TCHAD LAC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Véritable mer intérieure située à une altitude de 281 mètres, le lac Tchad s'étend aux confins de quatre États : le Tchad, le Niger, le Nigeria et le Cameroun.

On estime qu'au Paléolithique le lac Tchad occupait toute la partie sud-est du Sahara, soit 315 000 kilomètres carrés. Depuis lors, il a dû connaître deux périodes d'assèchement et de remplissage, avant de prendre sa configuration actuelle. Sa superficie varie de 10 000 à 25 000 kilomètres carrés, sa profondeur de 1 ou 3 mètres à 7 mètres (minima en juillet, maxima en décembre). Ces variations sont fonction des crues du Chari et du Logone ; ces deux fleuves drainent les eaux des pluies tropicales des contrées méridionales et fournissent à eux seuls, par un delta commun, 75 p. 100 des apports fluviaux. Venant de l'ouest, la Yobé est négligeable en dehors des périodes de crue. Au nord-est, le sillon du Soro (ou Bahr el-Ghazal) évacue, en fonction du niveau du lac, une partie des eaux vers le Djourab.

Les précipitations sont faibles (de l'ordre de 200 à 400 mm par an) ; elles diminuent vers le nord et sont en général concentrées sur vingt-cinq jours ; la saison sèche s'étend d'avril à juillet et celle des pluies de juillet à octobre. Ces variations tendent, par leurs conséquences (alluvionnement, intensification de l'évaporation), à faire du lac Tchad une dépression en voie de comblement, se transformant peu à peu en un immense marécage : en effet, il est encombré de nombreuses îles, de bancs de vase, d'îlots de papyrus. Sauf aux embouchures du Chari et de la Yobé, les eaux sont légèrement saumâtres. Les oscillations de niveau et d'étendue entraînent une « dénatronisation » du lac ; le natron (carbonate de sodium naturel) se dépose sur les rives au moment du retrait des eaux.

Les îles et les abords du lac sont occupés par des populations assez diverses. Les Yédina, dénommés aussi Buduma (mangeurs de papyrus), et les Kour [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TCHAD LAC  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Les eaux  »  : […] L' hydrologie africaine présente de très grands contrastes dans la répartition des ressources en eau opposant Afrique sèche et Afrique humide. Les cours d'eau, les lacs et les lignes de partage des eaux ont joué un rôle très important dans le tracé des frontières africaines. L'hydrographie a par ailleurs été abondamment sollicitée pour la dénomination des États et des circonscriptions administrat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-structure-et-milieu-geographie-generale/#i_33130

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 061 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Diversité physique et humaine »  : […] Du fait de son étirement en latitude (du 2 e au 13 e  parallèle nord), le Cameroun présente une configuration climatique zonale caractérisée par un fort gradient pluviométrique : moins de 500 millimètres à l'extrême nord, concentrés sur trois mois (juillet, août et septembre), et plus de 1 500 millimètres au sud, répartis sur toute l'année avec de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cameroun/#i_33130

CHARI-LOGONE

  • Écrit par 
  • Marie-Christine AUBIN
  •  • 527 mots

Ce sont les deux principaux fleuves qui alimentent le lac Tchad. Le Chari prend sa source en République centrafricaine et arrose le Tchad. Il est formé d'une série de petites rivières : le Bamingui (où se trouve sa véritable source), le Gribingui, l'Ouham, ou Bạhr Sara, qui apporte le plus d'eau au Chari, le Bạhr Aouk, le Bạhr Kéita, le Bạhr Salamat, qui rejoignent le Chari à Sarh (ex-Fort-Arc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chari-logone/#i_33130

SAHARA

  • Écrit par 
  • Ali BENSAÂD, 
  • Jeffrey Allman GRITZNER
  •  • 7 605 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Hydrographie »  : […] Plusieurs fleuves qui prennent leur source en dehors du Sahara alimentent les eaux de surface et les nappes phréatiques du désert, ou inversement reçoivent les eaux du réseau hydrographique saharien. Ceux qui naissent au sein des plateaux tropicaux du sud sont particulièrement importants. Le Nil Blanc et le Nil Bleu se rejoignent ainsi au Sahara, avant de s'écouler vers le nord le long de la limit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sahara/#i_33130

SAHEL

  • Écrit par 
  • François BOST
  •  • 3 528 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hydrologie »  : […] Les eaux de pluie sont très imparfaitement capitalisées au Sahel, en raison de leur infiltration rapide et de leur évaporation. Les hommes ne mobilisent qu'à peine 5 p. 100 des eaux pour leurs activités, contre 15 p. 100 dans le reste de l'Afrique subsaharienne. En outre, les ressources en eau n'ont cessé de baisser depuis les années 1970, de — 40 à — 60 p. 100 selon les bassins hydrographiques ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sahel/#i_33130

SAO

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 444 mots

Selon la tradition de la région du lac Tchad, les Sao auraient été des géants dotés d'une force prodigieuse. Tous les récits font venir ce peuple de l'est et l'associent à des réminiscences bibliques. En 930, Ibn Hawqal signale l'existence des Sao au sud du lac Tchad, dans la zone située entre le Chari et la Komadougou Yobé. En 970, ils sont installés à Minntour, la plus ancienne cité sao du Borno […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sao/#i_33130

TCHAD

  • Écrit par 
  • Marielle DEBOS, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  • , Universalis
  •  • 9 759 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Diversité physique et humaine »  : […] Les frontières tchadiennes avec la R.C.A. et le Niger résultent de l'organisation territoriale des colonies françaises d'A.E.F. et d'A.O.F. Les frontières avec le Cameroun et le Soudan en revanche ont été définies par des traités internationaux franco-allemands et franco-britanniques. La frontière nord, objet d'un contentieux avec la Libye, fut un des enjeux de la guerre entre les deux pays voisin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchad/#i_33130

Pour citer l’article

Isabelle CRUCIFIX, « TCHAD LAC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/lac-tchad/