HAHN OTTO (1879-1968)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Otto Hahn

Otto Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie

Otto Hahn Fritz Strassmann et Fritz Haber

Otto Hahn Fritz Strassmann et Fritz Haber
Crédits : Hulton Getty

photographie

Lise Meitner

Lise Meitner
Crédits : Hulton Getty

photographie

La table de travail de Hahn

La table de travail de Hahn
Crédits : Hulton Getty

photographie


Chimiste allemand, lauréat du prix Nobel (1944) pour ses travaux sur la fission de l'uranium.

Otto Hahn

Otto Hahn

photographie

Otto Hahn (1879-1968), chimiste allemand et lauréat du prix Nobel de chimie, en 1944, pour ses travaux sur la fission de l'uranium. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Otto Hahn Fritz Strassmann et Fritz Haber

Otto Hahn Fritz Strassmann et Fritz Haber

photographie

Le chimiste allemand Otto Hahn (1879-1968), au centre, et ses collègues Fritz Strassmann et Fritz Haber, à Munich, en 1962. Otto Hahn reçut le prix Nobel de chimie en 1944 pour sa théorie de la fission de l'uranium, théorie émise en 1938. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Né à Francfort, il fait ses études universitaires à Marburg, puis à Munich, où il obtient son doctorat en 1901. Il deviendra le plus grand radiochimiste de l'Allemagne. Tôt attiré par la chimie des radioéléments, il se rend à Londres au laboratoire de William Ramsay (1904-1905), puis chez Rutherford, qui dirige un institut à Montréal. À son retour en Allemagne, il travaille tout d'abord dans le laboratoire de chimie d'Emil Fischer, à l'université de Berlin, puis, à partir de 1912, au Kaiser Wilhelm Institut de Berlin, dont il deviendra le directeur (1928-1944). C'est en 1907 que débute la collaboration de Hahn et de Lise Meitner, la physicienne attachée au groupe de Fischer ; elle se prolongera jusqu'en 1938, le régime hitlérien obligeant alors Meitner à s'expatrier.

Lise Meitner

Lise Meitner

photographie

Physicienne et chimiste autrichienne, Lise Meitner (1878-1968) s'oriente très tôt vers la recherche en physique nucléaire. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

La carrière scientifique de Hahn est marquée par la découverte du radiothorium, du mésothorium, du protactinium (1917, avec Lise Meitner) et par la découverte de la fission de l'uranium et du thorium (avec Fritz Strassmann, 1938), fission qui est à la base des méthodes actuelles d'obtention de l'énergie nucléaire et du développement de la bombe atomique. Otto Hahn pressent alors la possibilité de l'application de sa découverte à des fins militaires tout en espérant — comme en témoignent ses publications — que celle-ci soit irréalisable. Après la Seconde Guerre mondiale, il se rend à Göttingen, où il restera jusqu'à sa mort, et devient président de l'institut Max-Planck de Göttingen, homologue du Kaiser Wilhelm pour l'Allemagne de l'Ouest.

La table de travail de Hahn

La table de travail de Hahn

photographie

Le matériel utilisé par les physiciens allemands Otto Hahn (1879-1968) et Fritz Strassmann (1902-1980), en 1938, lorsqu'ils ont découvert le phénomène de la fission d'un noyau d'uranium bombardé par un flux de neutrons. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

En avril 1957, dans une déclaration signée par dix sept autres physiciens de l'Allemagne fédérale, il se refuse à coopérer de quelque manière que ce soit au développement des armes atomiques et soutient l'appel d'Albert Schweitzer à l'opinion mondiale en faveur de la cessation des essais nucléaires.

Les écrits de Hahn comprennent : Applied Radiochemistry (1936) ; Künstliche Atomumwandlungen und die Spaltung schwerer Kerne (1944) ; Die Kettenreaction des Urans und ihre Bedeutung (1948) ; Die Nutzbarmachung der Energie der Atomkerne (1950) ; New Atoms (1950) ; Cobalt 60 (1955).

—  Agnès LECOURTOIS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HAHN OTTO (1879-1968)  » est également traité dans :

ACTINIUM

  • Écrit par 
  • Georges BOUISSIÈRES
  •  • 928 mots

L'existence dans la pechblende de l' actinium, élément radioactif de numéro atomique 89, fut établie en 1899 par André Louis Debierne, collaborateur de Pierre et Marie Curie qui venaient, un an auparavant, de découvrir, dans ce minerai d'uranium, le polonium et le radium. Son poids n'ayant pu être déterminé, ce n'est qu'une dizaine d'années après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinium/#i_1373

DE LA RADIOACTIVITÉ À LA FISSION DE L'ATOME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Robert DAUTRAY
  •  • 867 mots

1896 Après la découverte des rayons X par le physicien allemand Wilhelm C. Röntgen en 1895, de nombreux savants recherchent des sources naturelles de rayons X. Le physicien français Henri Becquerel découvre fortuitement que des sels d'uranium émettent des rayons nouveaux, qu'il appelle « uraniques ». 1897 Joseph J. Thomson et divers savants brita […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/de-la-radioactivite-a-la-fission-de-l-atome-reperes-chronologiques/#i_1373

HAHNIUM

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 427 mots

Actinide, du nom d'Otto Hahn Symbole chimique : Ha Numéro atomique : 105. La découverte de cet élément artificiel avait été annoncée en 1968 par un groupe de physiciens russes du centre de Dubna, mais les arguments donnés ne semblaient pas convaincants ; cependant, en avril 1970, les chercheurs américains A. Ghiorso, M. Nurmia, K. Eskola, J. Harris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hahnium/#i_1373

MEITNER LISE (1878-1968)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 219 mots
  •  • 1 média

Physicienne et chimiste nucléaire autrichienne. Après des études à Vienne où elle était née, Lise Meitner se rend, en 1907, à Berlin pour y recevoir l'enseignement de Max Planck, qui, en introduisant, en 1900, le « quantum d'action », avait jeté les bases de l'ancienne théorie des quanta. Elle travaille ensuite avec Otto Hahn au Kaiser Wilhelm Inst […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lise-meitner/#i_1373

URANIUM

  • Écrit par 
  • Bernard BOUDOURESQUES, 
  • Jean CARALP, 
  • Jeanne LEHMANN, 
  • Jean-Louis VIGNES
  •  • 6 230 mots
  •  • 9 médias

L'uranium (symbole U, numéro atomique 92) est un élément chimique métallique très dense ( d  = 19), dur, dont la couleur grise rappelle celle du nickel. Pendant les cent cinquante ans qui suivirent sa découverte, en 1789, par Martin Heinrich Klaproth, on lui trouva peu d'applications – essentiellement la fabrication d'émaux –, et il fut étudié pri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/uranium/#i_1373

Pour citer l’article

Agnès LECOURTOIS, « HAHN OTTO - (1879-1968) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-hahn/