MAGNÉSIUM

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Magnésite

Magnésite
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Dolomite

Dolomite
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Procédé Magnétherm

Procédé Magnétherm
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Composition, propriétés mécaniques et physiques

Composition, propriétés mécaniques et physiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Tous les médias


Le magnésium est un élément chimique métallique de symbole Mg et de numéro atomique 12. C'est le plus léger des métaux structuraux. Le nom de magnésium vient probablement de celui d'une bourgade d'Asie Mineure, Magnesia, bien connue plusieurs siècles avant notre ère pour sa magnésie blanche. Qu'ils soient sous forme d'oxyde, de carbonate, de chlorure ou de sulfate, les minerais de magnésium sont très répandus sur la Terre. Le métal ne s'y rencontre pas à l'état natif, son activité chimique extrêmement grande ne le permet pas. Il a fallu l'électrolyse ignée ou l'emploi de réducteurs très énergiques à des températures élevées pour parvenir à réduire le chlorure et, à une date plus récente, l'oxyde de magnésium.

C'est l'affinité toute particulière pour l'oxygène qui domine les propriétés chimiques en milieu aqueux ou à haute température. La résistance à la corrosion est influencée de façon très sensible par la teneur en impuretés ; le fer et le nickel, en particulier, augmentent considérablement la vitesse d'attaque par l'eau ou les réactifs chimiques dilués. L'addition du zirconium joue un rôle très remarquable ; son application systématique, dans la seconde moitié du xxe siècle, a provoqué un renouveau dans la métallurgie du magnésium. La recherche de l'amélioration de ses propriétés mécaniques à la température ambiante ou à chaud a conduit à préparer des alliages avec l'aluminium, puis le zinc et, plus récemment, le thorium et les métaux des terres rares (lanthanides).

Les applications mécaniques du magnésium sont dominées par sa faible densité qui a conduit à appeler ses alliages « ultra-légers ». C'est aussi un des matériaux qui se prête le mieux à l'usinage à très grande vitesse.

Dans la métallurgie des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : Ingénieur, chef de la Division des études et fabrications nucléaires du département des recherches et produits avancés, société Tréfimétaux G.P.
  • : ingénieur à la société Tréfimétaux G.P.

Classification


Autres références

«  MAGNÉSIUM  » est également traité dans :

ALLIAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude GACHON
  •  • 7 350 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Alliages métalliques industriels »  : […] Après ces considérations générales, nous pouvons maintenant nous intéresser à des alliages industriels. Les plus utilisés sont les aciers, qui présentent une palette particulièrement riche de produits, depuis ce qu'il est convenu d'appeler, plus ou moins péjorativement, la ferraille, jusqu'aux aciers inoxydables, en passant par les maragings , mis en œuvre pour des usages tel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliages/#i_868

BÉRYLLIUM

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Robert GADEAU, 
  • Jean PERROTEY
  •  • 5 432 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Réduction par le magnésium »  : […] On chauffe à 1 300  0 C pendant 3 à 4 heures, dans un four dont le creuset est en graphite, des morceaux de magnésium et du fluorure de béryllium. Le béryllium fourni par la réaction se rassemble, par fusion, en petites billes. On transvase la charge dans un autre creuset de graphite ; après solidification, on broie sous l'eau, pour séparer le béryllium du résidu de fluor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beryllium/#i_868

EAU DURETÉ DE L'

  • Écrit par 
  • Cyrille GOMELLA
  •  • 305 mots

La dureté d'une eau traduit sa teneur globale en ions calcium (Ca ++ ) et magnésium (Mg ++ ). Elle est exprimée en degrés hydrotimétriques : un degré français correspond à 4 mg/l de calcium ou à 2,4 mg/l de magnésium. Les praticiens distinguent la dureté totale (titre hydrotimétrique, TH) et une de ses fractions : la dureté temporaire (titre alcal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/durete-de-l-eau/#i_868

EPSOMITE

  • Écrit par 
  • Yannick LOZAC'H
  •  • 312 mots

Se présentant généralement en croûtes, en efflorescences ou en groupements de fines aiguilles, ce sulfate de magnésium hydraté cristallise dans le système orthorhombique. Les cristaux peuvent paraître tétragonaux de par la présence d'un angle voisin de 90 0 entre les faces du prisme. La cassure est conchoïdale. L'epsomite, comme d'autres minéraux solubles avides d'eau, pe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epsomite/#i_868

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Dans le chapitre « La pollution acide et la pauvreté des sols »  : […] Les gaz polluants émis par les sources domestiques ou industrielles (SO 2 , NO x ) sont transformés dans l'atmosphère en acides sulfurique et nitrique. Les pluies ainsi que les aérosols (fines particules) qui se déposent sur le feuillage des forêts apportent donc à l'écosystème forestier en général, et au sol en particulier, des quantités de protons (H + […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-deperissement-des-forets/#i_868

MÉTAUX - Métaux alcalino-terreux

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 2 581 mots
  •  • 2 médias

Les métaux alcalino-terreux constituent la deuxième colonne du tableau de classification périodique des éléments. On peut distinguer les alcalino-terreux vrais  – calcium, strontium, baryum, radium – et deux éléments plus légers – béryllium et magnésium –, qui présentent des particularités propres. Ce double nom d'alcalino-terreux trouve son origine dans les propriétés des oxydes, qui furent les p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaux-metaux-alcalino-terreux/#i_868

ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 4 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Genèse des dérivés métalliques »  : […] Les organométalliques résultent en général de l'une des cinq réactions ci-dessous : 1. Réduction d'un dérivé halogéné par un métal, qui s'écrit schématiquement des deux manières suivantes : 2. Action  d'un  hydrocarbure  assez « acide » sur l'organométallique d'un hydrocarbure moins acide : 3. Échange fonctionnel entre un dérivé halogéné et un organométallique : 4. Action d'un halogénure métalliq […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composes-organometalliques/#i_868

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel SCHEIDECKER, Maurice HARDOUIN, « MAGNÉSIUM », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/magnesium/