THORIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Jöns Jacob Berzelius

Jöns Jacob Berzelius
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Thorium : constantes physiques

Thorium : constantes physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau


En 1828, Jöns Jacob Berzelius découvrit un nouveau métal qu'il baptisa thorium en l'honneur de Thor, dieu de la mythologie scandinave.

Jöns Jacob Berzelius

Jöns Jacob Berzelius

photographie

Le chimiste suédois Jöns Jacob Berzelius (1779-1848). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Bien qu'il soit radioactif et relativement rare, cet élément a été utilisé depuis longtemps dans l'industrie, principalement pour la fabrication des manchons de becs de gaz. Il entre maintenant dans la composition des filaments de tungstène des lampes à incandescence, sous la forme de son oxyde, la thorine. Associée à différents métaux, la thorine forme des « cermets » (alliage d'une céramique et d'un métal), qui sont employés en électronique comme sources d'électrons. Ajouté au magnésium, le thorium augmente la résistance mécanique de ce métal à haute température, et les alliages ainsi formés trouvent des débouchés importants en aéronautique. Mais c'est surtout depuis le début de l'exploitation de l'énergie nucléaire que le thorium, en tant que combustible nucléaire, a vu son domaine d'applications s'élargir.

Minerais

La proportion de thorium dans la croûte terrestre est de l'ordre de un cent-millième, c'est-à-dire qu'il est plus abondant que l'étain, l'arsenic et les métaux précieux. Il y en a deux fois moins que de plomb, quatre fois moins que de zinc, dix fois moins que de cuivre, mais il est de trois à quatre fois plus abondant que l'uranium. Les minéraux où le thorium est le principal constituant sont la chéralite, la huttonite, la pilbarite, la thorianite, la thorite et la thorogummite. Parmi eux, seuls le silicate (thorite et thorogummite) et l'oxyde (thorianite) ont un intérêt économique. De petits gisements alluvionnaires de thorianite sont exploités à Madagascar. La principale source de thorium est la monazite, qui est essentiellement un orthophosphate de lanthane et de cérium, auquel viennent s'ajouter de la silice et des oxydes d'uranium, de titane et de fer. Suivant le lieu d'origine, la teneur en thorium peut varier de 1 à 10 p. 100. Les principaux gisements de monazite sont les sables des plages de Travancore (Inde) et de l'État de Bahia (Brésil). On en trouve également sur la côte ouest du Sri Lanka, en Australie (Nouvelle-Galles du Sud, Queensland), en Indonésie, en Malaisie, en Égypte, aux États-Unis (Idaho, Floride), en Russie (Oural), en république d'Afrique du Sud et en Norvège.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle en métallurgie
  • : ingénieur à l'École nationale supérieure de chimie de Lille, docteur ès sciences physiques, président de l'Euriwa

Classification


Autres références

«  THORIUM  » est également traité dans :

HAHN OTTO (1879-1968)

  • Écrit par 
  • Agnès LECOURTOIS
  •  • 403 mots
  •  • 4 médias

La carrière scientifique de Hahn est marquée par la découverte du radiothorium, du mésothorium, du protactinium (1917, avec Lise Meitner) et par la découverte de la fission de l'uranium et du thorium (avec Fritz Strassmann, 1938), fission […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-hahn/#i_19956

MAGNÉSIUM

  • Écrit par 
  • Maurice HARDOUIN, 
  • Michel SCHEIDECKER
  •  • 4 265 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Propriétés mécaniques »  : […] L'addition de thorium (radioactif), de lanthanides ou d'argent permet de maintenir les propriétés mécaniques mesurées à chaud. Ces éléments sont compatibles avec le zirconium, et les propriétés spécifiques des deux types d'addition sont cumulatives. Ces alliages sont susceptibles de durcissement structural, c'est-à-dire qu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnesium/#i_19956

NUCLÉAIRE - Réacteurs nucléaires

  • Écrit par 
  • Jean BUSSAC, 
  • Frank CARRÉ, 
  • Robert DAUTRAY, 
  • Jules HOROWITZ, 
  • Jean TEILLAC
  •  • 12 401 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Régénération et surgénération de la matière fissile »  : […] (238U et 232Th, le seul isotope naturel du thorium) qui sont bien plus abondantes dans la nature. Les matières fissiles qui permettent la surgénération, grâce à la valeur élevée de leur η, sont le plutonium 239 (dans les réacteurs à neutrons rapides) et l'uranium 233 (dans les réacteurs à neutrons thermiques ou rapides […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-reacteurs-nucleaires/#i_19956

NUCLÉAIRE - Applications civiles

  • Écrit par 
  • Pierre BACHER
  •  • 6 689 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Filières nucléaires et développement »  : […] Les filières à base de thorium produisent très peu d'actinides mineurs transuraniens (éléments dont le nombre atomique est supérieur à celui de l'uranium – neptunium, plutonium, américium, etc.), mais en produisent d'autres (232U et 234U, 231Pa), non moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-applications-civiles/#i_19956

NUCLÉAIRE - Déchets

  • Écrit par 
  • Pierre BEREST, 
  • Jean-Paul SCHAPIRA
  •  • 10 949 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le recyclage des actinides et la destruction du plutonium »  : […] sont également étudiées pour les R.E.P. et les R.N.R. (programmes APA et Capra du C.E.A.). L'utilisation de thorium au lieu d'uranium est probablement la solution la plus efficace pour détruire le plutonium avec peu de production d'uranium 233, une nouvelle matière fissile artificielle formée à partir de la capture de neutrons par le thorium […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-dechets/#i_19956

NUCLÉAIRE (PHYSIQUE) - Noyau atomique

  • Écrit par 
  • Luc VALENTIN
  •  • 10 314 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Le noyau composé »  : […] brutales, en fonction de l'énergie des neutrons incidents, de leur probabilité d'interaction avec le noyau cible, ici le thorium 232. Chacune de ces résonances est le signe de l'existence d'un état métastable du « noyau composé » 233Th, formé lorsque le neutron est capturé par le noyau 232Th. Quand cet état se désexcite en émettant un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nucleaire-physique-noyau-atomique/#i_19956

PROTACTINIUM

  • Écrit par 
  • Robert GUILLAUMONT
  •  • 1 882 mots
  •  • 1 média

un, 233Pa (β, T1/2 = 26,975 j), d'obtention aisée par irradiation neutronique du thorium 232, selon la séquence : est particulièrement bien adapté comme indicateur dans les recherches chimiques sur l'élément. Il constitue l'étape intermédiaire de la transmutation de 232Th en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protactinium/#i_19956

RADIOACTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Bernard SILVESTRE-BRAC
  •  • 5 424 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La radioactivité autour de nous »  : […] trois familles de l'uranium 238 (4,5 × 109 ans), de l'uranium 235 (7,1 × 108 ans) et du thorium 232 (1,4 × 1 010 ans), ainsi que l'isotope 40 du potassium (1,3 × 109 ans, 0,012 p. 100 du potassium naturel), émetteur β, sans descendant radioactif. Incidemment, la faiblesse relative de la période de l'uranium 235 explique sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radioactivite/#i_19956

RADIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 2 336 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Isotopes »  : […] nombres de masse compris entre 201 et 234. Outre 226Ra, trois autres isotopes existent dans la nature comme produits de filiation de l'uranium ou du thorium : ce sont le 223Ra, émetteur α (demi-vie 11,43 jours) ; le 224Ra, émetteur α (demi-vie 3,6419 jours) ; le 227Ra, émetteur β (demi-vie 42,2 min) ; le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/radium/#i_19956

RÉACTEURS NUCLÉAIRES À SELS FONDUS

  • Écrit par 
  • Daniel HEUER, 
  • Elsa MERLE-LUCOTTE
  •  • 2 709 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Réacteurs à sels fondus en cycle du combustible thorium »  : […] Ce nouveau concept de réacteur – fondé sur le cycle du combustible thorium et uranium 233, et sur un spectre neutronique rapide – a été nommé Thorium Molten Salt Reactor Non Moderated (T.M.S.R.-N.M.). D'une puissance de 2 500 MWth, il fonctionne à une température comprise entre 650 0C et 800 0C, ce qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reacteurs-nucleaires-a-sels-fondus/#i_19956

URANIUM-THORIUM-PLOMB DATATION PAR L'

  • Écrit par 
  • Hervé BELLON
  •  • 352 mots

Les isotopes 238 et 235 de l'uranium et le thorium 232 sont radioactifs. Dans les trois cas, les produits radiogéniques formés sont des isotopes du plomb : 238U donne 206Pb + 84He (T = 4,51 × 109 ans), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/datation-par-l-uranium-thorium-plomb/#i_19956

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre ZANGHI, Alfred LECOCQ, « THORIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thorium/