VIETNAM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique socialiste du Viêt Nam (VN)
Chef de l'ÉtatNguyen Xuan Phuc (depuis le 5 avril 2021)
Chef du gouvernementPham Minh Chinh (depuis le 5 avril 2021)
CapitaleHanoï
Langue officiellevietnamien
Unité monétairedông (VND)
Population98 678 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)331 236

Panorama ethnique

Le Vietnam est un pays polyethnique, puisqu'il compte en effet plus de soixante ethnies différentes. Les Vietnamiens, peuple majoritaire, constituent environ 90 p. 100 de la population et les minorités totalisent près de 4 millions de personnes.

L'ethnographie actuelle du Vietnam est généralement envisagée comme une donnée statique. Or cela n'est pas. La répartition de ses différentes ethnies est en effet liée d'une part à l'histoire du peuplement de ce pays et d'autre part à l'histoire de la nation vietnamienne et de sa « poussée » vers le sud puis vers l'ouest, « poussée » qui débuta au xie siècle et qui se poursuit encore de nos jours, si bien qu'une carte ethno-linguistique du Vietnam datant seulement de vingt ans ne reflète plus la réalité actuelle mais est déjà un document historique. Toute présentation ethnographique de ce pays ne peut donc être que relative, d'autant que les déplacements de populations nés de volontés politiques ou dus à la guerre ont bouleversé, depuis 1945, la répartition géographique des différentes ethnies et leur volume.

Alors que, dans les années cinquante, les plaines étaient le lieu d'élection de l'ethnie vietnamienne et les hautes terres celui des minorités, la carte ethno-linguistique du Vietnam, en 1972, présente les caractères suivants : les deltas du Nord et du Sud ainsi que le littoral du Centre sont toujours le domaine des Vietnamiens, mais ceux-ci sont aussi installés en nombre (plus d'un million) dans certaines zones de la haute et de la moyenne région du Nord, où n'habitaient autrefois que des Tai et des populations plus ou moins sinisées, ainsi que sur les hauts plateaux du Centre, jadis presque uniquement peuplés de Proto-Indochinois. Seuls les Cam et les Cambodgiens, héritiers de grandes civilisations, installés dans les plaines du Sud, n'ont pas été touchés par les bouleversements de ces dernières années.

Les Vietnamiens

Les Vietnamiens (les Annamites des anciens auteurs) appartiennent anthropologiquement au groupe sud-mongolique. Ils parlent une langue à tons, très influencée par le chinois mais en relation avec le môn-khmer et le tai. Cette langue, qui présente quelques différences de prononciation et de vocabulaire entre le Nord et le Sud, peut s'écrire à l'aide de caractères chinois, c'est le chũ' n'ôm, ou d'une graphie romanisée, le quôc ngũ', qui est aujourd'hui la seule écriture officielle du pays. Au cours de son histoire, le Vietnamien a toujours vécu dans des villages dont les maisons, construites à même le sol et souvent avec l'aide d'un géomancien, étaient groupées autour du marché et du temple communal (d–ình). Les villages comptaient de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'habitants, presque tous agriculteurs, fortement organisés et socialement très soudés, car la domestication des fleuves sur laquelle ils fondent leur technique agricole exige une cohésion totale des communautés. Ces « communes », véritable petit monde en miniature, qui jadis vivaient souvent en autarcie avec leurs artisans et leurs commerçants, avaient chacune leur vie politique, parfois agitée, leur vie sociale très hiérarchisée, leurs cérémonies et fêtes propres. Depuis vingt-cinq ans, l'organisation sociale traditionnelle a beaucoup évolué dans tout le pays, et, au sud, l'exode volontaire ou forcé de plusieurs millions de ruraux vers les villes a donné naissance à de nouveaux genres de vie et à de nouvelles attitudes sociales.

Le système social des Vietnamiens est patrilinéaire et fondé sur le tôc qui regroupe tous les descendants d'un ancêtre masculin connu. Ce tôc, dont tous les membres portent le nom clanique (Nguyen, Ngô...) de l'ancêtre, est placé sous l'autorité d'un chef qui gère les propriétés communes et inaliénables du groupe, tient le registre généalogique, veille au culte des ancêtres et arbitre les différends entre familles ou individus. Traditionnellement, les membres du tôc n'avaient envers lui et envers leur famille que des devoirs. Mais, depuis vingt-cinq ans, l'autorité patriarcale est battue en brèche, les jeunes n'acceptent plus les mariages arrangés par les parents ni la polygamie, et rares sont ceux qui pratiquent le culte des ancêtres ou croient encore à l'union indissoluble des membres de la famille, union que la guerre et, dans le Sud, les difficultés économiques ont fait éclater. Traditionnellement, l'organisation socio-politique du pays était une réplique du système impérial chinois et la population était divisée en quatre classes : les lettrés, les agriculteurs, les artisans et enfin les commerçants. L'implantation française, puis la guerre, la révolution et les bouleversements économiques ont détruit cet ordonnancement millénaire qui a été remplacé en 1954, au nord du 17e parallèle, par une république démocratique qui donne la première place au parti, et, au Sud, par une république qui a laissé les militaires et ceux qui avaient su s'enrichir occuper le sommet de la hiérarchie sociale.

Sur les plans philosophique et religieux, les Vietnamiens ont jadis reçu de la Chine le bouddhisme Mahāyāna, le confucianisme et le taoïsme, qui ont profondément marqué leur mentalité. Mais ils ont aussi pratiqué des cultes autochtones, comme celui des ancêtres, célébré devant les tablettes funéraires de l'autel familial, du génie gardien du village, honoré dans le temple communal (d–ình), ceux de certains arbres, animaux ou pierres. Aujourd'hui, le confucianisme et le taoïsme sont en voie de disparition, les cultes locaux perdent de plus en plus d'adeptes, mais le bouddhisme (amidisme et école du Dhyāna) fait preuve d'une grande vitalité et 80 p. 100 des Vietnamiens déclarent y adhérer. Trois autres mouvements religieux comptent un nombre notable de croyants ; ce sont le catholicisme (1,5 million de baptisés) et, dans le Sud, les sectes Cao-–Dài (1,5 million de fidèles) et Hoà-Ha'o.

Traditionnellement, le Vietnamien est un agriculteur (85 p. 100 de la population en 1960) et avant tout un riziculteur ayant adopté la technique chinoise des digues et de la rizière inondée qui permettent une et même, dans le delta du Nord, deux récoltes par an. Jusqu'à ces vingt dernières années, le Vietnamien était resté prisonnier de cette technique agricole adaptée au cadre géographique du delta du fleuve Rouge, berceau de sa civilisation, technique qui, au cours des siècles, l'avait détourné des terres situées en altitude. En plus du riz, le paysan cultive un peu de maïs, divers légumes, quelques arbres fruitiers, en particulier des bananiers ; il élève des volailles, un ou plusieurs porcs et, si la famille est riche, un buffle qui est utilisé par elle pour les gros travaux et aussi loué. Agriculteur et éleveur, le paysan est encor [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 69 pages

Médias de l’article

Vietnam : carte physique

Vietnam : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Vietnam : drapeau

Vietnam : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Rizières en terrasses, Vietnam

Rizières en terrasses, Vietnam
Crédits : Travel Ink/ Getty

photographie

Villageois de la région de Sa Pa (Vietnam)

Villageois de la région de Sa Pa (Vietnam)
Crédits : Insight Guides

photographie

Afficher les 38 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VIETNAM  » est également traité dans :

VIETNAM, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ANG DUONG (1796-1860) roi du Cambodge (1845-1860)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 290 mots

Dernier roi du Cambodge avant le protectorat français (accession au trône en 1841, investiture officielle en 1848), né en 1796, mort le 19 octobre 1860 à Oudong (Cambodge). Ang Duong est le frère cadet d'Ang Chan II, qui règne sous l'autorité conjointe du Siam (la Thaïlande) et du Vietnam. De 1841 à 1847, ces deux pays s'affrontent au Cambodge, alternant conflits et trêves agitées. Incapables d […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La mousson de l'Asie du Sud-Est »  : […] L'Asie du Sud-Est, plus méridionale que l'Inde, est aussi beaucoup plus arrosée : les pluies sont, à peu près partout, supérieures à 1 400 mm, et les climats équatoriaux à pluies constantes et très abondantes (supérieures à 2 000 et même à 2 500 mm) sont très largement représentés. Le relief étant, par ailleurs, beaucoup plus fragmenté, les climats sont plus divers. Les phénomènes moteurs de la mo […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Développement d'une industrie d'exportation »  : […] La transition vers une économie plus industrialisée s'est accélérée partout à partir des années 1980, lorsque des politiques de promotion des exportations de produits manufacturés, s'accompagnant de la libéralisation de nombreux secteurs d'activité et de l'ouverture aux capitaux étrangers, ont remplacé les politiques de substitution des importations des années 1960 et 1970. Les exportations de […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Les grands empires

  • Écrit par 
  • Bernard Philippe GROSLIER
  •  • 4 128 mots
  •  • 5 médias

Comme entraînées par leur vitalité, l'Inde et la Chine, vers les débuts de notre ère, débordèrent leurs frontières naturelles et civilisèrent les deltas et les îles d'Indochine et d'Indonésie, venant finalement à la rencontre l'une de l'autre, comme elles le firent – presque au même moment – en Asie centrale. Cette expansion, dont elles n'eurent pas même conscience ! et qui fut de peu d'importance […] Lire la suite

ASIE DU SUD-EST (art et archéologie) - Préhistoire et protohistoire

  • Écrit par 
  • Helmut LOOFS-WISSOWA
  •  • 3 590 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'âge des métaux et la protohistoire »  : […] Les dates et les circonstances de l'apparition des premiers métaux en Asie du Sud-Est sont encore enveloppées d'une brume épaisse. Jusqu'à il y a un peu plus de vingt ans, la civilisation de Dongson, au nord du Vietnam, dont la naissance était datée de 800 à 300 avant J.-C. suivant les chercheurs différents, était généralement considérée comme la civilisation utilisant le bronze la plus ancienne […] Lire la suite

BAO-DAI ou BAO-DAÏ (1913-1997) empereur du Vietnam (1925-1945)

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 400 mots
  •  • 1 média

Fils de l'empereur Khai-Dinh de la dynastie des Nguyên, Bao-Dai succède à son père le 5 novembre 1925. Il poursuit ses études en France jusqu'en 1932. L'année suivante, il déclare vouloir assumer lui-même la charge du pouvoir et supprime la fonction de Premier ministre. Ses premières mesures témoignent de sa volonté d'agir avec le concours de son peuple : il instaure la monarchie constitutionnell […] Lire la suite

BINH-XUYÊN

  • Écrit par 
  • Yvan BARBÉ
  •  • 540 mots

À la différence des autres sectes du Vietnam du Sud, les Binh-Xuyên ne se réclament d'aucun fondateur. La puissance qu'on leur a reconnue tenait pour l'essentiel à l'esprit de corps qui animait leurs groupes armés, à la personnalité de leurs chefs, et surtout au fait que ceux-ci étaient situés aux portes de Saigon. Ils formèrent ainsi des groupes remarquablement entraînés, constitués de combattant […] Lire la suite

CAFÉ

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 3 030 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les principaux producteurs de café »  : […] Cinq pays sont à l’origine de plus des deux tiers de la production mondiale de café . Ce sont, par ordre décroissant des quantités produites, le Brésil, le Vietnam, l’Indonésie, la Colombie et l’Éthiopie. Les pays latino-américains réalisent plus de 55 p. 100 de la production mondiale de café. Compte tenu du poids de la production brésilienne – qui représentait, vers 1914, les trois quarts de la […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23 mai 2021 Vietnam. Élections législatives.

Le Front de la patrie du Viêt Nam dominé par le Parti communiste vietnamien remporte 496 sièges sur 500 lors des élections législatives. Seuls neuf candidats indépendants étaient autorisés à se présenter. Quatre sont élus. Le taux de participation est de 99,6 %. […] Lire la suite

27-28 février 2019 États-Unis – Corée du Nord. Échec du sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un.

Vietnam) la deuxième rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue nord-coréen Kim Jong-un, après un premier sommet en juin 2018 à Singapour. La réunion s’achève sans accord sur le processus de dénucléarisation et la levée des sanctions économiques, et sans déclaration commune. Donald Trump affirme que Kim Jong-un exigeait la […] Lire la suite

21 août 2018 Malaisie – Chine. Renoncement de Kuala Lumpur à des investissements chinois.

Vietnam ou du Laos, également concernés par la stratégie de développement chinoise de la nouvelle Route de la soie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DEVILLERS, Pierre-Bernard LAFONT,  NGUYÊN TRÂN HUÂN, Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, Matthieu SALOMON, Stéphanie SOUHAITÉ, Christian TAILLARD, « VIETNAM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vietnam/