ABÉLARD PIERRE (1079-1142)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'œuvre et la carrière d'Abélard font de lui le type des premiers professeurs urbains, l'histoire de sa vie personnelle est singulière. Il vient parmi les tout premiers en trois domaines : philosophie, logique et théologie scolastique. Mais son apport dans ces deux dernières disciplines a été très vite intégré ou dépassé. En un siècle où le savoir s'accroît sans cesse, sa position d'avant-garde et son influence ont rapidement décliné. Philosophe, la vigueur de sa pensée est exceptionnelle, mais il l'exerce sur un terrain étroit, négligeant même de vastes secteurs que n'ignoraient pas ses contemporains (sciences, philosophie de la nature). C'est, à tous points de vue, une personnalité remarquable et qui déconcerte : attachante et irritante, archaïque et déjà moderne. C'est en tout cas un contresens, commun à certaines autorités religieuses de son temps et à plusieurs historiens, que de voir en lui un adversaire ou un critique de la tradition. Son indépendance et son originalité en respectaient les limites.

Vie et œuvre

Pierre Abélard naît au Pallet, près de Nantes, en 1079. Aîné d'une famille de petite noblesse, il décide de se consacrer aux lettres, et particulièrement à la logique (la dialectique). La première partie de sa vie se passe en études, en controverses : études itinérantes, où il a notamment pour maîtres Roscelin et Guillaume de Champeaux ; controverses avec le même Guillaume et Anselme de Laon, maître en Écriture sainte. Il enseigne à Corbeil, à Melun et à Paris où il parvient enfin à s'installer ; déjà célèbre, il y explique à de nombreux étudiants les textes fondamentaux de la logique et l'Écriture ; il y acquiert gloire et argent. Après quelques années de succès paisible, il séduit Héloïse, fille fort lettrée, nièce du chanoine Fulbert ; un fils leur naît, qu'Héloïse nomme Astrolabe ; Fulbert les contraint à un mariage, qu'ils veulent garder secret. Héloïse s'étant retirée au monastère d'Argenteuil, Fulbert la croit répudiée et fait émasculer Abélard. Les deux époux entrent en religion, elle à Argenteuil, lui à Saint-Denis (1118). Abélard continue à ensei [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  ABÉLARD PIERRE (1079-1142)  » est également traité dans :

AMOUR

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • Baldine SAINT GIRONS
  •  • 10 166 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Héloïse ou l'amour d'union »  : […] Telle est sans doute la plus saisissante définition de l'amour jamais donnée. Putain d'Abélard et non de Dieu, telle se veut Héloïse ; mais cette oblation ne contrecarre pourtant ni le souci de la gloire d'Abélard ni celui de la sienne propre : gloire de femme et de femme de lettres, grâce et commandement. Si Héloïse ne renie pas sa sensualité au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amour/#i_10924

ARNAUD DE BRESCIA (1090 env.-1155)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 980 mots

« Arnaud, originaire de Brescia » : par Otton de Freisingen (Chronica sive historia de duabus civitatibus, et Gesta Friderici imperatoris) et par Gunther, ses contemporains (à une cinquantaine d'années près pour le second), on n'en saura pas plus quant à sa date de naissance. On s'accorde à la situer à la fin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arnaud-de-brescia/#i_10924

BERNARD DE CLAIRVAUX (1090-1153)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Marcel PACAUT
  •  • 2 649 mots

Dans le chapitre « Orthodoxie à sauvegarder »  : […] Rentré à Clairvaux, il fut presque aussitôt amené à s'occuper d'Abélard, accusé par plusieurs évêques d'avoir exposé dans ses ouvrages théologiques des thèses contestables. En juin 1140, il participa à l'assemblée qui se tint à Sens sous la présidence de Louis VII et invectiva avec violence le célèbre philosophe. Les évêques le suivirent dans sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-de-clairvaux/#i_10924

GRAMMAIRES SPÉCULATIVES

  • Écrit par 
  • Bernard CERQUIGLINI
  •  • 1 212 mots

À la fin du xiie siècle, un tournant s'opère dans la conception européenne des recherches linguistiques. Jusque-là, la grammaire, fondement de la culture médiévale et premier des « arts libéraux », se donnait pour tâche d'enseigner à bien parler et bien écrire (suivant la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-speculatives/#i_10924

GUILLAUME DE CHAMPEAUX (1070?-1121)

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 895 mots

Le maître d'Abélard, célèbre par les critiques que celui-ci lui adresse à propos des universaux. Si forte est la personnalité d'Abélard et si profonde son influence sur tout le xiie siècle scolastique qu'on en oublie souvent l'importance de son maître, qu'il traite lui-même de haut. De la même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-champeaux/#i_10924

GUILLAUME DE SAINT-THIERRY (1085 env.-1148)

  • Écrit par 
  • Jean DECHANET
  •  • 726 mots

Figure discrète, effacée de ce xiie siècle où jette ses derniers feux une « théologie spirituelle » faisant déjà pressentir la synthèse scolastique, Guillaume de Saint-Thierry n'est bien connu que depuis un quart de siècle. Né à Liège, il s'expatrie de bonne heure, à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-de-saint-thierry/#i_10924

HÉLOÏSE (1101-1164)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 767 mots

Née au début du xiie siècle, Héloïse passe son enfance et son adolescence au couvent d'Argenteuil puis à Paris, chez le chanoine Fulbert, son oncle ; elle est l'élève, puis devient la maîtresse d'Abélard (dont elle a un fils, nommé Astrolabe), et enfin sa femme, bien qu'elle ait d'abord refusé d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heloise/#i_10924

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 996 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Développement historique »  : […] guère encore que les premiers livres de l'Organon. Le principal promoteur de la logique est Abélard. Inspirée de Boèce et de Priscien, sa Dialectica, qui servira longtemps de manuel, dégage le rôle de la « copule », annonce la future théorie des « conséquences », distingue expressément entre les deux façons d'entendre les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_10924

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « « Ordo disciplinae » »  : […] méthode scolastique est sans aucun doute le Sic et non (Oui et non) d'Abélard. De prime abord, ce texte n'existe pas comme « texte ». C'est un recueil d'autorités regroupant des passages tirés de la Bible, des Pères de l'Église et des arrêtés conciliaires. Pourtant, tout distingue cette collection d'un simple florilège ou répertoire. La forme de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_10924

PIERRE LE VÉNÉRABLE (1092 env.-1156)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 435 mots

Né en Auvergne, dans la famille de Montboissier, Pierre fut élevé au grand prieuré de Sauxillanges, qui dépendait de l'ordre de Cluny. Moine à seize ans, il fut écolâtre, puis prieur de Vézelay et, en 1120, de Domène, près de Grenoble. Il n'avait que trente ans quand il fut, en 1122, élu abbé de Cluny, à la place de l'abbé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-le-venerable/#i_10924

THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Claude GEFFRÉ, 
  • Jacques POULAIN
  •  • 13 334 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'origine du mot »  : […] il préfère parler de doctrina christiana. C'est probablement chez Abélard que le mot revêt l'acception la plus proche de celle qu'il a aujourd'hui. Le Moyen Âge latin reste fidèle à l'expression augustinienne de doctrina christiana ; saint Thomas lui-même préfère parler de doctrina sacra pour désigner l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie/#i_10924

UNIVERSAUX, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 840 mots

La question des universaux est posée (mais non résolue, par dessein exprès de l'auteur) dans l'Introduction (Eisagogè) de Porphyre (iiie s.) à la Logique d'Aristote : les genres et les espèces existent-ils réellement ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universaux-philosophie/#i_10924

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean JOLIVET, « ABÉLARD PIERRE - (1079-1142) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-abelard/