vérité, on apercevra aisément, sur ce point, le caractère quelque peu artificiel et abstrait, sinon du modèle lui-même, du moins de son application à une sémiotique du corps. En effet, pour reprendre l'exemple même de Jakobson, celui de l'allongement emphatique du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/corps-corps-et-langage/#i_47370

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 353 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La présence en question »  : […] La dissémination est une opération réglée par la déconstruction, terme par lequel on désigne aujourd'hui communément la pensée de Derrida. Dans la « Lettre à un ami japonais » (in Psyché, inventions de l'autre ), Derrida évoque son apparition : « ... Je souhaitais traduire et adapter à mon propos les mots heideggériens de Destruktion et d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-derrida/#i_47370

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Comment la réalité doit-elle être faite pour que des signes apparaissent qui la représentent et la désignent ? Cette question était posée à partir du langage dans les philosophies antérieures : c'était le problème de la référence, et plus précisément de la référence identifiante qui, avec Strawson, conduisait hors du langage et débouchait sur la notion des particuliers de bas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_47370

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 064 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Dynamique et métaphysique »  : […] En définissant dans sa jeunesse la substance comme « un être qui agit », Leibniz annonçait déjà la manière dont il allait enrichir la détermination logique de la substance par une détermination dynamique : la substance agissante, contenant ses actions futures sous forme de virtualités, ne pouvait être en effet suffisamment définie par un concept logique. Leibniz tend à incorporer la dimension log […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leibniz-g-w/#i_47370

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 202 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le système du « Tractatus » »  : […] Lorsqu'il écrit le Tractatus , Wittgenstein a rencontré le problème philosophique en réfléchissant sur la nature des énoncés scientifiques, et peut-être aussi en s'interrogeant sur le sens des écrits de Tolstoï. Le livre propose une réponse à la question : Que peut-on exprimer  ? Cette réponse est résumée dans la préface de l'auteur : « Ce qui peut être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-wittgenstein/#i_47370

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « EXPRESSION, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/