LÉVESQUE RENÉ (1922-1987)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Figure de proue de l'indépendance et ancien Premier ministre du Québec (1976-1985).

Né le 24 août 1922 dans une petite ville de Gaspésie, René Lévesque s'oriente vers le droit – son père est avocat – mais ne termine pas ses études et devient correspondant de guerre dans les services américains. Sa voie est tracée : il sera journaliste de politique internationale. C'est à Radio-Canada, comme correspondant de guerre en Corée, puis à la télévision que se fera connaître et aimer cet homme au visage mobile, au geste nerveux et au cheveu rare, petit de taille mais grand par l'intelligence et par la passion qu'il met à faire comprendre tout à tous.

En 1960, il amorce sa carrière politique. Il choisit le Parti libéral pour son programme de modernisation de l'État et de la société. Son style simple et direct, ses préoccupations sociales, sa sollicitude pour « les plus mal pris » l'orientent tout naturellement vers une circonscription populaire de Montréal où il se fait élire député le 22 juin (et derechef en novembre 1962 et en juin 1966). Il devient aussitôt ministre, l'une des vedettes de ce gouvernement et de cette époque que l'on appelle déjà la « révolution tranquille ». Il s'occupe surtout d'économie. C'est à lui que le Québec doit la nationalisation de l'électricité (l963), qu'il impose à un chef hésitant et qu'il fait approuver par l'électorat au nom d'un retentissant « maîtres chez nous » : expression concrète de la force de l'État au service de la reprise en main du destin collectif. Dans les années 1960, la société québécoise est ébranlée par l'apparition d'un nouveau nationalisme, axé sur l'indépendance totale du Québec et dirigé contre le Canada, considéré comme un pays étranger et colonisateur. René Lévesque entend l'appel. À l'automne de 1967, trois mois après le voyage au Québec du général de Gaulle, il rompt avec les libéraux parce que ceux−ci restent rivés au fédéralisme. En octobre 1968, il fonde son propre parti, le Parti québécois ; car cet homme charismatique n'a pas besoin des autres, ce sont plutôt les autres qui ont besoin de lui. Mais s'il fait sienne l'idée de l'indépendance, il la dépouille de son esprit anticanadien, car il n'imagine pas son pays autrement qu'étroitement associé à ses voisins – et amis – du Canada. C'est ce qu'il appelle la « souveraineté-association ».

Avec ce chef et ce programme, le décollage est maintenant possible. Le Parti québécois recrute des personnalités très connues, des militants par milliers (on en compte, dit-on, 300 000 en 1982, deux ans après le référendum perdu), attirés par l'idée de souveraineté, mais aussi par le programme social-démocrate. Aux élections d'avril 1970, il obtient 23 p. 100 des suffrages exprimés, 31 p. 100 en octobre 1973 : ascension rapide, mais qui paraît trop lente encore, car le parti a trop peu d'élus (même Lévesque est chaque fois battu). Lévesque définit donc en 1974 une nouvelle stratégie – mettre son drapeau en poche le temps d'une élection, le ressortir plus tard lors d'un futur référendum –, qui le conduit au pouvoir : le 15 novembre 1976, le Parti québécois remporte la victoire avec 41 p. 100 des suffrages exprimés et 71 élus (sur 110). « Je n'ai jamais été aussi fier d'être québécois », dira celui qui devient ainsi le vingt-troisième Premier ministre du Québec. René Lévesque et son gouvernement agissent dans de nombreux domaines, le plus souvent vite et bien : financement de partis politiques, assurances-responsabilité automobile, droit du travail, zonage agricole, immigration, nationalisation de l'amiante... ; et, bien entendu, la langue, avec la loi 101 qui apporte enfin l'indispensable concours de l'État à ceux qui se battent pour le français. Mais, sur l'essentiel, c'est-à-dire sur la souveraineté, Lévesque ne fait ni vite ni bien. Il retient son élan, trop longtemps, trahissant ainsi son doute. Et quand il tient, enfin, un référendum le 20 mai 1980 (sur un projet de souveraineté-association qui prévoit l'indépendance politique du Québec, assortie d'une association économique avec les neuf autres provinces), c'est sur une question alambiquée, et il se heurte alors à un Canada anglais ressaisi et soudé dans l'union sacrée, et à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur, département de science politique, université de Montréal

Classification

Autres références

«  LÉVESQUE RENÉ (1922-1987)  » est également traité dans :

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La réforme constitutionnelle »  : […] En reprenant le pouvoir, le Premier ministre Trudeau savait qu'il avait un rendez-vous avec les électeurs du Québec. Il l'attendait depuis l'entrée en lice du Parti québécois, surtout depuis que celui-ci, dirigé par René Lévesque, formait le gouvernement provincial. Selon l'engagement pris aux élections de 1976, le gouvernement Lévesque organisa un référendum (20 mai 1980) au cours duquel les éle […] Lire la suite

HAMELIN LOUIS-EDMOND (1923-2020)

  • Écrit par 
  • Caroline DESBIENS
  •  • 1 353 mots

Connu comme le « père de la nordicité », Louis-Edmond Hamelin est une figure marquante de la géographie québécoise et canadienne. Son parcours transdisciplinaire, sa pensée humaniste, son engagement pour les peuples autochtones, de même que sa vision holistique de la géographie caractérisent l’ensemble de son œuvre. Né le 21 mars 1923, Louis-Edmond Hamelin passe son enfance dans le village de Sai […] Lire la suite

TRUDEAU PIERRE ELLIOTT (1919-2000)

  • Écrit par 
  • Louis MASSICOTTE
  •  • 783 mots

Homme politique canadien. Pierre Elliott Trudeau est né à Montréal en 1919. D'origine modeste, son père, francophone, a accumulé une fortune imposante grâce à son sens des affaires. Née Grace Elliott, mais élevée dans la foi catholique, sa mère, anglophone, est issue d'un père écossais et d'une mère canadienne française. Ses études en sciences sociales à Harvard, à la Sorbonne et à la London Schoo […] Lire la suite

Les derniers événements

30-31 octobre 1995 Canada. Rejet par les Québécois, à une faible majorité, de la souveraineté de leur province

100 des électeurs avaient repoussé une proposition similaire faite par le Premier ministre de l'époque, René Lévesque. Tandis que Jacques Parizeau stigmatise « l'argent et le vote ethnique », responsables, selon lui, de la victoire du « non », Lucien Bouchard, chef du Bloc québécois et leader de l'opposition parlementaire à l'échelon fédéral, désireux de se comporter en démocrate, s'incline avec « dignité » devant « la volonté exprimée ». […] Lire la suite

2-12 décembre 1985 Canada. Retour de Robert Bourassa au pouvoir au Québec

C'est une grave défaite pour Pierre-Marc Johnson, devenu Premier ministre le 3 octobre après le retrait de René Lévesque. Robert Bourassa, qui a déjà été Premier ministre du Québec de 1970 à 1976, affirme sa foi en « l'avenir du Québec [...] dans la stabilité politique » et « au sein du Canada » : son intention est de faire adhérer le Québec à la Constitution canadienne que les neuf autres provinces ont signée en 1982. […] Lire la suite

29 septembre - 3 octobre 1985 Canada. Élection de Pierre-Marc Johnson à la tête du Parti québécois et au poste de Premier ministre du Québec

Le 3 octobre, Pierre-Marc Johnson remplace René Lévesque à la tête du gouvernement qu'il occupait depuis la victoire de son parti aux élections de novembre 1976. […] Lire la suite

19 janvier 1985 Canada. Mise en veilleuse par le Parti québécois de l'objectif d'indépendance du Québec

René Lévesque, Premier ministre du Québec depuis 1976, convoque à Montréal un congrès extraordinaire du Parti québécois, qu'il a fondé en 1968. Il a annoncé, en novembre 1984, que le thème de l'indépendance serait mis entre parenthèses pour les prochaines élections législatives provinciales, ce qui a provoqué la démission de sept ministres. Depuis l'échec du référendum de mai 1980 sur la souveraineté-association, le thème de l'indépendance perd sans cesse des points dans les sondages et René Lévesque tente ainsi de prévenir un échec électoral inéluctable. […] Lire la suite

26-30 juin 1983 France – Canada. Visite du Premier ministre du Québec René Lévesque en France

Le 26, René Lévesque, Premier ministre du Québec, commence sa visite en France par Lille, ville dont Pierre Mauroy est le maire. Les 27, 28 et 29, René Lévesque est à Paris, où il est reçu successivement par Pierre Mauroy, Jacques Chirac et François Mitterrand. Un « protocole d'entente » est signé, le 29, pour la construction par Pechiney-Ugine-Kuhlmann (P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BOUTHILLIER, « LÉVESQUE RENÉ - (1922-1987) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-levesque/