OUADDAÏ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire de la région du Ouaddaï située dans l'actuelle république du Tchad reste inconnue jusqu'à la fin du xve siècle. À cette époque, les Arabes Tūnjūr, venant du Dār Fūr, s'emparent du pays et y règnent à peu près un siècle. Ils en sont chassés par une révolte des habitants dirigée par un prince d'origine étrangère. Ce prince, ‘Abd al-Karīm, peut être considéré comme le fondateur du royaume du Ouaddaï. Les explorateurs allemands Heinrich Barth et Gustav Nachtigal situent son avènement, le premier en 1611, le second en 1635. Il serait issu de la tribu des Djaliya, établie à Chendi, au nord de Khartum. Al Tūnsi l'apparente aux familles régnant alors au Dār Fūr et au Kurdufan.

Tchad : carte administrative

Tchad : carte administrative

carte

Carte administrative du Tchad. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

‘Abd al-Karīm, s'appuyant sur les Arabes Mahamid et sur les Mabas autochtones, tue le dernier roi tūndjūr, Daoud, et fonde une nouvelle capitale à Ouara. Il entreprend l'islamisation du pays. Le royaume du Ouaddaï reste tributaire du Dār Fūr jusqu'au roi Djoda (1747-1795), qui libère son pays du tribut et agrandit son territoire en annexant la partie orientale du Kanem. Au xixe siècle, le Ouaddaï exerce, conjointement ou concurremment avec le Bornou, son protectorat sur le Baguirmi. À l'est, il établit son hégémonie sur le Dār Tama et, au sud, sur le Dār Kūti et le Dār Rūnga. Vers 1846, les Ouaddaïens interviennent au Bornou et étendent leur suzeraineté sur les Dazas du Borkou et du Soro. Vers 1890, le Ouaddaï doit lutter contre l'influence grandissante du mahdī. Au même moment, Rabah lui enlève le Dār Kūti et le Dār Rūnga, à la tête desquels il place le sultan Muḥammad ibn ‘Alī al-Sanūsī.

Afin de mieux résister à la pénétration française, le sultan Yūsuf s'allie à la Sanūsiyya. Mais Abéché est pris par les Français en 1909 et le Ouaddaï incorporé aux territoires militaires du Tchad en 1912. La circonscription actuelle du Ouaddaï correspond à peu près aux limites du royaume. Elle couvre plus de 150 000 kilomètres carrés. La capitale est Abéché qui a supplanté, depuis le milieu du xixe siècle, l'ancienne Ouara située à 40 kilomètres au nord.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  OUADDAÏ  » est également traité dans :

BAGUIRMI ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 386 mots

La fondation du royaume du Baguirmi entre le lac Tchad et le Chari se situe vers la fin du xvie siècle. Selon la tradition, un groupe de chasseurs kinga, sous la conduite de Birni Mbese ou de Dokkenge, aurait fondé Massenya et obligé les populations de la région à rejeter la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-du-baguirmi/#i_42543

TCHAD

  • Écrit par 
  • Marielle DEBOS, 
  • Jean-Pierre MAGNANT, 
  • Roland POURTIER
  • , Universalis
  •  • 9 761 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque précoloniale »  : […] maï Idris dit Alaoma, qui impose tribut aux Touareg de l'Aïr, aux cités haoussa, aux Bilala du Kanem, fortifie le Kawar et y implante des colonies kanouri, et noue des relations avec l'Empire ottoman. Vers cette époque, Abd el-Kérim Ibn Djaamé, à la tête d'une révolte de Maba et d'Arabes, chasse les Tounjour et fonde l'actuelle dynastie du Ouaddaï […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tchad/#i_42543

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « OUADDAÏ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ouaddai/