LAURENTIENNE RÉGION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'ensemble de terres basses qui va s'élargissant depuis l'estuaire du Saint-Laurent jusqu'à la plaine de Montréal constitue la région laurentienne. Lieu privilégié de l'établissement français au Nouveau Monde et berceau d'une civilisation rurale, base économique de l'État québécois et prolongement septentrional des concentrations industrielles et urbaines des Grands Lacs et de la Nouvelle-Angleterre, cette région présente le caractère spécifique d'un pays francophone d'économie nord-américaine. Du fait de sa relative autonomie culturelle, elle possède des traits originaux qu'il importe de faire ressortir ; mais le paysage laurentien est bien un paysage nord-américain où se posent, dans toute leur acuité, les grands problèmes de la civilisation urbaine du Nouveau Monde.

Des siècles qui ont précédé l'avènement de la Confédération canadienne (1867), l'histoire se souvient surtout de la victoire de James Wolfe (1759) qui faisait passer la colonie française du Saint-Laurent sous l'autorité britannique ; la géographie en retient l'idée d'une continuité liée à la permanence d'une organisation sociale et territoriale. En effet, la guerre de conquête est, d'abord, un événement européen ; et, c'est là sans doute le paradoxe du développement québécois, qu'elle n'ait eu de véritables conséquences régionales qu'après 1830, lorsque les densités de population rurale et les perspectives de l'industrialisation ont posé le problème des liaisons de la région laurentienne avec d'autres régions. Montréal et Québec, peuplées d'environ 50 000 habitants en 1760, en comptent un demi-million en 1850, tous descendants de la dizaine de milliers d'immigrants que l'entreprise française y avait amenés.

Prise de Louisbourg

Prise de Louisbourg

Photographie

Au cours de la guerre de Sept Ans, les Anglais reprennent aux Français la forteresse de Louisbourg au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, en 1758. 

Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Afficher

Homogène par sa population, homogène encore par sa structure agraire, la région laurentienne offrait, au milieu du xixe siècle, le spectacle d'une « région naturelle » idéalement simple. Lorsque prend forme, en 1867, le système c [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LAURENTIENNE RÉGION  » est également traité dans :

CANADA - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Pierre DANSEREAU, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 5 731 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Quatre ensembles du relief bien distincts »  : […] À première vue, le relief canadien semble d'une étonnante simplicité ; on en arrive même à imaginer qu'il n'est que le prolongement nordique du triptyque étatsunien associant Appalaches, plaines centrales et montagnes de l'Ouest. La réalité est différente, à deux titres : d'une part, si l'on retrouve bien les trois subdivisions précitées, force est de constater que leur présence au Canada est pas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/#i_37913

CANADA - Réalités socio-économiques

  • Écrit par 
  • Ludger BEAUREGARD, 
  • Alain PAQUET, 
  • Henri ROUGIER
  •  • 16 613 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Problématique d'une division régionale du Canada »  : […] On a souligné l'importance de l'immensité canadienne et la variété souvent méconnue des aspects du pays. Cela sous-tend une évidente complexité dès lors qu'on doit pratiquer au sein de l'ensemble un découpage spatial ou une division régionale. Il est indispensable de se défaire des normes européennes, même si, dans certains cas, le Canada offre l'existence de régions ou de « pays » de dimensions p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-realites-socio-economiques/#i_37913

FORÊTS - La forêt, un milieu naturel riche et diversifié

  • Écrit par 
  • Yves BASTIEN, 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 8 216 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Zonation des forêts en latitude »  : […] À l'échelle mondiale, la température et la pluviosité règlent la répartition des principales formations forestières naturelles. Ces deux facteurs interfèrent : la pluviosité du centre du Bassin parisien (600 mm) n'est suffisante que parce qu'elle est régulière, et surtout parce que les températures modérées n'entraînent pas une trop forte évapotranspiration. De nombreux procédés, chiffrés (indic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/forets-la-foret-un-milieu-naturel-riche-et-diversifie/#i_37913

HUDSON, fleuve

  • Écrit par 
  • Jacques SOPPELSA
  •  • 194 mots
  •  • 1 média

Très importante voie fluviale du nord-est des États-Unis, l'Hudson, empruntant le lit d'une vallée glaciaire, coupe le complexe montagneux des Appalaches selon un axe nord-sud et, au terme d'un cours presque rectiligne de 500 kilomètres, débouche sur l'océan Atlantique par un large estuaire, site portuaire exceptionnel. Prolongé par un système de canaux, le fleuve constitue une remarquable voie d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hudson-fleuve/#i_37913

QUÉBEC

  • Écrit par 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Henri ROUGIER, 
  • Antony SORON
  •  • 14 454 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Population et peuplement »  : […] La population est répartie très inégalement à l'intérieur de la province. D'une manière générale, les régions périphériques sont les moins peuplées, et c'est le long du Saint-Laurent, particulièrement dans les six régions administratives entre Montréal et Québec, que se rassemblent le plus d'habitants. En 2000, 63 p. 100 des Québécois habitaient les cinq régions métropolitaines de recensement (R. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quebec/#i_37913

SAINT-LAURENT

  • Écrit par 
  • Pierre CAMU, 
  • Universalis
  •  • 3 080 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La voie navigable »  : […] Le bassin hydrographique du Saint-Laurent et des Grands Lacs couvre une superficie d'à peu près 498 500 milles carrés (780 000 km 2 ) ; il s'étend depuis la frontière est de la province du Manitoba et du centre de l'État américain du Minnesota jusqu'à l'Atlantique, soit une distance de 3 700 kilomètres. Selon les géologues, après le retrait de la calotte glaciaire, au Qua […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saint-laurent/#i_37913

Pour citer l’article

Marcel BÉLANGER, « LAURENTIENNE RÉGION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/region-laurentienne/