TYPOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Celui qui grave ou taille les caractères est un graveur, celui qui les fond est un fondeur, et celui qui les imprime est un imprimeur ; mais il n'y a que celui qui réunit la science des trois parties que l'on puisse appeler un typographe », écrivait le dessinateur de caractères et imprimeur Pierre-Simon Fournier le Jeune (1712-1768) dans son Manuel typographique en 1764-1766. Le terme « typographie » désigne jusque-là le procédé d'impression sur papier des formes en relief mobiles. L'acception plus large qu'en propose Fournier devient par la suite coutumière. De nos jours, l'art du dessin de la lettre et celui de la composition de la page peuvent être qualifiés comme relevant de la typographie – même si les acteurs en sont différents – et, par extension, toute mise en espace de la lettre, du livre au quotidien de presse écrite, jusqu'aux sites Internet. En ce sens, la typographie va de pair avec le graphisme. Longtemps demeurée artisanale, avant qu'elle ne s'engage dans l'ère de la mécanisation, la typographie s'est sensiblement développée grâce aux dispositifs de la photocomposition, puis grâce aux technologies numériques qui, depuis deux décennies, ont bouleversé ses modes de production et sa pratique.

La prototypographie

Le procédé de reproduction par pressage de lettres mobiles, mis au point vers 1445 à Mayence par Gutenberg, s'accompagne de la création d'un moule à fondre les caractères qui assure leur multiplication et leur remplacement. L'imprimerie concurrence dès lors la copie manuelle des codex réalisée dans les monastères. Vers 1449, pour l'impression de la Bible à 42 lignes, Gutenberg déploie un appareil typographique de près de 300 lettres, capitales, majuscules et signes divers gravés sur le modèle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages






Écrit par :

  • : historien du graphisme et de la typographie, diplômé en histoire de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  TYPOGRAPHIE  » est également traité dans :

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art abstrait et vie quotidienne »  : […] À l'exception de Jahns, les autres membres du groupe proposaient de transposer les principes de l'abstraction aux arts appliqués et à l'architecture. Aussi réalisaient-ils eux-mêmes les imprimés du groupe – cartes de membre, cartons d'invitation, papier à lettres, enveloppes, etc. –, tout en mettant leur savoir-faire au service de diverses entreprises. Schwitters invita les deux membres les plus […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'avènement du numérique »  : […] Dans les années 1990, l'affiche est de plus en plus souvent conçue sur écran, la publication assistée par ordinateur (P.A.O.) permettant l'association des textes et des images. La mise au point du langage Postscript conduit à la création de caractères haute résolution et le dessin de lettres connaît un formidable engouement. Autour de la revue Emigre , en Californie, surgit une New typography […] Lire la suite

AICHER OTL (1922-1991)

  • Écrit par 
  • Axelle FARIAT
  •  • 646 mots

Otl Aicher est une figure emblématique du design allemand qui naît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment dans le cadre de l’école d’Ulm. Né en 1922 à Ulm, Otto Aicher dit Otl, rejette la doctrine nazie. Il se lie avec la famille Scholl (Hans et Sophie Scholl vont fonder le groupe de résistance la Rose blanche). En 1941, il est envoyé sur le front russe puis en France où il déserte […] Lire la suite

APELOIG PHILIPPE (1962- )

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 041 mots

Philippe Apeloig, né en 1962 à Paris, est un des auteurs les plus remarquables dans le domaine du graphisme en France. C'est également un typographe de premier plan : ses caractères qui contribuent à singulariser ses créations – affiches ou identités visuelles – sont désormais diffusés à l’échelle mondiale. Il répond pour l'essentiel à des commandes provenant d'institutions culturelles, mais œuvr […] Lire la suite

BASKERVILLE JOHN (1706-1775)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 410 mots

Un des plus célèbres typographes anglais du xviii e siècle, John Baskerville ne s'adonna que tardivement à la typographie. Ni son éducation, ni ses débuts dans la vie active ne l'y prédisposaient. Après avoir fait plusieurs métiers, s'être donné une culture d'autodidacte et avoir acquis le goût de la calligraphie, il arrive à Birmingham en 1725. Il est d'abord maître d'école, puis pratique la gra […] Lire la suite

BAYER HERBERT (1900-1985)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 671 mots

Dans le chapitre « Les années de formation : du Jugendstil à la découverte du Bauhaus »  : […] Né en avril 1900 dans un petit village autrichien, Bayer entre à dix-sept ans comme apprenti chez un architecte et designer de Linz, où il se familiarise avec l'esthétique de la Sécession viennoise. Trois ans plus tard, il poursuit son apprentissage dans le bureau d'Emmanuel Josef Margold, membre de la célèbre colonie d'artistes fondée au Mathildenhöhe et qui regroupe des architectes comme Olbrich […] Lire la suite

BLANCHARD GÉRARD (1927-1998)

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 643 mots

Gérard Blanchard a consacré une grande partie de sa vie à la typographie, au graphisme, à l'histoire de la lettre et à l'enseignement de ces disciplines. Né en 1927 dans le Forez, typographe de formation, graphiste, graveur, écrivain, illustrateur (il obtint à ce titre le prix Blumenthal en 1954), il a également présidé pendant de longues années les Rencontres internationales de Lure (à Lurs-en-Pr […] Lire la suite

BODONI GIAMBATTISTA (1740-1813)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 416 mots

Petit-fils et fils d'imprimeurs piémontais, Bodoni quitte Saluces, sa ville natale, en 1758 pour Rome, où il espère trouver une situation digne de son talent, ainsi que la protection de son oncle l'abbé Bodoni. Celui-ci lui fait rencontrer le secrétaire du cardinal Spinelli, préfet de la Propagande. C'est ainsi que le jeune Giambattista entre à l'imprimerie de cette institution où il est chargé de […] Lire la suite

CALLIGRAMME

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 287 mots

Le calligramme, formé de beauté et de lettres, est le nom de l'acte poétique par lequel Apollinaire entend faire un pas décisif vers la « synthèse des arts, de la musique, de la peinture, de la littérature ». Mieux que l'« idéogramme lyrique », ce nom rappelle la tradition hellénique de la poésie figurative dont l'invention est attribuée à Simmias de Rhodes (~ iv e s.). Chez lui, comme chez Théo […] Lire la suite

CASLON WILLIAM (1692-1766)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 308 mots

Contemporain de Fournier le Jeune, le typographe anglais William Caslon n'eut pas la chance de naître comme lui dans une famille de fondeurs. Comme beaucoup de typographes du xviii e siècle, Caslon apprit le métier par une voie détournée. Il commença en effet sa vie professionnelle en gravant des fûts de canons et des armes de chasse. C'est en voulant perfectionner sa technique qu'il pratiqua la […] Lire la suite

CASSANDRE ADOLPHE JEAN-MARIE MOURON dit (1901-1968)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 598 mots

Dans le chapitre « Un architecte de l'affiche »  : […] A.M. Cassandre, de son vrai nom Adolphe Jean-Marie Mouron, est né à Kharkov, dans une famille française de négociants, installée en Russie. En 1915, il revient en France, et, à partir de 1918, il étudie la peinture chez Lucien Simon, puis à l'académie Julian, à Paris. En 1919, il se classe troisième d'un concours d'affiches organisé par Michelin ; ce qui l'encourage à persévérer dans ce registre, […] Lire la suite

CIESLEWICZ ROMAN (1930-1996)

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 702 mots

Dans le chapitre « Graphiste auteur  »  : […] En 1972, le Centre de création industrielle (C.C.I.) lui consacre une exposition au musée des Arts décoratifs, à Paris, qui révèle l'ampleur de son travail pour la presse, l'édition, la publicité, et rappelle qu'il est un affichiste, ce qu'il n'a pu suffisamment montrer depuis son arrivée en France. On peut y mesurer également l'importance du va-et-vient entre recherche pure et travaux de commande […] Lire la suite

DADA

  • Écrit par 
  • Henri BEHAR, 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 5 736 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La plasticité du signe »  : […] La typographie est un ressort essentiel de l'impact visuel de Dada. Son usage répond au souci de matérialiser le désordre de la pensée et les contingences de la parole tout en hissant la lettre au rang de signe plastique. Revues, manifestes, affiches et programmes dada en sont les supports privilégiés, mais aussi des recueils de poèmes tels que Karawane de Hugo Ball (1917) ou Bilan (1919) de Tr […] Lire la suite

EXCOFFON ROGER (1910-1983)

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 775 mots

Roger Excoffon a largement participé au renouveau de la création typographique intervenu en France dans les années 1950. « En moins de quinze années, la conjonction de Roger Excoffon avec la fonderie Olive a doté la France de ce qu'elle n'avait jamais connu depuis la „belle époque“ de Georges Auriol et de Georges Peignot, au début de ce siècle », note Maximilien Vox dans le catalogue de l'expositi […] Lire la suite

FAUCHEUX PIERRE (1924-1999)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 733 mots

Né le 12 février 1924 à Paris, Pierre Faucheux manifeste très tôt un intérêt pour les métiers du livre. Reçu au concours d'entrée à l'École Estienne en 1938, il s'y passionne pour la typographie et la mise en page. Sa formation achevée, il est embauché en 1942 par Paul Faucher (1898-1967), grand rénovateur de l'édition pour la jeunesse et pionnier de l'Éducation nouvelle et de sa pédagogie. Dès s […] Lire la suite

FOURNIER PIERRE SIMON, dit FOURNIER LE JEUNE (1712-1768)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 386 mots

Célèbre graveur et fondeur de caractères, Pierre Simon Fournier naquit à Paris dans une famille qui touchait de près à l'art typographique, puisque son père Jean-Claude fut le dernier directeur de la fonderie de Guillaume Le Bé que son frère aîné racheta. C'est d'ailleurs chez ce dernier que Fournier le Jeune commença sa carrière. Il apprit le dessin chez le peintre Colson et s'orienta bientôt ver […] Lire la suite

FRUTIGER ADRIAN (1928-2015)

  • Écrit par 
  • Louis LECOMTE
  •  • 710 mots
  •  • 1 média

L’œuvre d’Adrian Frutiger est plus connue du grand public que son nom... Ce typographe suisse est en effet le créateur de polices de caractères utilisées dans tous les domaines de la communication visuelle . Né en 1928 à Unterseen (Oberland bernois), il commence sa carrière en un temps où la typographie est encore un art du métal, et la fonderie de caractères une industrie de spécialité au service […] Lire la suite

GARAMOND CLAUDE (1499-1561)

  • Écrit par 
  • Albert LABARRE
  •  • 253 mots
  •  • 1 média

Graveur parisien et fondeur de caractères, Claude Garamond (ou Garamont) est célèbre dans l'histoire de la typographie  ; mais sa carrière aussi bien que sa vie privée sont mal connues. D'abord apprenti chez l'imprimeur parisien Antoine Augereau (mort en 1534), qui aurait taillé des poinçons pour des caractères romains, il travaille ensuite chez Pierre Haultin et chez les Chevallon avant de s'inst […] Lire la suite

GID RAYMOND (1905-2000)

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 984 mots

L'affichiste Raymond Gid est né à Paris en 1905. Fils d'un ingénieur de l'École centrale, il suit d'abord une formation d'architecte à l'école des Beaux-Arts, mais il n'exercera jamais ce métier. Il préfère le dessin : croquis humoristiques et caricatures sont ses genres de prédilection. En 1930, Raymond Gid fait la connaissance de Guy Lévis-Mano (GLM), l'éditeur et le typographe de nombre de poè […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel WLASSIKOFF, « TYPOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/typographie/