PEINE DE MORT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La société a-t-elle le devoir et le droit de condamner à mort ceux qui violent ses lois et qui portent atteinte à leur prochain ? Peut-on venger le crime illégal par le meurtre légal ? Pendant des siècles, ces questions ont rencontré une réponse unanimement positive, soit que la condamnation à mort ait été ressentie comme une réparation indispensable de l'ordre des choses, soit que le corps social n'ait trouvé que dans la crainte, inspirée par le châtiment, le garde-fou de sa propre sécurité. Il a fallu les excès mêmes de cette justice immanente comme de cette répression cruelle pour qu'apparaisse l'autre face de la question : la justice n'a-t-elle pas aussi comme rôle de donner une nouvelle chance réparatrice à ceux qui ont violé ses lois ? D'exterminatrice ou, si l'on préfère, de protectrice des droits établis, la justice ne doit-elle pas devenir aussi éducatrice, c'est-à-dire également protectrice des coupables, si souvent eux-mêmes malchanceux ? Or la mort est délibérément la suppression de tout amendement possible. La peine de mort, si elle est punition et autoprotection, est aussi, de la part de la société, l'aveu de son incapacité à corriger, au sens pédagogique du terme. Chaque société a donc le code pénal, les sanctions et les prisons qui la jugent elle-même. Dans de nombreux pays, on assiste aujourd'hui à la suppression légale de la peine de mort ou à la progressive désuétude de sa mise en application. Mais dès que la société se sent menacée (conflit politique, conflit idéologique, recrudescence de criminalité, fléau social : le trafic de la drogue par exemple), une grande partie de l'opinion publique s'élève en faveur soit de son rétablissement, soit de sa mise en application. La société témoigne-t-elle par là de sa versatilité émotionnelle ? Ne montre-t-elle pas plutôt que le vrai débat ne pourra jamais se régler au niveau des principes (car chaque camp a des arguments impressionnants), mais au niveau de leur mise en application dans le régime des prisons. Éliminer ceux que l'on estime irrécupérables, c'est toujours un constat d'échec qui atteint l'ensemble des membres d'une société.

La discussion théorique sur la légitimité de la peine de mort débouche donc immanquablement sur une réflexion pratique concernant le sens des peines infligées par une société et sur le régime pénitentiaire dont celle-ci dispose, humainement et financièrement, pour faire passer dans les actes ce sens et pour le rendre crédible.

Une loi commune jusqu'au XIXe siècle

Loi du talion et vengeance sacrificielle

Dans les anciennes sociétés, le sang de la victime crie vengeance contre celui qui l'a versé. La vendetta est la réponse à ce cri ; la famille ou la tribu prend en charge de rétablir l'ordre rompu par le crime en accomplissant une justice compensatrice et réparatrice que les dieux eux-mêmes réclament. Mais peu à peu on voit les codes réglementer cette vengeance familiale, afin d'approprier le châtiment au crime commis et du même coup de protéger aussi les coupables contre l'excès d'une vengeance démesurée et interminable. Dans la Bible par exemple, Caïn, bien que coupable, est défendu contre ceux qui voudraient le tuer (Genèse, iv, 15), alors qu'au contraire Lamek est le symbole d'une colère insatiable (Genèse, iv, 23-24). Quand naît l'État, la peine de mort est très fréquemment réglementée. Le code d'Hammourabi (2285-2242 av. J.-C.) énumère les diverses mises à mort par le feu, l'eau et le pal. Les livres du Lévitique et de l'Exode sont remplis de motifs de mises à mort (pour meurtre, rapt en vue de mise en esclavage, mais aussi idolâtrie, sorcellerie, non-observance des lois rituelles, enfin adultère, inceste, sadisme, bestialité, prostitution). Habituellement, la lapidation, parfois accompagnée d'exposition, accomplit la sentence, l'ensemble de la communauté participant à l'exécution du jugement qui exprime la colère de Dieu contre ceux qui ont rompu le pacte collectif d'obéissance et de service. La [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : pasteur, président du journal Réforme
  • : président-fondateur d'Ensemble contre la peine de mort, éditeur, écrivain

Classification

Autres références

«  PEINE DE MORT  » est également traité dans :

VIOLENCE

  • Écrit par 
  • Yves MICHAUD
  •  • 8 200 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Benjamin et la tradition messianique »  : […] Une tout autre tradition philosophique, héritière de la pensée messianique juive, conçoit la violence d'un point de vue religieux – il est vrai considérablement sécularisé – comme l'analogue humain de la colère par laquelle le Dieu biblique affirme son absolue puissance face à ceux qui ne le reconnaissent pas. Telle est la position que l'on trouve chez Walter Benjamin dans son difficile essai Pou […] Lire la suite

TERRORISME

  • Écrit par 
  • Gérard CHALIAND, 
  • Pierre DABEZIES, 
  • Sylvia PREUSS-LAUSSINOTTE, 
  • Jean SERVIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le recours à la torture »  : […] L' interdiction de la torture et des traitements inhumains ou dégradants est prévue par des conventions spécifiques (Convention contre la torture de l'O.N.U., 10 décembre 1984 ; Convention européenne contre la torture, 26 novembre 1987) et dans des dispositions précises de traités plus généralistes : article 3 de la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre, qui ressort du droit humanita […] Lire la suite

DROITS DE L'HOMME

  • Écrit par 
  • Georges BURDEAU, 
  • Gérard COHEN-JONATHAN, 
  • Pierre LAVIGNE, 
  • Marcel PRÉLOT
  • , Universalis
  •  • 24 043 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Droits garantis »  : […] La liste des droits garantis figure dans le texte de base de la convention (titre I) ainsi que dans les protocoles n os  1, 4, 6, 7, 12 et 13. À part quelques dispositions ayant une connotation sociale (liberté syndicale, interdiction du travail forcé...) et un droit de caractère économique (respect des biens), il s'agit principalement de droits civils et politiques qui correspondent pour l'essent […] Lire la suite

PÉNAL DROIT

  • Écrit par 
  • Luc VILAR
  •  • 7 094 mots

Dans le chapitre « La peine »  : […] La peine est la sanction historique et de principe de l'infraction. Nombre de manuels traditionnels abordent la définition et la présentation du droit pénal par le fondement et la fin de la peine. L'ancien projet de nouveau Code pénal français (1988) rappelle que la première fonction du droit pénal est répressive. Il ajoute que la peine porte des valeurs collectives qui se traduisent par des int […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir judiciaire »  : […] De 1933 à 1936, une Cour suprême conservatrice avait cherché, au nom de la Constitution, à faire obstacle aux réformes du New Deal. Transformée par le départ ou le décès de certains juges plutôt que vaincue par F. D. Roosevelt, elle avait ensuite, jusqu'en 1953, manifesté une assez grande réserve, et dans l'ensemble adopté une attitude conforme aux vues du Congrès et du président. Une nouvelle pha […] Lire la suite

SUSPECTS APPARENCE DES, psychologie

  • Écrit par 
  • Fanny VERKAMPT
  •  • 1 564 mots

Les jugements que nous portons à l’égard de celles et ceux avec qui nous interagissons au quotidien ne reposent parfois que sur de simples associations entre des traits physiques et des traits de caractère. L’utilisation de ces heuristiques (raccourcis mentaux) par les acteurs judiciaires pour sceller le sort de suspects dans des affaires criminelles a naturellement fait l’objet de débats controv […] Lire la suite

BECCARIA CESARE BONESANA DE (1738-1794)

  • Écrit par 
  • Georges LEVASSEUR
  •  • 1 443 mots

Dans le chapitre « Le réformateur du droit pénal »  : […] Les idées de Beccaria dans son traité correspondaient au sentiment des esprits éclairés de son temps (l'auteur avait beaucoup lu Bacon, Montesquieu, Rousseau et les Encyclopédistes), mais allaient directement à l'encontre du droit positif. Il s'élève contre l'obscurité et la complexité des sources du droit pénal, et réclame des textes simples, clairs et issus du seul pouvoir législatif (principe […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le droit pénal »  : […] S'adossant à une longue tradition, le droit pénal – ou des châtiments ( xingfa ) – n'a connu qu'une lente et incomplète évolution par rapport au modèle soviétique introduit à partir de 1949. La loi pénale et la loi de procédure pénale promulguées pour la première fois dans l'histoire de la Chine populaire en 1979 présentaient l'avantage de rendre publiques l'échelle des peines ainsi que les règles […] Lire la suite

CRIME ET CHÂTIMENT (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 138 mots

Crime et châtiment , c'est le titre, emprunté à Dostoïevski, d'une exposition du musée d'Orsay (16 mars - 27 juin 2010), dont l'idée initiale revient à Robert Badinter et la conception à Jean Clair. Rassemblant quelque 475 œuvres d'art, objets et documents, elle explore une période de deux siècles durant laquelle la légitimité de la peine de mort, finalement abolie en 1981, a nourri des débats po […] Lire la suite

DES DÉLITS ET DES PEINES (DEI DELITTI E DELLE PENE), Cesare Bonesana de Beccaria - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 1 018 mots

Dans le chapitre « Pour des peines humaines et socialement utiles »  : […] De facture minimaliste, ce livre de moins de deux cents pages contient un Avis au lecteur et une introduction pour ensuite se diviser, selon les éditions, en 42 ou 47 paragraphes qui mêlent, sans qu'il soit véritablement possible d'en dégager une progression organisée, la question des délits et des peines à des réflexions générales, des points de procédures et des considérations concernant la phil […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25 juillet 2022 Birmanie. Exécution de prisonniers politiques.

Il s’agit des premières mises à mort de condamnés dans le pays depuis 1988. Soixante-huit détenus ont été condamnés à la peine capitale depuis le coup d’État de février 2021.  […] Lire la suite

29 juin - 13 juillet 2022 France. Verdict du procès des attentats du 13-Novembre.

Les attentats-suicides commis autour du Stade de France à Saint-Denis, les mitraillages de terrasses de cafés et de restaurants dans les XIe et XIIe arrondissements de Paris et l’attaque de la salle de spectacles du Bataclan (XIe arrondissement) avaient entraîné la mort de cent trente et une personnes. Tous les auteurs de ces actions s’étaient fait exploser le jour même ou avaient été tués par la police dans les jours suivants. […] Lire la suite

5 juin 2022 Kazakhstan. Référendum constitutionnel.

La révision constitutionnelle crée également une Cour constitutionnelle, l’abolition de la peine de mort et le retrait du titre d’Elbasy – « Chef de la nation » – à l’ancien président Noursoultan Nazarbaïev auquel il garantissait l’immunité judiciaire. […] Lire la suite

6 novembre 2021 Pologne. Manifestation après la mort d'une femme enceinte, faute de la pratique d'une IVG.

Les circonstances de sa mort ont été rendues publiques fin octobre. L’avortement n’est désormais plus légal qu’en cas de viol, d’inceste ou de danger pour la santé de la mère. Fin octobre, le Parlement a mis à l’ordre du jour de ses discussions un projet de loi d’initiative citoyenne qui projette de supprimer ces exceptions et de rendre l’IVG punissable d’une peine de cinq à vingt-cinq ans de prison, voire d’une peine de prison à perpétuité. […] Lire la suite

8 octobre 2021 Sierra Leone. Abolition de la peine de mort.

Le président Julius Maada Bio promulgue la loi abolissant la peine de mort, adoptée en juillet. Les dernières exécutions effectuées dans le pays dataient de 1998 mais de telles condamnations continuaient d’être prononcées.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

André DUMAS, Michel TAUBE, « PEINE DE MORT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/peine-de-mort/