TCHAD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique du Tchad (TD)
Chef de l'État et du gouvernementMahamat Idriss Déby (président du Conseil militaire de transition depuis le 20 avril 2021)
CapitaleN'Djamena
Langues officiellesarabe, français
Unité monétairefranc CFA
Population16 915 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)1 284 000

Géographie

Entre le tropique du Cancer et le 8e parallèle de latitude nord, le Tchad présente des milieux très contrastés depuis le Sahara central jusqu'aux confins du monde équatorial. Situé au contact entre populations blanches d'origine arabe et populations noires, entre nomades et sédentaires, entre musulmans et animistes, le Tchad est soumis à des tensions structurelles internes, opposant un « Nord » et un « Sud », dont les phases aiguës ont débouché sur une succession de conflits et de guerres civiles depuis l'indépendance. À cela s'ajoutent les facteurs externes de déstabilisation dans un contexte géopolitique régional qui fait peser des menaces sur les régions frontalières, autrefois au nord (guerre contre la Libye), aujourd'hui au sud exposé aux débordements des rébellions en République centrafricaine (RCA), et surtout à l'est, dans la région du Ouaddaï qui, depuis 2003, subit de plein fouet les conséquences de la guerre du Darfour.

Tchad : découpage administratif

Dessin : Tchad : découpage administratif

L'organisation politico-administrative tchadienne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Diversité physique et humaine

Les frontières tchadiennes avec la RCA et le Niger résultent de l'organisation territoriale des colonies françaises d'AEF et d'AOF. Les frontières avec le Cameroun et le Soudan en revanche ont été définies par des traités internationaux franco-allemands et franco-britanniques. La frontière nord, objet d'un contentieux avec la Libye, fut un des enjeux de la guerre entre les deux pays voisins : le colonel Kadhafi revendiquait les 100 000 kilomètres carrés de la « bande d'Aouzou » en raison d'un accord conclu en 1935 par Laval et Mussolini. L'accord, jamais ratifié, prévoyait une cession de ce territoire à la colonie italienne ; le litige a été porté devant la Cour internationale de La Haye qui a débouté la Libye en 1994.

Ainsi délimité, le Tchad correspond à la partie orientale de la cuvette de son lac éponyme. Dans la partie la plus déprimée du Djourab, l'altitude s'abaisse à 175 mètres. Le lac lui-même se trouve dans une position plus élevée, à 280 mètres, en arrière du barrage dunaire de l'erg du Kanem. Il est alimenté pour près de 85 % % par le Chari. Son débit moyen à N'Djamena dépasse 1 000 m3/s, mais, en année de sècheresse, le déficit peut dépasser les 50 %. Les maxima et minima moyens se situent respectivement à 3 560 m3/s et 160 m3/s. Le lac Tchad étant peu profond (profondeurs comprises le plus souvent entre 1 et 4 mètres), sa superficie varie énormément en fonction des cycles climatiques qui conditionnent les apports du Chari : de 26 000 km2 à la fin de la dernière phase humide (1950-1968), elle n'était plus que de 1 500 km2 en 2000 pour retrouver environ 3 000 km2 en 2006, chiffres comparables à ceux de 1913. Le retrait des eaux porte atteinte à la pêche, entrave la navigation mais offre de nouvelles terres de culture.

Les principaux reliefs se situent en périphérie des plaines sableuses qui tapissent la cuvette sédimentaire : au nord, le Tibesti et ses reliefs volcaniques (Emi Koussi, 3 414 m) ; à l'est, le massif granitique du Ouaddaï et les hauteurs gréseuses de l'Ennedi (1 450 m). Dans le Guera, des inselbergs de roches cristallines se dressent jusqu'à plus de 1 500 m au-dessus des glacis d'érosion des formations sédimentaires. Le Chari et son affluent le Logone représentent l'essentiel des écoulements pérennes. La partie saharienne ne connaît que les écoulements épisodiques des oueds. Au sud, entre Logone et Chari et dans le Salamat, de vastes étendues sont saisonnièrement inondées, ce qui rend la circulation extrêmement difficile en saison des pluies.

Par son étirement en latitude, le Tchad connaît toute la gamme des climats tropicaux. Les températures sont partout élevées, avec une amplitude thermique annuelle d'une dizaine de degrés entre les mois froids (décembre-janvier) et les mois les plus chauds (avril-mai) : à N'Djamena, elles varient entre 25 et 35 0C avec des pics de 40 à 45 0C. Les amplitudes diurnes peuvent dépasser 20 0C, notamment dans la partie saharienne (5 0C au lever du soleil à Bardaï en hiver). L'année se partage entre une saison sèche et une saison des pluies. La durée de celle-ci diminue du sud (juin à novembre à Sarh) au nord (juillet-septembre à Abéché). Le volume des précipitations définit les zones climatiques. Du nord au s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Tchad : carte physique

Tchad : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tchad : drapeau

Tchad : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Tchad : découpage administratif

Tchad : découpage administratif
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Peuls (Tchad)

Peuls (Tchad)
Crédits : Godong/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : doctorante en science politique à Sciences Po, (Paris, attachée temporaire d'enseignement et de recherche à l'université de Paris-I-Sorbonne
  • : maître de conférences d'histoire des institutions
  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  TCHAD  » est également traité dans :

TCHAD, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

AFRIQUE-ÉQUATORIALE FRANÇAISE (A.-É.F.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 496 mots

Jusqu'en 1883, les possessions françaises d'Afrique équatoriale ont été administrées par un officier de marine portant le titre de commandant supérieur des Établissements français du golfe de Guinée. Le 16 décembre 1883, l'administration du Gabon est détachée de celle de la Guinée. Par un arrêté du 11 décembre 1888, le Gabon est réuni au Moyen-Congo. Deux lieutenants-gouverneurs administrent, l'un […] Lire la suite

BAGUIRMI ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 386 mots

La fondation du royaume du Baguirmi entre le lac Tchad et le Chari se situe vers la fin du xvi e siècle. Selon la tradition, un groupe de chasseurs kinga, sous la conduite de Birni Mbese ou de Dokkenge, aurait fondé Massenya et obligé les populations de la région à rejeter la domination des Bilala. Une autre tradition attribue la création du Baguirmi à des Peul originaires du Fouta Toro. Une dern […] Lire la suite

BOKO HARAM

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 375 mots

Dans le chapitre « Boko Haram et l’internationalisation du conflit »  : […] Cependant, la tendance à l’internationalisation de l’insurrection – dès 2012-2013, des membres de Boko Haram procèdent à des incursions au Cameroun – préoccupe de plus en plus les voisins du Nigeria, qui craignent l’extension des troubles sur leurs territoires, et ne peuvent que constater l’incapacité de l’État nigérian à régler la situation. Les incursions de Boko Haram au Cameroun, au Niger et a […] Lire la suite

BORNOU

  • Écrit par 
  • Martin VERLET
  •  • 2 598 mots

Dans le chapitre « Le royaume du Kanem »  : […] Les récits légendaires, que corrobore l'histoire, font remonter l'empire bornouan à l'ancien royaume du Kanem qui se forma dans les régions nord et nord-est du Tchad. Comme de nombreux peuples d'Afrique occidentale (les Yoruba, les Peuls du Fouta-Djalon), les Kanouri se donnent une origine yéménite. Un homme venu du Yémen, du nom de Sef, aurait été le fondateur de la dynastie royale, la Sefuwa […] Lire la suite

CHARI-LOGONE

  • Écrit par 
  • Marie-Christine AUBIN
  •  • 527 mots

Ce sont les deux principaux fleuves qui alimentent le lac Tchad. Le Chari prend sa source en République centrafricaine et arrose le Tchad. Il est formé d'une série de petites rivières : le Bamingui (où se trouve sa véritable source), le Gribingui, l'Ouham, ou Bạhr Sara, qui apporte le plus d'eau au Chari, le Bạhr Aouk, le Bạhr Kéita, le Bạhr Salamat, qui rejoignent le Chari à Sarh (ex-Fort-Arc […] Lire la suite

COPPENS YVES (1934- )

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 2 326 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des éléphants à l'homme »  : […] Né le 9 août 1934 à Vannes (Morbihan), Yves Coppens passe sa petite enfance dans la région de Clermont, dans l'Oise, où enseigne son père qui prépare alors, avec Irène Joliot-Curie, une thèse de doctorat d'État sur la radioactivité. L'installation de ses parents à Vannes en 1944 va contribuer à éveiller son attrait pour les sciences du passé, goût très vif qu'il concrétise rapidement. Il fréquente […] Lire la suite

DÉCOUVERTE D'ABEL : AUSTRALOPITHECUS BAHRELGHAZALI

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 177 mots

Alors qu'un crâne d'hominidé fossile avait été trouvé en 1961 par Yves Coppens dans le nord du Tchad et baptisé Tchadanthropus uxoris , sans que ses affinités aient pu être clairement établies à l'époque, un autre paléontologue français, Michel Brunet (université de Poitiers), découvre, trente-cinq ans plus tard dans la même région, un véritable Australopithèque appelé Australopithecus bahrelghaz […] Lire la suite

DÉCOUVERTE DE SAHELANTHROPUS TCHADENSIS

  • Écrit par 
  • Herbert THOMAS
  •  • 245 mots

Dans un numéro de la revue britannique Nature de juillet 2002, le paléontologue français Michel Brunet et son équipe, définissent un nouvel hominidé, Sahelanthropus tchadensis , vieux de quelque 6 à 7 millions d'années, à partir de vestiges mis au jour un an auparavant dans le désert du Djourab (nord du Tchad). Il est représenté par deux fragments de mandibules, trois dents isolées et, surtout, u […] Lire la suite

ÉBOUÉ FÉLIX (1884-1944)

  • Écrit par 
  • Françoise BARRY
  •  • 377 mots

Descendant d'esclaves africains affranchis, Félix Éboué dont le père fut chercheur d'or en Guyane bénéficie d'une bourse pour poursuivre ses études secondaires à Bordeaux puis, à Paris, mène de front des études de droit et celles de l'École coloniale. Pour son premier poste il est nommé en Oubangui en 1908. Ses vingt années de service en Afrique-Équatoriale française lui permettent de donner sa me […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-17 février 2022 Mali – France. Annonce du retrait des forces antiterroristes étrangères.

L’état-major français précise que la fermeture dans les six mois des dernières bases françaises implantées au Mali – Gao, Ménaka et Gossi – doit aller de pair avec le maintien des bases de N’Djamena au Tchad et de Ouagadougou au Burkina Faso, et avec un renforcement de la présence française au Niger. […] Lire la suite

11 avril - 9 mai 2021 Tchad. Mort du président Idriss Déby.

Le même jour, les rebelles du Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT) lancent une offensive dans le nord-ouest du pays, depuis la Libye. Le 20, N’Djamena annonce la mort d’Idriss Déby, qui avait été blessé près de Nokou, dans l’ouest du pays, lors de combats opposant son armée aux FACT. Un Conseil militaire de transition (CMT) est instauré pour dix-huit mois renouvelables, dirigé par l’un des fils du président défunt, le général Mahamat Idriss Déby. […] Lire la suite

2 janvier -19 février 2021 France – Mali – Niger. Pertes françaises et opération djihadiste.

Le 19, un an après avoir ordonné le déploiement de six cents soldats supplémentaires dans la région, ce qui a porté les effectifs de Barkhane à cinq mille cent hommes, le président Emmanuel Macron affirme son intention d’« ajuster l’effort » de la force française, alors que le déploiement des troupes de la coalition du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie) tarde à se concrétiser. […] Lire la suite

28 avril 2020 Tchad. Abolition de la peine de mort.

Le Parlement adopte à l’unanimité la loi abolissant la peine de mort. Depuis la réforme du Code pénal de décembre 2016, celle-ci n’était plus applicable qu’aux actes de terrorisme. La dernière exécution de condamnés à mort – des membres du groupe djihadiste Boko Haram – remonte à août 2015. […] Lire la suite

13 janvier 2020 France – Afrique. Sommet des membres du G5 Sahel.

Après une année 2019 marquée par une recrudescence des attaques djihadistes dans la région, le président Emmanuel Macron réunit à Pau (Pyrénées-Atlantiques) les dirigeants des pays membres du G5 Sahel : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. L’annonce de ce sommet, programmé à la suite de l’accident d’hélicoptères qui a coûté la vie à treize soldats français de l’opération Barkhane en novembre au Mali, avait suscité les réserves de certains participants qui s’étaient sentis « convoqués » par Paris, alors que la présence militaire française est critiquée par certaines opinions publiques, notamment au Mali. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marielle DEBOS, Jean-Pierre MAGNANT, Roland POURTIER, « TCHAD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tchad/