L'ARCHÉOLOGIE DU SAVOIR, Michel FoucaultFiche de lecture

L'explicitation de l'entreprise amorcée par Michel Foucault (1926-1984) avec l'Histoire de la folie à l'âge classique (1961), poursuivie dans Naissance de la clinique (1963) et plus précisément continuée par une « archéologie des sciences humaines », Les Mots et les choses (1966), est le principal objet de L'Archéologie du savoir (1969). Successivement professeur aux universités de Clermont-Ferrand, Tunis et Paris-VIII-Vincennes, son auteur, qui fut l'année suivante (1970) élu au Collège de France où il occupa jusqu'à sa mort la chaire d'histoire des systèmes de pensée, s'y propose, en effet, de donner sa pleine signification à ce mot d'« archéologie », chargé d'ambiguïtés « puisqu'il semble évoquer des traces tombées hors du temps et figées maintenant dans leur mutisme ».

L'archéologie pratiquée par Foucault consiste ici en une mise au jour des couches sédimentaires d'un savoir que l'on tient pour constitué sous l'égide du sujet, et qui est en fait un « champ d'historicité [...] libre de toute activité constituante, affranchi de toute référence à une origine ou à une téléologie historico-transcendantale, détaché de tout appui sur une subjectivité créatrice ». Elle conduit à déchiffrer des textes pour y déceler une pluralité de niveaux, et à interroger des discours pour y découvrir les mouvements secrets de la pensée. Mise en œuvre dans les précédents ouvrages qui ont respectivement porté sur le silence imposé aux fous, l'apparition du regard médical, l'ordre du discours constitutif des sciences humaines, elle requiert l'élaboration et la définition d'une méthode propre à mieux investir le domaine des « choses dites », ce qu'on appelle l'archive et que l'archéologie a pour vocation d'analyser.

Michel Foucault, une autre histoire de la pensée


			Michel Foucault, une autre histoire de la pensée

photographie

Titulaire au Collège de France de la chaire d'histoire des pensées, celui qui se voulait « archéologue » avait entrepris, après Marx et Nietzsche, de « faire une tout autre histoire de ce que les hommes ont dit ». 

Crédits : Bettmann/ Getty Images

Afficher

Un nouveau discours de la méthode

La substantielle Introduction à L'Archéologie du savoir fait le bilan de la vaste opération de décentrement engagée avec la relève d'u [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-V-Sorbonne, secrétaire général de L'Année sociologique

Classification


Autres références

«  L'ARCHÉOLOGIE DU SAVOIR, Michel Foucault  » est également traité dans :

FOUCAULT MICHEL (1926-1984)

  • Écrit par 
  • Frédéric GROS
  •  • 5 263 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La rationalité en question »  : […] Cette première période se clôt avec L'Archéologie du savoir (1969). Foucault tente, une dernière fois, d'enraciner sa méthode de travail dans une expérience littéraire : celle du lecteur, un lecteur fantastique armé d'une méthode improbable. Tout lire. Tout lire, mais en négligeant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-foucault/#i_31865

SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 9 280 mots

Dans le chapitre « La société comme totalité »  : […] Une sociologie de la totalité doit à la fois supposer, ainsi que Michel Foucault l'a remarqué (Archéologie du savoir) : « qu'entre tous les événements d'une aire spatio-temporelle bien définie [...], on doit pouvoir établir un système de relations homogènes ; [...] qu'une seule et même forme d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/societe/#i_31865

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard VALADE, « L'ARCHÉOLOGIE DU SAVOIR, Michel Foucault - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-archeologie-du-savoir/