RELATIVISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le relativisme se présente comme un humanisme, c'est-à-dire comme une doctrine qui rapporte tout élément d'une culture à l'homme en général qui en fut l'auteur et qui est donc capable de l'interpréter par la suite. Le relativisme pense, en effet, que toute création est une invention, tandis que le réalisme, auquel il s'oppose, estime que celle-ci est essentiellement une découverte. On montrera ici quatre formes de relativisme, telles qu'elles sont apparues successivement dans la culture occidentale.

Les philosophies relativistes

Le relativisme antique

La première forme de relativisme a été exprimée, au début de l'essor de la pensée philosophique en Grèce, par le sophiste Protagoras, à qui Platon fait dire dans le Théétète (ive siècle av. J.-C.) que « l'homme est la mesure de toutes choses », c'est-à-dire du vrai comme du faux. Contre cette position, Socrate et Platon se sont élevés pour défendre les droits de l'objectivité. Par cette dernière, il faut entendre que l'esprit humain se trouve en face d'une réalité, dont il doit tenir compte, et qui chez Platon est représentée par les Idées. Hors du respect pour ces Idées, il n'y a, pour Platon, que fantaisie, démesure, et prétention injustifiée. La force du réalisme antique est qu'il ne se soit pas tenu à ce réalisme platonicien. L'objectivité, en effet, n'est pas nécessairement étrangère à l'expérience humaine. Pour Aristote, disciple de Platon, l'objectivité se traduit par une « forme » imposée à une matière, et qui s'offre à la connaissance intellectuelle.

Au relativisme des sophistes (Protagoras, Gorgias) se sont donc opposées, dès son apparition, d'autres philosophies. Or le réalisme a pris également d'autres significations qui ne sont pas réductibles à une forme particulière de doctrine, que les relativistes accusent facilement de « dogmatisme », pour mieux les récuser (on peut préférer un dogmatisme à un autre, et donner les raisons de cette préférence). En Grèce ancienne, le stoïcisme et l'épicurisme, après le platonisme et l'aristotélisme, se sont opposés au relativisme, même si leur réalisme est fort différent de celui de Platon et d'Aristote : la réalité, pour les épicuriens, ce sont les atomes qui tombent dans le vide, alors que, pour les stoïciens, c'est la vie universelle qui, si l'esprit humain y adhère, lui procure la sagesse.

Les grandes philosophies de l'Antiquité grecque se sont donc toutes efforcées de réfuter le relativisme des sophistes, dont elles percevaient l'effet nocif pour la rectitude de l'esprit. Mais leurs arguments se heurtèrent à la résistance de ceux qui pouvaient passer pour les successeurs des sophistes, les cyniques (Diogène) et les sceptiques (Pyrrhon, auquel fait écho, quelques siècles plus tard, le Romain Sextus Empiricus).

Le relativisme moderne

En Europe, à la Renaissance, une deuxième forme du relativisme se développe, héritée du scepticisme ancien. On la trouve, en particulier, chez Montaigne, qui pour ne pas perdre sa raison au milieu des folies de son siècle, se mit à la rédaction de ses Essais.

Comme l'a écrit Marcel Conche : « Ce que l'on a, dans les Essais (1580-1588), c'est, au plus haut degré, l'exercice de la raison dans son autonomie. La raison s'y libère sans cesse de toute « vérité » qu'elle n'aurait pas elle-même constituée comme telle – de toute vérité « toute faite », donnée d'avance, ou léguée » (Dictionnaire des philosophes). L'exercice de cette raison autonome peut passer pour une bonne définition du relativisme moderne. Il est intéressant qu'on puisse découvrir les fils qui le relient au relativisme ancien. Comme l'écrit encore Conche : « Selon Pyrrhon, on a le pur apparaître sans fond ; selon le scepticisme phénoméniste, on a le paraître sur fond d'être inconnaissable, avec la scission (non pyrrhonienne) du paraître et de l'être ; selon Montaigne, on a le pur paraître apparemment sans fond. Montaigne e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : maître de recherche au C.N.R.S., responsable de l'E.R. fondements des sciences
  • : docteur en psychologie, docteur ès lettres et sciences humaines, psychanalyste, maître assistant de psychopathologie à l'université de Paris-XIII

Classification

Autres références

«  RELATIVISME  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Dans le chapitre « Sens et existence »  : […] Lorsqu'on tente d'analyser l'absolu, pour énumérer les attributs qui lui conviennent, on le considère comme un objet d'investigation dont on ferait le tour pour reconnaître ses contours et sa manière d'être propre. En termes théologiques, il s'agit de dresser la liste des attributs divins en s'efforçant d'opérer leur conciliation. La pensée erre d'un attribut à l'autre, comme s'ils faisaient cerc […] Lire la suite

ACADÉMIE ANTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DUMONT
  •  • 1 373 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'Académie moyenne »  : […] Chef de la moyenne Académie, Arcésilas devint scolarque en 268 avant J.-C., lorsque, après la mort de Cratès, Socratidès, plus ancien et normalement élu, s'effaça devant lui. Cet esprit brillant avait été d'abord au Lycée l'élève de Théophraste, puis à l'Académie le disciple de Polémon et de Cratès qu'il tenait pour des dieux ou des survivants de l'âge d'or. Il mourut à soixante-quinze ans, vers […] Lire la suite

ALAIN ÉMILE CHARTIER, dit (1868-1951)

  • Écrit par 
  • Robert BOURGNE
  •  • 4 551 mots

Dans le chapitre « La rétrogradation philosophique »  : […] Au moment où les uns théorisaient le socialisme, d'autres les espaces courbes, et où la plupart se rassemblaient pour travailler à l'avènement d'un monde moderne, Alain relut Aristote. Retournant au commencement, il entreprit, en solitude, de régresser à un âge où tout était à faire, où les chemins n'étaient point encore tracés. Pour cela il lui appartenait de revenir sans concession à lui-même sa […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

En ouvrant la conclusion totale du Système de politique positive , Auguste Comte distingue dans sa vie intellectuelle deux carrières. Dans la première, qui correspond à peu près à l'élaboration du Cours de philosophie positive , il s'est efforcé de transformer la science en philosophie. Dans la seconde, il a travaillé à transformer la philosophie en religion. Le lien serait fourni par le Cours d […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sociologie réflexive et relativisme »  : […] L'historicisation complète des contenus de la pensée force à appliquer à elle-même les catégories de la sociologie de la connaissance et à élucider les raisons sociales de son émergence au tournant du xx e  siècle. Ainsi, Scheler explique que, pour la première fois dans l'histoire de la modernité, « grâce au puissant accroissement des possibilités de comparer les cultures scientifiques et les for […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La vision scientifique du monde »  : […] L'histoire et l'horizon intellectuels américains restent néanmoins étroitement liés aux apports et aux influences qui ont fini par s'y fondre et s'y transformer. Les migrations, l'exil ont ce pouvoir de transcender les conditions qui leur donnent naissance en un nouvel élan dont les conséquences sont rarement prévisibles. La Seconde Guerre mondiale a vu de nombreux intellectuels – écrivains, arti […] Lire la suite

HISTOIRE (Histoire et historiens) - L'écriture de l'histoire

  • Écrit par 
  • Christian DELACROIX
  •  • 4 391 mots

Dans le chapitre « L'écriture de l'histoire au risque du relativisme »  : […] Les aspects proprement poétiques ou stylistiques des approches textualistes ou rhétoriques ne sont que très rarement – au moins jusqu'à la fin des années 1980 – pris en compte par les historiens dans leurs pratiques d'écriture. Mais une majorité d'entre eux vont dénoncer la dimension relativiste des approches « textualistes » et « fictionnalistes » qui, selon eux, remettent en cause la visée de vé […] Lire la suite

HISTORICISME

  • Écrit par 
  • Gunter SCHOLTZ
  •  • 1 157 mots

Dans le chapitre « Formation d'une conscience historique »  : […] C'est dans le contexte de la nouvelle conscience historique que prennent forme, aux environs de 1800, le mot et le concept d'« historicisme » (Friedrich von Schlegel, Novalis). Sous des angles différents, ce concept met en évidence le changement historique et ses effets, ainsi que la manière de se situer face à ceux-ci. Dès le xix e  siècle, le terme connaît une telle multiplicité d'emplois qu'il […] Lire la suite

HISTORICITÉ

  • Écrit par 
  • Hans Georg GADAMER
  •  • 6 442 mots
  •  • 2 médias

Comme le mot allemand correspondant Geschichtlichkeit , le mot « historicité » est d'abord employé pour exprimer qu'un événement a réellement eu lieu et n'est pas une simple tradition légendaire. Ainsi, l'on parle de l'historicité de la fondation de Rome, ou de l'historicité de la résurrection de Jésus. Il est évident que la création du terme « historicité » évoque l'âge de l'histoire critique, la […] Lire la suite

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Composante sceptique et composante mystique »  : […] L'histoire de la philosophie occidentale, interrogée en ses commencements, illustre bien ce dramatique embarras, contemporain de ses origines. La grandeur, le plus souvent méconnue, des sophistes est d'avoir découvert la subjectivité humaine et su tirer toutes les conséquences de cette découverte. L'homme qui est « la mesure de toutes choses » est cet homme intérieur dont la subjectivité condamne […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

31 mai - 10 juin 1997 Vatican – Pologne. Visite du pape Jean-Paul II en Pologne

À cette occasion, il s'oppose à la cléricalisation de la société tout en attirant l'attention sur les risques de relativisme éthique qui menacent la Pologne postcommuniste.  […] Lire la suite

3 juin - 2 juillet 1995 Vatican – Belgique – Slovaquie. Visite du pape Jean-Paul II à Bruxelles et en Slovaquie

Comme dans les autres pays de l'ancien bloc communiste, le pape met les fidèles en garde contre « la fausse liberté qui accroît l'indifférence et le relativisme » et évoque les dangers du « nationalisme ». Le 2 juillet, à Košice, Jean-Paul II canonise trois catholiques victimes des protestants, en 1619, lors de la guerre de Trente Ans. À Prešov, il rend hommage à l'Église gréco-catholique, persécutée et rattachée au patriarcat orthodoxe de Moscou par le régime communiste. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Hervé BARREAU, Tobie NATHAN, « RELATIVISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/relativisme/