TCHAD, chronologie contemporaine

 

2016

30 mai 2016
Tchad – Sénégal. Condamnation de l’ancien président Hissène Habré.

Au terme d’un procès lancé en juillet 2015, les Chambres africaines extraordinaires (CAE) siégeant à Dakar condamnent l’ancien président tchadien Hissène Habré à la prison à perpétuité pour crimes contre l’humanité, crimes de guerre, tortures et viols commis lorsque celui-ci était au pouvoir de 1982 à 1990. La commission d’enquête tchadienne a identifié quatre mille victimes et estime que leur nom […] Lire la suite

10 avril 2016
Tchad. Réélection du président Idriss Déby.

Le président Idriss Déby, candidat du Mouvement patriotique du salut, au pouvoir depuis 1990, est réélu au premier tour pour un cinquième mandat, avec 61,6 p. 100 des suffrages. Le chef de l’opposition Saleh Kebzabo, candidat de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau, obtient 12,8 p. 100 des voix, et Laoukein Kourayo Médard, maire de Moundou, la capitale économique du pays, 10,7 p. 1 […] Lire la suite

2015

15 juin 2015
Tchad. Double attentat-suicide à N’Djamena.

Un double attentat-suicide contre le commissariat central et l’école de police de N’Djamena fait au moins vingt-quatre morts, en plus des quatre kamikazes. Ces attaques sont attribuées au groupe nigérian Boko Haram, rallié au groupe État islamique en mars. Le Tchad est impliqué dans les combats contre les djihadistes agissant au Sahel, tant au Nigeria qu’au Mali.  […] Lire la suite

2011

25 avril 2011
Tchad. Réélection du président Idriss Déby.

Le président sortant Idriss Déby est réélu avec 88,7 p. 100 des suffrages. Les trois principaux opposants, Saleh Kebzabo, Wadal Abdelkader Kamougué et Ngarlejy Yorongar, boycottaient le scrutin. Le taux de participation est de 64,2 p. 100. En février, le Mouvement patriotique de salut, formation du président Déby, avait remporté les élections législatives avec 110 sièges sur 188; ses alliés avaien […] Lire la suite

2010

8-9 février 2010
Soudan – Tchad. Accord de normalisation des relations.

Les 8 et 9, le président tchadien Idriss Déby se rend en visite à Khartoum où il rencontre son homologue soudanais Omar el-Bechir. Les deux hommes scellent la réconciliation entre leurs pays, concrétisée par la conclusion, le 15 janvier, d'un accord de normalisation accompagné d'un protocole additionnel de sécurisation de leur frontière commune. Les négociations avaient débuté en octobre 2009. Les […] Lire la suite

2009

4-15 mai 2009
Soudan – Tchad. Montée des tensions.

Le 4, alors qu'un accord de réconciliation entre le Tchad et le Soudan a été signé, la veille, à Doha (Qatar), qui prévoit le contrôle des frontières afin d'empêcher les infiltrations de rebelles tchadiens venant du Soudan et de rebelles soudanais venant du Tchad, plusieurs mouvements rebelles tchadiens, regroupés au sein de l'Union des forces de la résistance (U.F.R.) – coalition formée en janvie […] Lire la suite

2008

1er-27 février 2008
Tchad. Importante offensive de rebelles.

Le 1er, des colonnes motorisées de rebelles progressant depuis le Soudan en direction de N'Djamena se heurtent, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de la capitale, à l'armée tchadienne dirigée par le président Idriss Déby, qui ne parvient pas à les repousser. Cette attaque empêche le déploiement prévu de l'Eufor, la force européenne destinée à secourir les réfugiés  […] Lire la suite

28 janvier 2008
Union européenne – Afrique. Décision de l'envoi de l'Eufor au Tchad et en République centrafricaine.

Le 28, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne approuvent l'envoi d'une force de quelque trois mille sept cents hommes dont deux mille cent Français, l'Eufor, dans l'est du Tchad et le nord-est de la République centrafricaine. Celle-ci est chargée d'assurer la sécurité des quelque deux cent quarante-cinq mille réfugiés du Darfour présents sur les territoires tchadien et centraf […] Lire la suite

2007

26 décembre 2007
Tchad – France. Condamnation au Tchad des membres de L'Arche de Zoé.

Au terme d'un procès rapide, la cour criminelle de N'Djamena rend son jugement dans l'affaire de L'Arche de Zoé. Éric Breteau et les cinq autres Français membres de l'O.N.G., arrêtés en octobre alors qu'ils tentaient de ramener irrégulièrement en France, en vue de les faire adopter, des enfants prétendument originaires du Darfour et orphelins, sont condamnés à huit ans de travaux forcés pour « ten […] Lire la suite

4-9 novembre 2007
Tchad – France. Libération par le Tchad des inculpés secondaires dans l'affaire de L'Arche de Zoé.

Le 4, le président français Nicolas Sarkozy se rend à N'Djamena où il obtient la libération des trois journalistes français et des quatre hôtesses de l'air espagnoles arrêtés en octobre à Abéché avec les membres de l'O.N.G. française L'Arche de Zoé qui tentaient d'emmener en France, sans autorisation, une centaine d'enfants prétendument originaires du Darfour et orphelins. Cette initiative suscite […] Lire la suite

25-31 octobre 2007
Tchad – France. L'O.N.G. L'Arche de Zoé accusée d'enlèvement d'enfants au Tchad.

Le 25, les autorités tchadiennes interpellent neuf Français – sept membres de l'O.N.G. L'Arche de Zoé et deux journalistes – à l'aéroport d'Abéché, dans l'est du pays. Le groupe s'apprêtait à quitter le Tchad pour la France, sans autorisation, avec cent trois enfants de un à neuf ans, présentés comme des orphelins originaires du Darfour soudanais. L'Arche de Zoé entendait « sauver de la mort » ces […] Lire la suite

2006

13-30 novembre 2006
Tchad – Soudan. Tensions à la frontière entre le Tchad et le Soudan.

Le 13, le gouvernement instaure l'état d'urgence dans la capitale et dans l'est du pays à la suite d'incursions de milices non identifiées à travers la frontière soudanaise, depuis le début du mois, qui ont causé des centaines de morts au Tchad. N'Djamena évoque l'« exportation du drame du Darfour » soudanais, où des milices arabes appuyées par le gouvernement, les janjawid, te […] Lire la suite

3 mai 2006
Tchad. Réélection du président Idriss Déby.

Le président Idriss Déby remporte l'élection présidentielle dès le premier tour avec 64,7 p. 100 des suffrages. L'opposition boycottait le scrutin, tout comme elle avait boycotté le référendum constitutionnel de juin 2005 permettant au président Déby de briguer un troisième mandat. Le taux d'abstention est de 53,8 p. 100. […] Lire la suite

11-14 avril 2006
Tchad. Échec d'une offensive rebelle.

Le 11, les rebelles du Front uni pour le changement (F.U.C.), dirigés par le capitaine Mahamat Nour et soutenus par le Soudan, qui poursuivent leur progression vers N'djamena depuis le 30 mars, s'emparent de la ville de Mongo, à 400 kilomètres à l'est de la capitale. Une première offensive du F.U.C., en décembre 2005, avait échoué.Le 13, l'armée repousse l'offensive des rebelles contre N'djamena.  […] Lire la suite

8 février 2006
Tchad – Soudan. Accord de paix entre le Tchad et le Soudan.

Idriss Déby et Omar Hassan Ahmed el-Béchir, respectivement présidents du Tchad et du Soudan, signent à Tripoli un accord de paix sous l'égide du président libyen Muammar al-Kadhafi et de l'Union africaine. Le texte prévoit le rétablissement des relations bilatérales et l'interdiction d'accueillir et de soutenir des rebelles au régime de l'autre pays signataire. Ndjamena s'était déclaré « en état d […] Lire la suite

2005

18-26 décembre 2005
Tchad – Soudan. Regain de tension entre le Tchad et le Soudan.

Le 18, des rebelles tchadiens du Rassemblement pour la démocratie et la liberté (R.D.L.), dirigés par le capitaine Mahamat Nour et stationnés au Soudan, tentent en vain de s'emparer de la ville d'Adré, dans l'est du pays. Membre de l'ethnie Tama, Mahamat Nour affirme son intention de renverser, avec l'aide de Khartoum, le président Idriss Déby, qui appartient à l'ethnie Zaghawa.Le 23, le gouvernem […] Lire la suite

2001

20-28 mai 2001
Tchad. Réélection du président Idriss Déby.

Le 20 se déroule le premier tour de l'élection présidentielle. Dès avant l'annonce des résultats, les adversaires du président Idriss Déby dénoncent des fraudes massives, depuis le recensement électoral jusqu'aux opérations de vote. Si les observateurs internationaux de la Francophonie ne relèvent « aucune difficulté majeure » dans le déroulement du scrutin, les observateurs nationaux, formés par  […] Lire la suite

1998

3-8 février 1998
Tchad – France. Enlèvement de quatre Français au Tchad.

Le 3, un coopérant français et trois de ses amis sont enlevés dans le sud du pays, près de Sarh. Aucun étranger n'a été enlevé au Tchad depuis la Française Françoise Claustre, retenue de 1974 à 1977 dans le massif du Tibesti par les rebelles toubou de Hissène Habré.Le 5, l'enlèvement des quatre Français est revendiqué par l'Union des forces démocratiques du docteur Mahmout Nahor, petite formation  […] Lire la suite

1996

3 juillet 1996
Tchad. Réélection du président Idriss Déby.

Le 3, avec 69,09 p. 100 des suffrages, le président sortant Idriss Déby, au pouvoir depuis sa victoire militaire de décembre 1990, remporte le second tour de la première élection présidentielle au suffrage universel organisée dans le pays. Il était opposé à Wadal Abdelkader Kamougue. Le 2 juin, le président Déby avait recueilli 43,8 p. 100 des voix, contre 12,4 p. 100 pour le général Kamougue, pre […] Lire la suite

1994

3 février 1994
Libye – Tchad. Règlement du différend frontalier sur la bande d'Aozou.

Le 3, la Cour internationale de justice de La Haye tranche le différend frontalier qui opposait N'Djamena à Tripoli en rétablissant la souveraineté du Tchad sur la bande d'Aozou annexée par les Libyens en 1973. Cette frontière avait été définie par un traité conclu en 1955 entre la France, alors puissance coloniale au Tchad, et la Libye. […] Lire la suite

11 janvier 1994
Afrique. Dévaluation du franc CFA.

Sous la pression de la France et du Fonds monétaire international (F.M.I.), les dirigeants des quatorze États africains appartenant à la zone franc (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Centrafrique, Comores, Congo, Côte d'Ivoire, Gabon, Guinée équatoriale, Mali, Niger, Sénégal, Tchad, Togo), réunis à Dakar, annoncent la dévaluation de 50 p. 100 du franc CFA et de 25 p. 100 du franc comorien. La parité  […] Lire la suite

1993

22-28 octobre 1993
Tchad. Renforcement du pouvoir du président Idriss Déby.

Le 22, l'ancien chef de guerre Abbas Koty est tué lors de son arrestation consécutive, selon les autorités, à la découverte d'un complot. Cette thèse est contestée par l'opposition qui parle d'assassinat politique. Chef des Zagawas, qui avaient aidé Idriss Déby à prendre le pouvoir en décembre 1990, Abbas Koty avait été ministre de la Défense avant d'entrer en dissidence et de s'exiler, en juin 19 […] Lire la suite

4-17 août 1993
Tchad. Échec de la politique de réconciliation nationale.

Le 4, un commando massacre quelque cent trente personnes – selon Médecins du monde – à Chokoyam, dans la région de Ouaddaï limitrophe du Soudan, dans le nord-est du pays. Cette action meurtrière s'ajoute aux affrontements réguliers entre factions rivales qui témoignent de l'échec de la Conférence nationale qui s'est tenue de janvier à avril, et de la politique de réconciliation qui devait s'ensuiv […] Lire la suite

1992

1er-24 janvier 1992
Tchad. Offensive des partisans de Hissène Habré.

Le 1er, des partisans de l'ancien président Hissène Habré, renversé le 1er décembre 1990, occupent des localités de la région frontalière du lac Tchad, à quelque 150 kilomètres au nord de N'Djamena.Le 3, l'armée tchadienne affirme avoir défait les forces rebelles.Du 8 au 11, une cinquantaine de personnes sont arrêtées et une dizaine exécutées de façon  […] Lire la suite

1990

1er-5 décembre 1990
Tchad. Prise de pouvoir par Idriss Déby.

Le 1er, le président Hissène Habré, au pouvoir depuis juin 1982, évacue la capitale pendant que des scènes de pillage ont lieu et que la France entreprend d'évacuer ses ressortissants.Le 2, Idriss Déby, chef du Mouvement patriotique du salut, qui a chassé Hissène Habré après une offensive éclair, entre dans la capitale. Au cours de sa première conférence de presse, il se pro […] Lire la suite

10-29 novembre 1990
Tchad. Attaque de rebelles à partir du Soudan.

Le 10, une offensive est lancée par des rebelles dans la région de Tiné près de la frontière soudanaise. Le gouvernement de Hissène Habré dénonce une volonté de déstabilisation de la part de la Libye et du Soudan. Mais Tripoli et Khartoum nient toute participation aux combats et affirment qu'il s'agit d'une agression menée par des opposants tchadiens du Mouvement patriotique du salut que dirige Id […] Lire la suite

25 janvier-1er février 1990
Vatican – Afrique. Sixième voyage du pape en Afrique.

Le 25, Jean-Paul II entame son sixième voyage pastoral en Afrique – son quarante-cinquième dans le monde – au cours duquel il visite cinq des pays les plus pauvres du continent. Dans l'archipel du Cap-Vert (90 p. 100 de catholiques), sa première étape, il lance un appel contre toute forme d'esclavage.Le 27, le pape se rend en Guinée-Bissau (6,5 p. 100 de catholiques) où il visite la léproserie de  […] Lire la suite

1989

31 août 1989
Libye – Tchad. Accord sur le contentieux territorial.

Le Tchad et la Libye signent à Alger un accord-cadre qui prévoit le règlement pacifique du contentieux territorial sur la bande d'Aouzou, mettant ainsi un terme à l'un des plus longs conflits africains. En effet, la bande d'Aouzou, située dans l'extrême nord du Tchad, avait été annexée par la Libye en 1973. Les signataires de l'accord s'engagent à utiliser tous les moyens politiques pour trouver u […] Lire la suite

1988

3 octobre 1988
Libye – Tchad. Rétablissement des relations diplomatiques entre Tripoli et N'Djamena

Le 3, le Tchad et la Libye annoncent la reprise de leurs relations diplomatiques. Ils soulignent leur volonté de respecter le cessez-le-feu du 11 septembre 1987 et de « régler par la voie pacifique leur différend territorial ». La France exprime sa satisfaction, ainsi que les présidents tunisien Ben Ali et gabonais Omar Bongo, qui avaient proposé leurs bons offices. […] Lire la suite

1987

5-16 septembre 1987
Libye – Tchad. Cessez-le-feu entre N'Djamena et Tripoli

Le 5, les forces tchadiennes pénètrent en Libye pour attaquer la base de Maaten-es-Sara. N'Djamena annonce la « destruction totale » des chasseurs bombardiers et hélicoptères qui y étaient basés. Plus de dix-sept cents soldats libyens auraient été tués et trois cents autres faits prisonniers. Afin de rassurer ses alliés français, le Tchad présente ce raid comme une opération défensive, organisée p […] Lire la suite

8-28 août 1987
Tchad – Libye. Affrontements tchado-libyens dans la bande d'Aouzou

Le 8, l'armée tchadienne s'empare de la localité d'Aouzou, située dans l'extrême nord du Tchad, au cœur d'une bande de terrain de 114 000 kilomètres carrés occupée depuis 1973 par la Libye et objet de litige entre les deux pays. Selon N'Djamena, cette opération aurait fait près de cinq cents morts du côté libyen, et dix-sept du côté tchadien.Le 9 et les jours suivants, la Libye bombarde la zone en […] Lire la suite

12-15 juillet 1987
Tchad – France. Visite du président Hissene Habré à Paris

Du 12 au 15, le président tchadien Hissene Habré se rend en visite officielle en France. Au cours de ses entretiens avec Jacques Chirac et François Mitterrand, il est surtout question du sort de la bande d'Aouzou, occupée par la Libye depuis 1973. Alors que Hissene Habré voudrait la reprendre militairement, Paris penche pour une solution diplomatique. […] Lire la suite

19-27 mars 1987
Tchad. Reconquête du Nord par les forces d'Hissene Habré

Le 19, une colonne libyenne, partie de la base de Ouadi-Doum dans la direction de Fada, reconquise par les troupes d'Hissene Habré le 2 janvier, est attaquée par l'armée tchadienne, qui bénéficie du soutien logistique du dispositif français Épervier. Les soldats tchadiens provoquent une déroute complète dans les rangs libyens.Le 20, une deuxième colonne venue à la rescousse de la première est anéa […] Lire la suite

9-19 février 1987
France – Tchad – République du Congo. Nouvelles tentatives de règlement du problème tchadien

Du 9 au 11, Denis Sassou Nguesso, chef de l'État congolais et président en exercice de l'O.U.A., effectue à Paris une visite d'État de trois jours dans le cadre d'une tournée européenne. Si les relations bilatérales et les problèmes économiques et financiers du Congo sont au centre des discussions, les entretiens avec François Mitterrand et Jacques Chirac portent aussi sur les divergences à propos […] Lire la suite

6-15 février 1987
Tchad – France. Renforcement du dispositif de défense français au Tchad

Le 6, craignant de nouvelles offensives libyennes dans le nord du Tchad, Paris décide de renforcer le contingent français stationné dans ce pays dans le cadre de l'« opération Épervier ». Cette opération, lancée un an auparavant, a pour but essentiel la défense de l'espace du Tchad situé au sud de la « ligne rouge » proche du 16e parallèle. Les effectifs passent de 1 400 à 2 […] Lire la suite

2-21 janvier 1987
Tchad. Début de la reconquête du Nord par les troupes d'Hissene Habré

Le 2, les troupes gouvernementales tchadiennes reprennent, après de violents combats, la palmeraie de Fada, occupée depuis 1983 par les Libyens.Le 4, l'aviation libyenne bombarde Arada, située au sud du 16e parallèle.Le 7, la France riposte en détruisant les installations radars de la base libyenne de Ouadi-Doum au nord du Tchad, mais en épargnant les avions stationnés sur l […] Lire la suite

1986

11-28 décembre 1986
Tchad – Libye. Nouvelle offensive libyenne au Tchad

Le 11, la ville de Bardaï dans le nord-ouest du Tibesti est attaquée par les troupes libyennes. La ville est défendue par les combattants des Forces armées populaires (F.A.P.) fidèles à Goukouni Oueddeï, qui est détenu à Tripoli après sa rupture avec le colonel Kadhafi.Le 14, Hissene Habré demande l'aide du gouvernement français pour ravitailler les troupes tchadiennes au Tibesti.Dans la nuit du 1 […] Lire la suite

5-17 mars 1986
Tchad. Nouvelle offensive des rebelles de Goukouni Oueddei

Le 5, les forces militaires du G.U.N.T. de Goukouni Oueddeï, appuyées par la Libye, attaquent les positions des Forces armées nationales tchadiennes (F.A.N.T.) du président Hissene Habré dans la zone de Kalaït-Oum Chalouba sur le 16e parallèle. Des combats meurtriers tournent rapidement à l'avantage des troupes gouvernementales.Le 17, l'état-major du F.A.N.T. annonce qu'une  […] Lire la suite

10-19 février 1986
Tchad – France. Nouvelle intervention de l'armée française au Tchad

Du 10 au 14, après une longue trêve, les combats reprennent entre les forces du G.U.N.T. de Goukouni Oueddeï, soutenues par la Libye, et les forces gouvernementales (F.A.N.T.) de Hissene Habré. En particulier, le G.U.N.T. occupe, avant d'être obligé de les évacuer, les places de Kouba Olanga et d'Oum Chalouba, situées au sud du 16e parallèle, limite que la France a imposée a […] Lire la suite

1984

8-13 décembre 1984
France – Afrique. Voyage du président François Mitterrand en Afrique

Du 8 au 10, François Mitterrand se rend en visite officielle au Zaïre. Commencée dans une atmosphère tendue en raison de plusieurs différends (l'absence de Mme Mitterrand annoncée au dernier moment, le nombre très élevé d'agents français chargés de la sécurité du président français et surtout l'irritation du président Mobutu d'avoir été tenu à l'écart de l'accord franco-liby […] Lire la suite

10-16 novembre 1984
Tchad – France – Libye. Rencontre du président François Mitterrand et du colonel Kadhafi à propos du Tchad

Le 10, un communiqué conjoint franco-libyen annonce la fin des opérations d'évacuation du Tchad prévues par l'accord du 17 septembre. Claude Cheysson affirme à TF1 qu'il a la « certitude qu'il y a eu retrait des forces libyennes ».Le 14, un porte-parole du département d'État américain, faisant référence à des observations par satellites, déclare qu'« un bon nombre de soldats libyens sont toujours  […] Lire la suite

4-30 octobre 1984
Tchad – France – Libye. Poursuite du désengagement franco-libyen et impasse pour les négociations intertchadiennes

Le 4, Hissene Habré, chef de l'État tchadien, arrive à Paris pour s'entretenir avec François Mitterrand de l'accord franco-libyen de désengagement réciproque au Tchad, signé le 17 septembre sans aucune consultation entre Paris et N'Djamena, et pour réclamer que la sécurité du Tchad soit garantie après le retrait des troupes françaises, car il craint que les Libyens ne respectent pas l'accord.Le 5, […] Lire la suite

17-25 septembre 1984
Tchad – France – Libye. Accord franco-libyen sur l'évacuation du Tchad

Le 17, la France et la Libye annoncent « l'évacuation totale et concomitante du Tchad des forces armées françaises et des éléments d'appui libyens du G.U.N.T. ». Il est prévu que le retrait des contingents, qui doit être terminé avant le 15 novembre, sera contrôlé par des observateurs africains. Le gouvernement tchadien, qui n'avait pas été mis au courant, affiche une certaine méfiance quant à la  […] Lire la suite

7-16 avril 1984
Tchad – France. Mort accidentelle de dix militaires français au Tchad

Le 7, neuf soldats sont tués et sept autres blessés, près d'Oum Chalouba, par une explosion accidentelle alors qu'ils dégageaient « des épaves de véhicules abandonnés par les forces du Nord. Charles Hernu, ministre de la Défense, qui annonce cette nouvelle, déclare que l'opération Manta sera poursuivie.Le 10, Charles Hernu préside à Toulouse la cérémonie d'hommage aux neuf victimes, tous parachuti […] Lire la suite

10 mars 1984
Tchad – France. Attentat contre un avion de ligne français au Tchad

Un DC-8 de la compagnie française U.T.A. est détruit par une explosion sur l'aéroport de N'Djamena. Une vingtaine de passagers sont blessés. Un retard sur l'horaire a empêché l'avion d'exploser en plein vol. Les autorités tchadiennes accusent le colonel Kadhafi d'être le « maître penseur » de cette action. […] Lire la suite

1er-5 février 1984
France – Tchad – Éthiopie – Libye. Tournée de Claude Cheysson en Afrique

Le 1er, Claude Cheysson arrive à N'Djamena où il vient s'entretenir avec le président Hissene Habré. Il se prononce à nouveau pour un retrait parallèle des forces françaises et des forces libyennes.Le 3, le ministre français des Relations extérieures se rend à Addis-Abeba pour y rencontrer le lieutenant-colonel Mengistu, président en exercice de l'Organisation de l'unité afr […] Lire la suite

9-30 janvier 1984
Tchad. Échec d'une tentative de réconciliation entre les parties tchadiennes

Le 13, le colonel Mengistu, chef de l'État éthiopien et président en exercice de l'O.U.A., constate l'échec de la table ronde entre les parties tchadiennes, qui aurait dû s'ouvrir le 9 à Addis-Abeba. Il souligne que le président du Tchad, Hissene Habré, qui a refusé au dernier moment de se rendre dans la capitale éthiopienne, porte la responsabilité de l'échec de la tentative de réconciliation.Le  […] Lire la suite

1983

2-28 septembre 1983
Tchad. Enlisement du conflit tchadien

Du 2 au 7, des accrochages ont lieu autour d'Oum Chalouba entre les troupes rebelles de Goukouni Oueddei et les forces gouvernementales du président Hissene Habré. Bien qu'Oum Chalouba soit au nord de la « ligne rouge », tracée par les militaires français, des Jaguar effectuent plusieurs vols à basse altitude qui font fuir les rebelles.Le 15, dans une résolution adoptée à l'unanimité moins les voi […] Lire la suite

1er-27 août 1983
Tchad – France. Intervention de la France au Tchad

Le 1er, Paris annonce l'envoi au Tchad d'un armement anti-aérien destiné à permettre aux troupes de Hissene Habré retranchées à Faya-Largeau de contrer les attaques aériennes libyennes. Washington décide d'agir dans le même sens et envoie, le 3, un petit groupe d'instructeurs militaires à N'Djamena.Le 4, à la suite de l'intensification des bombardements libyens, les États-Un […] Lire la suite

5-31 juillet 1983
Tchad. Succès et revers des rebelles de Goukouni Oueddei

Le 5, les troupes de Goukouni Oueddei, équipées et soutenues par la Libye, s'opposent aux forces gouvernementales du président Hissene Habré, au nord d'Abéché. Hissene Habré réclame une intervention directe de la France.Le 6, les troupes gouvernementales sont contraintes d'abandonner Oum-Chalouba, puis, le 10, Abéché.Le 12, une contre-offensive gouvernementale permet la reprise d'Abéché, puis, les […] Lire la suite

22-30 juin 1983
Tchad. Rebondissement de la guerre

Le 22, une déclaration du Département d'État américain signale la recrudescence d'activités militaires dans le nord du Tchad où se sont regroupées les troupes de Goukouni Oueddei, ex-chef de l'État évincé un an auparavant par Hissene Habré et soutenu par la Libye. François Mitterrand, du Cameroun où il est en visite officielle, déclare : « La France ne saurait accepter d'actions inconsidérées qui  […] Lire la suite

1982

21 octobre 1982
Tchad. Accession d'Hissene Habré à la présidence de la République

Le 21, Hissene Habré devient président de la République et président du Conseil des ministres du Tchad. Il rend publique le jour même la composition du nouveau gouvernement, qui traduit un souci d'ouverture : sur trente et un ministres, il ne compte qu'une demi-douzaine de membres du Conseil de commandement des F.A.N. (Forces armées du Nord) qui ont emporté la victoire. […] Lire la suite

7-19 juin 1982
Tchad. Prise du pouvoir par Hissene Habré

Le 7, après quarante-cinq minutes de combats, les Forces armées du Nord (F.A.N.) d'Hissene Habré prennent le contrôle de la capitale N'Djamena, tandis que Goukouni Oueddei, président du gouvernement d'Union nationale de transition (G.U.N.T.), se réfugie au Cameroun.Le 11, Daniel Arap Moi, chef d'État kényan et président en exercice de l'O.U.A., ordonne le retrait de la force neutre interafricaine  […] Lire la suite

10-26 février 1982
Tchad. Rejet du plan de paix de l'O.U.A. par Goukouni Oueddeï

Les 10 et 11, le comité ad hoc de l'Organisation de l'unité africaine sur le Tchad se réunit à Nairobi pour définir un plan de paix (les Forces armées du Nord – F.A.N. – dirigées par Hissene Habré contrôleraient les deux tiers du territoire tchadien, surtout à l'est et au nord). Le plan de paix prévoit pour le 28 février un cessez-le-feu, puis des négociations entre les F.A.N. et le G.U.N.T. (gouv […] Lire la suite

1er-28 janvier 1982
Tchad. Progression des troupes de Hissene Habré

Le 1er, Radio-Tripoli confirme que les F.A.N. (Forces armées du Nord) de Hissene Habré, en dissidence par rapport au G.U.N.T. (Gouvernement d'union nationale transitoire du Tchad) présidé par Goukouni Oueddei, progressent en direction de N'Djamena, la capitale. Du 9 au 12, Goukouni Oueddei se rend au Soudan. Il obtient du président Nemeiry qu'il cesse tout soutien aux F.A.N. […] Lire la suite

1981

1er-16 novembre 1981
Tchad. Retrait des troupes libyennes et mise en place de la force interafricaine

Le 1er, les forces armées du Nord de Hissène Habré, qui tiennent l'est du pays, annoncent la suspension des activités militaires à la suite de la demande émanant du président Goukouni Oueddei du retrait complet des troupes libyennes avant le 31 décembre 1981.Le 3 s'ouvre à Paris le sommet franco-africain sous la présidence de François Mitterrand, qui rappelle que la France s […] Lire la suite

22-29 octobre 1981
Tchad. Vers la constitution d'une force interafricaine

Le 22, depuis Cancún, François Mitterrand lance un appel à Daniel Arap Moi, président en exercice de l'O.U.A. et chef d'État kényan pour que soit appliquée d'urgence la décision prise par l'O.U.A. en juillet d'envoyer au Tchad une force interafricaine.Le 24, le président Arap Moi répond favorablement et envoie Edem Kodjo, secrétaire général de l'O.U.A., en mission à N'Djamena. La présence d'une fo […] Lire la suite

15-30 septembre 1981
Afrique – France. Visite en France de plusieurs chefs d'État africains

Du 15 au 30, François Mitterrand accueille à l'Élysée cinq chefs d'État africains : les présidents Nyerere de Tanzanie, le 15 ; Goukouni Oueddeï du Tchad, le 17 ; Ahidjo du Cameroun, le 18 ; Kerekou du Bénin, le 23, et Ratsiraka de Madagascar, le 30. En juillet et août, François Mitterrand a déjà reçu les chefs d'État de Côte-d'Ivoire, du Sénégal, du Gabon, du Kenya, du Niger et du Congo. Commenta […] Lire la suite

1er-16 mars 1981
Libye – Tchad. Internationalisation de la crise tchadienne

Le projet d'union des deux pays, annoncé en février à Tripoli et à N'Djamena, après l'appui militaire accordé par la Libye aux forces du président tchadien Goukouni Oueddei, suscite, le 1er mars, des réserves de la part du président algérien, Chadli Bendjedid. Au Niger et au Nigeria, l'inquiétude est manifeste.Le 2, le colonel Kadhafi propose à la France « une réunion au plu […] Lire la suite

6-26 janvier 1981
Tchad – Libye – France. Projet de fusion tchado-libyen

Le 6, les capitales libyenne et tchadienne annoncent une « union complète » entre les deux pays. Tripoli parle de reconstruire l'armée de N'Djamena. Le Tchad dit vouloir « ne plus jamais accepter le stationnement des troupes françaises sur son territoire ». Cela après que des troupes libyennes ont assuré, en décembre 1980, la victoire du Gouvernement d'union nationale transitoire (GUNT), dont le p […] Lire la suite

— Universalis