CHRÉTIEN JEAN (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État canadien, né le 11 janvier 1934 à Shawinigan, au Québec. Premier ministre de 1993 à 2003.

Dix-huitième d'une famille ouvrière de dix-neuf enfants, Jean Chrétien étudie le droit à l'université Laval avant d'entrer au barreau du Québec en 1958. Depuis longtemps attiré par la politique, il est élu député en 1963 pour le Parti libéral, et conserve son siège à la Chambre des communes jusqu'en 1986. Sous les gouvernements successifs de Lester Bowles Pearson et Pierre Elliott Trudeau, Chrétien sera secrétaire parlementaire du Premier ministre en 1965, ministre d'État en 1967 et ministre du Revenu national en 1968. Il est ensuite nommé ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien de 1968 à 1974, avant de devenir le premier Canadien francophone ministre des Finances, en 1977. Il sera par la suite ministre de la Justice et procureur général du Canada (1980-1982), ministre de l'Énergie (1982-1984) et vice-Premier ministre (1984).

Battu par John Turner pour succéder à Trudeau à la tête du Parti libéral, Chrétien quitte la Chambre des communes en 1986. Réélu député en 1990, après la démission de Turner, il devient à son tour le chef du Parti libéral. Grand artisan de la victoire des libéraux face aux progressistes conservateurs aux élections législatives du 25 octobre 1993, il devient Premier ministre du Canada le 4 novembre. En 1995, il affronte une grave crise politique, alors que les Québécois rejettent de justesse, par référendum, un projet de souveraineté pour le Québec. La question de l'indépendance de la province francophone reste d'une actualité brûlante, même si les revendications souverainistes vont s'atténuer à la fin des années 1990. Le grand combat de Chrétien est de réduire le déficit budgétaire du pays, ce qui est accompli en 1998, avec le premier budget équilibré présenté par le Canada depuis 1970. Réélu en 1997 puis à nouveau en 2000, Chrétien est le premier chef de gouvernement canadien d'après guerre à obtenir trois majorités d'affilée. À l'extérieur, ses relations avec les États-Unis seront parfois tendues, notamment à cause de son refus de s'engager aux côtés des troupes américaines en Irak, en 2003, mais aussi en matière d'environnement, à propos du protocole de Kyōto. Sur le plan social, Chrétien a entrepris des réformes progressistes, symbolisées par une loi de 2003 qui reconnaît les mariages entre homosexuels. Il quitte son poste de Premier ministre en décembre 2003, remplacé par son ex-ministre des Finances et dauphin, Paul Martin.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  CHRÉTIEN JEAN (1934- )  » est également traité dans :

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 332 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les retombées sur la politique fédérale du Canada »  : […] La pression est cependant forte sur le Premier ministre canadien Jean Chrétien, que plusieurs blâment pour la quasi-victoire du oui au référendum de 1995. Pendant la campagne, Chrétien a également promis des changements dans le fonctionnement de la fédération. Incapable de mener à bien une véritable réforme constitutionnelle, son gouvernement conç […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-histoire-et-politique/#i_27318

MARTIN PAUL (1938- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 501 mots

Homme politique canadien, Premier ministre de 2003 à 2006. Paul Joseph Martin, Jr., né le 28 août 1938 à Windsor (Ontario), est le fils de Paul Joseph Martin, ministre dans quatre gouvernements libéraux et principal artisan de la politique sociale mise en œuvre au Canada après la Seconde Guerre mondiale. Paul Martin effectue ses études à l'universi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-martin/#i_27318

TRUDEAU JUSTIN (1971- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 938 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’entrée en politique »  : […] Il fait son entrée en politique peu après les funérailles de son père, en octobre 2000, lors desquelles il prononce un discours d’hommage remarqué. Le Premier ministre canadien Jean Chrétien fait alors savoir qu’il y a une place pour lui au Parti libéral. En 2008, Justin Trudeau est candidat aux élections législatives et remporte le siège représen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justin-trudeau/#i_27318

Pour citer l’article

« CHRÉTIEN JEAN (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-chretien/