SACRÉ, religion

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tout discours sur la catégorie de sacré pose un problème de méthode, car celle-ci se présente d'emblée sous une double face. Pour l'homme de science, elle constitue un concept analytique qu'il applique, avec plus ou moins de bonheur, à l'étude des faits religieux. L'homme de foi, pour sa part, y voit un mystère qu'il approche en tremblant et en fonction duquel il oriente sa vie. À vrai dire, les choses ne sont pas aussi tranchées, car le premier peut aussi être homme de foi et avoir bien du mal alors à faire taire sa conscience religieuse quand il applique le concept de sacré à d'autres religions. À l'inverse, la foi de certains de nos contemporains doit beaucoup aux études que les hommes de science du début du xxe siècle ont développées sur le sacré. Mais, même si le partage des rôles n'est pas sans nuances, on peut lui accorder une certaine valeur, au moins de méthode, et s'autoriser, par conséquent, à envisager le sacré par le biais de deux approches distinctes, qui correspondent à ces deux « rôles » anthropologique et théologique. Quant aux nuances, on les percevra aisément à la lecture des deux textes ci-dessous, dans la mesure où chacun d'eux, s'il traite en priorité d'un point de vue sur le sacré, est naturellement amené à faire une place à l'autre point de vue.

La notion de sacré et la réflexion anthropologique

Parler du sacré, c'est parler d'un mot autant que d'une réalité ; c'est même, plus précisément, se demander s'il y a bien derrière ce mot une réalité ou une notion bien circonscrite que l'anthropologie puisse utiliser aujourd'hui. Autant que les manifestations dans diverses sociétés d'un sacré dont l'existence comme réalité autonome est précisément à démontrer, on examinera ici les principaux textes qui ont donné au mot « sacré » ses lettres de noblesse scientifiques. Ces textes sont pour l'essentiel des textes anthropologiques, car si le mot, après bien des réticences, a aujourd'hui acquis droit de cité dans les travaux des théologiens, le substantif « sacré », ou plus précisément le passage d'un adjectif à un substantif, provient plutôt des anthropologues, et même, pour une grande part, d'Émile Durkheim et de son école. On verra que ce long travail d'élaboration théorique a dans une large mesure consisté à confondre des réalités que certaines sociétés conjoignent effectivement, mais que d'autres maintiennent séparées ou ignorent. Il n'est donc pas sûr qu'on puisse faire état, du moins dans des travaux à prétention scientifique, d'une réalité qu'on pourrait appeler « le sens du sacré » et dont les diverses religions offriraient différentes réalisations. La plupart des anthropologues, et certains théologiens, ont pris depuis longtemps conscience de la fragilité épistémologique de la notion, de sorte qu'un discrédit général a été jeté sur elle. Nous ne nous limiterons néanmoins pas à ce constat négatif et nous demanderons si certaines des intuitions qui ont présidé à ce travail d'élaboration justement contesté aujourd'hui ne sont pas encore utilisables et si des réalités que les sociétés conjoignent ou séparent, selon les cas, ne sont pas encore dignes d'étude.

La double définition de Durkheim

L'usage du terme « sacré » a pris une importance particulière dans l'ambiance évolutionniste du xixe siècle et du début du xxe, à un moment où les chercheurs se préoccupaient de trouver une notion mère d'où faire dériver tous les faits religieux ou magico-religieux. La notion de divinité ne pouvait convenir, pensait-on, car des religions importantes, tel le bouddhisme, se passent de dieux et, de plus, les religions de certaines populations qu'on jugeait particulièrement primitives, comme les aborigènes australiens, semblaient faire peu de cas des divinités personnelles. Le culte des âmes ou le culte des ancêtres, retenus par certains comme faits premiers, ont été récusés par d'autres, dans des discussions qui furent en leur temps très vives. C'est le sacré, comme principe impersonnel et diffus, qui a fini par fournir cette notion mère, aux côtés d'autres notions comparables. Le mot sacré est, dans certaines études de l'époque, plus ou moins synonyme de « religieux », comme il apparaît par exemple dans une formule d'Henri Hubert, qui fait du religieux « l'administration du sacré ». S'il s'était limité à cela, le recours à ce mot n'aurait fait que déplacer le problème, car le sacré n'aurait pu alors être considéré comme la racine du religieux, sinon au prix d'un cercle vicieux. Mais d'autres auteurs ont mis derrière ce mot des réalités qu'ils définissaient sans avoir recours à ce qu'on appelle habituellement le religieux, ce qui supprimait le cercle vicieux. Évoquons quelques-unes de ces définitions.

Ayers Rock

Photographie : Ayers Rock

Situé en plein cœur de l'Australie, Ayers Rock est un lieu sacré appelé Uluru par les aborigènes. Ce haut lieu touristique, classé patrimoine de l'humanité par l'U.N.E.S.C.O., leur a été rétrocédé en 1985. 

Crédits : Doug Armand/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Un examen des Formes élémentaires de la vie religieuse de Durkheim, dont la première publication date de 1912, s'impose ici, car, si cet ouvrage n'est pas le premier où le sacré est considéré comme une notion opérante, on y voit converger plusieurs recherches, jusque-là éparses, traitant de notions auxquelles on appliquait le mot de sacré ou d'autres mots issus de langues indigènes. Il se présente à la fois comme une étude des religions australiennes et comme une recherche du fondement sociologique du religieux. En réalité, les données australiennes n'y apparaissent que pour illustrer une thèse qui s'est peu à peu élaborée, de façon autonome, dans les travaux précédents de l'auteur, de sorte qu'on peut dire que ce livre est aussi bien un vaste traité sur le sacré. Or on constate justement que le terme y recouvre des notions très distinctes, dans une variation de sens qui résume assez bien l'évolution de l'école durkheimienne au tournant du siècle.

Le livre s'ouvre sur une formule devenue célèbre, où les choses sacrées sont définies comme « celles que les interdits protègent et isolent » ; les choses profanes étant « celles auxquelles ces interdits s'appliquent et qui doivent rester à l'écart des premières ». Le sacré est défini ici sans faire appel à ce qu'on considère usuellement comme relevant du religieux, de sorte que l'auteur peut dire, sans tomber dans un cercle vicieux, que le religieux est la gestion du sacré ainsi défini. Cette formule provient, au prix d'un gauchissement significatif, des travaux que l'anthropologue écossais William Robertson Smith a, à la fin du xixe siècle, consacrés à la religion des sémites. Cet auteur avait remarqué que, chez les [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages


Médias de l’article

Ayers Rock

Ayers Rock
Crédits : Doug Armand/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Churinga

Churinga
Crédits : W. Forman/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SACRÉ, religion  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean DERIVE, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Michel LABAN
  •  • 16 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les genres de la littérature orale »  : […] La recherche de la représentation autochtone d'un éventuel domaine comparable en oralité à celui de la littérature conduit à se poser différemment la question des genres littéraires. Au-delà de ceux qui sont décrétés tels par le point de vue exogène, prennent alors cette qualité tous les discours que les usagers classent dans la catégorie générale de la parole surdéterminée (la parole à coque, la […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

  • Écrit par 
  • Georges BALANDIER
  •  • 5 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Religion et pouvoir »  : […] Le pouvoir est sacralisé parce que toute société affirme sa volonté d'éternité et redoute le retour au chaos comme réalisation de sa propre mort. Dans les sociétés qui sont moins tournées vers la nature pour la dominer que liées à elle (y trouvant, à la fois, leur prolongement et leur reflet), la parenté du sacré et du politique s'impose avec force. Les principes qui règlent l'ordre du cosmos et […] Lire la suite

ART SACRÉ

  • Écrit par 
  • Françoise PERROT
  •  • 5 348 mots

Dans le chapitre « Sacré-profane : une mise en perspective »  : […] Une manière élémentaire de définir le sacré consiste à l'opposer au profane. Le profane, c'est le monde naturel à l'intérieur duquel se manifeste quelque chose de différent, le sacré, ce que l'historien des religions, Mircea Eliade, nomme les hiérophanies (manifestations du sacré). Reconnaître ces manifestations relève du comportement de l'homme religieux, qui a marqué toutes les sociétés humaine […] Lire la suite

AUTELS

  • Écrit par 
  • Louis LÉVY
  •  • 3 687 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'autel et le sacré »  : […] L'autel est d'abord la table du dieu. C'est aussi le véhicule du sacrifice, qui doit obligatoirement s'y dérouler pour parvenir à la divinité. Cette fonction détermine même la forme des autels creux dont il a été fait mention. Dans certains cultes populaires chinois, l'érection d'un autel est le moyen de faire descendre le dieu du ciel, mais cette conviction n'est absente d'aucune croyance religie […] Lire la suite

CHEMIN, symbolisme

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 895 mots

Dans toute tradition religieuse ou métaphysique, l'image du chemin est un symbole de la quête de l'Être. Il s'agit probablement d'une des images les plus sacrées — ce qu'exprime bien la parole du Christ : « Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie » (Jean XIV, 6). De fait, que ce soit par la médiation des arts plastiques ou par celle de la littérature et de la poésie, voire de la musique, de la myth […] Lire la suite

CULTE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 952 mots

Une consigne de Calvin, directement inspirée de saint Paul, suggère ce que peut être le culte comme éthos , comme comportement global : il faut, dit Calvin, que l'existence entière soit un hommage à la gloire de Dieu. Le culte est dans la vie autant que la vie dans le culte : il l'est même davantage, quand la consigne est donnée par la forme la moins cérémonielle du christianisme, c'est-à-dire par […] Lire la suite

CYCLE

  • Écrit par 
  • Alain DELAUNAY
  •  • 689 mots

Une conception cyclique du temps a souvent été comprise par la pensée moderne comme la marque du primitivisme d'une culture ou le symptôme d'une régression archaïsante chez un sujet. Une telle conception, dans les deux cas, résulterait d'une attitude de fuite devant la réalité de l'irréversibilité temporelle. La reconnaissance de cette irréversibilité, comme formant l'essence du temps, fonde la co […] Lire la suite

DÉCHRISTIANISATION

  • Écrit par 
  • Henri DESROCHE
  •  • 4 185 mots

Dans le chapitre « Désacralisation »  : […] La mutation qui vient d'être décrite aura été largement préparée par les thèses sur le passage d'une chrétienté sacrale à une chrétienté profane (J. Maritain). Certains, pour nommer cette désacralisation qui ne serait pas, pour autant, une profanation, se sont trouvés conduits à forger le mot « profanisation ». Il s'agissait moins d'une éclipse que d'un transfert du sacré. Max Weber en avait décr […] Lire la suite

DIVINATION

  • Écrit par 
  • René ALLEAU
  •  • 6 942 mots

Dans le chapitre « Le statut du devin et les techniques de l'écriture »  : […] Savant intermédiaire entre les connaissances « inférieures » de l'humanité et les puissances « supérieures » de la divinité, le devin traditionnel fait porter son interrogation sur toutes les formes possibles de la présence du sacré dans les messages déchiffrables de l'univers. Aussi, dans les grandes civilisations antiques, la divination et le personnel divinatoire dépendent-ils du pouvoir royal […] Lire la suite

DOUGLAS MARY (1921-2007)

  • Écrit par 
  • Éric SORIANO
  •  • 977 mots

Mary Douglas est une anthropologue britannique dont les travaux comparatistes sont reconnus parmi les plus novateurs. Fille d’un administrateur colonial de l’Indian Civil Service en poste en Birmanie, elle part en Angleterre dès 1926 pour y réaliser une scolarité au sein de prestigieuses institutions catholiques. L’originalité de sa trajectoire intellectuelle tire sans doute sa source d’une format […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

4-14 avril 1983 Inde. Aggravation de l'agitation sikh au Pendjab

Le président du parti nationaliste sikh Akali Dal, réfugié au Temple d'or d'Amritsar (lieu sacré de la religion sikh, inviolable par la police), réclame le départ des forces paramilitaires. Le 14, dans l'enceinte du Temple d'or, trente mille membres du parti Akali Dal font le serment d'être prêts à offrir leur vie pour la cause sikh. Après deux cérémonies analogues, les 27 avril et 12 mai, une « armée » de cent mille volontaires est mobilisée. […] Lire la suite

23-26 novembre 1982 Vatican. Examen des finances du Vatican par le Sacré Collège

Du 23 au 26, pour la deuxième fois depuis l'accession de Jean-Paul II au trône pontifical, le Sacré Collège se réunit en assemblée plénière. Outre la réforme de la Curie et la révision du Code de droit canon, les cardinaux examinent les problèmes administratifs du Saint-Siège, en particulier celui de la réforme des finances du Vatican. Il s'agit de préciser la situation de l'Institut pour les œuvres de religion (I. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Dominique CASAJUS, André DUMAS, « SACRÉ, religion », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sacre-religion/