TODOROV TZVETAN (1939-2017)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cet humaniste sceptique qui a commencé par le structuralisme est devenu un philosophe de la liberté.

Tzvetan Todorov est né le 1er mars 1939 à Sofia. Dans la Bulgarie communiste, le lycée bilingue russe lui apprend très tôt à se méfier de l’idéologie. En 1956, année du rapport Khrouchtchev et de l’insurrection de Budapest, il entre à l’université. Pour échapper au formatage idéologique, il se consacre à la poétique des contes populaires et se passionne pour les avant-gardes. En 1963, grâce à une tante paternelle, il quitte Sofia pour Paris. Il y publie son premier ouvrage, Théorie de la littérature (1965) dans lequel il traduit les textes des formalistes russes – Jakobson, Chklovski et Tynianov notamment. Le livre est publié au Seuil dans la collection « Tel Quel », dirigée par Philippe Sollers, que Todorov a rencontré par l’entremise de Gérard Genette. Avec celui-ci, il fonde en 1970 Poétique, revue de théorie et d’analyse littéraires. La littérature y est abordée essentiellement sous l’angle de la rhétorique et de la stylistique. Dans la France du général de Gaulle, alors que Mai-68 vient bouleverser l’ordre des choses, les mots occupent une place centrale. Sartre et Barthes aussi. Mais peu à peu, la notion d’engagement va laisser la place à celles de sémiologie, de déconstruction, tandis que le structuralisme, par le biais de Lévi-Strauss et Barthes, s’affirme prépondérant. Mais Todorov se méfie des systèmes et des vérités trop dominatrices. Il fera d’ailleurs toute sa carrière au CNRS comme directeur de recherche, en retrait d’un système universitaire qui tourne quelquefois à vide. Le rejet de cette radicalité politique qui s’exprime alors dans les tribunes et dans les amphithéâtres l’incite à prendre également ses distances avec le structuralisme qui avait nourri son Introduction à la littérature fantastique (1970).

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TODOROV TZVETAN (1939-2017)  » est également traité dans :

INTERTEXTUALITÉ THÉORIE DE L'

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 4 301 mots

Dans le chapitre « Genèse du concept »  : […] à Bakhtine qui font la notion d'intertextualité. Son influence est d'ailleurs si nette qu'en 1981 Tzvetan Todorov consacre à ce critique un bel essai, Mikhaïl Bakhtine, le principe dialogique (Seuil, 1981), où, pour y voir plus clair, il propose de faire éclater le « principe dialogique » en deux notions, le dialogisme proprement dit et l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-l-intertextualite/#i_95990

ŒUVRE D'ART

  • Écrit par 
  • Mikel DUFRENNE
  •  • 7 918 mots

Dans le chapitre « La science »  : […] donner un simulacre qui la reproduit avec un minimum d'écart. Il faut donc, avec Tzvetan Todorov, mettre l'œuvre « en relation avec autre chose » : si loin qu'on en pousse l'examen, un objet ne peut être objet de science qu'à condition d'être mis en relation avec d'autres objets dans un ensemble synchronique ou diachronique. Avec quels objets ? […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art/#i_95990

RÉCIT

  • Écrit par 
  • Louis MARIN, 
  • Jean VERRIER
  •  • 8 852 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Logiques du récit »  : […] La grammaire du récit, de Todorov, est aussi une grammaire de surface. Élaborée à partir de récits littéraires particuliers : les nouvelles du Décaméron de Boccace, Les Liaisons dangereuses de Laclos, elle tente de rendre compte des transformations syntaxiques qui font le récit. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit/#i_95990

Pour citer l’article

Laurent LEMIRE, « TODOROV TZVETAN - (1939-2017) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tzvetan-todorov/