Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TYPOGRAPHIE

« Celui qui grave ou taille les caractères est un graveur, celui qui les fond est un fondeur, et celui qui les imprime est un imprimeur ; mais il n'y a que celui qui réunit la science des trois parties que l'on puisse appeler un typographe », écrivait le dessinateur de caractères et imprimeur Pierre-Simon Fournier le Jeune (1712-1768) dans son Manuel typographique en 1764-1766. Le terme « typographie » désigne jusque-là le procédé d'impression sur papier des formes en relief mobiles. L'acception plus large qu'en propose Fournier devient par la suite coutumière. De nos jours, l'art du dessin de la lettre et celui de la composition de la page peuvent être qualifiés comme relevant de la typographie – même si les acteurs en sont différents – et, par extension, toute mise en espace de la lettre, du livre au quotidien de presse écrite, jusqu'aux sites Internet. En ce sens, la typographie va de pair avec le graphisme. Longtemps demeurée artisanale, avant qu'elle ne s'engage dans l'ère de la mécanisation, la typographie s'est sensiblement développée grâce aux dispositifs de la photocomposition, puis grâce aux technologies numériques qui, depuis deux décennies, ont bouleversé ses modes de production et sa pratique.

La prototypographie

Le procédé de reproduction par pressage de lettres mobiles, mis au point vers 1445 à Mayence par Gutenberg, s'accompagne de la création d'un moule à fondre les caractères qui assure leur multiplication et leur remplacement. L'imprimerie concurrence dès lors la copie manuelle des codex réalisée dans les monastères. Vers 1449, pour l'impression de la Bible à 42 lignes, Gutenberg déploie un appareil typographique de près de 300 lettres, capitales, majuscules et signes divers gravés sur le modèle de l'écriture gothique, laquelle, dans ses diverses variantes (textura, rotunda, bâtarde), perpétue l'image du codex médiéval.

Cependant, en Italie, une écriture dite humanistique, destinée à la transcription des classiques de l'Antiquité, naît des recherches des lettrés de la Renaissance et marque une rupture avec l'époque médiévale. Konrad Sweynheim ( ? – 1477) et Arnold Pannartz ( ? – vers 1476), anciens compagnons de Gutenberg installés à Subiaco, au sud de Rome, gravent les premiers caractères romains inspirés de cette écriture. Puis, à Venise, le Français Nicolas Jenson (1420-1480) perfectionne un caractère qui portera son nom, considéré comme l'archétype des « humanes » à l'origine de la lettre moderne.

La conception de ces types romains s'inscrit dans une rationalisation de la typographie qui bouleverse l'organisation même du livre. C'est à Venise qu'on imagine la page de titre et le foliotage des ouvrages, ainsi que la création des lettrines typographiques, et non plus manuscrites, ouvrant les chapitres. Les pays germaniques se placent à l'écart de cette évolution et perfectionnent l'écriture gothique, avec les variantes dites schwabacher et fraktur qui dominent la typographie dans cette aire jusqu'au xxe siècle.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : historien du graphisme et de la typographie, diplômé en histoire de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Matrice de l'appareil typographique Garamond

Matrice de l'appareil typographique Garamond

Autres références

  • ABSTRAITS DE HANOVRE

    • Écrit par Isabelle EWIG
    • 2 598 mots
    • 1 média
    ...– cartes de membre, cartons d'invitation, papier à lettres, enveloppes, etc. –, tout en mettant leur savoir-faire au service de diverses entreprises. Schwitters invita les deux membres les plus actifs dans ce domaine, Domela et Vordemberge-Gildewart, à prendre part à la fondation, en 1928, du Ring neuer...
  • AFFICHE

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 6 817 mots
    • 12 médias
    ...Le nombre d'ateliers, à Paris, passe de trente-six à la veille de la Révolution à deux cents en 1790, qui réalisent périodiques, pamphlets et affiches. Ces dernières, composées pour la plupart en alphabets Baskerville ou Didot, dont la rigueur s'accorde aux principes du temps, véhiculent devises et slogans,...
  • AICHER OTL (1922-1991)

    • Écrit par Axelle FARIAT
    • 649 mots

    Otl Aicher est une figure emblématique du design allemand qui naît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment dans le cadre de l’école d’Ulm.

    Né en 1922 à Ulm, Otto Aicher dit Otl, rejette la doctrine nazie. Il se lie avec la famille Scholl (Hans et Sophie Scholl vont fonder le groupe...

  • APELOIG PHILIPPE (1962- )

    • Écrit par Michel WLASSIKOFF
    • 1 040 mots

    Philippe Apeloig, né en 1962 à Paris, est un des auteurs les plus remarquables dans le domaine du graphisme en France. C'est également un typographe de premier plan : ses caractères qui contribuent à singulariser ses créations – affiches ou identités visuelles – sont désormais diffusés à l’échelle...

  • Afficher les 33 références

Voir aussi