Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CANADA Espace et société

Capitale

Ottawa

    Langues officielles

    Anglais, français

      Unité monétaire

      Dollar canadien (CAD)

        Population (estim.) 42 069 000 (2024)
          Superficie 9 984 670 km²

            Quiconque parcourt le Canada, ne serait-ce qu’en observant une carte, prend conscience de l’immensité du pays. Plus de 5 514 kilomètres séparent sa façade orientale, sur l’Atlantique, de sa côte occidentale, sur le Pacifique. En outre, le peuplement y est loin d’être continu, même sur sa frange sud, où vivent plus des deux tiers de la population, à moins de 100 kilomètres de la frontière avec les États-Unis. Le pays s’étire sur 4 634 kilomètres depuis les États-Unis au sud jusqu’à son point situé le plus au nord, sur le front arctique. Il couvre 9 984 670 kilomètres carrés, ce qui en fait le deuxième pays du monde par sa superficie. La population, qui dépassait à peine 37,5 millions d’habitants au 1er juillet 2019, et les activités n’occupent qu’une petite partie du territoire, qui ailleurs, reste sauvage.

            Canada : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

            Canada : carte administrative

            Sa très grande diversité apparaît comme un autre trait majeur de la géographie du Canada. Se juxtaposent sur le territoire des milieux très contrastés : forêts criblées de lacs, plateaux montagneux, vastes étendues de roches et de glaces, plaines agricoles, villes plus ou moins populeuses, métropoles aux banlieues interminables. Inégalement dotés par la nature et le climat, ces divers milieux renvoient aussi à des moments différents de l’histoire du pays, antérieurs même à l’établissement européen sur le continent. Le territoire du Canada, tel qu’il existe aujourd’hui, a été créé par l’Acte de l’Amérique du Nord britannique en 1867, mais il a été façonné auparavant par 250 ans d’histoire.

            Quatre processus ont contribué à modeler la géographie du pays. Chaque lieu, chaque région résulte de la combinaison de ces processus, qui ont chacun laissé leur empreinte sur le territoire. Un premier, qui a jeté les bases des formes élémentaires de l’écoumène, correspond à l’occupation progressive du pays et aux ressources qui l’ont motivée. Le deuxième se rapporte à la densification du territoire résultant de son industrialisation, puis à son passage à une économie de services, qui a contribué à l’expansion du réseau urbain et de ses métropoles. Le troisième concerne ses fondements culturels et la distinction entre les espaces autochtone, francophone, anglophone et pluriculturel du pays, édifiés à différentes époques et transformés au gré des tensions qui ont marqué leur histoire. Enfin, le quatrième résulte du découpage administratif du Canada. Les dix provinces et les trois territoires ont chacun leur personnalité. Des affinités entre voisins ont fait naître de grands ensembles régionaux qui, bien qu’ils n’aient aucune existence légale, apparaissent comme des éléments marquants de la carte mentale des Canadiens. Leurs paysages particuliers révèlent les sociétés qui les ont fait naître et sont autant de fenêtres sur ce qui fait l’originalité du pays.

            Les formes élémentaires de l’écoumène

            Ce n’est pas le continent lui-même qui attire les premiers Européens sur le territoire canadien, mais plutôt la recherche d’un passage vers l’Orient. Leurs multiples voyages leur font prendre conscience toutefois de l’immense potentiel de ses matières premières, si bien que Français et Anglais décident de s’y établir de façon permanente dès le début du xviie siècle, à des fins tant économiques que politiques. Le Canada se serait développé, dès lors, au rythme de l’exploitation de multiples ressources, dans un système d’abord centré sur l’Europe, puis sur les États-Unis. Les géographes Jean-Bernard Racine et Paul Villeneuve en ont fort bien décrit les effets sur le territoire dans leur contribution à la Géographie universelle (1992).

            La morue : la naissance d’un chapelet de petites localités côtières

            L’intérêt pour le Canada est d’abord suscité par la morue, source de protéines bon marché, facile à stocker et à transporter. Elle abonde sur la côte[...]

            La suite de cet article est accessible aux abonnés

            • Des contenus variés, complets et fiables
            • Accessible sur tous les écrans
            • Pas de publicité

            Découvrez nos offres

            Déjà abonné ? Se connecter

            Écrit par

            • : professeure émérite, département de géographie, université d'Ottawa, Ontario (Canada)

            Classification

            Pour citer cet article

            Anne GILBERT. CANADA - Espace et société [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

            Article mis en ligne le et modifié le 15/04/2021

            Médias

            Canada : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

            Canada : carte administrative

            Le flottage - crédits : William England/ Hulton Archive/ Getty Images

            Le flottage

            Forage pétrolier au Canada - crédits : John Chillingworth/ Picture Post/ Getty Images

            Forage pétrolier au Canada

            Autres références

            • DORSÉTIEN, culture

              • Écrit par
              • 70 mots

              Dorsétien est une culture paléoesquimaude dont on retrouve les traces au Groenland et dans l'Arctique canadien à l'est du fleuve McKenzie, entre le ixe siècle avant J.-C, et le xvie siècle de notre ère au plus tard, suivant les régions. Elle est apparue et s'est développée sans apports...

            • PALÉOESQUIMAU

              • Écrit par
              • 68 mots

              Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'...