ACADIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le territoire connu pendant plus de deux siècles sous le nom d'Acadie comprenait la côte atlantique du Canada et correspondait approximativement aux trois provinces actuelles de Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard. Ces côtes furent très tôt fréquentées par des Basques, chasseurs de baleines, et par des pêcheurs de morue bretons, normands et portugais.

Le premier établissement durable en Acadie remonte à 1604. Pierre du Gua, sieur de Monts, obtint un monopole de commerce et fonda un premier poste à l'île Sainte-Croix. Après un hiver désastreux, il transporta cette colonie à Port-Royal. En 1613, les jésuites fondèrent une colonie rivale à Saint-Sauveur. Mais l'Angleterre et la France réclamaient le même territoire, et un corsaire virginien, Samuel Argall, vint détruire les deux postes français. En 1628, une colonie écossaise fut établie à Port-Royal, et le pays nommé Nouvelle-Écosse. Le territoire passa successivement, et à plusieurs reprises, sous domination française puis anglaise.

Quand en 1670 l'Acadie fut rendue à la France, la colonie connut un regain de vie. Colbert y envoya plusieurs contingents de soldats et de colons. Mais cet essor dura peu. Les gouverneurs d'Acadie demeuraient soumis à ceux du Canada, et le Saint-Laurent attira toujours davantage l'attention de la métropole. L'Acadie ne se développait que lentement, par ses seules forces. Pour son malheur, à cause de sa situation stratégique et des bancs de pêche qui longeaient ses côtes, elle demeurait constamment l'objet des convoitises américaines. De 1654 à 1710, Port-Royal fut assiégé six fois. La dernière attaque, celle de Nicholson en 1710, amena la cession de toute l'Acadie à l'Angleterre par le traité d'Utrecht (1713).

La situation demeurait néanmoins tendue entre le Canada et les colonies anglaises, de même qu'entre les deux métropoles. La guerre de la Succession d'Autriche (1744-1748) avait r [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  ACADIE  » est également traité dans :

MUSIQUES DE LA LOUISIANE

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 781 mots

Descendants des Acadiens, les cajuns sont des francophones de la Louisiane. Influencé par la musique populaire créole puis par le country, le cajun fait la part belle au violon, aux voix puis à l'accordéon. Le zydeco constitue une variante développée par les Noirs de la musique cajun. En 1755, les Acadiens, installés dans le Canada oriental, subissent un second exil, « Le Grand Dérangement », et […] Lire la suite

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'empire français et les impératifs continentaux »  : […] Dès sa fondation, la Nouvelle-France et ses habitants durent relever les défis du continent nord-américain. En s'installant sur la côte atlantique, la France avait provoqué les Anglo-Américains établis en Virginie depuis 1607 . Dès 1613, les Virginiens vinrent détruire les postes de l'Acadie. Celle-ci, affaiblie par ses querelles intestines, sera une proie facile offerte à l'ambition des Anglais. […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le Québec et la francophonie minoritaire »  : […] Après avoir longtemps hésité entre comptoir commercial et colonie agricole, la France choisit de s’établir au Canada à partir de 1604. Elle implante des colonies de peuplement à Terre-Neuve, dans la baie de Fundy (Acadie) et sur les bords du Saint-Laurent au début du xvii e  siècle. Il faut toutefois attendre la formation de la Compagnie des Cent-Associés en 1627 et le retour à la France de Québec […] Lire la suite

CHAMPLAIN SAMUEL DE (1567-1635)

  • Écrit par 
  • André VACHON
  •  • 1 773 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Projet d'une colonie en Acadie »  : […] Champlain avait été impressionné par l'Amérique espagnole et par les richesses qu'on en tirait. Or il y avait au nord, hors du contrôle hispano-portugais, des territoires visités autrefois par Jacques Cartier et fréquentés annuellement par des centaines de navires français qui s'y livraient à la pêche et au troc. Pourquoi la France ne s'y taillerait-elle pas un empire colonial ? Mais la France, i […] Lire la suite

FONDATION DE QUÉBEC PAR CHAMPLAIN

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Après plusieurs voyages au long cours où il s'est initié à la navigation et à la cartographie, Samuel de Champlain embarque une première fois pour la Nouvelle-France en mars 1603. De retour après quelques mois d'exploration de la future Acadie, il publie le récit de son voyage, Des sauvages , et forme le projet de substituer à la politique des monopoles commerciaux une véritable colonisation franç […] Lire la suite

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 598 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Colbert et le domaine colonial »  : […] Ce n'est qu'avec Colbert qu'on peut parler sinon d'un empire, tout au moins d'un véritable domaine colonial français. Administrativement, Colbert réalise la fusion des affaires maritimes et des entreprises coloniales. Cependant, le domaine colonial ne présentera jamais une véritable unité administrative. La colonisation apparaît comme une des conditions de la prospérité économique de la France. Dè […] Lire la suite

FRANCOPHONIE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 3 361 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Géographie de la francophonie »  : […] La réalité francophone est mouvante. Dans un certain nombre de pays réputés francophones, le français est une langue occasionnelle, utilisée dans des circonstances de communication particulières et qu'on abandonne ensuite pour revenir à la langue maternelle ou pour passer à une autre langue d'usage. En France même, il serait illusoire d'imaginer une uniformité linguistique. Malgré la politique lin […] Lire la suite

NOUVEAU-BRUNSWICK

  • Écrit par 
  • Gregory KENNEDY, 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 560 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Population et peuplement »  : […] La présence de plusieurs communautés de chasseurs-cueilleurs sur cette vaste étendue boisée est attestée par un certain nombre de vestiges archéologiques, dont certains remonteraient à plus de 9 000 ans avant l’ère chrétienne. Au moment de l’arrivée des Européens, trois pays autochtones distincts occupent le territoire : au nord du bassin versant de la rivière Saint-Jean, celui des Mi’kmaq ; au c […] Lire la suite

NOUVELLE-ÉCOSSE

  • Écrit par 
  • Gregory KENNEDY, 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 556 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Population et peuplement »  : […] La présence humaine en Nouvelle-Écosse remonte à 9 000 ans avant l’ère chrétienne. Les fouilles archéologiques témoignent de l’existence de plusieurs communautés de chasseurs-cueilleurs, mais aussi de pêcheurs, et ce, pendant plusieurs millénaires. En effet, lorsque les premiers Européens arrivent dans la région au xvi e  siècle, la Nouvelle-Écosse n’est qu’une partie d’un plus grand pays : le ter […] Lire la suite

PRINCE-ÉDOUARD ÎLE DU

  • Écrit par 
  • Edward MACDONALD, 
  • Majella SIMARD
  •  • 1 179 mots
  •  • 3 médias

Située à l’extrémité est du Canada, l’Île-du-Prince-Édouard (Prince Edward Island en anglais) est la plus petite des trois provinces maritimes – qui comptent aussi le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse –, tant en termes de population que de superficie (5 660 km 2 ). Par ailleurs, elle possède la densité démographique la plus élevée à l’échelle canadienne. Le pont de la Confédération (12,9 km […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ACADIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/acadie/