BOUCHARD LUCIEN (1938- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique canadien, né à Saint-Cœur-de-Marie (Québec) le 22 décembre 1938. Premier ministre du Québec de 1996 à 2001.

Lucien Bouchard obtient un diplôme en sciences sociales (1960) et en droit (1963) à l’université Laval. Avocat au Barreau du Québec à partir de 1964, il travaille à Chicoutimi jusqu’en 1985. Pendant cette période, il est appelé plusieurs fois à collaborer avec le gouvernement provincial. De 1970 à 1976, il préside le comité d’arbitrage du secteur de l’éducation, mis en place pour assurer des conditions de travail homogènes. Il est procureur en chef pour la commission Cliche sur le secteur de la construction (1974-75), qui examine les problèmes du projet hydroélectrique de la baie de James. Lucien Bouchard est coauteur du rapport Martin-Bouchard (1977-1978) sur la réforme des procédures de négociation pour les employés du secteur public. De 1978 à 1981, il coordonne les négociations du Québec avec ses fonctionnaires.

En 1985, Lucien Bouchard devient ambassadeur du Canada en France. Il promeut les intérêts du Canada et du Québec. Il contribue à l’organisation du premier sommet de la Francophonie à Paris (1986) et préside le comité de préparation du deuxième, à Québec (1987).

Ami du Premier ministre fédéral Brian Mulroney, Lucien Bouchard rejoint le cabinet progressiste-conservateur de ce dernier en 1988 comme secrétaire d’État à l’Environnement puis remporte un siège à la Chambre des communes de la circonscription québécoise de Lac-Saint-Jean. Il devient ministre de l’Environnement en 1989. Son objectif politique est d’aider à sauver l’accord du lac Meech, un accord constitutionnel qui aurait notamment reconnu le Québec comme une « société distincte », ouvrant ainsi la porte à la ratification par la province de la Constitution de 1982.

Quand, en 1990, il apparaît que l’accord du lac Meech est voué à l’échec, Lucien Bouchard démissionne du cabinet et du comité électoral progressiste-conservateur pour devenir un membre indépendant de la Chambre des communes. Il décide de rester en politique pour œuvrer à la souveraineté du Québec. En 1980, il avait soutenu le oui au référendum sur la « souveraineté-association » proposée par René Lévesque et le Parti québécois. Dix ans plus tard, il est membre fondateur du Bloc québécois. Lors de l’élection fédérale de 1993, ce parti surprend de nombreux Canadiens en remportant près des trois quarts des circonscriptions au Québec et en devenant l’opposition officielle à la Chambre des communes. Chef du parti, Lucien Bouchard devient leader de l’opposition.

En 1994, Lucien Bouchard est atteint de fasciite nécrosante, une rare infection bactérienne. Amputé d’une jambe mais toujours à la tête du Bloc québécois, il fait campagne en 1995 avec Jacques Parizeau (Parti québécois) et Mario Dumont (Action démocratique du Québec) pour le oui au second référendum sur la souveraineté de la province. Devenu Premier ministre de celle-ci en 1996, Lucien Bouchard ne sera pas à l’origine d’une troisième tentative référendaire auprès de ses compatriotes, choisissant de faire de l’assainissement des finances québécoises la priorité de son mandat. Il se retire de la vie politique active en 2001.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOUCHARD LUCIEN (1938- )  » est également traité dans :

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Le référendum québécois de 1995 »  : […] La question constitutionnelle n’est cependant pas écartée si facilement. Au Québec, à l’issue des élections de septembre 1994, le Parti québécois reprend le pouvoir avec à sa tête Jacques Parizeau, un partisan résolu de la souveraineté, qui a promis de tenir le référendum que Robert Bourassa avait annoncé. Parizeau va de l’avant malgré les appuis insuffisants à son projet d’indépendance et, grâce […] Lire la suite

Les derniers événements

11 janvier 2001 Canada. Retrait du Premier ministre québécois, Lucien Bouchard

Lucien Bouchard annonce sa démission et son retrait de la vie politique. Il explique sa décision par des raisons familiales et par l'échec de ses efforts pour mener le Québec vers la souveraineté, après le référendum sur ce sujet perdu en octobre 1995. Le 2 mars, Bernard Landry sera désigné à la présidence du Parti québécois en remplacement de Lucien […] Lire la suite

30 novembre 1998 Canada. Victoire modérée du Parti québécois aux élections provinciales

Lucien Bouchard déclarait vouloir réunir les « conditions gagnantes ».  […] Lire la suite

25-29 janvier 1996 Canada. Remaniement ministériel à Ottawa et accession de Lucien Bouchard à la tête du gouvernement québécois

Lucien Bouchard, qui estime l'indépendance du Québec « inéluctable », n'évoque toutefois pas de nouveau référendum sur le sujet.  […] Lire la suite

30-31 octobre 1995 Canada. Rejet par les Québécois, à une faible majorité, de la souveraineté de leur province

Lucien Bouchard, chef du Bloc québécois et leader de l'opposition parlementaire à l'échelon fédéral, désireux de se comporter en démocrate, s'incline avec « dignité » devant « la volonté exprimée ». De son côté, le Premier ministre fédéral, Jean Chrétien, déclare, devant les risques de crise que recèle la courte victoire du « non », qu'il convient  […] Lire la suite

25 octobre - 4 novembre 1993 Canada. Désignation de Jean Chrétien au poste de Premier ministre

Lucien Bouchard, indépendantiste, qui recueille 14 p. 100 des suffrages, obtient cinquante-quatre élus (+ 54) et devient le premier parti d'opposition, et le Reform Party de Preston Manning, ultraconservateur, qui remporte 18 p. 100 des voix et cinquante-deux sièges (+ 52). Le Nouveau Parti démocratique, social-démocrate, n'a que neuf élus (— 34),  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Diane Lois WAY, « BOUCHARD LUCIEN (1938- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lucien-bouchard/