Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX

Les tribunaux de La Haye et d'Arusha

Pour atteindre leur but de justice, les Alliés avaient d'abord été contraints d'obtenir une coûteuse victoire militaire sur les ennemis du droit. Toute différente fut la situation de l'O.N.U. face aux juridictions ad hoc créées en 1992 et en 1994. L'efficacité de ces institutions en porte les marques.

Les crimes commis au cours des conflits en ex-Yougoslavie et le génocide perpétré au Rwanda au début des années 1990 ont suscité la création par les Nations unies de deux autres juridictions pénales internationales. Elles se distinguent de celles qui avaient été établies à Nuremberg et à Tōkyō en ce que l'O.N.U. n'était pas partie aux conflits bosniaque et rwandais : elle n'avait pas de but de guerre, mais un simple but de maintien de la paix.

La vocation dissuasive du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.), établi par la résolution 808 le 22 février 1993, a été soulignée par de nombreux États. La fédération de Russie y voit un « ferme avertissement à ceux qui sont responsables de crimes dans d'autres régions du monde ». La France estime que : « Poursuivre les responsables, c'est aussi envoyer à ceux qui continuent à se livrer à ces crimes un message clair : ils auront à répondre de leurs actes... »

En vertu de son statut, le T.P.I.Y. est habilité à poursuivre les personnes qui commettent ou donnent l'ordre de commettre des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité, y compris le génocide. Cette compétence est à la fois plus large que celle des tribunaux de Nuremberg et de Tōkyō et plus étroite. Plus large en ce qu'elle s'étend aux violations graves des conventions de Genève de 1949 et des lois et coutumes de la guerre, ainsi qu'aux crimes contre l'humanité, y compris le génocide auquel se rattache, on le sait, la pratique de « l'épuration ethnique ». En revanche, sa compétence est plus étroite en ce qu'elle ne s'étend pas aux crimes contre la paix que visaient les deux tribunaux de l'après-guerre. Lui sont déférées seulement des personnes physiques, pour des actes ayant été accomplis postérieurement au 1er janvier 1991, jusqu'à une date que fixera le Conseil de sécurité après la restauration de la paix. Le Tribunal a primauté sur les juridictions nationales et peut à tout moment demander à celles-ci de se dessaisir d'une affaire en sa faveur. Le T.P.I.Y., dont le siège se trouve à La Haye, comprend onze juges et un procureur. Il a adopté son règlement de procédure et de preuve le 11 février 1994 et l'a modifié à plusieurs reprises depuis cette date. Il s'efforce de pallier la plus grave lacune de son statut qui ne lui accorde pas la faculté de juger par contumace en lançant des mandats d'amener internationaux contre les individus qu'il souhaite faire comparaître et qui ne lui sont pas livrés par les États. Les peines qu'il peut prononcer ne sont que des peines d'emprisonnement et excluent la peine de mort dont l'abolition est un des objectifs que vise l'O.N.U. depuis 1971.

Au Rwanda, entre un demi-million et un million et demi de personnes ont été tuées en un peu plus de trois mois. Le génocide perpétré durant l'année 1994 – le plus important après la Seconde Guerre mondiale – a été la mise en œuvre d'une opération planifiée des mois à l'avance, et qui a été menée d'une manière concertée, systématique et méthodique. Répondant à l'indignation de l'opinion publique mondiale, le Conseil de sécurité créait le Tribunal pénal international pour le Rwanda (T.P.I.R.) et adoptait son statut le 8 novembre 1994.

Après avoir plaidé en faveur de cette création, le nouveau gouvernement du Rwanda – qui siégeait alors au Conseil de sécurité – a voté contre l'[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de droit international à l'université de Paris-II-Panthéon-Assas

Classification

Pour citer cet article

Mario BETTATI. TRIBUNAUX PÉNAUX INTERNATIONAUX [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Le procès de Nuremberg - crédits : Fred Ramage/ Getty Images

Le procès de Nuremberg

Le Tribunal international de Tokyo - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Le Tribunal international de Tokyo

Autres références

  • COUR PÉNALE INTERNATIONALE, en bref

    • Écrit par
    • 245 mots

    Évoqué dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, le projet de cour pénale internationale a été remis à l'ordre du jour dans les années 1990, au moment où l'O.N.U. chargeait deux tribunaux spécialisés de juger les crimes perpétrés dans l'ex-Yougoslavie et au Rwanda. Le...

  • COUR PÉNALE INTERNATIONALE

    • Écrit par
    • 2 675 mots
    • 3 médias
    ...sécurité, se fondant expressément sur le chapitre vii de la Charte des Nations unies relatif au maintien de la paix et de la sécurité internationale, crée deux tribunaux pénaux ad hoc, Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et Tribunal pénal international pour le Rwanda, dont la compétence...
  • DEL PONTE CARLA (1947- )

    • Écrit par
    • 1 139 mots

    Carla Del Ponte est une magistrate et une diplomate suisse de langue italienne qui a été procureure générale auprès du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de septembre 1999 à décembre 2007, et pendant quatre années, de 1999 à 2003, auprès du Tribunal pénal international pour le...

  • CRIMES CONTRE L'HUMANITÉ

    • Écrit par
    • 6 349 mots

    Le 24 mars 1999, la Chambre des lords britannique confirmait partiellement la décision qu'elle avait rendue le 28 octobre 1998 de refuser à Augusto Pinochet, ancien dictateur du Chili, poursuivi par un juge espagnol pour torture et assassinats constituant des crimes contre l'humanité...

  • Afficher les 17 références