UNIVERSAUX, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question des universaux est posée (mais non résolue, par dessein exprès de l'auteur) dans l'Introduction (Eisagogè) de Porphyre (iiie s.) à la Logique d'Aristote : les genres et les espèces existent-ils réellement ou sont-ils de pures conceptions de l'esprit ? Par le biais de cet opuscule, connu des médiévaux dès le ixe siècle, ceux-ci ont eu d'emblée quelque connaissance de l'un des points principaux de la métaphysique antique : l'opposition entre le platonisme et l'aristotélisme à propos de l'existence ou de l'inexistence des formes (ou idées). Mais, s'ils se sont saisis avidement de ce problème, ils l'ont traité de façons différentes selon les époques, selon le niveau et la nature des connaissances dont ils disposaient.

À la fin du xie siècle, certains maîtres exposaient la dialectique in re, c'est-à-dire que pour eux les universaux étaient des choses ; d'autres, in voce : ils pensaient que c'étaient seulement des mots ; parmi ces derniers se trouve Roscelin, un des maîtres d'Abélard. Celui-ci, dans ses deuxièmes Gloses sur Porphyre, démontre que les universaux sont des mots (voces) : ils sont en effet des prédicats (dans des propositions du type : « Socrate est un homme »), et seul un mot peut l'être ; une chose, non (outre qu'une chose ne peut exister en d'autres, comme l'espèce dans les individus, ou le genre dans les espèces). Ses dernières Gloses préciseront sa doctrine, en distinguant le son (vox [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  UNIVERSAUX, philosophie  » est également traité dans :

ABÉLARD PIERRE (1079-1142)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 341 mots

Dans le chapitre « Doctrine »  : […] deuxième et troisième Gloses sur Porphyre, il établit avec beaucoup de force et de subtilité que les « universaux » (universalia : ce sont les genres et les espèces) ne peuvent aucunement être des choses qui résideraient dans les sujets singuliers, ou en lesquelles « se rencontreraient » ces sujets : une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-abelard/#i_10923

BIEN, philosophie

  • Écrit par 
  • Monique CANTO-SPERBER
  •  • 6 604 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les biens objectifs et la bonne volonté kantienne »  : […] des biens qu'on ne peut manquer de désirer, sans lesquels on ne peut pas être heureux. Ce qui donne à ces biens leur dimension objective tient au caractère universel et justifié pour chacun du désir dont ils sont l'objet. Ils correspondent à des objets de désir devenus génériques et universels, le fait d'être désiré universellement devenant une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bien-philosophie/#i_10923

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Dans le chapitre « Le problème des universaux : platonisme, nominalisme et conceptualisme »  : […] Le statut et le rôle du concept ont suscité de nombreux et importants débats philosophiques. On se bornera ici à quelques indications, en évoquant d'abord la querelle des universaux. Cette querelle qui joua un grand rôle au Moyen Âge, et qui concerne la relation entre le concept et le réel, s'est ranimée à l'époque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept/#i_10923

GUILLAUME DE CHAMPEAUX (1070?-1121)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 895 mots

Le maître d'Abélard, célèbre par les critiques que celui-ci lui adresse à propos des universaux. Si forte est la personnalité d'Abélard et si profonde son influence sur tout le xiie siècle scolastique qu'on en oublie souvent l'importance de son maître, qu'il traite lui-même de haut. De la même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-champeaux/#i_10923

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le mot et la chose »  : […] épistémologique. Elles diffèrent en ceci que les mīmāṁsakas traitent les objets comme des universaux (ākṛti, c'est-à-dire forme, désigne ce à quoi un terme renvoie), tandis que les naiyāyikas les traitent comme des individus (ce à quoi un terme renvoie contient en général une part d'universalité, le sāmānya, et une part d'individualité, la vyakti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique-indienne/#i_10923

NOMINALISME

  • Écrit par 
  • Paul VIGNAUX
  •  • 3 602 mots

Dans le chapitre « Problème des universaux et science des termes »  : […] Si, adoptant la voie classique, on entre dans le nominalisme médiéval par le problème des universaux, on se demandera comment ces universaux se présentent à un médiéval formé dans la tradition logique issue d'Aristote […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nominalisme/#i_10923

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 693 mots

Dans le chapitre « Le « terminisme » et le problème des universaux »  : […] voie moderne, considère pourtant comme des novateurs ceux qui professent le réalisme des universaux et des relations ; pour l'essentiel, il se croit et se veut fidèle à la théorie aristotélicienne de la connaissance, mais en la libérant des dernières traces de platonisme. Son univers est fait de « choses » (res) singulières, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_10923

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'engagement ontologique »  : […] (identifier, c'est désigner une chose et une seule), la seconde seule vise des universaux. Cette asymétrie est, pour l'enquête ontologique menée dans cet article, le trait décisif ; car seule la visée des singularités, dans l'opération d'identification singularisante, comporte une prétention et un engagement de nature ontologique ; demander si et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_10923

PRAGMATISME

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 4 590 mots

Dans le chapitre « Le pragmatisme, théorie de la vérité ou théorie de la signification ? »  : […] etc. La nature expérimentale de l'idée pragmatiste n'en est pas modifiée pour autant. Les universaux sont vides et a priori. Instruments de l'expérience, ils n'ont de sens que par elle. Ils n'imposent plus leur loi au monde des choses comme dans la philosophie classique. Ils sont a priori, dit C. I. Lewis, parce que justement ils ne lui prescrivent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatisme/#i_10923

ROSCELIN DE COMPIÈGNE (1050 env.-apr. 1120)

  • Écrit par 
  • André CANTIN
  •  • 419 mots

Philosophe, maître en Écriture sainte de la fin du xie siècle et du début du xiie, auteur d'une doctrine nominaliste qui le fit accuser de nier l'unité divine. Roscelin commence par enseigner la dialectique, avec grand succès, à Compiègne où il a dû naître […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roscelin-de-compiegne/#i_10923

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « L'Antiquité et le Moyen Âge »  : […] par l'esprit, mais que nous tirons par abstraction de l'expérience sensible ; la pensée conceptuelle n'est pas un simple résultat de l'expérience sensible, mais elle dégage les formes abstraites, les universaux comme on dira au Moyen Âge, de la gangue sensible qui les enveloppe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_10923

Pour citer l’article

Jean JOLIVET, « UNIVERSAUX, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-philosophie/