QUÉBEC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Littérature et théâtre

L'expression « littérature québécoise » s'est imposée, dans les années 1960, pour remplacer « littérature canadienne de langue [ou d'expression] française ». C'est que le Québec d'alors change en profondeur, politiquement et socialement, et la littérature participe activement à cette métamorphose. La « révolution tranquille » de 1960 est aussi une révolution culturelle, accompagnant la mutation de l'équilibre humain de la province : baisse de la fécondité et bouleversement de la démographie ; exode rural, urbanisation et industrialisation ; laïcisation de la société ; transformation radicale des échelles de valeurs, etc. L'intelligentsia enregistre, reflète ou provoque le changement, par la multiplication des revues, la profusion de la production poétique et romanesque, le développement des débats d'idées. Partout s'exprime la revendication de l'identité québécoise. Et, comme le problème de la langue cristallise le vouloir-être québécois, l'écrivain est appelé à jouer un rôle majeur dans la redécouverte du pays et dans l'affirmation du désir d'indépendance.

Mais l'indépendance se fait attendre. L'accession au pouvoir en 1976 de René Lévesque et du Parti québécois indépendantiste débouche sur l'échec du référendum de 1980 sur la souveraineté-association. Les Québécois restent des « demi-libérés », selon la formule de Jacques Godbout. La question nationale se noie dans la multiplication des problèmes sectoriels, et la littérature se fait l'écho de la stagnation sociale et politique. La nouvelle victoire électorale du Parti québécois en 1994 n'est pas, elle, interprétée comme l'assurance de l'indépendance prochaine.

Le débat se poursuit néanmoins. Ainsi lorsque, le 27 novembre 2006, le Parlement adopte une résolution sans portée juridique qui reconnaît le Québec comme une « nation » au sein du Canada.

Écrire québécois

L'écrivain québécois écrit pour « vivre québécois » : il « vécrit », selon le mot-valise du romancier Jacques Godbout, pour dire l'indissociation de la littérature et d'un projet vital dans le contexte d'une quête d'identité nationale. La vie littéraire québécoise, sous-tendue par le projet d'une nation à affirmer, vise à manifester sa différence et son autonomie. Et cela même si les interférences restent nécessairement nombreuses avec la littérature française, si certains écrivains québécois choisissent de se faire publier d'abord à Paris et si l'édition française demeure économiquement dominante au Québec. Au reste, une situation homologue prévaut dans les autres foyers francophones du Canada (en Acadie, dans l'Ontario et dans les autres provinces de l'Ouest) qui réclament aussi leur autonomie littéraire. Mais leurs écrivains les plus en vue, comme Gabrielle Roy, née au Manitoba, ou l'Acadienne Antonine Maillet, restent attirés par le rayonnement littéraire québécois.

Parmi les conditions qui favorisent l'autonomie de la circulation littéraire québécoise, il faut d'abord citer l'existence d'un important public de lecteurs potentiels (5 millions de francophones au Québec, plusieurs centaines de milliers dans le reste du Canada), mais aussi la constitution d'une véritable classe d'intellectuels, trouvant des tribunes dans la presse et les médias audiovisuels, le dynamisme des nombreux éditeurs locaux, souvent soutenus par des subventions publiques, et la vitalité des revues. La laïcisation de l'enseignement, qui échappe au contrôle de l'Église à partir de 1964, a joué ici un rôle essentiel, en permettant l'essor d'un réseau universitaire moderne, tandis que l'aménagement des programmes donnait une place croissante à la littérature québécoise dans la formation des jeunes générations.

Les lignes de rupture d'où devait naître le Québec moderne sont apparues dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Manifeste de l'automatisme pictural de Borduas, Refus global rend explicite, en 1948, le profond désir de table rase : le texte dénonçait le rôle hégémonique de l'Église catholique dans la vie et la pensée québécoises, il prônait, dans la ligne du surréalisme, le dépassement de la séparation postcartésienne entre raison et inconscient, il suggérait une conception du rôle politique de l'art qui tournait le dos à l'orthodoxie marxiste-léniniste (l'artiste travaille à la « transformation continue » du présent par l'imprévisible passion).

L [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 22 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Québec : carte physique

Québec : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Château Frontenac

Château Frontenac
Crédits : mbell/ Moment Unreleased/ getty Images

photographie

Le Saint-Laurent

Le Saint-Laurent
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ Corbis/ Getty Images

photographie

Le flottage

Le flottage
Crédits : William England/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-XIII
  • : agrégé de géographie, docteur d'État, professeur des Universités
  • : maître de conférences, habilité à diriger des recherches, formateur en lettres à l'École supérieure du professorat et de l'éducation, Paris-Sorbonne

Classification

Autres références

«  QUÉBEC  » est également traité dans :

AMÉNAGEMENT LINGUISTIQUE

  • Écrit par 
  • Loïc DEPECKER
  •  • 4 727 mots

Dans le chapitre « Motivations et points de tension »  : […] La question des langues est de fait le reflet de tensions dans la société. Tout pouvoir politique a, même implicitement, une politique linguistique, ne serait-ce que parce qu'il a à correspondre avec des administrés, ce qui est le plus souvent impossible dans toutes les langues parlées sur le territoire concerné. Cette simple constatation pourrait paraître évidente, si notre vision de l'État-natio […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 18 056 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le pouvoir d'assimilation »  : […] De tels mélanges ne sont pas sans susciter de grandes difficultés. Même entre les Blancs issus du même continent, les rapports ne sont pas toujours aisés. Les origines diverses se marquent à travers les paysages américains. Il n'est pas difficile de reconnaître à New York les rues où vivent les Italiens, les Irlandais... Cette ville est non seulement une des plus peuplées du monde, mais c'est aus […] Lire la suite

AMÉRIQUE DU NORD BRITANNIQUE ACTE DE L'

  • Écrit par 
  • Roland MARX, 
  • Maurice OLLIVIER
  •  • 3 445 mots

Dans le chapitre « Évolution de la Constitution »  : […] La Constitution du Canada a de plus en plus ressemblé à un compromis que la province francophone du Québec considérait comme un mal à réformer d'urgence. Le 20 mai 1980, pourtant, le gouvernement du Parti québécois de René Lévesque, alors dominé par les indépendantistes modérés, échoue à faire triompher son référendum sur la « souveraineté-association » : celle-ci aurait conféré au Québec, après […] Lire la suite

BOUCHARD LUCIEN (1938- )

  • Écrit par 
  • Diane Lois WAY
  • , Universalis
  •  • 576 mots

Homme politique canadien, né à Saint-Cœur-de-Marie (Québec) le 22 décembre 1938. Premier ministre du Québec de 1996 à 2001. Lucien Bouchard obtient un diplôme en sciences sociales (1960) et en droit (1963) à l’université Laval. Avocat au Barreau du Québec à partir de 1964, il travaille à Chicoutimi jusqu’en 1985. Pendant cette période, il est appelé plusieurs fois à collaborer avec le gouvernemen […] Lire la suite

BOURASSA HENRI (1868-1952)

  • Écrit par 
  • Roger DUHAMEL
  •  • 602 mots

Dans le chapitre « Un homme de progrès »  : […] Bourassa siège de 1908 à 1912 au Parlement de Québec, où il s'affirme le champion du progrès social et de l'affranchissement économique des Canadiens français. Bientôt repris par des problèmes d'une portée plus vaste, il mène, en 1911, une campagne vigoureuse contre la politique navale des libéraux et, en 1917, il s'inscrit en faux contre les mesures de conscription militaire imposées par le gouv […] Lire la suite

BOURASSA ROBERT (1933-1996)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 386 mots

Homme politique canadien, né le 14 juillet 1933 à Montréal, mort le 2 octobre 1996 à Montréal. Titulaire d’un diplôme de droit de l’université de Montréal (1956), avocat, Robert Bourassa continue ses études à Oxford et à Harvard. En 1966, il est élu député à l’Assemblée nationale du Québec. Inconnu et sans expérience, il est tout de même élu à la tête du Parti libéral du Québec (P.L.Q.) et mène […] Lire la suite

BRAULT MICHEL (1928-2013)

  • Écrit par 
  • René PRÉDAL
  •  • 697 mots

Opérateur et réalisateur, Michel Brault joua au cours des décennies 1960-1970 un rôle de premier plan dans l’émergence du « cinéma direct » puis du jeune cinéma dit « du Québec libre ». Son art de la marche, caméra au très grand angulaire à l’épaule et son synchrone, révolutionna, du documentaire à la fiction, la technique et l’esthétique de la prise de vues. Cette pratique s’est imposée par la s […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le référendum québécois de 1995 »  : […] La question constitutionnelle n’est cependant pas écartée si facilement. Au Québec, à l’issue des élections de septembre 1994, le Parti québécois reprend le pouvoir avec à sa tête Jacques Parizeau, un partisan résolu de la souveraineté, qui a promis de tenir le référendum que Robert Bourassa avait annoncé. Parizeau va de l’avant malgré les appuis insuffisants à son projet d’indépendance et, grâce […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Le système bancaire »  : […] Le système bancaire canadien a aussi contribué au maintien de la structure cœur-périphérie de l’économie. Contrairement aux États-Unis, où la loi interdit à des banques d’avoir des succursales, le Canada s’est pourvu d’un système bancaire de type britannique, à l’époque du Haut- et du Bas-Canada (1791-1841), caractérisé par quelques grandes banques dotées de nombreuses succursales dans toutes les […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Québec : culture, identité et territoire »  : […] Le fleuve Saint-Laurent, porte d’entrée de la France sur le continent et structure de base du peuplement francophone sur ses abords, puis dans l’arrière-pays, constitue le point fort de la géographie du Québec. Montréal, où habite un Québécois sur deux et qui en est la locomotive économique, scientifique et culturelle, est un autre élément structurant du territoire québécois. L’influence de Québe […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

24-30 juillet 2022 Vatican – Canada. Visite du pape François au Canada.

Les 27 et 28, François se rend à Québec. Le 28, au sanctuaire national Sainte-Anne-de-Beaupré, plus ancien sanctuaire catholique d’Amérique du Nord, le pape préside une messe en français en présence d’Autochtones (Premières Nations, Métis et Inuits). En fin de journée, à la basilique-cathédrale Notre-Dame-de-Québec, il célèbre les vêpres, à l’occasion desquelles il demande pardon aux victimes de violences sexuelles perpétrées par des membres du clergé. […] Lire la suite

27 mai 2022 Canada. Décision de la Cour suprême relative à la condamnation d'Alexandre Bissonnette.

La Cour suprême valide à l’unanimité le jugement de la cour d’appel du Québec qui, en novembre 2020, avait ramené de quarante à vingt-cinq ans la durée au terme de laquelle Alexandre Bissonnette, condamné à la prison à perpétuité en février 2019, pourrait demander une libération conditionnelle. Alexandre Bissonnette est l’auteur de la tuerie qui avait fait six morts dans le Centre culturel islamique de Québec en janvier 2017. […] Lire la suite

24 mai 2022 Canada. Adoption de la « loi 96 » au Québec.

L’Assemblée nationale du Québec adopte à une large majorité la loi « sur la langue officielle et commune du Québec, le français », dite « loi 96 », qui réforme notamment la Charte de la langue française d’août 1977, communément dénommée « loi 101 ». Parmi ses nombreuses dispositions, qui doivent entrer en vigueur à des échéances diverses dans les années à venir, la loi 96 crée un Commissariat à la langue française ; elle renforce l’apprentissage du français dans les collèges d’enseignement général et professionnel (CEGEPS) et limite les effectifs des CEGEPS anglophones ; elle impose que le français apparaisse de façon « nettement prédominante » dans l’affichage public ; elle impose que la langue française soit utilisée de manière « généralisée » dans les entreprises de vingt-cinq salariés et plus (contre cinquante et plus auparavant) ; elle prévoit la révocation du statut bilingue des municipalités dont la population n’est pas composée d’une majorité d’anglophones ; elle limite à six mois la durée pendant laquelle un immigrant peut communiquer avec l’administration dans une autre langue que le français ; elle renforce le statut du français dans le domaine judiciaire ; enfin, la loi 96 modifie unilatéralement la Loi constitutionnelle fédérale de 1867 pour y inscrire la reconnaissance de la nation québécoise et le statut du français comme seule langue officielle du Québec. […] Lire la suite

23-30 mars 2022 Canada. Dénonciation de la tenue d'un procès secret.

Le 20 juillet, la cour d’appel de Québec décidera de conserver le caractère secret du procès, estimant que le principe de protection de l’indicateur l’emporte sur celui de la publicité des débats judiciaires. […] Lire la suite

4-23 février 2022 Canada. Fin du mouvement des camionneurs.

Il démissionne de son poste de président du caucus du Québec. Le 10, la cheffe par intérim du Parti conservateur, Candice Bergen, qui a initialement soutenu les manifestants, les appelle à quitter la capitale, tout en continuant de réclamer au gouvernement la levée des restrictions. Ce revirement du principal parti d’opposition n’est pas soutenu par l’ensemble de ses élus. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis JOUBERT, Henri ROUGIER, Antony SORON, « QUÉBEC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/quebec/