Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ACADIE

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Le territoire connu pendant plus de deux siècles sous le nom d'Acadie comprenait la côte atlantique du Canada et correspondait approximativement aux trois provinces actuelles de Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick et Île-du-Prince-Édouard. Ces côtes furent très tôt fréquentées par des Basques, chasseurs de baleines, et par des pêcheurs de morue bretons, normands et portugais.

Le premier établissement durable en Acadie remonte à 1604. Pierre du Gua, sieur de Monts, obtint un monopole de commerce et fonda un premier poste à l'île Sainte-Croix. Après un hiver désastreux, il transporta cette colonie à Port-Royal. En 1613, les jésuites fondèrent une colonie rivale à Saint-Sauveur. Mais l'Angleterre et la France réclamaient le même territoire, et un corsaire virginien, Samuel Argall, vint détruire les deux postes français. En 1628, une colonie écossaise fut établie à Port-Royal, et le pays nommé Nouvelle-Écosse. Le territoire passa successivement, et à plusieurs reprises, sous domination française puis anglaise.

Quand en 1670 l'Acadie fut rendue à la France, la colonie connut un regain de vie. Colbert y envoya plusieurs contingents de soldats et de colons. Mais cet essor dura peu. Les gouverneurs d'Acadie demeuraient soumis à ceux du Canada, et le Saint-Laurent attira toujours davantage l'attention de la métropole. L'Acadie ne se développait que lentement, par ses seules forces. Pour son malheur, à cause de sa situation stratégique et des bancs de pêche qui longeaient ses côtes, elle demeurait constamment l'objet des convoitises américaines. De 1654 à 1710, Port-Royal fut assiégé six fois. La dernière attaque, celle de Nicholson en 1710, amena la cession de toute l'Acadie à l'Angleterre par le traité d'Utrecht (1713).

Prise de Louisbourg - crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Prise de Louisbourg

La situation demeurait néanmoins tendue entre le Canada et les colonies anglaises, de même qu'entre les deux métropoles. La guerre de la Succession d'Autriche (1744-1748) avait révélé la vulnérabilité de la Nouvelle-Écosse, et les autorités anglaises décidèrent d'occuper effectivement la province en y installant des colons anglais et en fondant Halifax (1749). La présence des Acadiens posait un délicat problème : ils occupaient les meilleures terres et, en cas de guerre, leurs sympathies françaises créeraient un danger. Plusieurs fois, il avait été question de les expulser, mais Londres avait refusé, pour des raisons d'opportunité, d'approuver cette mesure draconienne. L'imminence d'une nouvelle guerre fit taire ces scrupules. En 1755, la décision fut prise de les déporter en masse. On les embarqua donc sur des navires et on les dispersa dans les colonies américaines. Celles-ci accueillirent fort mal ces indésirables. Là où ils purent débarquer, les Acadiens vécurent en parias, au milieu d'une population hostile. Ceux qui avaient échappé passèrent plusieurs années dans les bois et le long des côtes, traqués comme des bêtes sauvages et décimés par la misère et la maladie. La plupart finirent par faire leur soumission et furent emprisonnés à Halifax et Beauséjour. Environ 3 000, anciens colons ou réfugiés, furent capturés à l'île Saint-Jean, après la prise de Louisbourg, et expédiés en Angleterre. On estime que, sur une population de quelque 15 000 habitants, de 6 000 à 7 000 personnes avaient été dispersées dans les colonies américaines, 3 000 avaient été transportées en Angleterre, puis en France, plus de 1 500 étaient mortes noyées en mer, ou victimes de la famine ou des épidémies. Environ 1 500 avaient réussi à s'échapper vers Québec et la baie des Chaleurs, et il restait en Nouvelle-Écosse approximativement un millier d'errants ou de prisonniers.

Après le traité de Paris (1763), l'hostilité persista encore quelques années, puis fit place à des mesures plus libérales. Ceux qui étaient[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. ACADIE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Média

Prise de Louisbourg - crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Prise de Louisbourg

Autres références

  • MUSIQUES DE LA LOUISIANE

    • Écrit par
    • 779 mots

    Descendants des Acadiens, les cajuns sont des francophones de la Louisiane. Influencé par la musique populaire créole puis par le country, le cajun fait la part belle au violon, aux voix puis à l'accordéon. Le zydeco constitue une variante développée par les Noirs de la musique cajun.

    En...

  • CANADA - Histoire et politique

    • Écrit par , et
    • 19 402 mots
    • 12 médias
    ...côte atlantique, la France avait provoqué les Anglo-Américains établis en Virginie depuis 1607. Dès 1613, les Virginiens vinrent détruire les postes de l'Acadie. Celle-ci, affaiblie par ses querelles intestines, sera une proie facile offerte à l'ambition des Anglais. Après l'avoir conquise et perdue...
  • CANADA - Espace et société

    • Écrit par
    • 12 678 mots
    • 5 médias
    ...le domaine seigneurial déborde sur les plateaux appalachien et laurentien à compter des années 1830. Puis le Canada français cesse d’être l’affaire de l’Acadie – reconstituée en de nouveaux lieux dans les provinces maritimes par les nombreuses familles déportées revenues au Canada et par celles qui avaient...
  • CHAMPLAIN SAMUEL DE (1567-1635)

    • Écrit par
    • 1 780 mots
    • 2 médias
    Du Gua de Monts succéda à de Chaste et, encouragé par Champlain,décida aussitôt d'établir une colonie en Acadie. On s'embarqua en mars 1604. Chargé de trouver le site de la future colonie, Champlain reconnut les côtes de l'Acadie et, à l'automne, fixa provisoirement son choix sur l'île Sainte-Croix....
  • Afficher les 10 références