MOTIVATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connotant aussi bien de purs besoins physiologiques que des aspirations artistiques, religieuses ou scientifiques, le terme de motivation suscite à bon droit la méfiance : ne s'agirait-il pas encore ici de quelque vague notion métaphysique, appartenant au cadre de la pensée préscientifique, et peu susceptible de recevoir une élaboration conceptuelle pouvant lui conférer une quelconque efficacité opératoire ? Le thème de la motivation paraît d'abord étroitement lié aux réflexions propres à la philosophie morale, concernant le sens du devoir et le désir du bien.

Dans la mesure, en effet, où l'homme est conçu à la manière d'Aristote comme étant le principe de ses actes, la recherche porte essentiellement non tant sur la nature des motifs sous-tendant l'activité humaine que sur la fin dernière de l'être, dont la connaissance devrait procurer le souverain bien. D'un côté, la réflexion s'enracine dans une métaphysique qui serait seule habilitée à découvrir la motivation réelle et fondamentale de l'homme, tandis que, de l'autre, elle s'étaie sur des modèles physico-psychologiques.

Le second point de vue paraît le plus largement représenté, dans les traités contemporains sur la motivation, sous la forme de l'hédonisme, théorie selon laquelle toutes les actions seraient motivées par le plaisir ou l'absence de douleur. Notons cependant l'ambiguïté de cette définition, telle qu'elle avait été ressentie par les Anciens. Faut-il, avec Aristippe de Cyrène (ve s. av. J.-C.), opposer plaisir à douleur comme mouvement léger à mouvement violent, ou concevoir qu'il existe un état autre que le mouvement, état stable et constitutif, caractéristique du plaisir selon Épicure ? La question éthico-psychologique d'une vie en accord avec la nature entraîne donc ici à titre d'exigence préalable la construction d'un modèle de l'univers, aux lois duquel l'homme serait secrètement motivé à se conformer. S'en dégage l'idée d'une unicité de la motivation qui, à travers des strates plus ou moins nombreuses, vise au recouvrement ultime entre vœu du sujet et dessein de la nature.

Mais c'est essentiellement autour des discussions théologiques et philosophiques concernant le libre arbitre et le déterminisme que sera mis en lumière le caractère éminemment conflictuel des différentes motivations, mettant en jeu un élément qui déborde de partout la volonté libre du sujet.

Apparaît ici l'originalité de la thèse leibnizienne dans l'affirmation de la nature intrinsèque, ex hypothesi, du déterminisme. C'est une « hypothèse », au dire de Leibniz, que le choix du monde, déterminé conditionnellement par Dieu comme meilleur possible, grâce à un calcul intuitif. Ainsi, la motivation de Jules César à franchir le Rubicon n'est pas comprise dans la « notion éternelle » de Jules César, mais s'enracine dans le « personnage » historique que Dieu lui a donné, en tenant compte des rapports de compossibilité et de la suite des choses. Cela se formalise dans l'élaboration de la notion de série, comprise comme principe d'ordination des phénomènes, ramenant la chaîne des motivations à la ratio profonde qui la sous-tend, de manière à entraîner l'analyse de tous les requisits, exprimant les divers degrés de tension de l'être vers l'existence. L'infini « syncatégorématique », dont les séries mathématiques donnent le type, trouve de la sorte son complément nécessaire dans un infini « catégorématique », loi dernière de la série.

Telle est l'origine de tout un courant qui, à travers la psychologie de Johann Friedrich Herbart, donnera naissance à la conception par strates de l'appareil psychique freudien et qui, d'autre part, renforcé par les travaux épistémologiques d'Ernst Cassirer et les expériences de l'école de Würzburg, conduira Kurt Lewin à une accentuation et à une généralisation méthodique de la sériation temporelle. Alors seulement la motivation s'élève à la dignité de construct, pour reprendre le terme de Karl Pearson. Si l'étude de la motivation semble, en effet, devoir couvrir l'intégralité du champ psychologique, comme pétition principielle d'une explication possible du comportement humain, son emploi systématique s'avère étrangement récent, notamment en psychologie expérimentale.

Glissements de sens propres à la notion

Particulièrement frappante semble la tendance propre aux auteurs béhavioristes à évacuer la notion de motivation. Les uns, nominalistes, voient en elle le moyen de baptiser un certain nombre d'agents physiologiques fort hétérogènes, influençant ou non le comportement ; d'autres la conçoivent comme facteur de sensibilisation (sensitizer) et d'activation (energizer) de l'organisme vis-à-vis de l'excitant. Dans le schéma stimulus-réponse, l'action est effectivement le propre du stimulus, puisque l'organisme vivant se caractérise seulement par la façon spécifique dont il « réagit » aux excitants déterminés. Donc, ou bien la motivation s'identifie au stimulus, ou bien ce terme n'est qu'un procédé aussi discret que superflu pour souligner l'activité de l'être vivant. Mais le corollaire de ce désaveu du concept, n'est-ce pas la mise « hors circuit » du sujet concret ?

On surprend alors la formation d'un sens polémique du terme de motivation destiné à caractériser l'activité humaine vue a parte subjecti, c'est-à-dire comme tendance dirigée, effort pour atteindre un objet-but. Sous ce concept seulement pourrait apparaître l'originalité du comportement, doté d'une organisation intrinsèque et d'une direction. Autrement dit, s'opère à ce niveau un premier glissement d'une motivation conçue comme excitation venue de l'extérieur vers une motivation qui serait excitation interne ou pulsionnelle. Alors que l'excitation physiologique permettait en droit à l'individu de se soustraire à son impact unique et momentané, il lui est impossible de venir à bout de la pulsion par des réactions de fuite. De là la hantise freudienne : constituer une théorie des pulsions qui ne soit pas une simple mythologie, mais qui rende effectivement compte des processus psychiques se déroulant dans l'inconscient.

Mais un autre glissement – et qui n'est point équivalent – semble corrélativement s'effectuer d'un modèle de régulation physiologique vers un modèle propr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  MOTIVATION  » est également traité dans :

MOTIVATION (psychologie)

  • Écrit par 
  • Céline DARNON
  •  • 1 051 mots

La motivation peut être définie comme le processus psychologique responsable du déclenchement, du maintien, de l’entretien ou de la cessation d’une conduite. Elle est en quelque sorte la force qui pousse à agir et penser d’une manière ou d’une autre. Ainsi, le recours au concept de motivation s’avère particulièrement utile pour comprendre les cognitions e […] Lire la suite

APPRENTISSAGE ET TABLETTES TACTILES

  • Écrit par 
  • Franck AMADIEU, 
  • André TRICOT
  •  • 919 mots

Depuis le début des années 2010, les tablettes tactiles ont fait leur apparition dans le monde de l’éducation, de l’école primaire à l’enseignement supérieur. Plus petites et moins lourdes que les ordinateurs portables, elles possèdent une interface tactile qui permet d’interagir directement à l’aide des doigts sur l’écran plutôt que par l’intermédiaire d’un clavier et d’une souris. Les tablettes […] Lire la suite

BEHAVIORISME

  • Écrit par 
  • Jean-François LE NY
  •  • 4 674 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le développement du behaviorisme »  : […] Après Watson, la psychologie expérimentale se développe, aux États-Unis, de façon extrêmement rapide ; elle se caractérise, pour l'essentiel, par son inspiration behavioriste. Toutefois il subsiste aussi, parallèlement, une pratique assez étendue de la psychologie non expérimentale, surtout dans le domaine clinique, où le behaviorisme ne pénètre que très lentement et où les courants psychanalytiqu […] Lire la suite

COMPORTEMENT ANIMAL - Comportement social

  • Écrit par 
  • Dalila BOVET
  •  • 3 595 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Combats ritualisés »  : […] Les animaux en viennent généralement à se battre lorsqu'ils sont en compétition pour certaines ressources (territoire, nourriture, partenaire sexuel...). Avant de combattre, un individu a intérêt à évaluer son adversaire afin de savoir si ses capacités et sa motivation sont inférieures ou supérieures aux siennes. Si l'un des protagonistes est clairement plus faible ou moins motivé à combattre, il […] Lire la suite

CONSOMMATION - Comportement du consommateur

  • Écrit par 
  • Bernard DUBOIS, 
  • Marc VANHUELE
  •  • 8 995 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'étude des besoins et motivations »  : […] Pourquoi un individu achète-t-il un produit ou un service ? Et pourquoi telle marque plutôt que telle autre ? Ces questions ont donné naissance à toute une série de travaux centrés sur les notions de besoins et de motivations. Même si la terminologie varie selon les auteurs (besoin, désir, mobile, instinct, pulsion, etc.), toutes les approches centrées sur la motivation font l'hypothèse de forces […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Analyse de la notion »  : […] La définition proposée – proche de celle que donne John Rawls dans Théorie de la justice (1971) – appelle quelques précisions. La désobéissance est dite « civile », d'abord, parce qu'elle est le fait de « citoyens » : ce n'est pas une rupture de citoyenneté, ni un acte insurrectionnel. Il s'agit d'une manifestation de « civisme » au sens fort : volonté d'œuvrer pour l'intérêt général, même au pr […] Lire la suite

DIEL PAUL (1893-1972)

  • Écrit par 
  • Alain BAVELIER
  •  • 657 mots

Psychologue français d'origine autrichienne, Paul Diel est le créateur de la psychologie de la motivation. Soutenu par Einstein, avec lequel il a correspondu pendant de longues années, il a travaillé notamment dans le cadre du C.N.R.S. et au sein du laboratoire de psychologie dirigé par Henri Wallon. S'écartant des voies tracées par Freud et Adler, il a voulu élever l'introspection au rang d'une m […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mutineries et désobéissances collectives

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 2 954 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mutineries françaises du printemps 1917 »  : […] La France connaît à son tour une importante vague de mutineries au printemps de 1917 , avec plus d’une centaine d’incidents, affectant les deux tiers des divisions d’infanterie, principalement fin mai-début juin, essentiellement dans l’Aisne et dans la Marne. Ces faits longtemps discutés sont désormais bien connus par une série de recherches, fondées notamment sur les archives de la Justice milita […] Lire la suite

INDIVIDUALISME MÉTHODOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 315 mots

Dans le chapitre « Sources et principes »  : […] Il revient à l'économiste autrichien Joseph A. Schumpeter d'avoir nettement distingué, dans l' Histoire de l'analyse économique (1954), deux types d'individualisme : « sociologique » et « méthodologique ». Le premier, largement accepté aux xvii e et xviii e  siècles, pose que les phénomènes sociaux se résolvent en décisions ou en actions d'individus et qu'il est impossible de les analyser en t […] Lire la suite

INTÉRÊT (sociologie)

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 1 333 mots

Les usages les plus anciens du mot « intérêt » en français, attestés dès le xiii e  siècle, sont d’ordre financier (profit du prêt d'argent) ou juridico-économique (dommages et intérêts). Ce n’est qu’au xvi e  siècle, que réapparaît le sens large issu du latin : « Ce qui importe, ce qui convient en quelque manière que ce soit, ou à l'honneur, ou à l'utilité, ou à la satisfaction de quelqu'un », se […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 janvier 2017 Belgique. Suite du traitement judiciaire de l'assassinat d'André Cools.

motivation des jugements, ils se sont pourvus devant la Cour européenne des droits de l’homme qui leur a donné raison en 2009 et 2013. En 2011 et 2014, la Cour de cassation a cassé les arrêts qui les avaient condamnés et a demandé la tenue de nouveaux procès. La cour de Namur constate une « atteinte irrémédiable aux droits de la défense » et estime […] Lire la suite

22 juillet 2016 Allemagne. Attaque meurtrière d'un déséquilibré à Munich.

motivation politique mais fasciné par les tueries de masse, il suivait un traitement psychiatrique. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gaston RICHARD, Baldine SAINT GIRONS, « MOTIVATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/motivation/