SAINT-LAURENT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De rares fleuves au monde s'alimentent à une source aussi imposante et volumineuse que celle qui est constituée par les cinq Grands Lacs nord-américains, peu possèdent un estuaire et un golfe aussi vastes. On peut se demander s'il s'agit vraiment d'un fleuve. Le seul secteur qui a droit à ce vocable est la partie qui sépare Québec de Kingston et dont la largeur moyenne est de 1 mille (1,6 km), mais ce secteur est si bien intégré aux autres que le système Grands Lacs - Saint-Laurent est l'une des voies navigables et des routes maritimes les mieux organisées et les plus actives du monde.

Deux provinces du Canada et huit États des États-Unis sont riverains du fleuve et des Grands Lacs. Ensemble ou séparément, les deux pays exploitent la voie d'eau et participent au développement de son énergie. Les plus grandes villes du Canada et certains des principaux centres industriels, commerciaux et portuaires des États-Unis sont situés sur ses bords. Le système de navigation des Grands Lacs et du Saint-Laurent est parfois considéré aux États-Unis comme une quatrième façade océanique, car il permet à l'Amérique du Nord de commercer directement par bateau avec tous les ports du monde.

La voie navigable

Le bassin hydrographique du Saint-Laurent et des Grands Lacs couvre une superficie d'à peu près 498 500 milles carrés (780 000 km2) ; il s'étend depuis la frontière est de la province du Manitoba et du centre de l'État américain du Minnesota jusqu'à l'Atlantique, soit une distance de 3 700 kilomètres. Selon les géologues, après le retrait de la calotte glaciaire, au Quaternaire, le Saint-Laurent se serait formé en capturant au Mississippi les Grands Lacs, dont l'écoulement adopta alors une direction nord-est.

Sorti du lac Ontario, le haut Saint-Laurent va jusqu'à Montréal et groupe une série de rapides et de lacs. On traverse d'abord les Mille-Îles, archipel devenu l'un des centres de villégiature réputés du continent. Ces îles rocheuses font partie de l'axe Frontenac, zone de roches de même nature que celles qui appartiennent au bouclier canadien au nord et aux monts Adirondacks dans l'État de New York au sud. I [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

  • : président de l'administration de la voie maritime du Saint-Laurent

Classification


Autres références

«  SAINT-LAURENT  » est également traité dans :

BACK FRÉDÉRIC (1924-2013)

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN
  •  • 804 mots

En 1993 sort Le Fleuve aux grandes eaux, tumultueux poème dédié au Saint-Laurent qui est peint comme un corps vivant et majestueux. Après un début exalté, le film raconte la colonisation européenne, l'exploitation acharnée des richesses naturelles. Les coups répétés de l'homme, avide et inconscient, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-back/#i_1368

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 734 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Quatre ensembles du relief bien distincts »  : […] et les « Maritimes » constituent le quatrième ensemble du relief du Canada. Se juxtaposent l'ample corridor du Saint-Laurent, d'orientation sud-ouest-nord-est où le remblaiement alluvial et le développement de terrasses fluvio-glaciaires garantissent de bons sols que concrétise l'essor de l'agriculture, et, plus à l'est, de Terre-Neuve au sud du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/#i_1368

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 336 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'intervention de la France »  : […] Par son deuxième voyage (1535-1536), Cartier mérite le titre de découvreur du fleuve Saint-Laurent, route d'accès vers le cœur du continent, axe de développement du Canada depuis l'époque de l'empire français jusqu'à celle de la voie maritime du Saint-Laurent. Il a également fait connaissance avec l'hiver canadien et appris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/#i_1368

CANADA - Réalités socio-économiques

  • Écrit par 
  • Ludger BEAUREGARD, 
  • Alain PAQUET, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 16 617 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Problématique d'une division régionale du Canada »  : […] Les bas-pays des Grands Lacs et du Saint-Laurent sont un espace bien réduit en superficie, à l'échelle du pays, mais qui rassemble un peu plus de la moitié de la population nationale et d'où proviennent les trois quarts du produit intérieur brut. C'est véritablement le heartland du Canada. Tout concourt à en faire un ensemble de régions riches : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-realites-socio-economiques/#i_1368

CARTIER JACQUES (1491-1557)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 1 504 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Deuxième voyage : jusqu'à Hochelaga (Montréal) »  : […] Guidé par les deux Indiens, Cartier se rendit droit à l'embouchure du Saint-Laurent. Il en remonta le cours, s'émerveillant de la beauté du pays. Il s'arrêta à Stadaconé (ancien nom de Québec), au royaume du Canada, y laissa ses navires et, en dépit des efforts des Indiens pour l'en dissuader, poursuivit, en barque et avec quelques hommes seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-cartier/#i_1368

GRANDS LACS AMÉRICAINS

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT
  •  • 2 801 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une mer intérieure »  : […] ne couvre que 18 760 kilomètres carrés et atteint une profondeur de 235 mètres, n'est qu'à l'altitude de 75 mètres. La liaison avec l'Océan est assurée par le chenal du Saint-Laurent, qui a été mis en service le 25 avril 1959 et, grâce à sept écluses, dont deux aux États-Unis et cinq au Canada, permet aux navires de remonter jusqu'aux Grands Lacs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grands-lacs-americains/#i_1368

HURONS ou WENDAT

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 559 mots

Indiens d'Amérique du Nord appartenant au groupe linguistique des Iroquois. Les Hurons vivaient le long du Saint-Laurent dans des villages souvent fortifiés, lorsque Jacques Cartier les découvrit en 1534, date à laquelle ils étaient environ 30 000 à 40 000 « Hurons » est le nom donné par des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hurons-wendat/#i_1368

LAURENTIENNE RÉGION

  • Écrit par 
  • Marcel BÉLANGER
  •  • 808 mots
  •  • 1 média

L'ensemble de terres basses qui va s'élargissant depuis l'estuaire du Saint-Laurent jusqu'à la plaine de Montréal constitue la région laurentienne. Lieu privilégié de l'établissement français au Nouveau Monde et berceau d'une civilisation rurale, base économique de l'État […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/region-laurentienne/#i_1368

MONTRÉAL

  • Écrit par 
  • Henri ROUGIER
  •  • 2 272 mots
  •  • 3 médias

multiples ramifications d'un des plus prestigieux fleuves de l'Amérique septentrionale. Car Montréal est fille du Saint-Laurent. C'est à cela qu'elle doit sa fonction légendaire de grand port intérieur, de centre de commerce des fourrures puis de métropole économique du pays jusqu'à la fin des années 1970, où le leadership lui a été ravi par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/montreal/#i_1368

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 457 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Secteurs d'activité et développement économique »  : […] Le développement économique du Québec bénéficie d'une situation géographique très favorable : avec l'Ontario et le nord-est des États-Unis, on a ici l'un des plus grands foyers industriels du monde, dont les activités se localisent essentiellement sur les rives du Saint-Laurent. Le fleuve a toujours été la « grande porte de l'Amérique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quebec/#i_1368

QUÉBEC, ville

  • Écrit par 
  • Henri ROUGIER
  •  • 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Porte d'entrée de l'Amérique »  : […] En effet, Québec occupe l'emplacement précis où le corridor laurentien voit le fleuve devenir estuaire et, de surcroît, l'endroit où la largeur du Saint-Laurent est la plus réduite juste avant de s'évaser dans le golfe. Sur la rive septentrionale du fleuve, un escarpement de grès primaires s'achève en proue face au large et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quebec-ville/#i_1368

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CAMU, « SAINT-LAURENT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-laurent/