DON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Donner est une opération des plus familières qui ne semble pas appeler de définition sociologique particulièrement précise : un bien change d'attributaire par la décision de son propriétaire qui manifeste à un tiers une disposition bienveillante puisqu'il n'exige rien en retour. Définition satisfaisante en première approximation, mais partielle, puisqu'elle en reste aux apparences, sinon aux convenances. Il n'est pas besoin, en effet, de chercher bien loin dans nos propres façons de faire pour convenir qu'il y a quelque obligation non seulement à donner mais aussi à recevoir et, surtout, à rendre la pareille.

Le don est devenu un concept scientifique, une institution dûment repérée par l'ethnologie avec la parution, en 1924, de l'« Essai sur le don » : dans ce texte, devenu un classique, Mauss montrait, à partir d'une colossale documentation empruntée aux époques et aux cultures les plus diverses, que cette institution présentait un caractère doublement ambivalent. D'abord, que le don libéral et gracieux est régulièrement suivi d'un contre-don tout aussi unilatéral et arbitraire mais tacitement perçu comme la réponse adéquate à la première prestation. Sur ce point, la pratique et même la contrainte sociale implicite apparaissent formelles. Il faut rendre, et bien rendre, selon un code précisément établi : ni trop ni trop peu, ni trop vite ni trop tard. Aussi le don est-il indiscutablement l'amorce d'une relation réciproque, un échange différé.

Mais le concept de don contient un autre paradoxe, plus difficile à admettre : l'action de donner, qui semble matérialiser une relation de sympathie, revêt en fait une dimension agressive. Car le cadeau crée une dette. En obligeant son partenaire, le donateur acquiert sur lui de l'ascendant, sinon du pouvoir. Il le contraint à l'obligation, éventuellement coûteuse, de rendre et d'être pris, peut-être malgré lui, dans une escalade embarrassante, dans une partie risquée où sont en jeu nom, réputation, rang, fonction ou simplement fortune.

Le caractère « agonistique » des échanges de cadeaux reste perceptible dans nos sociétés modernes et développées, qui ont le sentiment de sauvegarder par là des formes archaïques de sociabilité pour contrebalancer une morale de l'intérêt individuel et de l'efficacité comptable. Mais les rapports festifs – fussent-ils l'objet d'immenses mobilisations collectives orientées vers une consommation massive de produits, comme à l'occasion de Noël ou dans certains carnavals contemporains – paraissent peu de chose face aux dissipations d'un luxe inouï que s'offrent les sociétés primitives.

Il est une institution, entre autres, qui a, par son intensité tragique, excité la curiosité des observateurs : c'est le potlatch des indiens Kwakiutl de la côte nord-ouest de l'Amérique. L'intérêt que lui ont porté les ethnologues depuis les travaux de Franz Boas, l'importance des analyses qui lui ont été consacrées, en France notamment par Georges Bataille ou par Claude Lévi-Strauss, ont fait du potlatch, au-delà des discussions théoriques qu'il a soulevées, un paradigme sociologique et presque un nom commun. La fascination qu'il exerce tient à ce qu'il réfléchit des questions qui sont au cœur de nos civilisations. En témoignent les très curieux rapprochements sémantiques que permet l'étymologie de nos langues indo-européennes : la racine germanique gift signifie « cadeau » en anglais, et en allemand « poison » ; de même, le radical du mot « don » se retrouve dans « dose » ... de poison !

Le texte de Mauss

On ne doit pas limiter l'« Essai sur le don » à ces quelques idées simples, car il n'a cessé d'inspirer de nouvelles lectures. Et non pas seulement parce qu'on y trouve quelques propositions majeures comme la formulation de la théorie des faits sociaux totaux ou les conclusions de « sociologie générale et de morale » auxquelles Mauss tenait tant. Plus admirables que ces axes théoriques aux résonances étonnamment actuelles sont les mille aperçus tirés de l'érudition accumulée sur l'ensemble de la documentation disponible : entre autres, l'œuvre majeure de Bronislaw Malinowski (Argonauts of the Western Pacific, 1922), dont il parle à chaud, et le corpus kwakiutl constitué par Boas.

Comment Mauss traite-t-il cette immense matière ? Il faut reconnaître que ses prémisses semblent aujourd'hui [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  DON  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La construction de l'ethnologie »  : […] Les introductions classiques assignent à la naissance de l'ethnologie des dates différentes ; certaines la font remonter à Hérodote, d'autres à Rousseau ou à Morgan. La référence à Hérodote s'explique par l'intérêt qu'il porta à la description des autres peuples, considérés toutefois comme des barbares ; la référence à Rousseau ne repose pas tant sur son mythe du bon sauvage que sur sa façon de […] Lire la suite

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « Les formes d'échange »  : […] Le principe essentiel des échanges est la réciprocité sous la forme de dons et de contre-dons (Mauss, Essai sur le don , forme archaïque de l'échange , 1924). La compétition entre individus et groupes consiste fréquemment à mettre l'adversaire dans l'impossibilité de « rendre la pareille », à le transformer en « obligé » ou même à lui faire « perdre la face » en l'anéantissant sous l'ampleur des […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

CONTRAT

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 7 193 mots

Dans le chapitre « Le don »  : […] On qualifie de « gratuite » (ou « à titre gratuit ») l'opération par laquelle une seule partie consent un sacrifice, c'est-à-dire procure à l'autre un avantage, sans rien recevoir en retour. Plus spécialement, lorsque le sacrifice (ou l'avantage, selon le point de vue auquel on se place) s'analyse en un transfert de valeur d'un patrimoine à un autre, l'acte est une donation. Dans certains système […] Lire la suite

DERRIDA JACQUES (1930-2004)

  • Écrit par 
  • Catherine MALABOU
  •  • 3 354 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « L'éthique du don » »  : […] Il n'est pas possible de distinguer, dans l'œuvre de Derrida, ce que l'on appelle communément des « tournants » ni même une « évolution », chaque livre étant toujours un événement qui frappe par sa singularité. Il n'en demeure pas moins que les textes écrits à partir des années 1990 insistent de manière remarquable sur la question du don. Cette interrogation s'inscrit dans le droit-fil du travail […] Lire la suite

DONATION

  • Écrit par 
  • Jacqueline BARBIN
  •  • 329 mots

Libéralité entre vifs, à caractère irrévocable et portant sur des biens actuels, la donation est une translation de biens qu'un donateur opère sans contrepartie ; comme d'autres droits (italien, espagnol, suisse, etc.), le Code civil français admet sans préciser le don manuel, sous réserve de remise effective de la chose — la promesse de don manuel n'étant pas valable. Le législateur réglemente ce […] Lire la suite

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « La filiation durkheimienne »  : […] La pensée du véritable maître que fut Durkheim a rayonné bien au-delà de sa mort relativement prématurée, à 59 ans, en 1917. Jusqu'en 1940, ce qu'on a pu appeler l'« école durkheimienne » a régné sur la sociologie française. Encore en 1965, Jean Duvignaud pouvait écrire qu'il « n'existe pour ainsi dire pas de sociologue français qui ne se rattache de près ou de loin à Durkheim, même pour le critiq […] Lire la suite

FINANCEMENT PARTICIPATIF ou CROWDFUNDING

  • Écrit par 
  • Jean-Charles DUFEU
  •  • 3 605 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Don »  : […] Le don consiste à donner à un projet, souvent associatif, sans contrepartie. Juridiquement, le don se doit d’être désintéressé et intemporel. Cependant, l’association ou entité bénéficiaire peut faire un geste symbolique en retour, appelé le contre-don. Il s’agit d’une contrepartie n’ayant pas de valeur marchande directe (invitation à une avant-première, accès VIP ou simple mention dans une liste […] Lire la suite

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 024 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les échanges »  : […] Les poèmes homériques décrivent plusieurs types d'échanges ritualisés au sein de l'aristocratie : les banquets, les dons d'hospitalité et les dons à l'occasion d'un mariage en particulier. Les aristocrates des poèmes homériques passent beaucoup de temps à festoyer, et la participation régulière à des banquets est un signe de leur statut. Il existe plusieurs types de banquets aristocratiques, l' er […] Lire la suite

INCESTE

  • Écrit par 
  • Jean CUISENIER
  •  • 3 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La théorie explicative »  : […] Une distinction est ici à faire, que propose Lévi-Strauss, dans le traitement des sociétés selon que le système de parenté y est de structure élémentaire ou complexe . Un système de parenté est de structure élémentaire quand les catégories et les règles qu'il mobilise sont déterminées sans considérations autres que celles de la position dans le réseau des alliances et des filiations. Il est de s […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11-26 septembre 2021 Suisse. Approbation par référendum du mariage pour tous.

Le texte autorise également l’adoption conjointe pour ces couples, le don de sperme pour les couples lesbiens et valide la présomption légale de maternité pour la femme de la génitrice si l’insémination a été réalisée par l’intermédiaire d’une banque de sperme suisse. Le taux de participation est de 52,6 %. […] Lire la suite

17-20 janvier 2021 Canada. Volonté du chef conservateur Erin O'Toole de se démarquer de l'extrême droite.

Celui-ci est accusé d’avoir accepté un don provenant d’un « suprémaciste blanc » lors de la course à la chefferie du parti, en août 2020.  […] Lire la suite

4-15 mars 2020 Espagne. Renoncement de Felipe VI à l'héritage de son père Juan Carlos.

Le 4, le quotidien suisse la Tribune de Genève révèle que la justice genevoise a engagé une enquête pour soupçon de blanchiment d’argent aggravé en 2018, à la suite de la découverte d’un don de 65 millions de dollars effectué en 2012 par l’ancien monarque espagnol Juan Carlos au profit de sa maîtresse Corinna Larsen, une chef d’entreprise allemande. […] Lire la suite

2-9 mai 2017 Canada. Démission du sénateur Don Meredith.

Le 2, le Comité permanent sur l’éthique et les conflits d’intérêts des sénateurs recommande l’expulsion de la chambre haute du sénateur indépendant Don Meredith, qui est accusé d’avoir entretenu une relation avec une mineure en profitant du « prestige » de sa fonction. Cette décision serait sans précédent. Le 9, Don Meredith annonce sa démission. […] Lire la suite

25 août 2015 Russie. Condamnation de « terroristes » ukrainiens.

Le tribunal militaire de Rostov-sur-le-Don condamne le réalisateur ukrainien Oleg Sentsov à vingt ans de prison pour « organisation d’un groupe terroriste », et le militant écologiste et antifasciste ukrainien Alexandre Koltchenko à dix ans pour « participation » à ce même groupe. Originaires de Crimée, ceux-ci sont considérés comme russes par les autorités, faute d’avoir expressément refusé leur nouvelle nationalité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François POUILLON, « DON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/don/