SCIENCES HUMAINES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'étude des humanités

Le latin humanitas, lorsqu'il traduit le grec païdeia, signifie « culture », « éducation », « civilisation ». L'humanisme est issu d'une double tradition, hellénistique (ou gréco-latine) et judéo-chrétienne (hébraïque et grecque), l'humanisme a transformé l'idée même de tradition. La conception médiévale de celle-ci était d'ordre ecclésiastique ou juridico-théologique. En soumettant les auteurs sacrés aux mêmes méthodes d'exégèse que les auteurs profanes, l'humanisme a fait de la tradition des anciens « la culture » par excellence, celle qui a fondé l'unité spirituelle de l'Europe et l'a finalement ouverte à l'étude comparée de toutes les cultures. La transformation du concept de tradition ecclésiastique en celui de tradition humaniste ou culturelle est solidaire du développement de la critique philologique et historique. On peut résumer cette évolution en posant quelques jalons.

Le Moyen Âge vénérait dans les textes des « autorités » (auctor, auctoritas). Ces autorités étaient à la fois juridiques et théologiques. Les « lettres humaines » (litterae humaniores) n'étaient pas seulement la littérature mais plus fondamentalement la jurisprudence, qui traite de la loi humaine par opposition à la loi divine des litterae diviniores. Cette ancienne signification légale des « lettres » se trouve encore chez Cervantès (Don Quichotte, I, chap. xxxvii). Mais dès le xiie siècle, le Sic et non d'Abélard avait posé le problème de la conciliation des autorités. Du même mouvement par lequel le juriste cherchait à concilier les autorités canoniques dans une Concordia discordantium canonum (Gratien), le théologien recherchait l'harmonie des deux Testaments, la Concordia scripturarum. L'exégèse médiévale s'appuyait sur une vision totalisante de l'histoire, unifiée par l'eschatologie, de même qu'aujourd'hui le messianisme révolutionnaire perpétue le dédoublement religieux du monde, fondement sacré d'un légitimisme unique, militant et combattant.

La synthèse médiévale, celle qui demeure inscrite au portail royal de Chartres, s'est défaite pour de multiples raisons. La première expression intellectuelle de sa dissociation se trouve dans la scolastique finissante, en particulier dans la conception ockamiste de la théologie comme science formellement déductible que, à la fin du xve siècle, Gabriel Biel, disciple de Guillaume d'Ockam, a clairement résumée : « La vérité catholique est vérité révélée par Dieu en elle-même ou dans son antécédent [...]. On dit « en elle-même » à cause des vérités du canon biblique qui, toutes, ont été expressément révélées [...]. On dit « dans son antécédent » à cause des vérités qui, à partir de celles contenues dans la Bible, peuvent être inférées ou déduites en conséquence nécessaire » (Commentarium in quartum librum sententiarum, éd. Brixiae, 1574). Cette théorie déductive de l'inférence ou de la « conclusion théologique » détruisait l'analogie harmonisante du grand poème médiéval. Substituant à la grâce enveloppante des allégories scripturaires la sécheresse de ses distinctions, elle inaugurait l'inventaire analytique des textes, désormais considérés comme lieux documentaires d'information aussi bien dans les loci theologici de la Contre-Réforme que dans la Scriptura sola de la Réforme.

Le passage de la conception médiévale des « autorités » et des sacramenta (mysteria) scripturarum à la conception philologique du document, au sens historique et moderne du terme, s'est effectué par l'intermédiaire de l'humanisme. La philologie, qui est l'étude historique des textes au double point de vue grammatical et littéraire, a été l'instrument de cette transformation. Le commentaire « sententiel » des scolastiques a cédé la place au commentaire littéraire qui restitue au langage sa valeur expressive de sensibilité aussi bien que d'idées, et rend aux auteurs, sacrés ou profanes, leur individualité psychologique. Signe de cette évolution, en 1517, l'université d'Oxford révisait ses statuts pour entrer dans la « voie des modernes » (via modernorum).

Bien que Montaigne s'intéressât déjà à toutes les formes d'humanités, la curiosité à l'égard des cultur [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Maison des sciences de l'homme

Maison des sciences de l'homme
Crédits : C. Mouly

photographie

Claude Lévi-Strauss

Claude Lévi-Strauss
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SCIENCES HUMAINES  » est également traité dans :

L'ARCHÉOLOGIE DU SAVOIR, Michel Foucault - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 1 075 mots
  •  • 1 média

L'explicitation de l'entreprise amorcée par Michel Foucault (1926-1984) avec l' Histoire de la folie à l'âge classique (1961), poursuivie dans Naissance de la clinique (1963) et plus précisément continuée par une « archéologie des sciences humaines », Les Mots et les choses (1966), est le principal objet de L'Archéologie du savoir (1969). Successivement professeur aux universités de Clermont-F […] Lire la suite

BRAUDEL FERNAND (1902-1985)

  • Écrit par 
  • Alberto TENENTI
  •  • 1 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le rayonnement institutionnel »  : […] Fernand Braudel préparait en même temps une double opération : l'une visant la collaboration scientifique internationale, l'autre l'enseignement de l'histoire aux candidats bacheliers. Avec la collaboration de Clemens Heller, il conçut une fondation autonome, mais étroitement liée à la VI e  section, apte à gérer le grand renouvellement en cours dans les sciences humaines. C'est ainsi qu'au cœur […] Lire la suite

COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Yves WINKIN
  •  • 4 805 mots

Dans le chapitre « Une théorie mathématique de la communication »  : […] Pendant la Seconde Guerre mondiale, nombre d'équipes de recherches civiles se constituent aux États-Unis autour de thématiques précises. C'est ainsi qu'un groupe de chercheurs se rassemble au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.) autour de Claude Shannon, un spécialiste des théories mathématiques de l'information, pour repenser la transmission télégraphique. Le télégraphe est en effet […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La classification des sciences »  : […] L'évolution n'est pas terminée, ce qui supprimerait la question, et, d'ailleurs, elle s'opère de manière discontinue, les sciences accédant à l'état positif les unes après les autres. Cela détermine un plan, un ordre qui va donner naissance à une classification : « Les différentes branches de nos connaissances n'ont pas dû parcourir d'une vitesse égale les trois grandes phases de leur développemen […] Lire la suite

DILTHEY WILHELM (1833-1911)

  • Écrit par 
  • Sylvie MESURE
  •  • 1 221 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autonomiser les sciences humaines »  : […] L'enjeu était double : démarquer sciences historiques et philosophie de l' histoire ; isoler les sciences historiques des sciences physiques, en dégageant leurs principes propres. Selon son second axe, épistémologiquement le plus important, l'entreprise (que poursuivra notamment G. Simmel) vise à établir l'autonomie de ces sciences de la réalité sociale, culturelle et politique qui rassemble l' hi […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 083 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Sciences de la nature, sciences de l'homme »  : […] L'opposition des sciences de la nature aux sciences de l'homme constitue sans doute un autre leitmotiv épistémologique tout aussi actuel. Depuis que s'est constitué le projet scientifique que nous avons brièvement décrit, son application aux faits humains pose assurément des problèmes qu'il convient d'évoquer. En premier lieu, la question du caractère pratique de toute connaissance des faits huma […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE DES SCIENCES SOCIALES (dir. J.-M. Berthelot) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis AFFERGAN
  •  • 918 mots

Voici un livre collectif (Presses universitaires de France, 2001) dont la hauteur des vues développées, la qualité de l'information et l'organisation de l'argumentation peuvent intéresser un vaste public. S'il faut souligner l'opportunité de sa parution, c'est en raison du moment crucial traversé par les sciences sociales qui s'interrogent sur la validité de leurs procédures et la légitimité des m […] Lire la suite

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 2 médias

Sigmund Freud est l'un des savants qui ont le plus marqué la pensée du xx e siècle. Parti d'une recherche sur l'étiologie des névroses, il a créé une œuvre qui déborde largement le domaine de la pathologie pour couvrir de nombreux secteurs du savoir, en particulier ceux qu'on groupe aujourd'hui sous le nom de sciences humaines. La théorie freudienne s'applique à l'homme normal comme au sujet mal […] Lire la suite

GÉOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Dominique CROZAT, 
  • Jean DRESCH, 
  • Pierre GEORGE, 
  • Philippe PINCHEMEL, 
  • Céline ROZENBLAT, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 20 425 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des thèmes nouveaux et des méthodes nouvelles plus qu'une « nouvelle géographie » »  : […] Quant à l'objet, il n'échappe pas non plus à une sélection subjective et circonstancielle des problèmes. Et c'est ici que reparaît la question « À quoi sert la géographie ? », ce qui revient à se demander ce que les géographes peuvent désirer connaître et ce que le public ou les collectivités publiques attendent d'eux, en dehors d'une image globale aussi fidèle que possible des états et des deveni […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 097 mots

L 'histoire comme justification de la politique, comme caution de la mémoire des groupes, l'histoire redécouverte par les autres sciences humaines et sociales sont autant de signes qui témoignent de l'actualité du travail des héritiers d'Hérodote. Les articles qui suivent entendent montrer l'état de la discipline aujourd'hui. À l'heure du règne de l'expertise et de l'interdisciplinarité, il import […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

5-11 décembre 2003 Haïti. Montée de la contestation

Le 5, la milice armée des « chimères », au service du régime, pénètre dans la faculté des sciences humaines de Port-au-Prince et s'en prend violemment aux étudiants qui manifestent contre le président Jean-Bertrand Aristide. Les mouvements de rue contre le régime, qui agitent les villes du nord de l'île depuis septembre et ont causé la mort d'une vingtaine de personnes, gagnent la capitale, tandis que plusieurs ministres et élus de la Famille Lavalas, parti présidentiel, rejoignent l'opposition. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Edmond ORTIGUES, « SCIENCES HUMAINES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-humaines/