Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉCRITURE

Ceci doit-il tuer cela ? L'écran de l'ordinateur supplanter l'écrit ? Cette page immatérielle où l'on peut faire réapparaître à sa guise un texte ancien pour l'intégrer à un autre, tout à fait neuf, cette rédaction sur un clavier, et non plus au courant de la plume, et ce clavier lui-même qui, selon qu'on l'y invite, écrit, transforme ou crée de l'inédit, toutes ces « merveilles » nées de l'informatique ne doivent-elles pas rendre caduques les pratiques artisanales et millénaires du papier, de l'encre, voire de l'imprimé ?

Deux mondes semblent s'opposer, à l'heure actuelle, à l'intérieur de l'univers de la communication graphique-visuelle. Mais ne s'agit-il pas, en fait, d'une opposition illusoire ? N'est-ce pas, au contraire de ce que l'on suppose, un retour au passé extrême de l'écrit, à ses sources idéographiques, que nous offre l'ordinateur ? Plus que l'écrit, à la vérité, c'est l' alphabet et ses contraintes auxquels nous nous sommes habitués comme si elles étaient inévitables, que l'ordinateur met en question – et cela, au profit de l'écriture même.

L'idéogramme et l'alphabet

L'écriture et l'Occident

Le déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, que Champollion réalisa en 1822 après des siècles d'essais infructueux, a bouleversé la conception que l'Occident se faisait jusqu'alors de l'écriture. Non seulement ces figures pittoresques que l'on interprétait par tradition comme des symboles ou des copies réalistes se révélaient être des signes, mais on leur découvrait aussi une faculté qui semblait depuis toujours réservée en propre à l'alphabet, la transcription phonétique des mots. Le dessin d'une bouche pouvait se lire « bouche », mais il notait également le son r, le dessin d'une chouette le m, celui d'une caille le w... Déterminante pour notre connaissance de la civilisation pharaonique, cette découverte l'était tout autant du point de vue d'une théorie générale de l'écriture. Car comment reconnaître encore au système alphabétique la supériorité dont on était convaincu qu'elle lui était due par principe, s'il s'avérait que d'autres, avant lui, avaient atteint le même niveau d'analyse sonore du langage ?

Le déchiffrement des hiéroglyphes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Le déchiffrement des hiéroglyphes

Jean-François Champollion - crédits : Erich Lessing/ AKG Images

Jean-François Champollion

Pierre de Rosette - crédits :  Bridgeman Images

Pierre de Rosette

Il a pourtant fallu attendre encore plus d'un siècle pour que s'engage de façon sérieuse une remise en question du statut privilégié de l'alphabet dans l'ensemble des systèmes écrits. Champollion lui-même est, pour une part, responsable de ce retard. Car sa découverte, à vrai dire, reposait sur un malentendu. Elle concernait moins l'écriture en tant que telle que la langue qu'elle avait permis de véhiculer : sa Grammaire s'ouvre par un hommage à la philologie, science nouvelle, et science dominante, de son temps. Il était parvenu à lire les hiéroglyphes parce qu'il avait eu l'idée de comparer des textes rédigés en deux langues anciennes – égyptienne et grecque –, avec la langue copte moderne que lui-même pratiquait. Mais c'est pour cette raison aussi qu'il avait pris à son compte sans songer à les discuter, car elles étaient sans incidences sur sa démarche, certaines des justifications que l'on apportait encore en Occident à l'aspect figuratif des hiéroglyphes. À l'origine, dit-il, reprenant les affirmations de Warburton un siècle plus tôt, les hiéroglyphes étaient « des imitations plus ou moins exactes d'objets existants dans la nature ». Le phonétisme de ces caractères n'avait donc pu se manifester qu'à une étape ultérieure de création, où l'on aurait réussi à obtenir ce que ces figures, apparemment vouées à ne transcrire que des vocables concrets, étaient dans l'incapacité de restituer : un état fidèle et complet de la parole.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite des Universités
  • : professeur à l'université de Paris-VII-Denis Diderot, directeur du Centre d'étude de l'écriture et de l'image

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Le déchiffrement des hiéroglyphes - crédits : Encyclopædia Universalis France

Le déchiffrement des hiéroglyphes

Jean-François Champollion - crédits : Erich Lessing/ AKG Images

Jean-François Champollion

Pierre de Rosette - crédits :  Bridgeman Images

Pierre de Rosette

Autres références

  • APPRENTISSAGE DE L'ÉCRITURE

    • Écrit par Annie VINTER
    • 1 264 mots
    • 1 média

    À l’heure de la généralisation des usages de communication électronique, on peut s’interroger sur la nécessité qu’il y a à exiger encore du jeune enfant d’apprendre à écrire à la main. Toutefois, tous les travaux entrepris ces dernières années à ce sujet témoignent de liens étroits entre apprentissage...

  • ÉCRITURE (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 2 596 mots
    • 7 médias

    L’invention de l’écriture a permis aux hommes de fixer leur histoire. Elle coïncide avec la formation des premières civilisations. L’histoire de l’écriture, des transformations de l’image figurée en symbole graphique, se déroule sur plusieurs millénaires. Le passage des systèmes idéographiques aux systèmes...

  • ÉCRITURE EXPRESSIVE

    • Écrit par Thierry OLIVE
    • 1 129 mots

    L’écriture expressive est une technique thérapeutique qui demande à l’individu de décrire par écrit ce qu’il ressent au sujet d’un événement personnel à l’origine d’un stress ou d’une difficulté. Initialement développée par le psychologue américain James Pennebaker durant les années 1990, l’utilisation...

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

    • Écrit par Jean DERIVE, Jean-Louis JOUBERT, Michel LABAN
    • 16 566 mots
    • 2 médias
    ...voir avec une supposée ignorance des techniques graphiques, comme pouvait le laisser croire l'expression autrefois employée de « sociétés sans écriture ». L'écriture a été connue de l'Afrique noire, bien avant la colonisation, qui n'a fait que confronter les cultures africaines à l'imprimé. En ...
  • AKKAD

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 2 890 mots
    • 3 médias
    Le même souci esthétique se retrouve dans l'écriture, brusquement plus soignée, faite de caractères élégants qui n'ont d'égaux que dans la bibliothèque d'Assourbanipal (viie s. av. J.-C.). Pour la première fois, les scribes utilisent le cunéiforme des Sumériens pour transcrire...
  • ALEXIES

    • Écrit par Marie-Pierre de PARTZ
    • 1 658 mots
    ...pour peu qu’il leur soit permis d’en tracer les contours. Cette préservation de la mémoire motrice des lettres explique que ces patients soient capables d’écrire normalement alors que leur reconnaissance visuelle est altérée. Dans d’autres cas, les patients reconnaissent les configurations de traits qui...
  • ALPHABET

    • Écrit par Universalis, Gilbert LAFFORGUE
    • 3 437 mots
    • 3 médias

    Tout alphabet est une collection de signes graphiques qui correspondent à autant de sons vocaux dans une langue ou dans un groupe de langues donné ; la lettre, ou caractère, représente l'unité ultime dont se composent les phonèmes. Encore que l'histoire constate la transformation ou la disparition...

  • Afficher les 92 références

Voir aussi