DEL PONTE CARLA (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Jamais je n'aurais imaginé que le travail d'un procureur international serait à ce point aussi différent de celui d'un procureur national, tant les pressions et les tentatives d'ingérence des politiques furent nombreuses. » Par cette confidence livrée à l'issue de son mandat, Carla Del Ponte n'hésite pas à lever un coin du voile sur la vie sous haute surveillance qu'elle a menée pendant plus de huit ans, de septembre 1999 à décembre 2007, comme procureur général auprès du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.) et pendant quatre années, de 1999 à 2003, auprès du Tribunal pénal international pour le Rwanda (T.P.I.R.).

À ce poste clé au sein des deux premières instances pénales internationales (créées par le Conseil de sécurité des Nations unies en 1993 et 1994) depuis les Tribunaux militaires de Nuremberg et de Tōkyō, cette Suissesse diplômée de droit international en 1972 s'est forgée au fil des années une réputation de femme d'acier. Son rôle est déterminant dans les procès de Slobodan Milošević, le tout premier chef d'État traduit devant la justice internationale, ou dans celui de Jean Kambanda, l'ex-Premier ministre du gouvernement intérimaire du Rwanda condamné en appel à l'emprisonnement à vie pour génocide.

Née en 1947 près de Lugano, dans le canton suisse du Tessin, Carla Del Ponte est un magistrat qui parle haut et fort, y compris dans son propre pays. Jadis, elle y a recherché les comptes secrets de la mafia sicilienne cachés dans les banques helvétiques et fait cause commune avec le célèbre juge italien Giovanni Falcone. En 1988, tous deux échappent à un attentat à Palerme. Falcone meurt en 1992 dans un nouvel attentat à l'explosif commandité par la mafia. Del Ponte vit dès lors sous protection policière. Après avoir été [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Les derniers événements

6 août - 18 septembre 2017 • O.N.U. - SyrieDémission de Carla Del Ponte de la commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie.

Le 6, Carla Del Ponte, ancienne procureure générale des tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, annonce sa démission de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie créée en août 2011 sous l’égide du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont [...] Lire la suite

1er-17 juin 2007 • Serbie - Union européenneReprise des négociations.

Karadzić, anciens chefs respectivement militaire et politique des Serbes de Bosnie. La veille, Belgrade avait annoncé l'arrestation du général Zdravko Tolimir, un proche de Ratko Mladić, et la création d'un Conseil de sécurité nationale chargé de traquer les criminels de guerre. Du 4 au 8, Carla Del Ponte [...] Lire la suite

8 décembre 2005 • CroatieArrestation du général Ante Gotovina.

Le procureur général du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (T.P.I.Y.), Carla Del Ponte, annonce la capture aux îles Canaries (Espagne) du général croate Ante Gotovina. Ce dernier était en fuite depuis sa mise en accusation par le T.P.I.Y., en juillet 2001, pour « crimes contre [...] Lire la suite

2-3 octobre 2005 • Turquie - Croatie - Union européenneOuverture des négociations de l'U.E. avec la Turquie et la Croatie.

avec Ankara – sans allusion à une solution alternative à l'adhésion – ainsi qu'avec Zagreb. Cette décision intervient après que le procureur du T.P.I.Y. Carla Del Ponte a affirmé dans un rapport que la Croatie « a pleinement coopéré et fait son possible pour localiser et arrêter Ante Gotovina », général croate accusé de « crimes de guerre » et de « crimes contre l'humanité ».  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Florence HARTMANN, « DEL PONTE CARLA (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/carla-del-ponte/