TYPOGRAPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Révolution et romantisme

Malgré les troubles de la période révolutionnaire et la concurrence provoquée par le libre exercice de l'imprimerie, l'activité de Pierre (vers 1760-1853) et Firmin (1764-1836) Didot, fils de François-Ambroise, et d'Henri (1765-1852), fils de Pierre-François, est florissante. Ils éditent la Constitution de 1791 et se voient octroyer les locaux et matériels de l'ex-Imprimerie royale au Louvre. Pierre Didot y imprime des ouvrages aux mises en page tendues et austères, composés avec les caractères de son jeune frère Firmin. De 1812 à 1815, ce dernier, devenu premier maître fondeur de caractères à l'Imprimerie impériale, définit une mesure typographique basée sur le système métrique selon laquelle il grave le romain de l'Empereur, caractère qualifié plus tard de Didot millimétrique. L'avènement de la dynastie des Didot incarne dans le champ de la typographie l'accession au pouvoir de la bourgeoisie ; leurs créations dominent la typographie européenne durant la première moitié du xixe siècle.

En Angleterre, malgré les guerres napoléoniennes, l'économie est moins bouleversée et les innovations techniques fleurissent : les presses métalliques conçues par Stanhope et Walker favorisent l'augmentation des tirages. Pour répondre aux nouveaux besoins créés par la presse écrite et l'affichage politique et publicitaire, les fonderies multiplient les variantes des Didot les plus expressifs, dont le romain gras de Robert Thorne (1754-1820), vers 1803, auquel répond la série des gras Vibert chez les Didot, à Paris, vers 1820. Vincent Figgins (1766-1844) dessine un alphabet Two Lines Pica, à Londres, vers 1815, prototype des Égyptiennes, capitales de titrage aux fûts et aux empattements épais et réguliers. La fonderie Caslon propose, dès 1816, un premier caractère « bâton », sans empattement, également destiné au titrage.

À partir de 1820, la lithographie et la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

  • : historien du graphisme et de la typographie, diplômé en histoire de l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification

Autres références

«  TYPOGRAPHIE  » est également traité dans :

ABSTRAITS DE HANOVRE

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 2 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Art abstrait et vie quotidienne »  : […] À l'exception de Jahns, les autres membres du groupe proposaient de transposer les principes de l'abstraction aux arts appliqués et à l'architecture. Aussi réalisaient-ils eux-mêmes les imprimés du groupe – cartes de membre, cartons d'invitation, papier à lettres, enveloppes, etc. –, tout en mettant leur savoir-faire au service de diverses entreprises. Schwitters invita les deux membres les plus […] Lire la suite

AFFICHE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 815 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'avènement du numérique »  : […] Dans les années 1990, l'affiche est de plus en plus souvent conçue sur écran, la publication assistée par ordinateur (P.A.O.) permettant l'association des textes et des images. La mise au point du langage Postscript conduit à la création de caractères haute résolution et le dessin de lettres connaît un formidable engouement. Autour de la revue Emigre , en Californie, surgit une New typography […] Lire la suite

AICHER OTL (1922-1991)

  • Écrit par 
  • Axelle FARIAT
  •  • 646 mots

Otl Aicher est une figure emblématique du design allemand qui naît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, notamment dans le cadre de l’école d’Ulm. Né en 1922 à Ulm, Otto Aicher dit Otl, rejette la doctrine nazie. Il se lie avec la famille Scholl (Hans et Sophie Scholl vont fonder le groupe de résistance la Rose blanche). En 1941, il est envoyé sur le front russe puis en France où il déserte […] Lire la suite

APELOIG PHILIPPE (1962- )

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 1 041 mots

Philippe Apeloig, né en 1962 à Paris, est un des auteurs les plus remarquables dans le domaine du graphisme en France. C'est également un typographe de premier plan : ses caractères qui contribuent à singulariser ses créations – affiches ou identités visuelles – sont désormais diffusés à l’échelle mondiale. Il répond pour l'essentiel à des commandes provenant d'institutions culturelles, mais œuvr […] Lire la suite

BASKERVILLE JOHN (1706-1775)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 410 mots

Un des plus célèbres typographes anglais du xviii e siècle, John Baskerville ne s'adonna que tardivement à la typographie. Ni son éducation, ni ses débuts dans la vie active ne l'y prédisposaient. Après avoir fait plusieurs métiers, s'être donné une culture d'autodidacte et avoir acquis le goût de la calligraphie, il arrive à Birmingham en 1725. Il est d'abord maître d'école, puis pratique la gra […] Lire la suite

BAYER HERBERT (1900-1985)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS, 
  • Universalis
  •  • 1 671 mots

Dans le chapitre « Les années de formation : du Jugendstil à la découverte du Bauhaus »  : […] Né en avril 1900 dans un petit village autrichien, Bayer entre à dix-sept ans comme apprenti chez un architecte et designer de Linz, où il se familiarise avec l'esthétique de la Sécession viennoise. Trois ans plus tard, il poursuit son apprentissage dans le bureau d'Emmanuel Josef Margold, membre de la célèbre colonie d'artistes fondée au Mathildenhöhe et qui regroupe des architectes comme Olbrich […] Lire la suite

BLANCHARD GÉRARD (1927-1998)

  • Écrit par 
  • Pascal FULACHER
  •  • 643 mots

Gérard Blanchard a consacré une grande partie de sa vie à la typographie, au graphisme, à l'histoire de la lettre et à l'enseignement de ces disciplines. Né en 1927 dans le Forez, typographe de formation, graphiste, graveur, écrivain, illustrateur (il obtint à ce titre le prix Blumenthal en 1954), il a également présidé pendant de longues années les Rencontres internationales de Lure (à Lurs-en-Pr […] Lire la suite

BODONI GIAMBATTISTA (1740-1813)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 416 mots

Petit-fils et fils d'imprimeurs piémontais, Bodoni quitte Saluces, sa ville natale, en 1758 pour Rome, où il espère trouver une situation digne de son talent, ainsi que la protection de son oncle l'abbé Bodoni. Celui-ci lui fait rencontrer le secrétaire du cardinal Spinelli, préfet de la Propagande. C'est ainsi que le jeune Giambattista entre à l'imprimerie de cette institution où il est chargé de […] Lire la suite

CALLIGRAMME

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 288 mots

Le calligramme, formé de beauté et de lettres, est le nom de l'acte poétique par lequel Apollinaire entend faire un pas décisif vers la « synthèse des arts, de la musique, de la peinture, de la littérature ». Mieux que l'« idéogramme lyrique », ce nom rappelle la tradition hellénique de la poésie figurative dont l'invention est attribuée à Simmias de Rhodes (~ iv e s.). Chez lui, comme chez Théo […] Lire la suite

CASLON WILLIAM (1692-1766)

  • Écrit par 
  • Michel MARION
  •  • 308 mots

Contemporain de Fournier le Jeune, le typographe anglais William Caslon n'eut pas la chance de naître comme lui dans une famille de fondeurs. Comme beaucoup de typographes du xviii e siècle, Caslon apprit le métier par une voie détournée. Il commença en effet sa vie professionnelle en gravant des fûts de canons et des armes de chasse. C'est en voulant perfectionner sa technique qu'il pratiqua la […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel WLASSIKOFF, « TYPOGRAPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/typographie/