EXPRESSION, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être.

Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo-platonisme, l'Un se manifeste, s'explique et s'exprime dans le multiple ; cela a une influence sur la théologie : le monde (création) et les noms divins (révélation) sont des expressions diverses de Dieu. On retrouve ici une perspective immanentiste et panthéiste. Spinoza utilise la notion d'expression précisément pour éliminer l'idée traditionnelle de création, pour résoudre certaines difficultés du cartésianisme et écarter relativement le sujet pensant. La définition leibnizienne de l'expression présente un aspect très général et formel : « Une chose en exprime une autre lorsqu'il y a un rapport constant et réglé entre ce qui peut se dire de l'une et ce qui peut se dire de l'autre. » Il y a une universalité ontologique du domaine de l'expressif, qui se restreint singulièrement au xixe siècle. La conception hégélienne coïncide largement avec celle du sens commun. Enracinée ontologiquement, l'expression remplit une fonction à l'égard de l'être : monstration, manifestation, dévoilement ; à l'égard d'un être déterminé, le vivant (par assimilation, le portrait ou le paysage) ; elle communique la vivacité du vivant, qu'elle actualise et vivifie, et se distingue par là de l'apparence, du phénomène ou de l'indice (qui appartiennent aux choses ou aux situations). D'autre part, en vertu de la nature de ce qui s'exprime et par le procès même d'expression s'effectue une différenciation dialectique entre l'intériorité et l'extériorité. C'est sur ce rapport que Hegel fonde ses principales déterminations esthétiques. La vertu de l'art consiste dans la liaison, « l'affinité, la pénétration intime de l'idée et de la forme » ; le symbole artistique n'est pas « un signe arbitraire ou indifférent, mais un signe qui dans son extériorité même comprend le contenu de la représentation qu'il laisse apparaître ». Seule la forme humaine est apte à manifester l'esprit, tandis que « l'œil laisse voir dans l'âme humaine ». Enfin, la suite des arts dans l'histoire, de l'architecture à la poésie, représente une progression dans l'adéquation du rapport expressif. Dernier trait caractéristique : l'expression résulte de l'exercice d'une causalité immanente à son effet ; au xxe siècle, s'exprimer devient être cause, imprimer sa trace sur le monde.

La fonction expressive du langage se distingue de ses fonctions référentielle, descriptive, informative, impérative. Est expressif dans le langage ce qui renvoie non à un objet ou à un état de choses, mais à une propriété ou un événement du sujet parlant : état émotif, représentation. Rousseau y voit la source du langage, « né non des besoins mais des passions » (Essai sur l'origine des langues, 1761). Par ailleurs, bien que l'accord soit aujourd'hui unanime pour récuser l'idée d'une pensée autonome dans sa spiritualité, informulée et intuitive qui chercherait en un temps second à se « revêtir » de mots, la distinction de la pensée et de l'expression doit d'une certaine manière être maintenue (comme le montre la quête du mot juste chez l'écrivain). « La pensée ne s'identifie pas à l'expression, écrit E. Ortigues, bien qu'elle rende possible par elle sa propre identification [...] L'expression ne s'identifie pas à ce qu'elle exprime et qui se pose pour soi comme pensée » (Le Discours et le symbole, 1962). Enfin, expression et signification sont nettement distinguées chez A. Meinong : « Un mot signifie toujours l'objet de la représentation qu'il exprime, et inversement il exprime la représentation de l'objet même qu'il signifie » (Traité des assomptions, 1910). L'expression est liée aussi à la métaphore et à la dénotation : le domaine de dénotation de l'expression consiste en émotions, attitudes, sentiments, bref en « propriétés » ; l'expression est une exemplification en ce sens que ce qui est exprimé subsume ce qui l'exprime comme en étant un échantillon, un exemple ; c'est une une exemplification métaphorique dans la mesure où l'échantillon ne possède qu'une partie des propriétés du lot dont il est détaché (cf. N. Goodman, Languages of Art, 1968).

Trois sources anciennes, l'attention médicale aux symptômes, l'attention portée par les moralistes aux passions, le travail tant des comédiens et des mimes que des peintres invitent à lier expression et corporéité. Cette relation se trouve confirmée par certaines études modernes : de type psychophysiologique, comme celles que menèrent au xixe siècle en Angleterre Bell et Darwin, qui y trouvent confirmation de la « conception qui fait dériver l'homme de quelque animal inférieur » (The Expression of Emotions in Man and Animals, 1873) ; de type sociologique comme chez M. Mauss (caractère culturel des techniques corporelles en général et de la régulation de l'expressivité en particulier) ; dans les recherches de proxémique de E. T. Hall (The Silent Language, 1959) ; de type philosophique, plus précisément phénoménologique, chez Merleau-Ponty (La Prose du monde, 1969), nuancé d'éthique chez Lévinas (Totalité et infini, 1961), ou à visée thérapeutique dans la pratique de l'expression corporelle comme telle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification

Autres références

«  EXPRESSION, philosophie  » est également traité dans :

BRANDOM ROBERT (1950- )

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 372 mots

Philosophe américain, professeur à l'université de Pittsburgh, Robert Brandom est l'un des représentants les plus significatifs des voies dans lesquelles la philosophie pragmatiste s'est engagée après le « tournant linguistique », dans le contexte actuel des discussions en philosophie de l'esprit. Il est notamment l'auteur de deux livres : Making It Explicit : Reasoning, Representing, and Discur […] Lire la suite

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 694 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fonction conative »  : […] Abordons la deuxième fonction du modèle de Jakobson : la fonction conative, centrée sur le destinataire du message. En vérité, on apercevra aisément, sur ce point, le caractère quelque peu artificiel et abstrait, sinon du modèle lui-même, du moins de son application à une sémiotique du corps. En effet, pour reprendre l'exemple même de Jakobson, celui de l'allongement emphatique du i dans si en f […] Lire la suite

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La présence en question »  : […] La dissémination est une opération réglée par la déconstruction, terme par lequel on désigne aujourd'hui communément la pensée de Derrida. Dans la « Lettre à un ami japonais » (in Psyché, inventions de l'autre ), Derrida évoque son apparition : « ... Je souhaitais traduire et adapter à mon propos les mots heideggériens de Destruktion et d' Abbau . Tous les deux signifiaient dans ce contexte une o […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 536 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Phénoménologie du langage »  : […] Comment la réalité doit-elle être faite pour que des signes apparaissent qui la représentent et la désignent ? Cette question était posée à partir du langage dans les philosophies antérieures : c'était le problème de la référence, et plus précisément de la référence identifiante qui, avec Strawson, conduisait hors du langage et débouchait sur la notion des particuliers de base, corps et personnes […] Lire la suite

LEIBNIZ GOTTFRIED WILHELM

  • Écrit par 
  • Martine DE GAUDEMAR
  •  • 5 065 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dynamique et métaphysique »  : […] En définissant dans sa jeunesse la substance comme « un être qui agit », Leibniz annonçait déjà la manière dont il allait enrichir la détermination logique de la substance par une détermination dynamique : la substance agissante, contenant ses actions futures sous forme de virtualités, ne pouvait être en effet suffisamment définie par un concept logique. Leibniz tend à incorporer la dimension log […] Lire la suite

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 203 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le système du « Tractatus » »  : […] Lorsqu'il écrit le Tractatus , Wittgenstein a rencontré le problème philosophique en réfléchissant sur la nature des énoncés scientifiques, et peut-être aussi en s'interrogeant sur le sens des écrits de Tolstoï. Le livre propose une réponse à la question : Que peut-on exprimer  ? Cette réponse est résumée dans la préface de l'auteur : « Ce qui peut être dit peut être dit clairement ; et ce dont on […] Lire la suite

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « EXPRESSION, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/expression-philosophie/